Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fictions

  • Thierry Le Bras ou l’obsession de la fiction automobile et mécanique

    Romans et nouvelles automobile, je suis là !

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Quoi de plus fort que les émotions de la compétition aux commandes d’un engin à moteur conçu pour la vitesse ? Rien à ma connaissance...

    « La course, c’est la vie, affirmait Steve McQueen par l’intermédiaire de son personnage Michael Delaney dans le film Le Mans. Avant et après, il n’y a que l’attente ».

     J’ai eu le privilège de connaître les moments d’exception qu’offre le pilotage en compétition. Alors, quand les années passent, que les contraintes de divers ordres conduisent à ranger son casque et sa combinaison ou à songer aux épreuves de véhicules historiques, il faut trouver d’autres challenges excitants. Sinon, la vie deviendrait banale, normale, médiocre, ennuyeuse, sinistre. Mon challenge, mon défi, c’est d’écrire, de photographier, de créer des univers parallèles. Parmi mes favoris, ceux où l’automobile tient une place de choix.

    Exploiter mes fondamentaux

    Sans prétention, je fais partie de ceux qui savent créer une fiction auto. Les sports mécaniques apparaissent en toile de fond dans la plupart des romans et nouvelles dont je suis l’auteur. Certains scenarii se déroulent à la période contemporaine, tels Circuit mortel, Faits d’enfer à Carnac, Chicanes et dérapages de Lorient au Mans, Le pacte du tricheur. D’autres invitent à voyager dans le temps, à l’époque vintage, comme Vengeance glacée au coulis de sixties.

    J’ai commencé à écrire mon premier roman à l’âge de dix ans. Je ne l’ai pas terminé et e en sais pas ce qu’est devenu le cahier d’écolier sur lequel je le rédigeais. C’était sûrement trop tôt. Mais l’envie d’écrire existait déjà. Elle m’a permis s’être publié par les Éditions Gautier-Languereau l’année du bac. Il ne s’agissait que d’une nouvelle, l’histoire d’un jeune motard qui participait à son premier moto-cross. Un texte sans prétention destiné à de jeunes lecteurs.

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Écrire, raconter des histoires, ne relève pas d’une idée apparue tardivement. Elle fait partie de mes bases, avec mes deux autres passions, les sports mécaniques et la photo. J’ai concilié les trois. Avant de piloter, j’ai pris beaucoup de photos sur quantité d’épreuves. Les années où je courais, j’ai continué à en réaliser lors de courses auxquelles je ne participais pas. Une fois que j’ai arrêté de piloter en compétition, j’ai immortalisé avec passion l’action des pilotes sur pellicule puis sur carte mémoire.

    J’ai ainsi collectionné des souvenirs, expériences, anecdotes qui nourrissent mes récits et fictions. D’autant que je continue à suivre de près les carrières d’acteurs de ce monde extraordinaire. Je suis intimement convaincu qu’un écrivain donne le meilleur de lui-même lorsqu’il raconte ce qu’il connaît, ce qui lui tient le plus à cœur, c’est-à-dire quand il partage ses passions.

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    L’automobile, la moto et tous les sports mécaniques offrent une matière première fabuleuse à travailler. Il s’agit d’univers concurrentiels et impitoyables, dégageant des émotions incomparables. Les acteurs des championnats mettent en avant ce qu’ils ont de meilleur et parfois de pire. Les enjeux financiers favorisent les dérapages. Les supporters ne se comportent pas forcément en gentlemen. Tous les ingrédients d’une intrigue, parfois simplement psychologique, souvent dans la trajectoire du polar n’attendent que le tour de main d’un auteur afin de devenir menu de lecture.

    Pas besoin d’une Delorean pour voyager dans le temps

    J’ai beaucoup aimé Marty et Doc. Les films dont ils sont les héros avec la Delorean ont le mérite de l’audace. Leurs créateurs ont osé jouer avec un fantasme éternel, le voyage dans le temps.

    Pas de Delorean dans mes scenarii cependant... A chacun ses coups de cœur, ses paradis mécaniques. Chez moi, d’autres voitures de diverses époques contribuent à l’action. Elles ne manquent pas de caractère non plus. Les aventures de David Sarel se déroulent de nos jours. Le personnage s’associe aux modèles d’une marque imaginaire, Vivia (par exemple au Mans http://bit.ly/1fCkQ2z ).

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Ronnie, personnage secondaire de l’univers de David, appartient à la génération précédente. Il pilotera notamment une Simca 1200 S (cf http://bit.ly/2bAFnbr ), puis une Chevrolet Camaro après avoir cherché des sponsors en vue de disputer Le Mans (cf http://0z.fr/DwoeM ).

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Philippe Georjan assiste à ses premières 24 Heures en 1966, alors qu’il fréquente encore le collège. Bientôt, il naviguera son pilote préféré en rallye avant de prendre lui-même le volant dans diverses épreuves (cf http://bit.ly/26SOPvm puis http://0z.fr/110Cx ).

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Pas encore de roman mettant en scène Jocelyn dont le projet de vie tient en un mot écrit en majuscules : RALLYE. Dès avant le permis, le jeune Vendéen au tempérament de Chouan s’est fait remarquer en Rallycross. Une fois le bac et le permis en poche, en avant, cœur battant, dans sa discipline de prédilection. Ses modèles s’appellent Yoann Bonato, Sébastien Loeb, Henri Toivonen. Vaguement superstitieux, il s’est demandé un matin si la fin du monde n’était pas arrivée (cf http://bit.ly/J521qF puis http://bit.ly/193TZEL ). Ces nouvelles m’ont permis de commencer à travailler le personnage de Jocelyn ainsi que son entourage. Au fur et à mesure qu’ll va progresser et approcher son objectif, les obstacles vont se multiplier. Mauvais sort, vengeance, simple jalousie, fantômes surgis du passé ? Il faudra encore patienter un peu avant d’obtenir la réponse. Moi-même, je ne sais pas tout. Je ne suis que son biographe, comme celui des autres personnages dont je rapporte des tranches de vie après les avoir mijotées. Je découvre les faits au fur et à mesure, en les suivant, en les poussant dans leurs retranchements, en recueillant leurs confidences.

    D’autres idées de personnages et d’univers sur fond de sports mécaniques progressent sur les pistes sinueuses tracées dans mes neurones. Mais je ne vais pas tout vous dire aujourd’hui... Cependant, je ne saurais cacher qu’une quatrième et une cinquième série de personnages vrombissent dans mon imagination. Sans délaisser pour autant ceux qui existent déjà. Juste pour les laisser se reposer de temps en temps entre deux aventures.

    J’entendais récemment à la télévision une phrase attribuée à Claude Lelouch. « Les gens sur l’écran sont plus intéressants que ceux dans la rue », aurait dit le réalisateur. Une journaliste qui m’interviewait au sujet d’un recueil de nouvelles intitulé 7 nouvelles pimentées (cf http://bit.ly/2tu3KjI ) m’avait fait observer que je parlais de mes personnages comme s’ils étaient des amis. Pas faux ! Ils existent dans mon esprit et j‘espère que des lecteurs de plus en plus nombreux s’intéresseront à eux. Ils ne sont pas ternes car ils partagent une passion avec tous les lecteurs de ce blog. Cette passion s’appelle LES SPORTS MÉCANIQUES !!!

    Un créneau à défendre

    L’automobile et la moto ont vocation à tenir le rôle de personnages dans les scénarii. Elles possèdent des personnalités affirmées, soulignent celles de leurs partenaires, ancrent l’action dans l’espace et dans le temps. Elles suscitent les passions. Leurs apparitions dans un univers ravivent les souvenirs, rajeunissent ceux qui ont déjà un vécu riche d’expérience, donnent aux plus jeunes l’envie de foncer vers de nouvelles aventures. Elles s’associent aux moments les plus forts de chaque existence.

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Des géants y croient. Dysney et Pixar ont lancé une opération gigantesque avec Cars 3. L’équipe qui a produit et réalisé Overdrive est composée de professionnels expérimentés qui ont, à mon sens, réalisés un film enthousiasmant (vivement la suite des aventures des frères Foster et de leurs copines.

    Alors, soyeux nombreux à soutenir ceux qui travaillent sur le créneau des fictions mécaniques. Cliquez sur les liens (gratuits) qui vous pilotent vers des nouvelles accessibles gratuitement en ligne. Partagez-les sur les réseaux sociaux. D’abord, vous prendrez plaisir à découvrir ces fictions et à les faire connaître à vos amis. En outre, vous lutterez sans provocation contre tous les politiciens et lobbyistes qui insinuent sournoisement mais sans relâche que l’automobile, la moto et tous les moteurs sont des fléaux, que vous êtes l’ennemi public numéro 1dès que vous montez dans (ou sur) votre machine. Lire des fictions mécaniques, c’est quelque part militer en faveur d’outils au service de l’homme, d’œuvres d’art roulantes qui expriment le génie humain. Soutenir la fiction automobile et plus généralement les blogs et médias auto (et moto), c’est refuser la dictature autophobe, rejeter la société aseptisée, liberticide et sans intérêt à laquelle nous risquons de nous trouver réduits. Une société uniforme, étouffée, qui dit oui à tout, sans alternative, qui vote petit doigt sur la couture du pantalon ce que des médias asservis auront promu.

    fictions,romans,polars,nouvelles,feuilletons,david sarel,philippe georjan,rallye,rallycross,le mans,thierry le bras

    Pour ma part en tout cas, je reste fidèle à mes passions et convictions. Je continue d’écrire des fictions automobiles. J’ambitionne de leur offrir la meilleure diffusion possible. Par le livre papier et électronique évidemment, et pourquoi pas d’autres stratégies complémentaires ? Le feuilleton en ligne, la nouvelle, ou d’autres supports (ou associations de contenus à inventer)... J’ai songé un moment à un blog entièrement consacré à la fiction mécanique mixant les contenus gratuits et payants. Puis à un double produit, Artwork d’un modèle de voiture présente dans une fiction et texte de la fiction en question. Des idée abandonnée car trop difficiles à mettre en application, tout au moins pour moi. Il faut tout de même vivre et rentabiliser un peu les fruits de son travail, ce qui ne me paraît pas réaliste via les blogs dans le contexte actuel. Mais je ne désespère pas, loin s’en faut. J’espère vraiment que vous serez de plus en plus nombreux à lire des fictions automobiles, à les faire connaître, à les défendre, et à soutenir aussi mes confrères auteurs sur le même créneau ! Chaque clic sur un lien vers une fiction (ou une note parlant d’une fiction), chaque like, chaque partage sur les réseaux sociaux nous aide au niveau du référencement, de l’impact, du poids de nos projets face aux éditeurs, investisseurs, producteurs, clients... 

    Je travaille avec la volonté inébranlable de servir la fiction automobile dans tous les domaines, du roman au scénario en passant par la nouvelle, le feuilleton, l’histoire racontée en BD ou en docufiction destiné à booster les ventes d’un produit ! Tous les encouragements et tous les soutiens sont les bienvenus. Toutes les possibilités de partenariats seront étudiées avec intérêt.

    QUELQUES LIENS

    Un blog dont une partie reste entièrement consacrée aux fictions automobiles http://circuitmortel.com/cat/fiction/

    C’était il y a longtemps. J’ai repris ici ma première publication dans le domaine des sports mécaniques http://bit.ly/1pzMLQz  

    2 polars automobiles à lire en ebooks en attendant les versions papier (au cœur d’un rallye http://amzn.to/1jAhsoF - aux 24 Heures du Mans http://amzn.to/1nCwZYd )

    Overdrive, des voitures, des filles, des gangsters, du suspense http://bit.ly/2wMhwjS

    Richard Grieco et ses partenaires automobiles http://bit.ly/1MJglo6

    Et si vous offriez un roman automobile dédicacé pour Noël (toujours disponible) http://bit.ly/2hjfyxa

    Thierry Le Bras

  • Une photo, un flash-back (3)

    Une scène au Mont-Dore – Chambon-sur-Lac

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises mon attachement à cette course de côte, à son cadre, à son atmosphère, à son histoire.

    Notamment dans une note récente où j‘ai confié comment une photo avec mon père pendant une course de côte avait fait remonter des souvenirs de notre relation, de notre passion commune des courses automobiles, des temps forts qui ont existé, qui restent présents. Car contrairement aux crimes et à la plupart des délits, les sentiments ne se prescrivent pas (cf http://bit.ly/2uRmDv5 ) (*)

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    C’est sous un autre angle que je raconte ma vision de l’épreuve aujourd’hui, celui du photographe.

    Partager les émotions

    Prendre une photo, c’est capter un temps fort, l’immortaliser, assurer la possibilité de le revivre et, mieux encore, l’offrir à tous ceux qui partagent la même passion. La BMW 560 IUS en tête de cette note disputait l’édition 1978 de la Course de côte du Mont-Dore – Chambon-sur-Lac. Une auto plus adaptée au circuit qu’à la côte, mais une superbe machine que j’aurais volontiers essayée. Le nuage de poussière blanche après le freinage illustre l’attaque de son pilote.

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    J’ai commencé à prendre des photos à l’âge de 8 ans. Touché sans doute par mon regard d’envie sur son appareil, mon père me l’a tendu un jour et m’a dit « tiens, si tu veux essayer ». Il venait d’acheter une voiture neuve. Nous nous promenions à la campagne. J’ai photographié sa R8 rutilante sur fond de paysage breton. Coup de chance sans doute, la photo fut réussie, ce qui m’encouragea à continuer et amena mon père à me déléguer au fil du temps la fonction de photographe de la famille. Je ne me rappelle même pas si j’avais déjà vu des Ferrari en vrai lorsque j’ai appuyé la première fois sur le déclencheur. Au 1/43ème et dans des magazines, oui, sur la route, c’est moins sûr. Je ne pensais pas encore qu’un jour, j’en capterais en pleine course, sous un soleil brûlant perçant des nuages d’orage.

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    Naturellement, dès que j’ai pu assister à des courses automobiles, j’ai pris des photos. Plus tard, Le Mont-Dore a fait partie de mes terrains de jeu photographique préférés. Les voitures les plus impressionnantes de la discipline, un cadre absolument magique, un tracé de 5 kilomètres qui permet de varier les angles de prises de vues. Des lumières changeantes, toujours intéressantes. Le Mont-Dore – Chambon-sur-Lac rappelle à ce niveau les côtes de l’Atlantique ou de la Manche. L’astre solaire les illumine d’une aura magnifique. Les nuages, l’orage, la pluie soulignent les mystères de paysages qu’aucun visiteur ne saurait conquérir.

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    La montagne tolère notre présence. Nous devons l’en remercier, la respecter, l’admirer. Que le soleil diffuse des rayons d’or ou que le brouillard et les nuages enveloppent la montagne d’un manteau de coton blanc, les pilotes attaquent à fond et le lac de Chambon enrichit de décor naturel derrière les bolides.

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    40 ans ont passé depuis ma première course de côte au Mont-Dore. Quand je visionne aujourd’hui les photos prises de ma Golf GTI en course puis les photos que j‘ai réalisées d’autres pilotes, je constate bien sûr l’évolution logique de l’automobile. Et je m’émerveille à chaque fois, non seulement du souvenir des voitures, mais aussi devant ce cadre du Col de la Croix Saint-Robert et de la Vallée de Chaudefour. Comme c’est beau... Merci au progrès technique (dont je dénigre parfois des conséquences néfastes) de permettre la mise en ligne de nos photos sur des blogs, sur des réseaux sociaux, sur des forums. C’est tout de même plus pratique que la circulation de tirages 9x13 ou les soirées diapos auxquelles tout le monde ne peut pas venir compte tenu de la distance et de l’incompatibilité des emplois du temps.

    Traduire la course dans des fictions et organiser des expositions

    Quand j‘écris des scènes de course automobile dans des romans ou nouvelles, je m’entoure toujours de photos de l’épreuve, du site, des modèles participant à l’action. Le plus souvent possible, j’utilise des photos dont je suis l’auteur. Pas par orgueil, simplement parce que, logiquement, mes photos traduisent la vision de la course que j’ai envie de partager. Mais quand j’évoque des compétitions auxquelles je n’ai pas assisté, je me sers sans hésitation ni réticence d’images d’époque issues des sources que j’ai pu réunir.

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    Pour rédiger LE PACTE DU TRICHEUR (cf lien en fin de note), je n’ai pas eu de problème de sources photographies. J’avais tout ce qu’il fallait dans mes propres archives !

    course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

    Depuis quelques mois, une envie monte en moi, celle d’organiser des expositions de photos consacrées à la course automobile. J’y ai pensé la première fois à l’occasion du Tour Auto lorsqu’il est passé à Saint-Malo en avril 2017. J’envisage évidemment d’exposer mes propres clichés, mais pas seulement. Quand je découvre sur Facebook les images partagées par des amis (ou d’autres personnes d’ailleurs), je me dis que les possibilités, lieux et thèmes se révèlent infinis. Certes, nous participons tous à des galeries virtuelles via nos blogs, comptes et pages spécialisées sur les réseaux. Les expositions matérielles, avec des tirages sur papier mis sous verre, ne se substitueraient pas à ces sources passionnantes. Elles s’ajouteraient à ce qui existe déjà et inciteraient à surfer encore plus sur le Net à la recherche d’images de course automobile, à nous rendre encore plus dans les librairies acheter des livres automobiles, à visiter encore plus de galeries afin de découvrir les artistes qui mettent leur talent au service de l’automobile. Ça vaut le coup d’y réfléchir, non ?

    QUELQUES LIENS

    Quelques photos à la Course de côte du Mont-Dore – Chambon-sur-Lac

    * des voitures dérivées de la série http://bit.ly/2wqMxXA

    * des GT, groupe B, VHC et monoplaces http://bit.ly/2uAnjon

    Quand les mages s’intéressent au sport : l’histoire vraie de celui qui faillit faire perdre un Tour de France à Jacques Anquetil http://bit.ly/2vsp7DA

    Présentation d’un polar automobile au cœur de l’Auvergne   http://0z.fr/JHYvp

    Angoisse au col de la Croix Saint-Robert http://0z.fr/U10ZB

    Un docufiction illustré au Mont-Dore http://bit.ly/1sMi8em

    Thierry Le Bras

    (*) Ma qualité d’auteur de chroniques et essais juridiques m’oblige à apporter une précision : en effet, certaines infractions financières restent non prescrites après une période où l’auteur d’un meurtre ne pourrait plus être inquiété. Ce pour une raison technique que j’exposerai dans un ouvrage sans rapport avec la course automobile.

  • Partir en livre auto et moto

    Partir en livre, c’est une fête du livre pour la jeunesse

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Un événement national constitué d’événements gratuits destinés à développer l’amour du livre ! Une fête à laquelle j’incite tous les passionnés de sports mécaniques à associer l’automobile et la moto.

