Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2009

L’AUDI QUATTRO de Claude-François JEANNERET

14.JPG

Dans la précédente note, j’évoquais l’arrivée sur les courses de côtes des voitures du groupe GT Spécial. Dans l’attente de ces monstres survitaminés, je vous invite aujourd’hui à un petit flash-back sans quitter l’univers de la côte.

Durant les années 70, 80 et au début des années 90, le Suisse Claude-François Jeanneret fit partie des grands animateurs du Championnat d’Europe de la montagne. Il disposait toujours de voitures exception, BMW groupe 5, BMW M1, Audi Quattro S2, Ford Sierra Cosworth groupe A.

De 1984 à 1987, Caude-François Jeanneret engagea une superbe Audi Quattro S2 groupe B.

13.JPG

La voiture était impressionnante d’efficacité et produisait un bruit qui inspirait la puissance avec son moteur turbo.

Je me souviens d’une anecdote à la course de côte du Mont-Dore 1985. Le tracé commence par une ligne droite de 400 mètres en légère montée avant un double gauche. Les organisateurs avaient placé une cellule de chronométrage avant ce virage, ce qui leur permettait de mesurer et de faire annoncer par les speakers les temps d’accélération des voitures. Après la seconde montée le dimanche, Francis Dosières, qui venait de remporter le groupe A au volant de sa BMW 635 groupe A, descendit à pied au virage dit « la carrière » pour répondre à une interview du speaker installé à cet endroit. Les grosses voitures du groupe B commençaient à monter. Soudain, le speaker annonça le temps de la Quattro de Jeanneret à l’accélération sur les 400 premiers mètres. Il correspondait à ceux des F2 qui se battaient pour le scratch ! Après bien sûr, le poids et l’encombrement de la grosse Audi la pénalisaient dans les parties serrées. Mais à l’accélération en ligne droite, avec ses quatre roues motrices et sa puissance, la Quattro groupe 2 poussait aussi fort qu’une Formule 2.

06.JPG

« Francis Dosières est stupéfait », commenta le speaker devant l’expression de surprise qu’exprimait le visage du pilote français en découvrant le potentiel d’accélération de la Quattro. On le serait à moins.

Thierry Le Bras

11/02/2009

LES GT « SPÉCIALES » DÉBARQUENT EN COURSE DE CÔTE

COLIN McRAE 2.jpg

Quelles sont les plus belles voitures du monde ? Je fais partie de ceux qui répondent les voitures de Grand-Tourisme et je crois que je ne suis pas le seul. Certes, les monoplaces de Formule 1 représentent ce qu’il y a de plus monstrueux au niveau des sensations de pilotage et les prototypes d’endurance répondant à la règlementation LMP1 atteignent également un niveau de performances supérieur aux GT. Mais au plan de l’esthétique pure, de la magie du des lignes, du rêve, les GT représentent une notion à part.

 

J’éprouve pour ma part un amour particulier pour quelques modèles de Grand-Tourisme très différents, mais tous synonymes de passion et de performances. Je citerai la Lotus Elan (celle des sixties), la Ford AC Cobra Daytona, la Ferrari Daytona GTB 4, la BMW M1 et la Pagani Zonda. Mais je suis aussi sensible au charme d’une Jaguar Type E, d’une Aston Martin, d’une Chevrolet Corvette, d’une Porsche ou d’une Alpine, ainsi qu’à l’originalité d’une petite Marcos version Le Mans 1966 ou 1967, d’une Alfa Roméo GTZ, d’une Maserati et de bien d’autres modèles.

LMC22.jpg

Lorsque j’ai eu le bonheur de pratiquer la compétition automobile, j’ai surtout fait de la course de côte pour des raisons d’emploi du temps et de budget. J’ai évoqué à plusieurs reprises ces expériences dans les archives 2008 de ce blog. Je conserve un intérêt particulier pour cette discipline. La course de côte apprend à attaquer très fort  dès le premier mètre de course sans faire de faute. Son seul défaut est que le pilote ressent une frustration de ne pas passer autant de temps qu’il le souhaiterait au volant. Mais la perfection n’existe pas…

 

La course de côte a malheureusement décliné au fil du temps. Plusieurs raisons à cela. Les coûts d’organisation ont augmenté de manière exponentielle. Les pouvoirs publics traditionnellement autophobes érigent des règles de sécurité drastiques autour des compétitions et facturent les forces de gendarmerie et les pompiers qu’ils imposent à des tarifs incompatibles avec l’équilibre financier des manifestations. Les riverains conditionnés par l’hystérie pseudo-sécuritaire des lobbies hostiles à l’automobile accueillent moins volontiers les courses. Courir coûte de plus en plus cher. L’évolution sociale favorise la production de modèles qui consomment peu, qui roulent dans le cadre de limitations de vitesse démentiellement basses, qui offrent de l’espace intérieur, ne font pas de bruit et proposent aux passagers le confort d’un salon roulant. De toute façon, les voitures se déplaçant essentiellement en ville ou au ralenti sur des portions de quatre voies, elles n’ont plus besoin de tenir la route ni de freiner. Les machines strictement utilitaires des dernières décennies correspondent à une société aseptisée, uniformisée, celle du nivellement par le bas, de la banalité et de la stigmatisation de l’originalité comme du dépassement de soi.

CHASSEUIL CT 1981 3.jpg

L’automobile moderne représente tout le contraire des qualités d’une sportive. Durant les seventies, une Alfa-Roméo 2000 GTV, une VW Golf GTI, une Opel Kadett GTE étaient des bases aisées à transformer en voitures de course. Les pachydermes contemporains bourrés d’électronique, étouffés par des pots catalytiques et des boîtes aux rapports aussi longs qu’un jour sans pain sont tout juste bons à se vautrer dès que leur conducteur attaque un  virage avec plus d’énergie qu’un mollusque.

 

Cette triste constatation contribue à faire augmenter le coût de la compétition de manière déraisonnable pour les pilotes amateurs. Fini le temps des voitures de grande série aux qualités de base généreuses comme la R8 Gordini, la Simca 1000 Rallye 2 ou la BMW 2002 TII. Désormais, il est nécessaire partir d’un modèle produit en petite série, donc beaucoup plus cher. Et il faut dépenser davantage d’argent pour le débarrasser du carcan d’équipements policés qui lui coupent le souffle.

 

Les GT représentent encore une exception, mais à des prix qui en limitent l’accès à une clientèle limitée. Du temps des sixties et des seventies déjà, l’acheteur d’une BMW ou d’une Alfa ne pouvait pas s’offrir une Type E ou une Ferrari. Seulement, sa petite 2 litres musclée au savoir-faire italien ou germanique lui permettait de bien s’amuser.

3.jpg

A défaut de revenir à l’époque des 30 glorieuses du sport automobile, la FFSA et les promoteurs du Championnat de France de la montagne ouvrent la discipline à un nouveau groupe appelé GT Spécial qui accueillera :

- les GT Cup ayant disputé les  Coupes monomarques Porsche, Ferrari ou Lamborghini ;

- les GT Plus, c'est-à-dire les GT1 et GT2  du Championnat FFSA règlement 2005 ainsi que les LMGT ;

- les voitures de tourisme de constructeurs européens ayant couru dans des séries telles que le DTM , l’IMSA, le WTCC …

 

Chaque voiture devra peser au moins 1075 kg avec le pilote à bord.

AUDIA4DTM.jpg

Cette initiative présente de nombreux intérêts. Au plan du spectacle, c’est un plus incontestable. Si les concurrents se laissent séduire par ce nouveau groupe, ils vont amener en course de côte des voitures superbes, spectaculaires et originales. Imaginez des Ferrari Maranello, des Chevrolet Corvette et des Audi A4 DTM au départ, ça aura tout de même de la gueule.

 

Les promoteurs du championnat semblent optimistes quant au coût financier de l’engagement de ces voitures car, si elles sont chères à l’achat, elles demandent peu de maintenance ensuite.

 

Il reste cependant quelques interrogations. La première a trait au niveau des performances. Où une Ferrari Maranello va-t-elle se situer par rapport à une Mercedes issue du DTM ou une BMW M3 ? Quelle GT « Spéciale » se révélera  la plus adaptée  à la course de côte dont les tracés sont plus étroits que les circuits ? Sans compter la qualité des renouvellements. Les courses de côtes empruntent des routes ouvertes à la circulation le reste de l’année. Leur bitume ne vaut pas les billards des circuits fermés les mieux entretenus. Et dernière inquiétude, que coûteront les belles à réparer en cas de grosse sortie de route ? On n’ose imaginer ce que devrait débourser le pilote d’une GT1 pour aligner à nouveau son auto après avoir détruit une caisse.

BMW WTCC.jpg

Il faut toutefois espérer que ces inquiétudes ne freineront pas le succès du nouveau groupe GT Spécial. L’idéal serait que quelques valeurs sûres du championnat se laissent séduire. Imaginez un pilote de la trempe de Francis Dosières au volant d’une Ferrari ou d’une Corvette ! Ou le retour d’Anne Baverey, qui débuta en compétition par le VHC, au volant d’une BMW du WTCC. Ou encore le jeune Rémi Baby faisant parler la cavalerie d’une Audi ex DTM. Que du bonheur ! s’exclameraient en cœur les fans de course de côte et les spectateurs occasionnels.

 

Thierry Le Bras

 

05/02/2009

YOANN BONATO SAUVE L’ESSENTIEL EN IRLANDE

YOANN EN IRLANDE 1.jpg

 
Compte tenu des conditions météorologiques exécrables, la manche irlandaise du championnat du monde des rallyes 2009 disputée du 29 janvier au 1er février derniers ne ressembla en rien à une balade.

En ce week-end d’arrivée du vainqueur du Vendée Globe, il était tentant d’évoquer une navigation sur les routes inondées plutôt qu’un pilotage traditionnel. « Notre bateau fonctionne très bien », commenta d’ailleurs Daniel Elena dont le pilote, Sébastien Loeb bien sûr, surfa comme d’habitude avec maestria sur toutes les difficultés.

Ce ne fut pas le cas de tous les concurrents. Certains sombrèrent ou prirent l’eau, surtout parmi les jeunes. Latvala, pilote officiel Ford, disparaissait d’entrée. Atkinson faisait la joie des cameramen en leur offrant une belle sortie de route après un début de course calamiteux. Ogier lâcha prise dès les premiers tours de roues et concéda 2’30 » en trois spéciales.

Déjà difficiles pour les 4 roues motrices, les « canaux » irlandais s’avèrent terribles pour les Super 1600 2 roues motrices engagées dans la catégorie Junior WRC, celle que disputaient Yoann Bonato et son navigateur Benjamin Bouloud.

Yoann et Benjamin ne sont pas les plus riches du plateau, loin s’en faut. « Nous partons avec un budget un peu juste mais nous avons bon espoir de l’étoffer rapidement », avouait d’ailleurs récemment le pilote des Deux Alpes à Échappement qui le désigna à juste titre comme espoir de l’année en 2003, six ans après Sébastien Loeb.

La station des Deux Alpes où il réside toujours et l’importateur Suzuki participent financièrement au programme 2009 de Yoann. D’autres sponsors seraient les bienvenus. Que les entreprises qui pourraient être tentées par un programme avec Yoann et Benjamin n’hésitent pas à les contacter aux Deux Alpes. Nul doute qu’ils obtiendront un excellent retour sur investissement.

Tous les amateurs de rallye savent Yoann rapide. Il l’a encore prouvé en Irlande en signant un meilleur temps. Il a aussi démontré qu’il était un garçon responsable à qui des partenaires peuvent accorder toute leur confiance. Responsable et respectueux de la sécurité des autres aussi. Samedi, Yoann était second des Junior WRC et il était en train de remonter sur Burkart, alors leader de la catégorie. L’Allemand en est à sa quatrième saison en Junior WRC et le début de rallye de Yoann face à lui en dit long sur son potentiel. Soudain, Yoann loupa un freinage, une erreur qui n’aurait pas d^engendrer de grosses conséquences puisqu’il avait repéré un échappatoire.

PORTRAIT YOANN 2009.jpg

« J’ai tiré droit dans l’échappatoire, raconte Yoann. En voulant revenir le plus vite possible sur la spéciale, j’ai préféré faire demi-tour plutôt que reculer doucement sans visibilité. Pas de chance, la voiture s’est plantée dans le bas-côté et j’ai perdu plusieurs minutes au lieu de quelques secondes. »

Coût global de l’opération en effet, dix minutes puisque Yoann devait repartir en super rallye le lendemain avec une grosse pénalité en temps.

Malgré cet incident, Yoann et Benjamin finissent quatrièmes des Junior WRC et marquent de précieux points dans l’optique de la suite de la saison. La semaine prochaine, la Norvège n’accueillera pas les Junior WRC. Yoann et Benjamin ne disputent que six des huit manches du championnat. Ils feront donc l’impasse sur l’épreuve de Chypres mi-mars.

YOANN EN IRLANDE 2.jpg


Mais Yoann et Benjamin continueront à travailler. «Nous allons profiter du temps disponible pour réaliser une séance d'essai spécifique et pour nous préparer le mieux possible. Le Portugal sera pour nous le premier rallye sur terre de la saison. Il sera important d'y être très vite dans le coup. »

Puis ils retrouveront les autres concurrents de la catégorie Junior WRC au départ de la manche portugaise début avril. « Je suis raisonnablement confiant et j'avoue qu'après cette première expérience au volant de la Suzuki Swift Super 1600, je suis déjà impatient de me retrouver au départ de mon deuxième rallye de la saison », annonce Yoann.

Les jeunes furieux en découdront avec leurs petites 2 roues motrices en espérant que leurs performances seront remarquées et leur permettront de franchir une étape décisive dans leurs carrières de pilotes. Souhaitons que cette fois, aucun incident ne vienne perturber la course de Yoann et Benjamin. Ces deux là forment un équipage très fort qu’il serait formidable de voir en WRC ou en IRC dans un futur proche !

Thierry Le Bras