Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

N’oublions pas les grands classiques : Gordini

R 12 GORD.jpg

Christian Galopin à l’Armor 1975

La lecture assidue des grands classiques à l’adolescence permet, dit-on, de comprendre l’âme humaine.

HERVE POULAIN.JPG

Hervé Poulain à l’Armor 1974

Le visuel des R8 et R12 Gordini rappelle, quant à lui, les fondamentaux du sport automobile. De l’attaque, du spectacle, des souvenirs éblouissants, un sport automobile encore accessible. A l’exception de la voiture de Didier Pironi au Tour de Corse 1975, les photos qui illustrent cette note ont toutes été prises par mes soins à la Course de côte de Saint-Germain sur Ille, au Rallye d’Armor et à la Course de côte de  Saint-Gouëno entre 1973 et 1976.

mini-12.JPG
26.jpg

La R8 Gordini et la R12 Gordini furent des voitures de compétition issues de la grande série et transformées en bêtes de course par un sorcier. Elles ne devenaient pas citrouilles au douzième coup de minuit et c’est heureux pour les pilotes qui disputaient des rallyes de nuit ! Leur philosophie permit à quantité de grands pilotes d’affiner leur coup de volant et d’accéder à des équipes d’usine. Les Renault Gordini offrirent aussi des joies terribles – j’emploie volontairement les mots qu’Enzo Ferrari choisit comme titre à sa biographie – à plusieurs générations de pilotes amateurs, et c’est tout aussi important.

29.jpg

Dans la littérature, il existe de bons sorciers comme Harry Potter et de mauvais sorciers comme Voldemort. Dans le sport automobile, il existe également de bons sorciers comme Amédée Gordini et d’autres très méchants. On a même vu un sorcier sulfureux truquer les résultats d’un Grand-Prix à Singapour. Ses armes maléfiques, la menace d’un coup de balais contre un pilote sacrifié, une potion de complaisance à une certaine presse asservie aux intérêts mercantiles, et la complaisance politique d’un pouvoir dit sportif.

DP TDC 75 1.jpg
DP TDC 75 2.jpg

Didier Pironi au Tour de Corse 1975

En lisant après le Grand-Prix de Monaco que pour Bernie Ecclestone, gérer la F1 de façon raisonnable financièrement, c’est aller loger sur le yacht de son cher ami et triste compère Briatore en Principauté plutôt que dans un palace, je me suis demandé si le grand argentier de la Formule reine et le grand truqueur de Grands-Prix savaient que des pilotes de F1 comme Jean-Pierre Jarier (en coupe) ou Didier Pironi (au Tour de Corse 1975) avaient couru en Gordini. En tout cas, l’Écurie Renault se porte drôlement mieux depuis que le père Flavio et son pilote fétiche sont partis. Ce qui serait franchement excitant, ce serait que Kimi Räikkönen y rejoigne Vittaly Petrov en 2011 et que ces deux pilotes enthousiasmants réalisent des doublés. La venue de Kimi chez Renault est possible. Les rumeurs insistantes de refroidissement des relations entre Kubica et Renault confortent sa crédibilité. En tout cas, les deux voitures de l’écurie au losange marchent maintenant, alors qu’avant, la seconde connaissait toujours des problèmes, comme pour mettre artificiellement la première en valeur... Quand elle n’était pas projetée dans un mur pour aider le pilote de la première bien sûr. Du temps des R8 G et R12 G, le moindre manquement au règlement était sanctionné par plusieurs mois de suspension de licence. Sous le règne de ces Messieurs, le Stepney Gate a valu des félicitations du président de la FIA à son principal bénéficiaire, un individu qui a aussi affirmé sans baisser les yeux ni rougir qu’il méritait sa victoire de Singapour 2008 malgré l’accident provoqué par Piquet Jr.  Quelle insulte aux valeurs du sport en général. Quelle honte pour notre  sport favori et ceux qui ont fabriqué son histoire ! Oserai-je parodier Sardou dans Vladimir Illitch  et écrire : Gordini, réveille toi, ils sont devenus fous !

mini-13.JPG

L’histoire Gordini vous passionne ? Pour découvrir quelques secrets du sorcier qui transforma tant de voitures en bêtes à gagner, n’hésitez pas à cliquer au plus vite sur un excellent portail :

http://www.r8gordini.com

Et pour un clin d’œil à la R8 Gordini par le biais d’une fiction humoristique largement illustrée en 4 chapitres rendez- vous sur :

mini-8.JPG

Chapitre 1 : http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/09/30/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-1.html

Chapitre 2 : http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/02/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-2.html

Chapitre 3 : http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/05/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-3.html

Chapitre 4 : http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/08/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde.html

Thierry Le Bras

12:20 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : r8 g, r12 g, gordini, f 1 |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

30/07/2007

LA R 12 GORDINI, VOITURE PASSION

medium_R_12_GORD.2.jpg

CIRCUIT MORTEL, C’EST AUSSI LE RENDEZ-VOUS DE TOUS LES FANS DE VOITURES PASSIONS

Vous avez des souvenirs liés à la R 12 Gord ? Laissez vos commentaires !

La 12 Gord assuma le poids d’un lourd héritage : succéder au mythe R 8 Gordini, la première voiture populaire conçue pour la compétition.

La 12 Gord partait avec des handicaps : une voiture encombrante, traction avant à une époque où voiture sportive rimait avec roues arrière motrices. Utilisée en Coupe Gordini jusqu’à l’avènement de la R 5 Alpine, la 12 Gord joua pourtant bravement son rôle. Elle se distingua aussi en Groupe 2, classe 1301 – 1600 cm3, tant en rallye qu’en course de côte.

Parmi les pilotes renommés qui coururent en R 12 Gordin, figure Didier Pironi. C’était au Tour de Corse 1975 (j’y reviendrai).

r12 gordini,r12 g,gordini,philippe georjan,rallye,vintage

Comme son aînée, la R 12 Gord suscita bien des passions. Je mes souviens de copains qui, à la fin des années 70 et au début des années 80 ne juraient que par la berline Renault. N’est-ce pas Messieurs Dominique Gourden, Philippe Paviot (ci-dessus), Gilles Mosconi ? Très saine, agréable à piloter, performante, la R 12 Gordini valait beaucoup mieux que son image.

r12 gordini,r12 g,gordini,philippe georjan,rallye,vintage

Dans un univers parallèle, elle sera aussi la première voiture que Philippe Georjan, un de mes héros de fiction récurrents, pilotera en compétition après avoir débuté le rallye en qualité de navigateur de son ami Xavier.

 

Pour les techniciens, nous rappellerons les caractéristiques de la version 1973 (origine) :
* 4 cylindres en ligne de 1.565 cm3 (77 x 84) ; soupapes en tête en V, arbre à cames latéral, bloc et culasse alu, 2 carbu Horiz ; boite 5 vitesses ; 113 ch DIN à 4.500 tr/mn ; 980 kg.

 

NOTE MODIFIEE LE 6 JUILLET 2015

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

La première aventure commune de Xavier et Philippe, au Mans, quand le cadet ne jouait encore qu’un rôle de supporter inconditionnel  http://amzn.to/1nCwZYd

 

Quand Philippe Georjan découvrait qu’en course automobile comme ailleurs, le crime paye souvent  http://0z.fr/110Cx

 

Le portail d’une autre Gordini, la fameuse R8G  http://www.r8gordini.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

13:45 Publié dans Livre, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : r12 gordini, r12 g, gordini, philippe georjan, rallye, vintage |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |