Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2011

COURSE DE CÔTE DE SAINT-GERMAIN SUR ILLE (1973 et 1974) : LES VOITURES DE TOURISME A L’HONNEUR !

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Si les monoplaces, les prototypes et les GT sont spectaculaires et rugirent leur puissance sur le tracé de la CC de Saint-Germain sur Ille organisée par l’Écurie Bretagne, les voitures du groupe 1 (tourisme de série) et du groupe 2 (tourisme spécial) se livrèrent aussi à de superbes passes d’armes.

Ci-dessus l’Alfa Roméo 2000 GTV groupe de Marcel Grué, un des meilleurs pilotes du groupe 1 à cette période. Marcel accumula les victoires dans la catégorie 1601 – 2000 cm3 et enleva également des victoires de groupe. Rappelons pour ceux qui n’ont pas connu cette époque que les voitures de tourisme de série (groupe 1) devaient avoir été fabriquées à au moins 5.000 exemplaires en 12 mois consécutifs et comporter au moins 4 places, tout au moins si leur cylindrée dépassait 1000 cm3.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Les Commodore GSE se révélèrent redoutables pour la victoire en groupe 1. Ici celle de Jacky Ravenel (1974), terreur de la catégorie dans l’Ouest et même ailleurs. En 1973, les grosses américaines venaient quelquefois écraser les européennes de leurs cylindrées hors normes. J’y reviendrai.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Les BMW 30 SI furent aussi des rivales redoutables pour les Commodore. La plupart des BMW 3 litres engagées en compétition furent des coupés. Mais quelques pilotes (Zarco p.ex.) défendirent aussi leurs chances avec des versions berlines.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Avant de se convertir à la Commodore GSE, Jacky Ravenel avait d’ailleurs cédé aux charmes de La Chevrolet Camaro. J’ai pris cette photo en 1973, à la sortie de l’épingle de la Poste.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Dans la catégorie des voitures de moins de 2 litres, les BMW 2002 furent les princiaples rivales des Alfa Roméo en côte à cette période. Dans l’Ouest, les Alfa prirent généralement l’avantage, bien que des pilotes tels que Jean-Marc Jouannic (ici en 1973) se soient souvent montrés spectaculaires et compétitifs.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Dépassées en côte en groupe 1 faute de puissance, les Opel Ascona SR se montrèrent bien plus compétitives en rallye, surtout lorsqu’elles étaient développées en groupe 2. Ici celle de Claude Buchet en 1973. L’Ascona fut avant tout une voiture de rallymen. Ses qualités routières étaient extraordinaires et elle se révélait particulièrement saine et agréable à piloter. C’était un plaisir de voir les meilleurs du rallye faire quelques incursions à Saint-Germain sur Ille avec leurs Opel.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Les voitures du groupe 2 (tourisme spécial) devaient avoir été fabriquées à au moins 1.000 exemplaires en 12 mois consécutifs et comporter au moins 4 places, tout au moins si leur cylindrée dépassait 1000 cm3. Ce groupe accueillait aussi les voitures du groupe 1 ayant reçu certaines modifications et adjonctions dépassant ce qui était autorisé en tourisme de série. Les modifications visées concernaient non seulement les organes mécaniques, mais aussi les suspensions et la carrosserie, par exemple la suppression des pare-chocs et l’installation de spoilers et d’ailes élargies. L’ensemble de ces modifications les rendait plus agressives, plus belles et surtout plus efficaces. L’Ascona SR de Jean-Louis Ravenel (le frère de Jacky) ici n’a-t-elle encore pas plus l’air d’une voiture de course que celle de Claude Buchet ?

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

Avant le règne des Rallye 2 dans la catégorie des Groupe 2 de 1.001 à 1.300 cm3, il y eut Louis Sinsoulier et ses Fiat 128. Des machines dont les moteurs grimpaient allègrement dans les tours, un sens de l’attaque à donf qui enchantait le public, une recette de victoires. N’oublions pas qu’à cette époque, P’tit Louis était installé à quelques kilomètres de Saint-Germain sur Ille, ce qui en faisait un des régionaux de l’étape et un chouchou du public !

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,marcel grué,jacky ravenel,jean-louis ravenel,claude buchet,louis sinsoulier

En côte, ce sont les petites autos qui entament le spectacle. A l’époque, les voitures les plus nombreuses à chaque épreuve étaient les Rallye 2 groupe 1. Elles étaient parfois plus de 30 au départ. Alors forcément, les pilotes sortaient la grosse attaque !

DES LIENS A SUIVRE

Vive les « Groupe 1 » !

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/04/28/les-reines.html

 

L’Opel Commodore GSE en course de côte

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/03/02/l-opel-commodore-gse-en-course-de-cote.html

 

Thierry Le Bras

09/03/2011

QUELQUES ROIS DE LA MONTAGNE A LA COURSE DE CÔTE DE SAINT-GERMAIN SUR ILLE (1973 et 1974)

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,yves martin,raymond touroul,miclel lateste,claude pigeon

L’épreuve organisée par l’Écurie Bretagne dans la région rennaise a attiré de grands noms du sport automobile et offert au public le spectacle de superbes voitures en action.

A tout seigneur, tout honneur. Yves Martin ci-dessus, fit parie des tout meilleurs pilote de la discipline. Le voici en 1974 à l’épingle de la Poste au volant de sa McLaren F2 (une voiture que pilota Jody Scheckter en 1972) qui avait conservé la couleur orange sous laquelle coururent Dennis Hulme et Bruce McLaren en personne en F1 comme en Canam.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,yves martin,raymond touroul,miclel lateste,claude pigeon

Course de côte, circuit, rallye, rallycross, Raymond Touroul a brillé dans toutes les disciplines. Le voici en 1973 au volant d’une Porsche 910 qu’il amène dans son style à la fois généreux et efficace. Il terminera second au scratch (et premier des protos) derrière la Martini MK 7 (une monoplace) de Marcel Morel.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,yves martin,raymond touroul,miclel lateste,claude pigeon

Michel Lateste aussi attaquait fort, en proto comme en F2. Il fit également partie des grands animateurs de la course de côte dans l’Ouest. Il participa en outre aux 24 Heures du Mans.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,yves martin,raymond touroul,miclel lateste,claude pigeon

Tout comme Claude Pigeon. Le vainqueur du Grand National Tour Auto 1973 (cf les notes des 9, 16 et 21 février 2011) remporta de nombreuses victoires en groupe 4 avec cette superbe auto photographiée ici en 1974.

course de côte de saint-germain sur ille,1973,1974,yves martin,raymond touroul,miclel lateste,claude pigeon

Rares en côte, les Datsun 240 Z. Ce fut plus en rallye que la Japonaise se fit remarquer. Mais une auto inhabituelle attire toujours le public, surtout quand c’est un beau coupé qui fait rêver.

UN LIEN A SUIVRE

vers d’autres souvenirs de course de côte dans l’Ouest

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/11/17/course-de-cote-de-neuvy-le-roy-un-bon-souvenir.html#c6471438

 

en attendant de nouvelles images dans quelques jours.

 

Thierry Le Bras

01/03/2011

MICHEL FERTÉ : UN PILOTE DE L OUEST

michel ferté,rallye de la côte fleurie,24 heures du mans,24 heures du mans 1989,jaguar xjr9,f 3000,f1,ligier

Le pilote falaisien a couru au plus haut niveau. Il aurait pu aller en Formule 1 si le destin lui avait donné un petit coup de pouce. Il est aussi venu se frotter aux rallymen de l’Ouest au Rallye de la Côte Fleurie.

Au Mans 1989 (cf. la photo ci-dessus), Michel Ferté était associé à son frère Alain et à Eliseo Salazar sur la Jaguar XJR9 numéro 4. Ils figuraient parmi les prétendants à la victoire. Michel, Alain et Eliseo finiront à la 8ème place. La course mancelle est pleine d’imprévus et cette année-là, ce seront les Mercedes qui l’emporteront.
michel ferté,rallye de la côte fleurie,24 heures du mans,24 heures du mans 1989,jaguar xjr9,f 3000,f1,ligier

Sept ans plus tôt, en 1982, certains pilotes amateurs de l’Ouest avaient eu l’occasion d’en découdre avec Michel Ferté. C’était au Rallye de la Côte Fleurie. Michel avait 23 ans. Il sortait d’une saison en production avec une Ford Escort 2000 RS (contrat obtenu en s’imposant au Volant Marlboro) et s’apprêtait à entamer une saison de F3 au terme de laquelle il terminerait vice-champion de France après avoir gagné 3 courses. A Deauville en février 1982, Michel, originaire de Falaise dans le Calvados, osa sortir de sa discipline d’origine, le circuit, pour venir se frotter à ceux du rallye. Il avait loué une R5 Turbo et réalisa un joli début de course jusqu’à son abandon .Une expérience qu’apprécieront tous ceux qui aiment les pilotes éclectiques et se souviennent du temps où les Jim Clark et Lucien Bianchi qui couraient en F1 s’engageaient aussi parfois en rallye.

michel ferté,rallye de la côte fleurie,24 heures du mans,24 heures du mans 1989,jaguar xjr9,f 3000,f1,ligier

Dans son album F 3000, Jean Graton intègre Michel Ferté au Team Vaillante. Il y fait équipe avec Fabien Giroix et Jean-Denis Deletraz et espère, comme ses coéquipiers, succéder à Michel Vaillant en Formule 1. Dans la vraie vie, Michel Ferté a bien piloté en F 3000. Il fut deux fois champion de France et 5ème du championnat intercontinental de la discipline. Il a également effectué des essais pour Ligier.

« Michel Ferté, c’était le plus grand pilote du monde, m’assurera un journaliste de l’Ouest au printemps 2003. Dommage qu’il n’ait pas eu l’occasion d’avoir une bonne F1. » Je ne sais pas si Michel aurait battu Ayrton Senna et Nigel Mansell au freinage au bout d’une ligne droite parcourue roues contre roues, mais on aurait effectivement aimé le voir dans le cockpit d’une bonne F1. Je suis fermement convaincu qu’il le méritait. Bien qu’il n’ait pas disputé de Grands-Prix de Formule 1, Michel a brillé dans d’autres disciplines et piloté des voitures extraordinaires telles que la Porsche 962, le proto Jaguar, la Ferrari 333 SP, la Ferrari F40… Il a donné du plaisir à ses supporters et en a sûrement éprouvé beaucoup derrière le volant.

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

Une participation tumultueuse au Rallye de la Côte Fleurie

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2008/04/17/premier-rallye-en-golf-gti.html

 

D’autres histoires de 24 Heures du Mans

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/06/06/belles-de-course-les-porsche-917.html

 

Thierry Le Bras