Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 59

  • DES PILOTES DE L'OUEST AU VOLANT DE BMW M1 AU MANS

     bmw m1,24 heures du mans,pilotes de l'ouest

    Flamboyante comme une Italienne, rigoureuse comme une Allemande, la BMW M1 fait à mon sens partie des plus belles GT jamais produites.

    Sa carrosserie dessinée par Giorgetto Giugiaro faisait rougir d’envie les amateurs de belles italiennes. Le moteur 3,5 litres 6 cylindres en ligne 24 soupapes développait 277 chevaux de série. La version groupe 4 gagnait près de 200 chevaux et quelques monstres développés en groupe 5 autour de moteurs turbocompressés atteindraient les 1000 chevaux.

    La fabuleuse BMW M1 vit le jour en 1978. Pour BMW Motorsport, elle symbolisa une seconde naissance, un virage audacieux qui se concrétisait par la fabrication d’une voiture de série prestigieuse. Cette GT à moteur central n’allait pas tarder à connaître la gloire en compétition. Pas seulement sur les pistes du Championnat du monde de F1 où des épreuves de Procar réuniraient nombre de M1, dont certaines pilotées par les animateurs de la discipline reine, la veille des Grands-Prix. Mais aussi en endurance, en course de côte, et même en rallye.

    En 1980, plusieurs M1 participèrent aux 24 Heures du Mans. Trois d'entre-elles offrirent à des pilotes de l'Ouest des souvenirs inoubliables.

    Aussi facile à piloter qu'une bicyclette

    La semaine mancelle commença par quelques soucis pour la numéro 96 engagée en catégorie GTX par le Garage du Bac pour Frédéric Alliot et Jacques Guérin. D'abord, ils durent modifier l'aileron arrière pour que l'auto soit complètement conforme aux prescriptions de sa catégorie. Puis, la deuxième séance de qualification occasionna quelques frayeurs, surtout quand Frédéric Alliot sortit dans les grillages au Tertre Rouge, mais elle put repartir et se qualifier.

    bmw m1,24 heures du mans,pilotes de l'ouest

    Malgré l'incident, le pilote vendéen se montrait élogieux sur sa monture. « Une vraie bicyclette sur la piste mouillée. Le moteur est très progressif. Un précieux allié. Bien plus plaisant de piloter ce type d’auto qu’une Porsche Turbo. Nous avons vraiment entre les mains une bête de course. » Les conditions de course furent épouvantables en 1980. Pluie, orages, un temps de galériens. La BM des hommes de l'Ouest dépassa allégrement la mi-course. Elle semblait pouvoir surmonter la tempête et rejoindre le port du drapeau à damier à 16 heures. Mais une touchette le dimanche matin la priva de tout espoir de bien figurer. Dommage.

    Associé à un vainqueur de Grand-Prix

    Ce fut l'expérience vécue par le Manceau Marcel Mignot lors de cette édition 1980. Didier Pironi avait remporté le Grand-Prix de Belgique quelques semaines plus tôt. Il avait signé la pole à Monaco et faisait partie des candidats au titre de Champion du monde des conducteurs. Il avait aussi signé pour deux courses avec BMW France sur la fameuse M1 aux couleurs « carte de France », Mugello et Le Mans. Le troisième homme de l'équipage est Dieter Quester.

    bmw m1,24 heures du mans,pilotes de l'ouest

    La numéro 83 de Pironi – Quester – Mignot tira remarquablement son épingle du jeu le mercredi soir sous la pluie. La voiture, engagée en IMSA, était encore très proche d’une Groupe 4. Elle signa un fantastique cinquième temps !

    bmw m1,24 heures du mans,pilotes de l'ouest

    La course ne sera pas tout pas tout à fait confirme aux espoirs que laissait entrevoir cette première séance d'essais. Une sortie de piste de Marcel Mignot le samedi soir au Tertre Rouge et un échappement cassé ralentirent la BMW M1 N° 83 qui finit la course sur 5 cylindres à la 14ème place.

    Un début de course époustouflant

    Habitué au pilotage des protos Lola, Dominique Lacaud n'éprouva aucune difficulté à trouver le mode d'emploi de la BMW M1 numéro 84 engagée elle-aussi en IMSA par BMW Motorsport.

    bmw m1,24 heures du mans,pilotes de l'ouest

    Il partage le volant de la voiture avec Hans Stuck et Hans-Georg Bürger.;Stuck prend le départ, il pleut averse. La piste du Mans s’est transformée en patinoire. Dominique Lacaud se réjouit bientôt de voir la numéro 84 pointer un moment à la seconde place. La suite sera moins glorieuse. Il faut bien l'admettre, les M1 étaient plus à leur aise dans les épreuves de 6 heures que sur des marathons de 24 heures. Au Mans, elles passèrent souvent par les stands. La 84 finirait 15ème, juste derrière la voiture soeur alignée par BMW France.

    Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

    DES LIENS A SUIVRE :

    Quand des amateurs bretons gagnent au Mans http://bit.ly/1RxITRF

    Parmi les clés de la victoire aux 24 Heures du Mans, la gestion des conditions météorologiques délicates (docufiction) http://bit.ly/25TaV2X

    Une galerie de photos de BMW au Tour Auto Optic 2000 http://bit.ly/2qjls5F

    Thierry Le Bras

  • TRAJECTOIRES ET GOMME BRÛLÉE

     tags : courses de côtes,sorties de piste,berlinette,alpine,saint-gouëno,mont-dore

    La victoire de Jenson Button au Canada m'a réjoui car l'Anglais est un authentique gentleman et un pilote très fin. Elle m'a aussi rappelé quelques anecdotes entendues le long des pistes...

    Jenson est un pilote intelligent qui économise sa voiture et ses pneumatiques, ce qui lui a permis à plusieurs reprises de prendre l'avantage sur des rivaux à l'agonie. Rouler fort en ménageant l'auto n'est pas chose aisée. En son temps, l'immense Jim Clark fit partie des pilotes qui excellaient dans cet exercice.

    Spectacle ou efficacité ?

    Loin des pistes de F1, au bord des tracés de courses de côtes, les spectateurs n'apprécient pas toujours l'art du pilotage à sa juste valeur. Loin s'en faut. Tous les passionnés de compétition se souviendront d'anecdotes cocasses qui auront écorché leurs oreilles averties.

    tags : courses de côtes,sorties de piste,berlinette,alpine,saint-gouëno,mont-dore

    Ainsi, quand un pilote se loupe, freine trop tard, part en travers ou en tête à queue (ici Vladimir Barras au Mont-Dore 2002), il ne manque jamais de pros de la beaufitude pour s'écrier que « celui-là, il va vite, ça doit être lui le champion du monde... » L'extase émane le plus souvent d'un type bien rougeaud qui passe plus de temps à la buvette qu'à regarder les pilotes. La pollution olfactive qu'il dégage en témoigne. Des effluves d'alcool qui tâche grave mêlées à la transpiration qui n'ont rien à voir avec le bouquet de ce petit Bordeaux qui accompagne si bien la côte de boeuf au poivre ni le délicieux parfum de votre Mandarine Napoléon préférée. Arrivé à la course de côte par hasard, le beauf aurait tout aussi bien pu se rendre au concours de l'Amicale bouliste de Trifouilli les trois canards. Du moment qu'il y a une buvette..;

    Il y va tout de même de son avis de prétendu spécialiste, car le ridicule ne tue pas, heureusement, sauf pour les entrepreneurs de pompes funèbres, les fabricants de cercueils et les marbriers.

    tags : courses de côtes,sorties de piste,berlinette,alpine,saint-gouëno,mont-dore

    Car en vérité, le pilote qui allume ses roues, frôle le tout droit ou part en travers, perd de précieux dixièmes qui signifient une montée morte. Anthony Gasquet, pilote d'une Lucchini, se serait bien passé de cette frayeur au Mont-Dore 2002.

    L'auto s'est freinée sur ses roues, elle sortira trop lentement du virage loupé. Sans compter qu'après un plat sur un (ou plusieurs) pneu(s), la voiture risque de se comporter bizarrement dans le virage suivant et que son conducteur a intérêt à gérer son émotivité s'il veut éviter une nouvelle faute.

    Sobriété fait plus que rage et que glisse

    Dans les écoles de pilotage, les moniteurs apprennent à leurs élèves que les frottements des pneus ralentissent la voiture et que moins ils tournent les roues tout en inscrivant l'auto sur la trajectoire parfaite, plus ils iront vite.

    tags : courses de côtes,sorties de piste,berlinette,alpine,saint-gouëno,mont-dore

    Seule satisfaction pour le pilote qui s'est loupé comme celui de cette Berlinette à la CC de Saint-Gouëno 1974, celle d'avoir sauvé l'auto. Tant que la caisse n'est pas cassée, que les trains sont intacts et les pneus sauvegardés, il reste l'espoir de réussir la deuxième montée parfaite ou de prendre sa revanche dès l'épreuve suivante. C'est forcément ce qu'espère Julien France à l'instant précis saisi ci-dessous.

    tags : courses de côtes,sorties de piste,berlinette,alpine,saint-gouëno,mont-dore

    Si l'incident s'est produit à la première montée et que le pilote échaudé passe de façon sobre mais efficace à la seconde, le rougeaud enthousiaste dont la perspicacité décline au fil des verres et/ou des canettes manifestera son dépit. « Y s'est fait peur le mec. Il a les chocottes maintenant. Il avance plus. Ah que si c'était moi au volant, comment que j'mettrais la patate et que je j'leur montrerais c'que c'est que faire couiner les pneus. Y-zont-qu'à m'les prêter leurs bagnoles et j'leur montrerai moi. Pis d'abord moi, j'conduisais déjà le tracteur de tonton Momo à 12 ans, quand eux, y-z-étaient encore sur leurs vélos... » Que le pilote sobre remporte sa catégorie ne changera rien à l'avis éclairé du spectateur du dimanche.

    QUELQUES LIENS A SUIVRE :

    Des portraits de Jenson Button

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/28/john-et-jenson-button-ou-les-valeurs-du-rallycross.html

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/08/25/jenson-button-et-nico-rosberg-se-mouillent.html

    Sorties de piste en course de côte

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/01/05/sorties-de-piste-en-course-de-cote.html

    La première sortie de route de Ronnie (fiction illustrée et humoristique)

    http://confidentielpaddocks.over-blog.com/article-36659346.html

    Thierry Le Bras

  • DE LA COMMODORE GSE A LA KADETT GT/E

    opel commodore gse,opel kadett gte,jacky ravenel,jean-louis ravenel,knapick,roger bancal,jean-louis clarr,rallye,armor,touraine

     1976 marque une révolution dans le petit univers de la course automobile.  

    Non seulement la Golf GTI sera commercialisée à l'automne par VW, mais l'Opel Kadett GT/E est homologuée en groupe 1. Elle va très vite devenir la reine de sa catégorie en rallye. Son secret, un équilibre fantastique marquant un progrès considérable par rapport à ses rivales. « C'est à,la base une voiture exceptionnelle », témoigne Jean-Louis Clarr.

    Le sigle Opel intègre un éclair

    Lumière, vitesse, fulgurance, coup de tonnerre, un symbole en parfaite adéquation avec les modèles sportifs de la marque. Opel GT, Kadett Rallye, Opel Commodore GSE, Opel Ascona SR, une bien belle lignée qui aboutit au coeur des seventies à l'offre de deux autos redoutables dans la catégorie des voitures de tourisme, à savoir la Commodore GSE et la Kadett GT/E.

    opel commodore gse,opel kadett gte,jacky ravenel,jean-louis ravenel,knapick,roger bancal,jean-louis clarr,rallye,armor,touraine

    Des pilotes de grand talent ont déjà défendu les couleurs d'Opel. Parmi eux Henri Greder, Marie-Claude Beaumont, Walter Röhrl, Jean-Louis Clarr, Jean Ragnotti, sans oublier dans l'Ouest Claude Buchet et les frères Ravenel.

    Passation de pouvoir

    Jusqu'à 1975 inclus, aucun modèle ne pouvait prétendre au titre de reine incontestée du groupe 1 sur les parcours d'ES. Certes, la Commodore GSE jouait régulièrement la gagne comme celle de Jean-Louis Ravenel en photo (à l'Armor 1975) dans cette note. Mais la lecture des palmarès d'époque fait aussi apparaître de nombreuses victoires Alfa Roméo. Des garçons parmi lesquels Gérard Larrousse, Guy Fréquelin, Bernard Béguin, Francis Vincent pour ne citer qu'eux ont défendu avec brio la réputation du merveilleux coupé 2000 GTV Bertone. Mais voilà, la Kadett GT/E va tout changer (ici celle de Knapick à l'Armor 1976). Malgré un déficit de puissance (seulement 105 cv de série et 125 cv dans les premières versions groupe 1 équipées jusqu'à 1978 d'un moteur de 1897 cm3), elle se révèle d'une efficacité diabolique. Naturellement, la Commodore a de beaux restes. En côte, mais parfois même en rallye. Au Touraine 1976 par exemple, Jacky Ravenel devancera Knapick. Certes, Dorche remportera encore quelques victoires de groupe avec sa BMW 2002 TI. Mais globalement, la Kadett GT/E devient l'ogre de la catégorie.

    opel commodore gse,opel kadett gte,jacky ravenel,jean-louis ravenel,knapick,roger bancal,jean-louis clarr,rallye,armor,touraine

    Dans l'Ouest, Hervé Knapick, Jean-Louis Ravenel et Roger Bancal l'ont choisie. « Avecl'Opel Kadett GT/E, un amateur de talent a autant de chances de qu'une équipe officielle », vante Jean-Louis Clarr dans les publicités de la marque allemande. « C'est la voiture type du pilote indépendant, ajoute le pilote Opel BP Marseille. D'autant que sans sacrifier les performances, bien au contraire, la Kadett marque un arrêt bienvenu dans l'escalade financière à laquelle on assistait depuis quelques années. Elle est sensiblement moins chère à l'achat, nécessite un minimum d'entretien (souvent le poste le plus onéreux en compétition) grâce à sa robustesse et pourtant, c'est une voiture pour gagner;;; » Elle le restera longtemps, en groupe 1 comme en groupe 2, et parfois même plus tard en groupe A !

    QUELQUES LIENS A SUIVRE :

    La Commodore GSE en course de côte

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/03/02/l-opel-commodore-gse-en-course-de-cote.html

    La Golf GTI, voiture passion

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2008/03/26/golf-gti-voiture-passion.html

    Les reines du groupe 1

    http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/04/28/les-reines.html

    Thierry Le Bras