Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2011

La BMW 635 de Jean Baptiste Point à Lohéac

bmw,635,rallycross,lohéac,jean-baptiste point,1985

L’impressionnante BMW 635 groupe A aura été accommodée à toutes les sauces. Circuit bien sûr, mais aussi rallye (beaucoup se souviendront de Jean-Claude Andruet à La Baule en 1985 et de Francis Dosières au Rallye Jeanne d’Arc 1986), et même en Rallycross !

 Avec son volume de limousine, la 635 ne semblait vraiment pas faite pour d’autres disciplines que le circuit. Plusieurs pilotes décidèrent pourtant de la soustraire à son milieu naturel. En 1984, Giovanni Rossi, Francis Dosières et quelques autres montrèrent son potentiel en côte.

 En 1985 et 1986, Jean-Baptiste Point dispute le Championnat de France au volant de cette fabuleuse voiture. Ancien pilote de course de côte, il avait découvert le Rallycross en 1983 avec une R5 Turbo. Il songeait à une Golf GTI 1800 pour la saison 1985 lorsqu’il apprit que Dominique Fornage vendait ses BMW 635 CSI qui avaient participé au championnat d'Europe des voitures de tourisme 1984. Il en acheta une pour 130.000 F (moins de 20.000 €). La voiture était puissante, mais lourde  (1310 kg pour une limite de 1180).

 Jean-Baptise Point remportera plusieurs victoires de division. Si les 300 chevaux de la  635 font merveille sur le goudron, son manque d’agilité se paye cher sur la terre, et ce malgré les pneus TRX très hauts qui améliorent la motricité au démarrage. « Mon gros problème est en fait la... présence de Jean-Jacques Bénézet et de sa redoutable R11 Turbo, reconnaît le pilote. Il ne lui a fallu que deux courses pour être compétitif.. »  Quand il pleut, les choses empirent. La  BMW  n’avance plus. Elle tire droit en entrée de virage et part en travers dès que Jean-Baptiste touche l’accélérateur. Un vrai cauchemar pour le pilote. A Lohéac en 1985 (photo ci-dessus), ce fut d’ailleurs Bénézet qui l’emporta en D1 + de 1600. Il n’empêche que cette superbe MMW 635 fait partie des voitures de tourisme les plus belles et les plus spectaculaires que le Rallycross ait connu !

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Caty Caly, la Panthère rose du Rallycross :  http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/09/06/caty-caly-la-panthère-rose.html

 Une pige à Trappes (24 Heures de Paris 1988)http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/02/19/une-pige-a-trappes.html

 Souvenirs de pilotes en 1964 (Des pilotes déchaînés, une belle fille, une empoignade dans le premier tour, des bolides, le souvenir de pilotes qui firent vibrer les foules humour et illustrations au programme…) http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-premiere-sortie-de-piste-pour-ronan-86011129.html

 Quelques BMW à la course de côte du Mont-Dore –Chambon-sur-Lac http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/08/07/quelques-bmw-a-la-course-de-cote-du-mont-dore-–-chambon-sur.html

 Thierry Le Bras

08:05 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bmw, 635, rallycross, lohéac, jean-baptiste point, 1985 |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

15/04/2011

UNE BMW 2002 GROUPE 1 A LA COURSE DE CÔTE DE SAINT-GOUËNO

bmw,bmw 2002,2002 tii,course de côte de saint-gouëno,courses de côtes,jean-marc jouannic

1973, Jean-Marc Jouannic fait partie des animateurs de la classe 1601 – 2000 cm3 du groupe 1 dans les épreuves de l’Ouest. Le voici dans le dernier gauche à la course de côte de Saint-Gouëno.

Sobre, sympathique, la 2002 joua un rôle important dans la progression de BMW sur le marché. Apparue en 1968, elle laissa sa place à la 320 en 1976. Ses feux arrière ronds ne devaient rien au hasard. Le designer Michelotti leur avait offert ce dessin pour symboliser des réacteurs ! Tout un programme à une époque où BMW axait ses publicités sur un slogan incitant les conducteurs à venir acheter un de ses modèles en concession s’ils en avaient assez de se faire doubler lorsqu’ils voyaient une calendre de la marque apparaître dans leurs rétroviseurs.

La 2002 ne se contenta pas de séduire une clientèle d’amateurs de voitures performantes. Elle prouva aussi sa valeur en compétition, tant en groupe 1 qu’en groupe 2. Avec 130 cv d’origine pour 990 kg, le modèle de base jouissait d’arguments de nature à convaincre pilotes et préparateurs. D’ailleurs, parmi les vainqueurs du groupe 1 ou de la classe 2 litres en 1972 dans l’Ouest, on retrouve des pilotes bien connus pilotant des BMW 2002 Tii, notamment Jacky Ravenel et René Jouan.