    Tout le monde aime lire. Seulement certains ne le savent pas encore. Lire signifie s’évader dans un univers parallèle, échapper pendant une durée plus ou moins longue aux contraintes de la vie quotidienne, choisir sa destination, son monde de prédilection, embarquer pour le bonheur.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    « Parce qu’il y a des gens qui lisent pour le plaisir » ? s’étonna un jour le fils d’une amie que sa mère essayait d’intéresser à un roman dans son domaine de prédilection, l’informatique. Bien sûr que dévorer un livre apporte de la joie, y compris à ceux qui en douteraient. Mauvais souvenirs d’une lecture forcée au cours de la scolarité, thèmes associés à l’angoisse des examens, titres et développements liés à des sujets trop sérieux pour se détende pensant les vacances, autant de raisons d’écarter les livres d’un emploi du temps festif. Et pourtant...

    Quels livres choisir et où les ouvrir ?

    Rien qu’en France, plus de 66.000 titres ont été publiés en 2013, ce qui correspond à un nouveau livre toutes les 8 minutes ! Cela implique que certains ouvrages correspondent forcément à nos centres d’intérêt, à commencer par l’automobile et la moto, cœur de ce blog.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Parmi ces livres figureront des récits, des romans, des recueils de nouvelles, des biographies, des beaux livres privilégiant le visuel, des BD. Chacun trouvera un bon livre, c’est-à-dire une histoire vraie ou de fiction qui lui plaira. Car peu importe que BHL ou les chroniqueurs estampillés « politiquement corrects » par France Télévisions ou BFM approuvent le livre sélectionné. De toute façon, ils ne le feront pas car ils ne voudraient pas déplaire au pouvoir autophobe dont dépend leur carrière et leur image dans la bobocratie. Le critère du bon livre, c’est le bonheur qu’il apporte aux lecteurs et rien d’autre. Une de mes plus grandes satisfactions en tant qu’auteur est d’entendre des amis passionnés de course automobile qui ne faisaient pas partie des lecteurs de romans me dire qu’ils ont pris plaisir à lire un de mes polars ou une de mes nouvelles et qu’ils ont envie de chercher d’autres fictions automobiles.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Un des avantages du livre est la liberté qu’il offre à son lecteur. Vous pouvez en profiter partout et à n’importe quel moment. Dans le TGV, le métro, le RER, l’avion (en voiture par contre, c’est fortement déconseillé si vous conduisez, à l’exception éventuellement du livre audio s’il ne vous déconcentre pas). « Venez comme vous êtes », vante McDo. Lisez comme vous êtes, ajouterai-je. En short à la plage ou dans le jardin, en pyjama avant de vous endormir, en tenue de ville au restaurant, à l’hôtel, chez vous, partout, absolument partout ! Car lire, c’est s’immerger dans son monde de prédilection, se couper des nuisances, des contraintes, des soucis, des contrariétés, des gêneurs. Vous avez cinq minutes, une heure, une journée, pourquoi ne pas passer ce moment dans le cockpit d’une voiture de course avec Michel Vaillant, les frères Rodriguez, Steve McQueen, David Sarel, Ronnie Le Mat, Philippe Georjan...

    Qui est concerné ?

    L’opération partir en livre s’adressait aux jeunes lecteurs. Donc à vous ! La jeunesse ne se définit pas par l’état civil, mais plutôt par l’état d’esprit. Quiconque conserve une passion reste éternellement jeune et ce ne sont pas quelques années de plus que les pilotes en activité ou quelques douleurs articulaires qui changeront quelque chose à l’affaire.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Une preuve supplémentaire. Les enfants aiment les jouets. Nous aussi. Simplement, les motos et les voitures coûtent plus cher à l’échelle 1/1 que les petites Norev des gamins qui usent leurs fonds de culottes sur les bancs de l’école primaire. Partir en livre auto et moto nous concerne tous, et cela bien au-delà de la date du 30 juillet 2017 prévue sur les documents élaborés par les communicants du ministère de la culture.

    Est-ce que ça coûte cher ?

    Pas forcément. Je vous invite à commencer par des nouvelles (au sens de courtes fictions) illustrées accessibles gratuitement sur des blogs.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Je vous suggère 5 courtes fictions illustrées :

    1 – « Duel au soleil des coteaux », un feuilleton estival avec parmi les héroïnes une Alfa Romeo 2000 GTV et une Simca 1200 S http://bit.ly/1TFRLlK  

    2 - « De trop... », un feuilleton hivernal que rien n’interdit de lire toute l’année, surtout si vous avez éprouvé un jour le sentiment d’être de trop quelque part ou pour quelqu’un http://bit.ly/1OxKWG1

    3 – « Angoisse au bord de la piste », un scénario inquiétant à la Course de côte du Mont-Dore   Chambon-sur-Lac http://0z.fr/U10ZB

    4 – « Dures lois du cross », une histoire de moto-cross qui vous fera voyager dans le temps, fût-ce sans Doc, Marty et la Delorean.... http://bit.ly/1pzMLQz

    5 – « Salades à la sauce Bolonié », pour ceux qui imagineraient naïvement qu’il n’y a pas de tricheurs en sport automobile... http://0z.fr/110Cx

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Après, si vous souhaitez lire un roman automobile en ne risquant qu’UN EURO (moins cher qu’un café), pourquoi ne pas vous laisser tenter par un eBook dont l’action se situe pendant le Rallye des volcans d’Auvergne. Une histoire pleine de suspense qui mêle rallye, superstitions de pilotes, légendes... J’y ai adjoint deux annexes, l’une consacrée aux craintes de vrais pilotes, l’autre racontant le sort mystérieux de la voiture dans laquelle le mythique James Dean trouva la mort. Un livre à télécharger puis à lire sur tablette, Iphone, ordi. Un clic, un euro, et hop, le plaisir de lire un polar dans l’univers de rallye (pour jeunes de 11 à 111 ans et plus) : http://amzn.to/1jAhsoF

    Un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire et qui me tient beaucoup à cœur car un rallyman que j’apprécie particulièrement, Yoann Bonato, a rédigé la préface.

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Un peu plus cher, un peu plus long, un autre polar qui trouve son dénouement au 24 Heures du Mans 1966, sur fond de duel Ford – Ferrari. Vous roulerez en Lotus Elan, en Cobra, vous vous rappellerez votre adolescence, vous dégusterez les spécialités de restaurants de qualité, vous croiserez de très jolies filles, vous passerez du temps avec des amis extraordinaires et vous vous demanderez ce que vous avez fait à de sombres crapules pour qu’elles veuillent votre peau... Il vous en coûtera seulement 3,64 €, un prix plus que raisonnable !UN CLIC ICI http://amzn.to/1nCwZYd

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Vous préférez résolument les livres papier ? L’important, c’est de lire, quel que soit le mode, matériel ou immatériel. Je ne saurais vous piloter vers un support aux dépens de l’autre. D’autant que j’envisage des versions papier de mes eBooks sans exclure d’autres publications en eBooks. Chacun sa trajectoire de lecture. Je vous propose un polar au bord d’une piste de Rallycross, discipline qui conquiert toujours plus de fans grâce à son aspect spectaculaire. CIRCUIT MORTEL vous plaira, j’en suis certain. Beaucoup l’ont déjà lu, mais si vous faites partie de ceux qui ne l’ont pas encore découvert, des rares amis qui ne l’ont pas encore commandé, il n’est pas trop tard. Le support papier grand format le rend certes un peu plus cher qu’un eBook, mais le prix reste raisonnable (20 €). Trois notes présentant le roman :

    1 - http://bit.ly/1XEpx1J

    2 - http://bit.ly/29fHooI

    3 - http://bit.ly/2hjfyxa

    Pour le commander, contactez-moi en message privé sur le blog ou sur ma messagerie Facebook : https://www.facebook.com/thierry.lebras.18

    fictions,livres,bd,david sarel,philippe georjan

    Et n’oubliez pas non plus les autres auteurs de livres intégrant des histoires d’autos, de motos, de pilotes... J’en connais beaucoup d’excellents. D’ailleurs, j’anime une rubrique qui en présente régulièrement http://circuitmortel.com/cat/critique/

    Thierry Le Bras