Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2014

MA PREMIÈRE FAN

Ou la face cachée de la célébrité…

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Freddy Vivien, ancien champion du monde de F1, est un personnage récurrent des Aventures de David Sarel. Tout comme Éric Trélor, à la fois parrain, mentor et associé de David.

 

Freddy raconte ici la passion qu’il inspira à une commerçante qui fait sans doute encore partie de ses fans inconditionnels et … un peu – comment dire – encombrants.

 

« C’est une anecdote que j’ai longtemps gardée secrète, raconte Freddy Vivien. Par égard pour la personne concernée. Seuls mes proches étaient au courant du plan de drague que m’a fait la patronne d’un Tabac Presse de Lorient en 1976, l’année où j’ai signé pour accéder à la F1 ».

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Originaire de Fort Bloqué, à côté de Lorient dans le Morbihan, Freddy conclut son premier contrat en 1976 pour courir la saison 1977. Les sportifs de haut niveau font fantasmer les femmes. Preuve en est apportée par la mésaventure survenue à Freddy cette année-là.

 

« 1976 fut une grande année pour moi, se souvient le pilote. Je réalisais le rêve de ma vie en signant avec une écurie de F1. J’ai rencontré la comédienne Daniéla Merle qui est devenue ma femme deux ans plus tard. Nous travaillions d’arrache-pied avec mon ami Éric Trélor et des industriels bretons au lancement du premier modèle Vivia programmé pour le début de l’année 1978.

 

« Je voyageais beaucoup entre le siège de mon écurie, les circuits où nous faisions des essais, Paris où habitait Daniéla, et le Morbihan où serait implantée l’usine Vivia. Mais bon, je me débrouillais tout de même pour ne pas perdre trop de temps dans les avions ni sur la route. »

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Si les limitations de vitesse existaient déjà à cette époque, les radars étaient peu nombreux et les forces de l’ordre compréhensives. Ainsi, un jour où Freddy se fit radariser tout près d’Hennebont à 212 au lieu de 110 au volant de son coupé Alfetta rouge un peu gonflé, les gendarmes à la réception eurent-ils une réaction stupéfiante et sympathique :

 

- Bonjour monsieur Vivien, déclara celui qui venait de le faire stopper d’un geste autoritaire auprès de l’Estafette bleue. Vous rouliez un peu vite. Si vous nous faites des autographes pour nos enfants, nous oublierons le PV.

 

- Merci, répondit Freddy qui parapha une bonne vingtaine d’autographes avant de repartir, car les gendarmes ne s’étaient finalement pas contentés des signatures pour les enfants et avaient aussi pensé aux cousins, aux copains et surtout aux simples relations qu’ils voulaient épater.

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

« J’ai toujours été un gros lecteur, précise le pilote. Comme quoi, les sportifs ne sont pas forcément des illettrés qui ne s’intéressent à rien. Déjà à cette époque, je lisais beaucoup de magazines – pas seulement ceux traitant de sports mécaniques – et de romans, surtout des policiers. J’avais l’habitude, quand j’étais dans le Morbihan, de faire mes achats dans un tabac-presse de Lorient dont chacun comprendra que je ne puisse fournir l’adresse. J’en profitais pour acheter des cigares que j’offrais à mon père que je n’ai jamais pu convaincre d’arrêter de fumer. Je savais quelle marque lui faisait plaisir. La buraliste mettait le tout dans un sac que je posais généralement sur le siège passager. »

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Un jour, Freddy trouva un petit morceau de papier plié en quatre par-terre dans son Alfa. Il le déplia et trouva un texte éloquent.

 

« J’ai rencontré un homme qui me plait. Mais il n’est apparemment pas libre. J’aimerais quand même en parler avec vous. » Le texte se terminait par une signature illisible.

 

Freddy douta d’abord que le texte lui fût adressé. Il imagina que son ami Éric Trélor, alors avocat stagiaire, souvent passager dans sa voiture, en était le destinataire et l’avait perdu. C’était tout à fait le genre de message qu’une femme qui pensait divorcer - ou faire divorcer son amant - pouvait écrire à l’attention de son avocat.

 

- Je ne comprends pas, répondit Éric. J’ai des dossiers de divorce, bien sûr, mais aucune cliente ne m’a écrit ça.

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Freddy pensa alors que le message avait pu être glissé dans l’Alfa à un moment où elle était en stationnement avec la vitre légèrement ouverte. Mais ce scénario ne lui fournissait aucun indice quant à l’identité de la femme qui l’avait écrit.

 

Son père lui apporta quelques jours plus tard la réponse à cette question.

 

- Dis donc, j’ai trouvé un message bizarre dans la boite d’allumettes qui était avec les cigares que tu m’as offerts. C’est une blague ou quoi ?

 

Freddy reconnut immédiatement l’écriture.

 

«  Je suis follement amoureuse d’un homme. Je crois qu’il ne s’en rend pas compte. J’aimerais qu’il m’appelle au 97.--.--. Un jeudi où un lundi matin, ce sont les jours où mon mari n’est pas là. »

 

L’amoureuse transie, c’était la buraliste ! Une femme mariée et mère de famille d’une quarantaine d’années qui s’ennuyait avec son homme. Le premier message était tout simplement tombé du sac de journaux posé sur le siège. Puis croyant que Freddy achetait les cigares pour lui, la femme avait trouvé astucieux de placer la suite de sa prose dans une boite d’allumettes.

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Il faut dire que Freddy était plutôt beau gosse. Pas très grand, 1,76 mètre, adepte de la musculation. Il plaisait aux femmes. Les cheveux châtain clair, presque blonds, coiffés à la mode des années soixante dix - c’est à dire sensiblement plus longs qu’aujourd’hui – , le visage un peu rond, Freddy paraissait toujours calme, presque lymphatique. Mais une volonté de fer et un tempérament de feu se cachaient derrière cette apparence tranquille et bourgeoise. Son physique solide dégageait une force tranquille et une assurance inébranlable. En outre, il était naturellement élégant, qu’il porte un blouson de toile et un jean ou un smoking sombre.

 

Les semaines qui suivirent, Freddy ne mit plus les pieds chez la buraliste.

 

«  La situation était gênante, se souvient-il. En plus, je commençais à vivre avec Daniéla et je ne cherchais pas d’aventure, même si cette commerçante était plutôt belle femme, il faut bien l’avouer. »

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Puis Éric Trélor reçut à son cabinet une enveloppe à l’attention de Freddy.

 

« Je suis très lié avec Éric depuis l’enfance, raconte l’ancien champion de F1. Quand il m’a téléphoné qu’il avait un courrier pour moi, je lui ai demandé de l’ouvrir. Et là, surprise. »

 

En décachetant l’enveloppe, Éric découvrit une grande carte avec pour motif un cœur percé d’une flèche. Quant au texte, il dévoilait sans ambiguïté les sentiments de son auteur.

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

«  Freddy Vivien, je vous aime, je t’aime. L’amour est une aventure. Cette aventure, j’aimerais la traverser avec toi, Freddy Vivien. J’en rêve jour et nuit. Pour toi, je serai prête à tout, à divorcer, à laisser mes enfants à mon mari, à partir n’importe où du moment que ce soit avec toi. J’ai lu dans la presse magazine que tu avais une liaison avec une comédienne, mon Freddy, mais j’espère que ce n’est qu’une passade ou un mensonge. Certains journaux écrivent vraiment n’importe quoi. Aurai-je une réponse ? Je t’aime, je t’aime, je t’aime mon Freddy. PS : je t’écris chez ton ami Éric Trélor car j’ai lu dans le journal qu’il était ton avocat et que je sais donc qu’il te fera suivre ma carte. N’ayant pas tes coordonnées personnelles, je n’ai pas d’autre moyen de communiquer avec toi pour l’instant. »

 

Freddy commençait à se demander jusqu’où irait son admiratrice amoureuse.

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

« Avec Daniéla, nous avons subi bien pire depuis, rapporte le pilote. Nos poubelles sont régulièrement fouillées et des objets intimes nous ayant appartenu mis en vente sur le net. Nous avons appris par exemple qu’une petite culotte de ma femme a été vendue 750 euros à un de ses fans. Mais à l’époque, Daniéla débutait sa carrière de comédienne et moi j’arrivais juste en F1. Nous ne comprenions pas que certains fans nous adulaient et  nous ne réalisions pas du tout  les aspects négatifs de la notoriété ».

 

Bien sûr, Freddy évita le commerce de sa première fan afin de ne pas encourager son amour. Elle ne le relança plus. Mais cinq ans plus tard, elle demanda à Éric de l’assister lorsqu’elle vendit son fonds de commerce. L’avocat ne fit aucune allusion à ce qui s’était passé. Ce fut elle qui évoqua le sujet après la signature de l’acte définitif.

 

- Si vous saviez comme j’ai aimé votre ami Freddy Vivien, confia la pauvre femme. J’aurais tout quitté pour lui. J’allais jusqu’à prier pour qu’il arrive malheur à Daniéla Merle. Ce n’est pas bien, je sais. La prochaine fois que vous verrez Freddy, dites lui bien que je serai toujours sa plus grande fan…

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Une première victoire pour Freddy Vivien http://0z.fr/UJav0

 

Freddy supporter d’Èric et de Ronnie http://0z.fr/DwoeM

 

F1 : Freddy, Èric et David dans un monde sauvage http://0z.fr/2zYDt

 

Sensations F1 avec Freddy http://bit.ly/1hkn4Qu

f1,humour,livres,fictions,nouvelles,vivia,freddy vivien,Èric trélor,david sarel,avocats,alfa romeo,amour

Un rallye périlleux pourÈric et David http://0z.fr/JHYvp

 

Freddy, Èric et David sont aussi les héros de CIRCUIT MORTEL A LOHÈAC, LE polar au cœur du Rallycross http://bit.ly/1lFFty7

 

Suivez Thierry Le Bras sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Propos recueillis par

Thierry Le Bras

08/03/2013

LE JOUR OÚ DAVID SAREL TRICHA

C’était à l’école de pilotage…

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

Dans une finalité qui surprendra les habitués de la triche en sport auto

 

Les personnages de fiction ont un présent, un passé, un futur. Ceux qui ont lu Les Aventures de David Sarel, ou au moins certaines d’entre elles, ‘l’ont fréquenté de l’adolescence à l’âge adulte. Voici un épisode qui se déroula l’année de ses 20 ans, à l’école de pilotage.

 

Comme la plupart des pilotes de haut niveau, l’avocat pilote David Sarel forgea son coup de volant dès l’enfance sur les pistes de kart. Puis il s’inscrivit au volant PILOTE+ disputé sur la piste de Magny-Cours. David avait 20 ans lors de la finale disputée fin septembre 1992.

 

Pas tout à fait des débutants

 

J’avais beaucoup couru en kart, raconte volontiers David. Mon expérience des sports mécaniques se complétait de quelques rallyes comme navigateur de mon parrain Éric (*). Trois ou quatre fois pas saison depuis l’année de mes seize ans, Mikaël Mermant, son équipier habituel, me cédait sa place dans le baquet de droite.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

Comme Éric allait fort, j’ai connu les joies de la victoire au scratch sur de grosses autos  dès avant mon permis de conduire. Il était convenu que je piloterais un Coupé Vivia (**) 2000 groupe N en rallye et en course de côte en 1993. Je me suis donc inscrit à l’école de pilotage l’été 1992. Mon pote Denis Grenier suivait le même parcours que moi. Après une dizaine de saisons de kart et quelques rallyes comme navigateur de son père, il s’apprêtait à passer au volant d’une Honda Civic groupe N la saison suivante. A moins qu’il remporte le volant. Dans ce cas, il tenterait sa chance en Formule Renault et essaierait de devenir pro.

 

Des émotions contradictoires

 

David évoque parfois cette finale sur le circuit de Magny Cours avec ses proches.

 

- Les sélections se déroulèrent sous les meilleurs auspices. Au mois de septembre, Denis et moi passâmes le cap de la demi-finale. Nous nous retrouvions en finale avec deux autres jeunes acharnés, Jean-Baptiste Bannier et Bruno Felippini.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

« Denis et moi, nous nous tirions régulièrement la bourre en kart et nous étions aussi déterminés à gagner l’un que l’autre. Sur la piste, nous ne nous faisions pas de cadeaux. Pourtant, notre amitié n’eut jamais à souffrir de cette rivalité sportive. Peut-être parce qu’aucun d’entre nous ne prit jamais l’ascendant sur l’autre. Sans doute aussi parce que malgré notre volonté de gagner, nous ne nous montrâmes jamais aussi féroces dans les contacts entre nous qu’avec les autres concurrents. Je ne me suis accroché avec Denis qu’une fois en compétition. Et nous avons conclu à un incident de course.

 

« Le soir des résultats de la demi-finale, j’éprouvais des sentiments partagés.

 

« D’une part, j’étais fou de joie. Arriver à ce stade de la sélection démontrait que j’avançais fort, que je n’étais pas un mauvais. Y arriver avec Denis me rendait très fier. Nous étions un peu les rois du monde. Nos amis Nick et Simon se montraient encore plus joyeux que nous.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

« Mais d’un autre côté, les rêves qui se réalisent ne correspondent jamais tout à fait à nos aspirations. Le soir, en me couchant sous la tente que je partageais avec Nick, j’éprouvais un sentiment de mélancolie. Ce moment que j’attendais depuis si longtemps ne se passait pas exactement comme je l’aurais cru. Pour gagner la finale, il faudrait battre trois pilotes, dont Denis. Je ne connaissais pas Jean-Baptiste et Bruno. Je me moquais de ce qu’ils ressentaient. Nous étions là pour nous battre à la loyale. Je ne les détestais pas. Au contraire, je les estimais. Mais je voulais avant tout les battre. Par contre, si je gagnais, je brisais le rêve de Denis. Je me disais que nous aurions dû tenter notre chance dans des écoles différentes. Quelques jours plus tard, Denis m’avoua qu’il avait ressenti la même chose en cherchant le sommeil sous l’autre tente plantée à deux mètres de la nôtre.

«  J’ai toujours su gérer mes émotions et mon stress. N’empêche que je réalisais que la vie n’est jamais parfaite, quoi qu’on fasse, quoi qu’on réussisse.

Pourquoi David a levé ?

David dormit mal cette nuit-là. Mais au petit jour, les choses devinrent limpides.

- Nous avions convenu avec Denis que nous ne nous parlerions pas au petit déjeuner ni en nous préparant sur le circuit, rapporte-t-il. Je me concentrais avec Nick. Il faisait de même avec Simon. Nous ne jouerions pas l’intox non plus. Par contre, nous ne nous privâmes pas d’échanger des regards de défi avec Jean-Baptiste et Bruno. Un observateur ignorant des choses de la course auto aurait cru que nous allions leur livrer des duels à mort. Au dernier moment, avant de monter dans la voiture, je ne pus m’empêcher de répondre au dernier coup d’œil assassin de Jean-Baptiste par un sourire narquois.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

« Bruno passa le premier. Il réalisa des temps corrects, mais un peu en-dessous de son  potentiel. Craignant d’aller à la faute, il se retint et ne se livra pas à fond. Lorsqu’il s’arrêta, nous savions tous qu’il ne remporterait pas la finale.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

«  C’était à mon tour de m’élancer. Nous faisions quatre tours. Je pense faire mon meilleur chrono dans le troisième. J’assure les deux premiers. J’attaque comme un malade au moment prévu. Je retarde au maximum mon freinage à l’épingle d’Adélaïde, et je tire tout droit. Je passe dans l’herbe, je salis les pneus. J’ai fait mon Grosjean, comme on dirait aujourd’hui.  Enfin, pas tout à fait quand même parce que je n’ai mis personne en danger et je n’ai pas cassé l’auto. Mais c’est fini pour moi. Je le sais. Je reviens au stand.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

«  Denis se prépare. Je brandis le poing pour lui montrer qu’il faut qu’il y aille, que je veux qu’il gagne. Il attaque fort, très fort. Ses chronos sont meilleurs que ceux de Bruno. Malheureusement, il fait une amorce de travers à la sortie du 90 droite qui ramène à la ligne droite des stands puis bloque ses freins à Adélaïde. Il réalise tout de même une belle série de tours. Tout dépend maintenant de Jean-Baptiste. Nous savons que c’est un tout bon. Il nous a devancés de deux dixièmes en demi-finale où Denis et moi avons réalisé exactement le même temps.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

« Jean-Baptiste est en piste. Nos cœurs battent très fort. Il réalise la série de tours parfaite. Il gagne la finale devant Denis et Bruno. Ma sortie de piste me relègue à la quatrième place. Je suis déçu pour Denis. Mais participer à la finale, c’était déjà bien.

 

A ce stade de l’histoire, les interlocuteurs de David observent toujours qu’il était plus déçu pour Denis que pour lui.

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

- Gagner la finale, ce n’était pas mon rêve, reconnaît-il. Je voulais courir, mais sans arrêter mes études. Mon rêve, c’était d’allier une carrière d’avocat au sein du cabinet de mon parrain Éric et de piloter à un haut niveau, en GT ou en tourisme, mais pas en F1. Comme Éric. J’étais persuadé que c’était possible. A titre d’exemples, Jean-Louis Bousquet fut simultanément avocat et pilote officiel Renault en Supertourisme. Fabien Giroix et Bob Wollek assurèrent la gestion de concessions automobiles tout en courant dans diverses disciplines très relevées. Jean-Pierre Malcher fut simultanément pilote et journaliste (NDLR : cf sur la photo ci-dessus Bousquet, Giroix et Malcher en pleine bagarre aux 2 Heures du Mans 1989). Donc, ce n’était pas grave que je ne remporte pas la finale. L’important était d’y arriver, de prouver que j’avais le niveau.

 

David n’a jamais avoué que par amitié pour Denis, pour ne pas risquer de le battre, il avait volontairement raté un freinage ce jour-là. Nick l’a deviné et le lui a demandé quelques heures après l’épreuve.

 

- Mais qu’est-ce qui te fait penser ça ? interrogea David.

 

- Avant le départ, tu avais le regard un peu vague, précisa son ami. Je ne t’ai pas senti déterminé comme sur les pistes de kart. Et ton petit sourire ironique à Bruno m’a laissé penser que tu roulais hors concours.

 

David ne répondit pas…

 

(*) Éric Trélor, oncle et parrain de David. C’est quasiment lui qui a élevé David dont les rapports avec des parents divorcés se révélèrent assez houleux comme le retracent p. ex. CIRCUIT MORTEL A LOHÉAC

 

(**) Vivia, marque automobile de fiction au cœur des romans qui rapportent les Aventures de David Sarel

  

NOTE MODIFIÉE LE 27 MARS 2014

 

 QUELQUES LIENS A SUIVRE

david sarel,fictions,nouvelles,romans policiers,polars,école de pilotage,magny-cours,triche en sport automobile

 LE PACTE DU TRICHEUR, un polar cross-age avec David dans le premier rôle, est disponible au prix de 0,98 € sur

http://www.amazon.fr/LE-PACTE-TRICHEUR-Thierry-Bras-ebook/dp/B00H2042PU

 

  Pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu, découvrez  CHICANES ET DÉRAPAGES DE LORIENT AU MANS, un scénario où David et Denis font équipe en endurance

http://www.ffsa.org/article.php?comite=comite12&titre_url=chicanes-et-derapages-de-lorient-au-mans&id=13352

 

ainsi que CIRCUIT MORTEL A LOHÉAC, la première aventure publiée de David

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/08/30/un-roman-a-loh%C3%A9ac.html

 

David Sarel a connu la F1 très jeune grâce à son parrain Éric Trélor ; retrouvez-le dans un rôle totalement décomplexé en Angleterre

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-david-joue-l-intox-101163259.html

 

Vous voulez savoir ce qu’est devenu Jean-Baptiste Bannier ? Un indice en cliquant sur :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/06/12/pneu-importe-le-choix-pourvu-qu-on-ait-la-vitesse.html

Vous le retrouverez en 2013 dans une nouvelle qui retrace l’épisode le plus hallucinant de sa carrière. Une aventure au cours de laquelle il a dû faire appel aux talents d’avocat de son ancien condisciple David Sarel…

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

21/09/2012

RECETTE DE CRIME PARFAIT

le pilote prépare l’addition (salée) de la morue

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Voici venue l’époque de la seconde Fête nationale de la gastronomie.

 

Circuit Mortel a toujours souligné le goût des gentlemen drivers et des amoureux du Vintage pour les plats de choix, les restaurants conviviaux et l’humour exquis qui marient le vocabulaire gourmand avec celui de la compétition automobile.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 L’occasion rêvée de vous offrir une courte fiction épicée où l’avocat-pilote  David Sarel, héros récurrent de plusieurs romans et nouvelles, va très vite suspecter le crime parfait perpétré contre son père par sa seconde épouse, Soizick, une créature cupide qui fait des salades et ne saurait recevoir sobriquet mieux approprié que « morue à la sauce piquante ».

 

Dur à digérer


Cette année-là, le Championnat d’endurance auquel participait le Team Vivia comprenait une épreuve de 6 heures à Imola au mois de Mai. Bien que le circuit soit conforme aux normes de sécurité, il conserve une mauvaise réputation depuis le terrible week-end du 1er mai 1994 où Ayrton Senna y perdit la vie.

 

- Tous les pilotes y pensent lorsqu’ils roulent ici, avait avoué David quelques heures plus tôt à son ami Sébastien Ménier, journaliste au groupe GPMLP.

 

L’interview se déroulait par téléphone. Sébastien appelait depuis le siège de Total Infos à Paris. Les propos de David passeraient au JT de 20 heures avec pour illustration une photo de lui installé dans le baquet de la Vivia Super GT dont il partageait le volant avec ses équipiers Denis Grenier et Yvonnick Le Squernach.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Sébastien n’avait pas trouvé David dans son assiette lors de leur conversation. Nick Vareski, le meilleur ami de David, l’accompagnait à Imola. Lui-aussi avait observé que David semblait moins heureux que d’habitude sur le circuit. Le pilote avait reconnu se sentir un peu fatigué. Sans doute les conséquences de l’emploi du temps démentiel qu’imposait la compétition à un haut niveau tout en continuant à exercer son métier d’avocat.

 

Nick était très ouvert aux concepts de communication de pensée, de prémonition, de pouvoirs de l’esprit que la science ne permet pas encore de maîtriser bien qu’elle reconnaisse que les humains n’exploitent sciemment qu’une faible partie des potentialités de leur cerveau. Il redoutait confusément  que le week-end ne s’annonçât pas sous les meilleurs auspices.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Le vendredi après-midi, les pilotes participaient à une séance d’essais libres. Les qualifications auraient lieu le lendemain et la course le dimanche. Les trois pilotes se relayaient au volant pour parfaire la mise au point de leur GT avec laquelle ils comptaient bien bouffer les Corvette, Aston et autres Maserati. Lorsqu’il montait dans l’auto, David confiait son téléphone portable à Nick.

 

Nick décrocha avec une pointe d'angoisse mais sans méfiance particulière lorsque l’appareil sonna.

 

- Maître Sarel ? interrogea une voix molle et gênée.

 

- Non, mais je peux prendre un message répondit Nick en imaginant un interlocuteur aussi énergique qu’un plat de nouilles cuites à l’eau sans le génie des cuisiniers italiens.

 

- C’est délicat. Vous pouvez me le passer ?

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Nick expliqua que c’était impossible. La participation de David à des compétitions automobiles n’était pas secrète. Au contraire, l’avocat l’utilisait subtilement comme un vecteur de communication afin de mettre en avant sa combativité et son sang-froid, qualités précieuses chez un avocat. Faire appel à Maître Sarel, c’était s’assurer le talent d’un chef qui cuisinait l’adversaire avant de le servir en hachis à ses clients assoiffés de vengeance.

 

- Je suis maître Lâne, notaire, se répandit le plat de nouilles. Je voudrais que maître Sarel me rappelle dès que possible. Si vous pouviez faire arrêter sa voiture…

 

- Hors de question ! répliqua Nick. Dites-moi ce qui se passe et je le préviendrai dès son retour au stand si c’est urgent.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Monsieur Grégoire Sarel, son père, est décédé, lâcha Lâne. La délicieuse madame Sarel, sa veuve, organise les obsèques religieuses lundi. Je suis chargé de régler la succession. Malgré l’inexistence de relations entre eux, madame veuve Sarel m’a chargé de prévenir son fils et de le convier à la cérémonie.

 

Nick savait tout des relations difficiles entre David et ce père maintenant disparu. La manière dont Grégoire avait été retourné comme une crêpe par l’ex entraîneuse de bar à putes, surnommée la morue, qui lui servait de seconde femme, la façon dont il avait chassé de sa vie  tous ses proches, y compris son fils David, pour satisfaire l’appétit d’argent insatiable de la pilleuse de patrimoine, les tentatives d’assassinat (1) commanditées par l’horrible mégère contre David, ses manipulations, son manque total de respect de son mari, ses amants… La dernière madame Sarel ne méritait pas l’appréciation « délicieuse » employée par son interlocuteur. Ah non alors. Elle était pourrie jusqu’à la moelle, la bestiole.

 

- Comment Grégoire Sarel est-il mort ? questionna Nick, malgré tout ému par la nouvelle et conscient  qu’une fois de plus, ses mauvais pressentiments ‘étaient pas vains.

 

Le plat de nouilles pataugeait dans la choucroute. En outre, les hurlements rageurs des bolides déboulant devant les stands rendaient la conversation difficile. « Putain, David avait raison, songea Nick. Cette salope a fini par coller le bouillon de onze heures à son vieux mari pour s’en débarrasser. » Ce plat de soupe ne va rien me dire. De toute façon, pour avoir été choisi par la marâtre, c’est forcément un fruit pourri. Il va m’envoyer me faire cuire un œuf. Mais contrairement à ses craintes, le fossoyeur d’intérêts des héritiers légitimes ne le laissa pas mariner.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Cancer du fumeur, finit-il par répondre, soulagé au fond de ne pas avoir à servir directement le plat amer à Maître Sarel. Ainsi, celui-ci aurait digéré la nouvelle s’il le rappelait et la conversation serait moins pénible.

 

- Je ne peux pas vous en dire plus, ânonna Lâne. Je dois tout de même réserver la primauté de certaines informations à Maître Sarel. Vous croyez qu’il tiendra le coup ? Ce serait bête, n’est-ce pas, qu’il ait un accident sur un circuit ce week-end et se tue juste après la mort de son père.

 

- Ne vous en faites pas pour lui, c’est un dur à cuire, maugréa Nick, toujours convaincu avec raison qu’un conseiller de l’ignoble morue ne pouvait être par définition qu’un ennemi mortel de son ami David. Tout le monde sait à quel point votre cliente aimerait voir son beau-fils aller sucrer les fraises, mais attendez-vous plutôt à ce qu’il lui serve un de ces jours sa spécialité, la vengeance, un plat succulent quand il se mange froid.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Après que Nick eût raccroché, Lâne s’envoya un Gin Tonic derrière la cravate. Le menu promis ne lui disait rien qui vaille. Il pressentait l’indigestion d’emmerdements.

 

Des salades pour l’avocat

 

Nick ne demanda pas à Yves Taden, chef mécanicien de la voiture de David, de faire arrêter la GT avant la fin de la série de tours prévue. Cela n’aurait servi à rien. Il était trop tard pour Grégoire Sarel parti vers un autre monde. Il laissa même son ami enlever tranquillement son casque, boire un peu d’eau et s’éponger le visage avant de l’entraîner derrière le stand.

 

- Je ne savais même pas qu’il était malade, soupira David. Il ne m’a pas prévenu. Personne de son entourage ne l’a fait non plus. Les familles recomposées nouveau modèle social ? Tu parles, des familles décomposées oui… Enfin, sans doute pas tout le temps non plus, mais au moins quand une trainée sortie du caniveau pêche un mec qui a réussi dans ses filets et le conditionne à sa sauce.

 

- Qu’est-ce que tu vas décider pour les obsèques ? s’enquit Nick. On y va tous avec nos femmes et nos amis ou tu boycottes ?

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Des obsèques religieuses, c’est une provoc à gerber ! s’indigna David. Moi, je suis croyant, mais n’oublie pas que Grégoire était athée. Les églises, c’était pas son truc. Tout le monde le sait. La morue veut insulter sa mémoire et lui infliger une humiliation de plus, fût-ce post-mortem. Comme quand elle l’avait amené à la Cathédrale de Rennes à la messe de minuit, juste histoire de montrer à toute la bourgeoisie du cru comme il lui mangeait dans la main. Si je ne me retenais pas, lundi, c’est des châtaignes que j’irais leur coller dans la poire, à elle et aux petits gorets qu’elle a sortis de ses entrailles depuis qu’elle a harponné mon père.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 Quelques minutes plus tard, l’entretien téléphonique entre David et le notaire de sa marâtre fut agité. Comme la vinaigrette avant de la servir. L’avocat pilote reprocha vertement les salades qu’avaient préparées le vieux crabe et sa mandante. Le rond de cuir fit monter la mayonnaise. L’ébauche de la carte du notaire quant au menu de la succession, officiellement  aussi légère qu’une crème 0%,  confirmèrent  les magouilles que David prévoyait depuis toujours. Soizick, l’escroc en jupon, avait trouvé un aide de cuisine successorale complaisant pour mijoter ses malversations à petit feu.

 

Mais la colère monta au nez de David comme de la moutarde forte quand le notaire laissa filtrer d’un ton badin une information qui n’avait rien d’anodin.

 

- Rassurez-vous, votre père ne passera pas par l’église. Il a été incinéré. A l’heure qu’il est, ses cendres ont été dispersées dans une rivière des Côtes d’Armor. Je ne sais plus laquelle…

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Sans que j’aie été consulté ! rugit David d’un ton qui fit pressentir à son interlocuteur qu’un jour ou l’autre, il se trouverait sur le grill. C’est intolérable et je saurai m’en souvenir, n’en doutez pas. Grégoire s’est fait rouler dans la farine par ce monstre qui vous pétrit à sa façon, balança-t-il au plat de nouilles qui l’écoutait, désormais rouge comme une tomate. Elle l’appelait mon petit sou à la crème d’oseille et il n’en faisait même pas un fromage. Moi c’est différent, je vous préviens; Je n’avale pas n’importe quoi. Comme vous l’a annoncé mon ami Nick, j’adore la vengeance, ce plat exquis qui se déguste froid, quand certains tentent d’oublier qu’il reste au menu.

 

La recette du crime parfait cuisinée par un QI d’huître

 

Nick et David partageaient la même chambre à l’Hotel Cavalieri Viaggiatori, un établissement proche du circuit.

 

David ne trouvait pas le sommeil. Nick et lui discutèrent jusque tard dans la nuit.

 

- Quelque chose m’interpelle, confia David. Grégoire meurt mercredi et je suis prévenu aujourd’hui, c’est-à-dire deux jours plus tard. Le notaire a prétendu qu’il avait eu du mal à me joindre. C’est me prendre pour un lapin de six semaines. D’accord, il n’avait pas forcément mon 06 en mémoire, mais s’il avait appelé le cabinet en arguant d’un problème familial grave, j’aurais été prévenu sur le champ. Il pouvait me joindre immédiatement, mais il ne voulait pas m’avertir plus tôt.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 L’avocat pilote appelait toujours son géniteur Grégoire ou mon père. Il était incapable de prononcer le mot papa.

 

- J’y ai pensé aussi, dit Nick. J’attendais un peu avant de t’en parler. Je crois que je devine ton raisonnement.

 

- Clair comme de l’eau de roche, reprit David. D’accord, avec son cancer, Grégoire était cuit. Mais d’après ce qu’a laissé échapper le notaire, il travaillait encore dans sa chambre d’hôpital une heure avant son décès et il n’avait jamais eu de perte de connaissance.

 

- Tu penses que…

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - La morue a usé de son instinct de prédateur. Elle a voulu l’empêcher de mener des opérations auxquelles il tenait avant sa mort, sans doute une donation à mon demi-frère pour le mettre à l’abri de sa sœur et de sa mère, peut-être aussi quelque chose à Justine (2) pour qu’elle veille sur lui. La morue est si cupide qu’elle n’aura pas supporté de voir le moindre euro lui échapper. Elle lui a collé une overdose de calmants ou elle l’a étouffé pour l’empêcher d’exécuter ses projets.

 

- L’hôpital a laissé passer…

 

- Évidemment. Ils ont probablement eu des doutes. Mais ils se sont dit que Grégoire s’était suicidé avant la fin ou que sa femme l’avait aidé à partir avant la fin. Et surtout, ils ont eu peur du scandale. Un meurtre dans leurs murs, ça aurait fait désordre. Mieux valait couvrir une criminelle que risquer une enquête et des emmerdements avec des héritiers.

 

- Et tu n’y crois pas…

 

- Pas une seconde. La crémation expresse et la dispersion immédiate des cendres dans la foulée, c’est un aveu de culpabilité. Si la morue n’avait pas eu peur que je déclenche une autopsie ou une analyse des cendres, elle n’aurait pas pris la peine de me faire prévenir juste au moment où je ne pouvais plus provoquer l’intervention d’un médecin légiste ni de la police scientifique.

 

- Qu’est-ce que tu vas faire ? interrogea Nick.

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Faire mijoter la morue aux petits oignons. Me venger à petit feu. En toute légalité. Je vais recueillir des preuves, en utiliser quelques-unes, en conserver d’autres en réserve. Et tout à coup, au moment où elle s’y attendra le moins, lui servir ma vengeance, un plat qui se mange froid. Là, je mordrai comme un cobra. Je l’enverrai au placard et elle n’aura plus de blé, plus un radis. Le pire qui puisse lui arriver. Elle va déguster.

 

- Tu te sens en état de piloter ce week-end ?

 

- Oui, ne t’en fais pas. Michèle Mouton a pris le départ d’un rallye du championnat du monde alors que son père venait de s’éteindre. Bien, sûr, la disparition de Grégoire me fait de la peine. Mais je sais comment il était, comment il utilisait tout le monde et n’agissait que dans l’intérêt de la morue. Même ses meilleures copines, il les manipulait. Il faisait mariner des pauvres filles qui fondaient d’amour pour lui jusqu’au moment où elles se rendaient compte qu’elles comptaient pour du beurre et servaient d’ersatz à la morue … Je sais aussi que si c’était moi qui étais mort, juste après la surprise, sa première pensée aurait été « ma petite Soizick chérie va être contente ». Il n’aurait eu aucun scrupule à sabler le champagne avec elle pour fêter ça.

 

- Quand même pas, objecta Nick.

 

- Si, hélas, soupira David. Je ne dis pas qu’il n’aurait pas été attristé, mais je suis sûr qu’il aurait fait ce que voulait la morue, y compris fêter ma disparition et qu’au fond de lui-même, il se serait dit « Soizick est contente, donc tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

 

Nick n’insista pas. Il savait que Grégoire, ensorcelé par la morue, avait été capable du pire. Cette créature démoniaque avait transformé un homme plutôt généreux à l’origine en authentique diablotin. Il préféra aborder un autre sujet.

 

- Toi, avocat, tu confirmes que le crime parfait existe et qu’il peut se passer tout près, à notre porte ?

david sarel,team vivia,fiction,docu-fiction,fête de la gastronomie,gt,endurance,héritiers lésés,nouvelles,polars,crimes

 - Bien sûr, conclut Nick. Le crime parfait, c’est celui qui ne provoque pas l’ouverture d’une enquête. Je suis convaincu qu’il s’en exécute plusieurs milliers par an, rien qu’en France. Dans l’inconscience due à son QI d’huitre, la morue a beau être bête à bouffer du foin, elle a trouvé une des recettes du crime parfait. Occire un être en état de faiblesse, un malade ou une personne âgée. Dans le doute sur ce qui s’est réellement passé et dans le souci d’éviter les complications et un scandale, le médecin délivre le permis d’inhumer sans provoquer d’autopsie. Il ne reste plus à l’assassin qu’à faire incinérer le corps et à disperser les cendres avant que les autres membres de la famille apprennent le décès. Ignoble, infâme, méprisable, vil et bas, mais efficace…

 

- Terrifiant, se désola Nick...

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

(1) une des tentatives d’assassinat émanant de l’entourage de la morue est rapportée dans Circuit Mortel, un polar au cœur de la course automobile http://bit.ly/29fHooI

 

(2) Justine Sorbet, amie de Grégoire Sarel. Elle est un perosnnage du Retour du père proscrit, délice de coke fort de café, une des histoires composant 7 Nouvelles pimentées,

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-nouveaute-recueil-de-nouvelles-106512895.html

 

(3) les soupçons d’assassinat formulés par David contre sa marâtre deviendraient de plus en plus forts au fil du temps et parallèlement, la morue formerait avec un amant peu recommandable de nouveaux projets de meurtre ; Quelques scènes dans un autre polar mijoté à ma sauce rédactionnelle

http://sebsarraude.tumblr.com/post/23431276990/chicanes-et-derapages

 

La cuisine de la morue a toujours été indigeste

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/01/22/recette-de-morue.html

 

Quand les pilotes automobiles s’intéressent à la gastronomie

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/09/13/morue-sauce-piquante-au-menu-du-pilote-automobile.html

 

Une cuisine automobile et gastronomique sympathique au bon vieux temps vintage http://bit.ly/2cMh4XA

 

Suivez-moi sur Tweeter

@ThierryLeBras2

 

Thierry Le Bras