Dans l’Ouest, l’Alfa Roméo 2000 GTV séduisit dès 1973 la plupart des pilotes les plus performants engagés en moins de 2 litres groupe 1. Marcel Grué, Dominique Pigeon, Philippe Esnaut, Jean Ruallem et d’autres encore défendirent les couleurs de l’Alfa. Un peu plus tard, d’autres têtes d’affiche céderaient au charme de la belle Italienne, notamment Philippe Fonteneau, Giovanni Rossi, Philippe Bernier, Jacques Coquet, Christian Galopin, Christian Rio… René Jouan se tournerait quant à lui vers l’Escort 2000 RS.

Jean-Marc Jouannic ferait partie des derniers à se battre pour les victoires de classe 2 litres en Bretagne avec une BMW 2002 Tii groupe 1. Une belle auto qu’il pilotait dans un style généreux avant de s’orienter vers une Fiat X 1/9 groupe 3 si ma mémoire est bonne.

En lisant quelques palmarès de courses de côtes dans d’autres régions de France, il apparaît que la BMW 2002 y a mieux résisté que dans l’Ouest à sa rivale italienne. En 1975, des BMW 2002 remportèrent encore des victoires de classe devant des Alfa 2000 GTV, par exemple Chambon à Vuillafans et Augias à Turkheim. BMW 2002 contre Alfa 2000 GTV, il restera dans nos mémoires les souvenirs de fabuleux combats de voitures exceptionnelles dont les coûts de préparation restaient à peu près raisonnables.

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Un peu de rêve pour Béhèmistes avec  d’autres images et anecdotes sur des BM en course

Quelques BMW à la CC du Mont-Dore / Chambon sur Lac

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/08/07/quelques-bmw-a-la-course-de-cote-du-mont-dore-–-chambon-sur.html 

 

Dream Team BMW (1)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/10/08/dream-team-bmw-1.html

 

Dream Team BMW (2)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/10/13/dream-team-bmw-2.html

 

D’autres BMW 2002, préparées en groupe 2 celles-là, sur le site de Jean-Claude Besse (du beau spectacle)

http://club-3ascollection63.blog.fr/2009/06/29/la-bmw-2002-groupe2-dans-tous-ses-etats-6420985

 

Deux notes enfin évoquant la participation des frères Ravenel aux 24 Heures du Mans 1976 au volant d’une BMW  30 CSL groupe 2

1976, une édition très chaude des 24 Heures du Mans

http://www.sportauto-comite12.org/index.php?option=com_content&view=article&id=377:1976-une-edition-tres-chaude&catid=1:circuit&Itemid=3

 

1976 : quelques photos des pilotes de l’Ouest

http://www.sportauto-comite12.org/index.php?option=com_content&view=article&id=378:1976-les-pilotes-regionaux-en-images&catid=1:circuit&Itemid=3

 

Thierry Le Bras

22/10/2010

LA BMW STELLA AUX 24 HEURES DU MANS

mini-Roll1_B007478-R1-02-2.JPG

Que les plus belles voitures de compétition soient intrinsèquement des oeuvres d’art, les amoureux de la compétition en sont convaincus depuis longtemps. Les designers nous offrent des machines aussi belles à contempler qu’efficaces sur les circuits. Mais un gentleman driver audacieux est allé plus loin que les autres dans le mariage de l’art et de la compétition. Maître Hervé Poulain a en effet associé le génie de créateurs contemporains à des monstres mécaniques produits par BMW, McLaren, Venturi et Porsche.

Hervé Poulain est « un marteau de vitesse », comme il le rappelle dans son ouvrage « Le marteau et son maître » paru chez Plon. En fait, cette formule fut inventée par un journaliste du Figaro Magazine comme le mentionne fort loyalement le commissaire-priseur le plus rapide du monde.

12 G POULAIN ST GOUENO.JPG

Tous les pilotes amateurs connaissent les difficultés à boucler un budget et à convaincre des sponsors. Hervé Poulain fut un gentleman-driver très rapide. Tous ceux qui l’ont vu en course de côte et en rallye le savent. En 1974, il faisait partie des meilleurs pilotes de R12 Gordini. Comme tout amateur de talent à cette époque, il avait envie de disputer les 24 Heures du Mans. Pour ce faire, il trouva une idée originale qui alliait sa connaissance des arts, son réseau relationnel et ses capacités au volant. Il s’agissait d’organiser une opération autour de la peinture d’une voiture de course par un artiste de renommée internationale. Calder s’enthousiasma pour ce projet. Hervé Poulain tenta de convaincre un grand constructeur français. En vain. La solution vint de Jean Todt rencontré par hasard à l’époque des premières démarches infructueuses du commissaire-priseur pilote. Jean Todt ne dirigeait pas encore une prestigieuse écurie ou la FIA. Il mettait sa personnalité et ses qualités exceptionnelles d’organisateur au service des pilotes qu’il naviguait en rallye. Et i connaissait beaucoup de monde dans le milieu de la course. L’idée d’Hervé Poulain le séduisit. Il le mit en relation avec Jochen Neerpasch, le patron de BMW Motorsport, dont la femme dirigeait une galerie d’art. Tel fut le point de départ de la saga des « Pop cars d’Hervé Poulain ».

mini-Roll1_B007478-R1-03-3.JPG

Après la 30 CSL Calder de 1975, le schéma se remit en place en 1976 avec la « Stella filante » (cf. les photos de cette note). Ce serait une « Silhouette » équipée d’un 6cylindres dopés par deux turbocompresseurs. Un monstre de 750 chevaux conçu pour atteindre 370 kilomètres/heure dans les Hunaudières. Le commissaire-priseur pilote serait associé à Brian Redman et Peter Gregg. Le papier millimétré zébré de lignes de force projeté sur la carrosserie du gros coupé BMW aux allures de lutteur symboliserait la science des ingénieurs et l’habileté des mécaniciens. Contrairement à la version atmosphérique de l’année précédente qui avait permis à Hervé Poulain de pointer un moment à la cinquième place du classement général et de rouler de concert avec la Ligier de Jean-Pierre Beltoise, la machine survitaminée de 1976 ne répondrait malheureusement pas aux espérances de ses pilotes. « Fais attention Hervé, c’est une voiture pour ingénieur, pas pour pilote », préviendrait Peter Gregg. Durant les séances d’essais qualificatifs, la BMW N° 41 connaîtrait de nombreux problèmes. Le premier jour, elle resta en panne à Arnage. Le second, son moteur martyrisa tellement le châssis que la custode arrière menaça de s’envoler. En course, elle abandonnerait rapidement. Mais Hervé Poulain reviendrait au Mans et connaîtrait la satisfaction intense de terminer parmi les équipages classés.

1 DE COUV LIVRE HP.jpg

Pour plus de détails et d’anecdotes sur les participations d’Hervé Poulain aux 24 Heures du Mans, je vous conseille vivement son dernier livre, « Le marteau et son maître ». L’ouvrage ne se limite pas au sport automobile. Vous y découvrirez les multiples facettes du métier de commissaire-priseur. Vous y croiserez Alain Delon, Mireille Darc, Alain Prost, Jean-Paul Belmondo, de nombreuses stars, des acteurs du monde politique… Un livre à lire absolument.

Pour ma part, je tiens à adresser à grand merci à Hervé Poulain. Il ne le sait pas encore, mais son parcours professionnel et sportif apporte de la crédibilité à un des personnages récurrents de mes romans policiers, David Sarel. Dans les polars où je le mets en scène, David exerce la profession d’avocat. Mais il est aussi un gentleman driver assez performant pour piloter des voitures d’usine en endurance, une discipline où il plaide parfaitement la cause de son écurie. Juriste et pilote d’usine, un cumul de fonctions vraisemblable grâce au précédent créé par maître Hervé Poulain !

 QUELQUES LIENS POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE MANS 1976 :

1976, une édition très chaude des 24 Heures du Mans

http://www.sportauto-comite12.org/index.php?option=com_content&view=article&id=377:1976-une-edition-tres-chaude&catid=1:circuit&Itemid=3

 

1976 : quelques photos des pilotes de l’Ouest

http://www.sportauto-comite12.org/index.php?option=com_content&view=article&id=378:1976-les-pilotes-regionaux-en-images&catid=1:circuit&Itemid=3

 

Didier Pironi et José Dolhem, deux frangins sur la piste :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/06/08/didier-pironi-et-jose-dolhem-deux-frangins-sur-la-piste.html

 

UN ROMAN QUE J’AI COMMIS DANS L’UNIVERS DE DAVID SAREL :

http://www.ffsa.org/article.php?comite=comite12&titre_url=chicanes-et-derapages-de-lorient-au-mans&id=13352

 

Texte et photos :
Thierry Le Bras

11:43 Publié dans Livre, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hervé poulain, bmw, pop cars, le mans, 1976, gentlemen drivers, david sarel |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |