Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 74

  • VOITURES GOURMANDES

    917 PINK PIG 2.jpg

    Décoration boucherie – charcuterie pour la Porsche 917 Cochon rose pilotée au Mans 1971 par Reinhald Joest et Willi Kauhsen

     Ravitaillement, un terme commun à la course automobile et à la gastronomie. Car si les ravitaillements sont désormais prohibés dans le régime F1, ils restent au menu de nombreuses disciplines, à commencer par l’endurance.

    Je l’ai souvent écrit, course automobile et gastronomie s'associent volontiers. La plupart des gentlemen drivers sont des fins gourmets. Les adresses des bons restaurants tournent à vitesse élevée aux abords des sites de compétitions.

    BRABHAM LAUDA.jpg

    Alors, si vous êtes à la fois passionné de course automobile et amateur de bonne chère, vous allez boire du petit lait en dégustant cette note (du lait Parmalat avec Niki Lauda et sa Brabham, bien sûr).

    Rassurez-vous, c’est gratuit et personne ne vous présentera d’addition salée, même si vous avez les cheveux couleur poivre et sel et un portefeuille aussi bien garni qu’une choucroute royale.

    Commençons par l’apéritif. Les propositions ne manquent pas et se sont affichées sans complexes sur les bolides. 

    SARDOU AU DAKAR.jpg

    Vous aimez les boissons anisées, le classique Pastis ? En 1985, l’apéritif qui vient du Sud prenait le départ du Dakar avec l’équipage Jean-Pierre Jabouille – Michel Sardou.

    HT et SC.jpg

    Henri Toivonen et Sergio Cresto, vainqueurs du Monte-Carlo 1986 sur Lancia Delta S4

    917 MARKO 1971.jpg

    Helmut Marko et Gisj Van Lennep remportent les 24 Heures du Mans 1971 sur Porsche 917

    mini-BG MANS 81.JPG

    Au Mans 1981, Beppe Gabbiani faisait équipe avec Emmanuelle Pirrosur Lancia  Beta Monte-Carlo

     Vous  préférez le vermouth italien ? Pas de problème. Martini s’est allié à Lancia et à Porsche pour vous séduire. Avec succès d’ailleurs.

    PORTRAIT KIMI.jpg

    La lecture vous fatigue ? Une boisson énergétique (la canette Red Bull) va booster votre énergie.

    MIKE HAWTHORN AU MANS 1955.jpg
    MCLAREN 2009 ET 2010.jpg

    Maintenant, commençons le repas par des ailerons de requin. La mode gastronomique et aérodynamique ne date pas d’hier. De la Jaguar de Mike Hawthorn au Mans 1955 jusqu’aux F1 contemporaines comme la McLaren 2010, de nombreux aérodynamiciens ont accommodé cette bonne vieille recette. Et puis, le requin, c’est un  grand classique en F1. Après sa première saison dans la discipline reine, Nico Rosberg lança d’ailleurs une plaisanterie savoureuse : « la F1, c’est… comment dire… un parc de requins. » 

    917 PINK PIG.jpg

    Passons au plat de résistance. Tout est bon dans le cochon. C’est en tout cas ce que prétend la publicité. Ce fut aussi ce que pensa Porsche au moment de décorer cette 917 résultant d’une étude aérodynamique destinée à créer un effet de sol ainsi qu’à conjuguer les avantages des versions courtes et longues de son arme de pointe au Mans.

    LOLA 1.jpg
    LOLA BONNIER LARROUSSE.jpg

    J’espère qu’il vous reste une petite place pour le fromage. Ceux de Switzerland communiquaient en 1972 sur la Lola Cosworth que le regretté Jo Bonnier partageait en endurance avec Gérard Larrousse.

    KIMI WORLD CHAMPION.jpg

    « Je bois des étoiles », affirmait le moine dom Perignon, pour décrire le plaisir qu’offre la succulente boisson qu’il inventa

     Une opinion que ne renierait pas Kimi Räikkönen, champion du monde de Formule 1 2007, à qui son immense  talent donna souvent l’occasion de goûter à l’excellent Cordon Rouge.

    CASQUE DIDIER.jpg

    Loin de moi l’idée de vous inciter à abuser des douceurs sucrées dans l’attente du prochain repas. Mais le sport automobile, ça coûte bonbon. Grâce à Henri Vuillermoz, Haribo a sponsorisé des pilotes à partir de 1977. Les résultats du sponsoring automobile étant excellents, le fabricant de bonbons s’est affiché au plus haut niveau sur le casque de Didier Pironi au début des années 80.

     Pour  d’autres chroniques mêlant course automobile et gastronomie, rendez-vous sur :

    MOULES AU CIDRE.jpg

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/08/25/rallye-de-la-baule-des-emois-inoubliables.html

    (avec en outre un très léger parfum d’érotisme flottant dans l’atmosphère)

     ainsi que sur :

    BOEUF AUX CAROTTES.jpg

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/11/06/le-retour-de-la-ds-citroen.html  

    et sur :

    HACHIS DE MORUE.jpg

    La  morue est un  prédateur plutôt repoussant qui n’est consommable qu’accommodé en hachis. Et gare aux dates de péremption.Une morue plus très fraiche, c’est franchement toxique.

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/01/22/recette-de-morue.html

    Texte :

    Thierry Le Bras

  • UNE 80 QUATTRO GROUPE N EN RALLYE

    mini-07.JPG

    Si le système Quattro se révèle formidablement efficace dans certaines conditions, notamment sur neige et verglas, il présente un inconvénient sérieux, son poids.

    Au Monte-Carlo 1984, Audi remporta outre les trois premières places du scratch les groupes N et A avec des 80 Quattro.

    Mais dans les rallyes traditionnels, le modèle 80 Quattro se montra plus discret. Ici, au Rallye d’Armor 1984, Guerbois prendra finalement la seconde place du groupe N derrière la Golf GTI de Guillotin.

    Le pilote dut vraiment « aller au boulot » pour conquérir cette place. Normal, le rallye se disputait non un week-end, mais le lundi 30 avril et le mardi 1et mai, jour de la fête du travail !

    S8 1.jpg
    Argument de performance en compétition, le système Quattro apporte aussi un surcroît de sécurité au conducteur de tous les jours. Mais il semble que malgré les efforts et le talent des services de communication du groupe VAG, tout le monde n’ait pas encore parfaitement compris la signification du sigle accolé aux désignations des modèles de la marque aux anneaux. Pour preuve un petit diaporama qui circule en ce moment sur le Net. Je ne résiste pas au plaisir de vous en rapporter l’essentiel.
    MOTARD 1.jpg

    La scène se déroule lors d’un contrôle routier au péage où 5 copains arrivent à bord d’une Audi Quattro.

    Un motard de la gendarmerie demande les papiers du véhicule et du conducteur. Après les formalités d’usage, un dialogue s’engage entre le gendarme et le conducteur.

    MOTARD 2.jpg

    - Vous êtes dans une Audi Quattro, déclare très sérieusement le gendarme. Vous ne pouvez pas passer, ou alors l’un de vous doit sortir du véhicule.

    - Écoutez, le nom du véhicule n’a rien à voir avec le nombre d’occupants, rétorque ironiquement le conducteur. Nous avons le droit d’être 5.

    - Pas question, s’entête le gendarme. Vous êtes dans une Audi Quattro. Vous devez être 4 occupants au maxi. Si l’un de vous ne descend pas, je ne vous laisse pas passer.

    S8 2.jpg

    - Je vous dis que le terme Quattro se rapporte à la propulsion sur les 4 roues, lance le conducteur d’un ton tranchant. Ça n’a rien à voir avec le nombre  d’occupants.

    - Pas question, rabâche le gendarme d’une voix butée. Je ne vous laisse pas passer tant que l’un de vous ne descend pas de l’Audi Quattro.

    - Fini la plaisanterie !!! s’énerve le conducteur excédé. Vous êtes un incapable !!! Faites venir votre chef, que je puisse régler le problème avec lui.

    FIAT UNO.jpg

    - Ce n’est pas possible, répond le gendarme, imperturbable. Il est occupé avec 2 connards dans une Fiat Uno.

    Thierry Le Bras

  • LA 908 ORECA DOIT REVENIR AU MANS

    908 EN ACTION.jpg

    Classe, fair-play, respect de l’adversaire, telles sont les impressions que laissent les déclarations des pilotes de la Peugeot 908 Oreca, Olivier Panis, Nicolas Lapierre et Loïc Duval au terme des 24 Heures du Mans 2010. J’avais avoué ma qualité de supporter de cet équipage sur Circuit Mortel :

     http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/03/03/loic-duval-pilote-908.html

    Et :

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/03/09/908-contre-r15.html

     

    Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu pour les Peugeot cette année. Quatre voitures aux quatre premières places après les essais qualificatifs, et quatre abandons avant la ligne d’arrivée.

     

    La 908 Oreca tenait son rang. Retardée par un bris de cardan à 3 heures du matin, la voiture avait perdu cinq tours. Malgré tout, au début de l’après midi du dimanche, elle était sur le point d’accéder au podium lorsque la mécanique en décida autrement. C’est ça aussi la course. Parfois, elle apporte des joies immenses qu’accompagne le pétillant Champagne de la victoire. D’autres fois, elle s’achève sur le goût amer de la déception, voire des larmes comme celle de Sébastien Bourdais, pilote officiel Peugeot et auteur de la pole.

    PORTRAIT LOIC.jpg

    Loïc Duval n’aura pas reçu le cadeau qui lui aurait fait

    le plus plaisir pour son 28ème anniversaire qui tombait samedi,

    à savoir un podium au Mans. Ce n’est que partie remise !

     

    « C’est un peu dur d’abandonner à une heure de la fin, regrette Loïc Duval. Mais il y en a d’autres  comme Franck (Montagny), Stéphane (Sarrazin) et Sébastien (Bourdais) à qui c’est encore passé sous le nez alors qu’ils courent après depuis des années. L’auto était bien. Je pouvais tout donner pour aller chercher Capello, mais nous n’avons pas touché aux réglages du moteur pour autant, c’était ceux que nous avons utilisés toute la course. La mécanique n’a pas voulu suivre. C’est Le Mans, on le sait. Il faut féliciter Audi, ils ont connu zéro problème. »

    EQUIPAGE ORECA.jpg

    « Un moment terrible pour toute l’équipe, confirme Olivier Panis. On a fait le maximum. On savait qu’on pouvait avoir le podium. Loïc (Duval) et Nicolas (Lapierre) ont été très performants toute la matinée. Nous étions rendus à 10’’ derrière  l’Audi pour la troisième place… Revanche l’an  prochain. »

     

    Pas question de reprocher leur attaque aux pilotes de la 908 Oreca. « On avait dit gaz à fond à Loïc et Nicolas, témoigne Hugues de Chaunac, patron du team. Mais si on avait soupçonné le moindre problème sur le moteur, nous aurions  décidé de lever. »

    908 ORECA 2010.jpg

    Loïc Duval aura réalisé le meilleur temps en course, ce qui démontre, outre la fiabilité et la rapidité du pilote, la compétitivité de toute l’équipe. Alors, rendez-vous l’an prochain avec l’équipage Duval – Panis – Lapierre pour un podium.  Si possible sur la première marche. Ils le valent bien, même s’ils ne font pas de pub pour une certaine marque de shampoings.

     

    Et Bravo Audi, les plus forts cette année. Une victoire qui permet à la marque aux anneaux de  rejoindre Ferrari au nombre de victoires dans la  Sarthe (neuf).

     

    Pour plus de détails sur la course de l’équipe de la 908 Oreca, cliquez sur le site de Loïc Duval :

    www.loicduval.fr

     

    Thierry Le Bras