Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2010

R 5 Alpine et grosse attaque

mini-Roll1_B009785-R1-12-12.JPG

Jean-Luc Moreau au Mont-Dore 1981

 

Qui a dit qu’une traction ne glissait pas et que quand on pilote une telle auto, il faut oublier le mot contre-braquage ?

 

Pas Jean-Luc Moreau en tout cas. En 1981, il achète une R5 Alpine groupe 2 qui sait ce que sensations fortes et performances veulent dire. C’est l’ancienne voiture de Christian Rio qui deviendra bientôt pilote officiel Citroën.

 

Contrairement au précédent pilote de cette voiture, Jean-Luc ne cherche pas à devenir professionnel. C’est un gentleman driver qui veut avant tout se faire plaisir en s’exprimant dans un style particulièrement généreux. Car Jean-Luc Moreau au volant de la R5 Alpine groupe 2, ça rappelle les pilotes finlandais sur la terre. Une attaque de tous les instants ! Un style qui  consiste à freiner l’auto en la balançant en travers en entrée de virage, puis à mettre la godasse (un terme en adéquation avec son sponsor) dès qu’elle se  trouve face à la trajectoire passant par le point de  corde. Je ne serais pas surpris que ce pilote ait été un fan du spectaculaire, surdoué et regretté Henri Toivonen.

 

Une voiture très populaire

 

La R5 Alpine jouissait d’une image sympathique auprès du public. Les spectateurs les plus connaisseurs se rappelaient du Monte-Carlo 1978 où, sur les routes enneigées, Jean Ragnotti et Guy Fréquelin avaient amené leurs « planches à roulettes » sur les deuxième et troisième marches du podium derrière la Porsche 911 groupe 4 Alméras de Jean-Pierre Nicolas. Les autres y voyaient une petite voiture musclée dérivée du modèle le plus populaire en France à l’époque. La R5 Alpine groupe 2, c’était un peu David contre Goliath dans le monde de la course.

63 copie.jpg

Jean-Luc Moreau à la CC de Saint-Gouëno 1981

 

Alors bien sûr, quand un pilote jouait les Finlandais volants avec une 5 Alpine, il se faisait des supporters !

mini-Roll1_B011234-R1-25-25.JPG

Jean-Pierre Jaussaud au Rallycross de Lohéac 1978

 

Bien que ce fût une traction et que sa préparation se révélât somme toute assez coûteuse, la R5 Alpine groupe 2 était une descendante légitime de la R8 Gordini, légende de la course automobile en France, une voiture à laquelle est consacré un excellent site :http://www.r8gordini.com

Pas si facile à piloter

Une anecdote pour compléter la présentation technique de la R5 Alpine groupe 2. Au Rallycross de Lohéac 1978, Gérard Larrousse qui était à la tête du service compétition de Rennault vint voir tourner les modèles qui défendaient les couleurs de la marque au losange. Parmi elles figurait la R5 Alpine groupe 2 du team hollandais Vielle confiée à Jean-Pierre Jaussaud, récent vainqueur des 24 Heures du Mans en compagnie de Didier Pironi.

r5 alpine,jean-luc moreau,courses de côtes

Christian Rio - 1978 - CC du Mont-Dore

Christian Rio, sociétaire de l’Écurie Bretagne, assistait à l’épreuve. Il se lançait dans le Challenge Renault en rallye avec la R5 Alpine que rachèterait plus tard Jean-Luc Moreau. Si la R5 Alpine groupe 2 se montrait efficace, l’autobloquant la rendait difficile à piloter. Monté sur une traction, l’autobloquant tend à optimiser l’efficacité en passant la puissance sur la roue qui ne cire pas. En règle générale, il amène la voiture vers l’intérieur du virage lorsque le pilote accélère et vers l’extérieur lorsqu’il décélère. Il favorise un pilotage propre, mais s’il est brutal comme c’était le cas sur la R5 Alpine groupe 2, il rend la tâche du pilote assez pénible et le soumet à une vraie séance de musculation des avant-bras à chaque spéciale. Christian profita de la présence de Gérard Larrousse pour l’interroger sur ce problème. Le surcroît d’efficacité justifiait-il les désagréments causés aux pilotes ? Oui, répondit Gérard Larrousse. Nous avons fait des essais avec et sans autobloquant et les pilotes vont plus vite avec.

FICHE TECHNIQUE DE LA R5 ALPINE GROUPE 2 :

Moteur

Élaboration : Renault Gordini

Type : à 4 temps 4 cylindres verticaux en ligne, vilebrequin 5paliers, bloc cylindres en fonte, chemises humides et amovibles, position AV

Cylindrée : 1.397 cm3

2 carburateurs horizontaux double corps  Weber 45 DCOE

Arbre à cames « Rallye » (latéral, entraîné par chaîne)

Soupapes en tête, inclinées en V, commandées par poussoirs, ripes et culbuteurs

Culasse alliage léger avec chambres de combustion de forme hémisphérique

Carter d’huile cloisonné

Échappement 4 dans 1

Puissance maxi : 130 ch à 7.000 t/mn (contre 93 ch pour la version Coupe »

Couple maxi : 14,5 mkg à 6.000 t/mn

Radiateur eau et huile (spécial)

Direction : directe

Freins : disques AV ventilés, disques AR

Répartiteur réglable manuellement

Suspensions : barres anti-roulis AV-AR spéciales

Barres de torsion AV-AR renforcées, amortisseurs type Rallye, éléments de suspension type Rallye.

Dimensions :

Jantes :7x13’’ AV et 6x13’’ AR

Pneus : selon les épreuves et conditions (Michelin TB 15, SB 10, SB 11, SB 20, PB 10, voire RC 1 …)

Voie AV : 1.320 mm

Voie AR : 1290 mm

Empattement : inchangé par rapport à la R5 Alpine de série

Poids : 820 kg

Carrosserie : extensions d’ailes AV-AR ; renforts transversaux à l’AV

 

 

Texte et photos :

Thierry Le Bras

15:34 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : r5 alpine, jean-luc moreau, courses de côtes |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

13/04/2010

A CHAQUE ALPINE SON EVEREST

BERLINETTE 2.JPG
La Berlinette Alpine représente un chapitre particulièrement important de l’histoire du sport automobile français.

 

BERLINETTE 1.JPG
Elle a remporté le Championnat du monde des rallyes, triomphé au Monte-Carlo. Il faudrait un ouvrage entier pour citer tous les pilotes qui ont connu l’adrénaline d’un départ au volant d’une Berlinette. J’ai récemment évoqué la victoire de Jean-Claude Andruet et Biche au Rallye  de Monte-Carlo 1973 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/01/22/1973-une-victoire-alpine-a-la-fin-de-l-age-d-or-automobile.html

BERLINETTE 3.JPG
Mais l’Alpine fut aussi l’arme de gentlemen drivers, d’amateurs éclairés, des pilotes très rapides qui contribuèrent à enrichir son palmarès. Car n’oublions pas que  gentleman driver ne signifie nullement pilote de seconde zone, mais simplement pilote qui a une autre activité professionnelles. Quantité de gentlemen drivers sont des pilotes très rapides. J’ai raconté quelques duels entre Pierre Desilles, Joseph Bourdon, Maurice  Nusbaumer, Guillaume  de Saint-Pierre, Alain Gadal, tous excellents pilotes d’Alpine au Rallye d’Armor :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/06/26/batailles-a-la-ronde-d-armor.html

 

A chaque Alpine son Everest. Certaines se sont attaquées aux rallyes du Championnat du monde. D’autres se sont transformées en terreurs de l’Ouest en rallye ou en course de côte. D’autres encore sont allées conquérir de nouveaux lauriers sur les pistes de rallycross. Voici donc quelques Alpine à l’attaque sur différentes pistes !

ALPINE 1.JPG

La Ferté au Rallye d’Armor 1977

ALPINE 2.JPG
ALPINE 3.JPG
ALPINE 4.JPG

Préparatifs du départ du Grand National Tour Auto 1973 à Dinard

 

ALPINE 6.JPG

Guillaume de Saint-Pierre au Rallye d’Armor 1976

 

ALPINE 7.JPG

Noël Guittet à la Course de côte de Saint-Germain Sur Ille 1973

 

ALPINE 8.JPG

Yvonnick à la Course de côte de Landivisiau 1975

 

ALPINE 9.JPG

Noël Guittet à la CC de Pluméliau 1975

 

ALPINE 10.JPG

Marcel Grué à la CC de Pluméliau 1977

 

ALPINE 11.JPG

Patrice Cosson à la CC de Pluméliau 1977

 

ALPINE 12.jpg

Brouard à la CC de Landivisiau 1975

 

ALPINE 13.JPG

Le Bihan à la CC de Saint-Gouëno VHC 2005

 

ALPINE 16.JPG

Philippe Perrin à la CC du Mont-Dore Chambon-Sur-Lac 2002

 

Et lorsqu’on parle d’Alpine, comment ne pas faire un clin d’œil à sa cousine la R8, animée par des mécaniques voisines et elle-aussi indissociable des week-ends de sport automobile en France durant les sixties et les seventies !

mini-13.JPG
 Pour tout savoir ou presque sur R8 Gorde, un surf sur la vague du portail R8 GORDINI s’impose :

http://www.r8gordini.com

 

Modifié le 1er septembre 2012

Vous aimez la Berlinette ? Alors il vous faut absolument découvrir l’excellent livre richement illustré qu’Enguerrand Lecesne lui a consacré :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/02/18/alpine-berlinette-l-icone-des-annees-bleues.html

alpine,berlinette,renault,r8 gordini

Je vous invite aussi à découvrir une fiction humoristique et illustrée en 4 chapitres mettant en scène des R8 Gordini, une R12 Gordini et des rêves de Berlinette :

CH1 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/09/30/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-1.html

 

CH 2 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/02/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-2.html

 

CH 3 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/05/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-3.html

 

CH 4 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/08/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde.html

 

Texte et photos :

Thierry Le Bras

17:09 Publié dans Livre, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alpine, berlinette, renault, r8 gordini |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

07/04/2010

LE PLUS GRAND SACRIFICE D’UN PILOTE

  

PORTRAIT RICARDO RODRIGUEZ 1.jpg

Ricardo Rodriguez

14 février 1942 – 1er novembre 1962

 

Le blog Confidentiel Paddocks rend régulièrement hommage aux pilotes disparus. Quels que soient les efforts consentis par les organisateurs d’épreuves, le pouvoir sportif, les constructeurs et les préparateurs, le risque zéro n’existe pas dans les sports mécaniques. La mort de Henry Surtees dans un accident survenu lors d’une course de F2 disputée à Brands Hatch le 19 juillet 2009 l’a cruellement rappelé. Tout comme la violente sortie de piste de Felipe Massa au GP de Hongrie l’été dernier et le "crash" de Joey Logano à Dover quelques semaines plus tard.

 

PORTAIT JIM CLARK 8.jpg

Jim Clark

14mars 1936 – 7 avril 1968

 

Le blog Confidentiel Paddocks animé par Patrice Dusablon aime et respecte tous les pilotes qui avaient du cœur et entretenaient un lien de passion fusionnelle avec la course automobile. Ce, quelle qu’aient été leur discipline et leur époque. Aussi, Confidentiel Paddocks évoque-t-il des pilotes disparus à la date anniversaire de leur décès. Je participe régulièrement à cette rubrique sur Confidentiel Paddocks. Le 7 avril restera à jamais une triste date pour l’histoire du sport automobile car ce jour correspond à l’anniversaire de la mort de Jim Clark lors d’une épreuve de F2 à Hockenheim en 1968. J’ai rédigé un hommage au Champion écossais qui est en ligne sur Confidentiel Paddocks :

http://confidentielpaddocks.over-blog.com/article-jim-clark-un-des-plus-grands-seigneurs-de-la-course-48083954.html

 

 

PORTRAIT MIKE HAWTHORN 2.jpg

Mike Hawthorn

10 avril 1929 - 22 janvier 1959

 

Outre Jim Clark, l’équipe de Confidentiel Paddocks a déjà rendu hommage à Gred Moore (disparu le 31 octobre 1999), à Ricardo Rodriguez (mort le 1er novembre 1962), à Mike Hawthorn (victime d’un accident de la circulation le 22 janvier 1959).

PORTRAIT JOSE DOLHEM.jpg

José Dolhem

26 avril 1944 -16 avril 1988

Au cours des prochains mois, nous évoquerons notamment les pilotes suivants dans cette rubrique « hommages » de Confidentiel Paddocks : José Dolhem, Ayrton Senna, Henri Toivonen, Gilles Villeneuve, Bruce McLaren, Elio de Angelis, Patrick Depailler, Daniel Rouveyran, Didier Pironi, François Cevert, Ronnie Peterson.

 

La rubrique « hommages » de Confidentiel Paddocks est accessible en cliquant sur :

http://confidentielpaddocks.over-blog.com/categorie-11165675.html

 

Bien sûr, tous les pilotes ne pourront malheureusement pas être couverts dès cette première année d’existence du blog Confidentiel Paddocks. Faute de temps pour les rédacteurs qui participent à l’animation du blog de façon bénévole. Mais si vous souhaitez qu'un de vos pilotes préférés figure dans la rubrique « hommages », n'hésitez pas à le faire savoir sur Confidentiel Paddocks ou sur Circuit Mortel. Nous accorderons au pilote que vous souhaitez honorer l’attention qu’il mérite et nous accueillerons bien volontiers vos contributions.

 

Thierry Le  Bras

13:35 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : confidentiel paddocks, pilotes disparus, hommages |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |