Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2017

Une photo, un flash-back (3)

Une scène au Mont-Dore – Chambon-sur-Lac

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises mon attachement à cette course de côte, à son cadre, à son atmosphère, à son histoire.

Notamment dans une note récente où j‘ai confié comment une photo avec mon père pendant une course de côte avait fait remonter des souvenirs de notre relation, de notre passion commune des courses automobiles, des temps forts qui ont existé, qui restent présents. Car contrairement aux crimes et à la plupart des délits, les sentiments ne se prescrivent pas (cf http://bit.ly/2uRmDv5 ) (*)

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

C’est sous un autre angle que je raconte ma vision de l’épreuve aujourd’hui, celui du photographe.

Partager les émotions

Prendre une photo, c’est capter un temps fort, l’immortaliser, assurer la possibilité de le revivre et, mieux encore, l’offrir à tous ceux qui partagent la même passion. La BMW 560 IUS en tête de cette note disputait l’édition 1978 de la Course de côte du Mont-Dore – Chambon-sur-Lac. Une auto plus adaptée au circuit qu’à la côte, mais une superbe machine que j’aurais volontiers essayée. Le nuage de poussière blanche après le freinage illustre l’attaque de son pilote.

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

J’ai commencé à prendre des photos à l’âge de 8 ans. Touché sans doute par mon regard d’envie sur son appareil, mon père me l’a tendu un jour et m’a dit « tiens, si tu veux essayer ». Il venait d’acheter une voiture neuve. Nous nous promenions à la campagne. J’ai photographié sa R8 rutilante sur fond de paysage breton. Coup de chance sans doute, la photo fut réussie, ce qui m’encouragea à continuer et amena mon père à me déléguer au fil du temps la fonction de photographe de la famille. Je ne me rappelle même pas si j’avais déjà vu des Ferrari en vrai lorsque j’ai appuyé la première fois sur le déclencheur. Au 1/43ème et dans des magazines, oui, sur la route, c’est moins sûr. Je ne pensais pas encore qu’un jour, j’en capterais en pleine course, sous un soleil brûlant perçant des nuages d’orage.

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

Naturellement, dès que j’ai pu assister à des courses automobiles, j’ai pris des photos. Plus tard, Le Mont-Dore a fait partie de mes terrains de jeu photographique préférés. Les voitures les plus impressionnantes de la discipline, un cadre absolument magique, un tracé de 5 kilomètres qui permet de varier les angles de prises de vues. Des lumières changeantes, toujours intéressantes. Le Mont-Dore – Chambon-sur-Lac rappelle à ce niveau les côtes de l’Atlantique ou de la Manche. L’astre solaire les illumine d’une aura magnifique. Les nuages, l’orage, la pluie soulignent les mystères de paysages qu’aucun visiteur ne saurait conquérir.

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

La montagne tolère notre présence. Nous devons l’en remercier, la respecter, l’admirer. Que le soleil diffuse des rayons d’or ou que le brouillard et les nuages enveloppent la montagne d’un manteau de coton blanc, les pilotes attaquent à fond et le lac de Chambon enrichit de décor naturel derrière les bolides.

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

40 ans ont passé depuis ma première course de côte au Mont-Dore. Quand je visionne aujourd’hui les photos prises de ma Golf GTI en course puis les photos que j‘ai réalisées d’autres pilotes, je constate bien sûr l’évolution logique de l’automobile. Et je m’émerveille à chaque fois, non seulement du souvenir des voitures, mais aussi devant ce cadre du Col de la Croix Saint-Robert et de la Vallée de Chaudefour. Comme c’est beau... Merci au progrès technique (dont je dénigre parfois des conséquences néfastes) de permettre la mise en ligne de nos photos sur des blogs, sur des réseaux sociaux, sur des forums. C’est tout de même plus pratique que la circulation de tirages 9x13 ou les soirées diapos auxquelles tout le monde ne peut pas venir compte tenu de la distance et de l’incompatibilité des emplois du temps.

Traduire la course dans des fictions et organiser des expositions

Quand j‘écris des scènes de course automobile dans des romans ou nouvelles, je m’entoure toujours de photos de l’épreuve, du site, des modèles participant à l’action. Le plus souvent possible, j’utilise des photos dont je suis l’auteur. Pas par orgueil, simplement parce que, logiquement, mes photos traduisent la vision de la course que j’ai envie de partager. Mais quand j’évoque des compétitions auxquelles je n’ai pas assisté, je me sers sans hésitation ni réticence d’images d’époque issues des sources que j’ai pu réunir.

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

Pour rédiger LE PACTE DU TRICHEUR (cf lien en fin de note), je n’ai pas eu de problème de sources photographies. J’avais tout ce qu’il fallait dans mes propres archives !

course de côte,le mont-dore,auvergne,fictions,art automobile

Depuis quelques mois, une envie monte en moi, celle d’organiser des expositions de photos consacrées à la course automobile. J’y ai pensé la première fois à l’occasion du Tour Auto lorsqu’il est passé à Saint-Malo en avril 2017. J’envisage évidemment d’exposer mes propres clichés, mais pas seulement. Quand je découvre sur Facebook les images partagées par des amis (ou d’autres personnes d’ailleurs), je me dis que les possibilités, lieux et thèmes se révèlent infinis. Certes, nous participons tous à des galeries virtuelles via nos blogs, comptes et pages spécialisées sur les réseaux. Les expositions matérielles, avec des tirages sur papier mis sous verre, ne se substitueraient pas à ces sources passionnantes. Elles s’ajouteraient à ce qui existe déjà et inciteraient à surfer encore plus sur le Net à la recherche d’images de course automobile, à nous rendre encore plus dans les librairies acheter des livres automobiles, à visiter encore plus de galeries afin de découvrir les artistes qui mettent leur talent au service de l’automobile. Ça vaut le coup d’y réfléchir, non ?

QUELQUES LIENS

Quelques photos à la Course de côte du Mont-Dore – Chambon-sur-Lac

* des voitures dérivées de la série http://bit.ly/2wqMxXA

* des GT, groupe B, VHC et monoplaces http://bit.ly/2uAnjon

Quand les mages s’intéressent au sport : l’histoire vraie de celui qui faillit faire perdre un Tour de France à Jacques Anquetil http://bit.ly/2vsp7DA

Présentation d’un polar automobile au cœur de l’Auvergne   http://0z.fr/JHYvp

Angoisse au col de la Croix Saint-Robert http://0z.fr/U10ZB

Un docufiction illustré au Mont-Dore http://bit.ly/1sMi8em

Thierry Le Bras

(*) Ma qualité d’auteur de chroniques et essais juridiques m’oblige à apporter une précision : en effet, certaines infractions financières restent non prescrites après une période où l’auteur d’un meurtre ne pourrait plus être inquiété. Ce pour une raison technique que j’exposerai dans un ouvrage sans rapport avec la course automobile.

17:09 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : course de côte, le mont-dore, auvergne, fictions, art automobile |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Écrire un commentaire