Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport - Page 100

  • L’OPEL COMMODORE GSE EN COURSE DE CÔTE

    courses de côtes,opel commodore gse,seventies,jacky ravenel

    En 1974, 1975, 1976  et 1977, l’Opel Commodore GSE fit partie des reines de la Course de côte en groupe 1.

     

    Quelques pilotes au gros cœur conquirent quantité de victoires de groupes à son volant dans les épreuves de l’Hexagone.

     

    J’ai pour ma part  commencé à courir en 1976 (sur une Opel Ascona SR avant de passer à la Golf GTI l’année suivante), mais je me rendais déjà sur des courses de côte en qualité de spectateur armé de son appareil photo les années précédentes, de telle sorte que je conserve de nombreux souvenirs de cette voiture. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’essayer une Commodore GSE de série avec mon père en 1976. Le garage Opel nous l’avait prêtée pour l’après-midi et nous en avons bien profité. Je peux l’avouer maintenant car il y a prescription, nous nous sommes bien amusés en prenant le volant chacun à notre tour sur les petites routes côtières entre Rothéneuf et Cancale, sans parler des virages du Barrage de la Rance et des routes de campagne du côté de Pleurtuit. La Commodore GSE de série développait tout de même 160 chevaux. Elle glissait facilement mais son comportement très sain mettait son pilote en confiance. Une base idéale pour la transformer en voiture de course, ce que firent de nombreux pilotes.

     

    J’ai surtout côtoyé ceux qui couraient en priorité dans l’Ouest de la France, comme moi. Parmi eux figuraient justement quelques pointures, à commencer par Jacky Ravenel qui fut incontestablement l’homme fort du Groupe 1 toutes classes de cylindrées confondues à cette époque. Jacky possédait toutes les qualités qui font un vainqueur de groupe : talent, sens de l’attaque, préparation minutieuse du matériel et reconnaissances très précises. Je me rappelle très bien de lui en 1977. Bien qu’il connaisse tous les tracés pour y avoir déjà couru, il faisait partie des plus rageurs qui se levaient à 6 heures du matin le dimanche afin de peaufiner son ultime  préparation au volant de la voiture de course avant la fermeture de la route. Un vrai limeur de bitume.

     

    Parmi les autres pilotes de Commodore GSE avec qui il fallait compter figuraient Giovanni Rossi, son beau-frère Feuillé (je suis désolé, j’ai oublié son prénom), Fabrice Malherbe, Duval, Jacques Gil, JP  Theuil, Jacqueline Dantec, Poutot, Gomme…

    courses de côtes,opel commodore gse,seventies,jacky ravenel

    La Commodore GSE était belle à voir passer. Elle virait moins à plat que les voitures des générations suivantes, elle glissait, il fallait la balancer énergiquement, mais justement c’était sympa pour le pilote comme pour le spectateur.

     

    La  saison 1977 annonça la fin de la suprématie des Commodore GSE en groupe 1. Au Mont-Dore, Jacky Ravenel dut vraiment s’arracher pour venir à bout de la Ford Escort 2000 RS de Stenger que de nouvelles homologations rendaient féroce. Les saisons suivantes verraient les Escort prendre le pouvoir en côte. En rallye, la passation de pouvoir s’était déjà faite au profit de la petite sœur cadette, dite Kadett GTE. D’ailleurs au Tour de France Auto cette année-là, Jean-Louis Clarr remporta le groupe 1 devant Jean-Louis Ravenel (le frère de Jacky) sur Commodore GSE.

     

    La Commodore GSE des sixties va toutefois connaître une nouvelle jeunesse grâce au Challenge groupe 1 organisé par Topten. Des courses de groupe 1 des années 70 sur les plus beaux circuits français ! Une belle initiative sur laquelle je reviendrai bientôt.

     

    FICHE TECHNIQUE DE LA COMMODORE GSE (version groupe 1)

    Moteur : 6 cylindres en ligne

    Cylindrée : 2784 cm3

    Distribution : 1 arbre à cames en tête spécial

    Rapport volumétrique : 9,5 à 1

    Alimentation : injection Bosch

    Puissance : + de 180 cv à 7000 t/mn (le bruit circulait dans les parcs que les meilleurs moteurs préparés par Irmscher développaient 208 cv)

    Transmission : aux roues AR ; boite de vitesses 4 rapports synchronisés + marche arrière

    Freins : disques AV ventilés, pleins à l’AR - Servo

    Dimensions : longueur : 4.605 mm – largeur : 1.730 mm – empattement : 2.760 mm

    Poids d’homologation : 1172 kg

     

    QUELQUES LIENS A SUIVRE

     

    De la Commodore GSE à la Kadett GTE http://bit.ly/1dKzEr8

     

    Souvenirs à la CC de Neuvy Le Roy 1977 : http://bit.ly/1nwCCoA

     

    DUEL AU SOLEIL DES COTEAU, un feuilleton estival dans le monde de la course de côte des années 70

    ÉPISODE 1  http://bit.ly/1trq9Df

    ÉPISODE 2  http://bit.ly/1vJ6dTB 

    ÉPISODE 3 http://bit.ly/1vjuSMr 

    ÉPISODE 4  http://bit.ly/1y8CyRw

     

    Suivez-moi sur Twitter

    https://twitter.com/ThierryLeBras2

     

    Et pourquoi pas sur Facebook ?

    http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

     

    Thierry Le Bras

  • KIMI RÄIKKÖNEN RÉCIDIVE EN RALLYE¨ !

    KIMI + RAMI RAIKKONEN.jpg

    Kimi avec son frère Rami,

    quelques années avant qu’ils deviennent l’un et l’autre pilotes

     

    Le week-end dernier, Kimi s’est aligné à son deuxième rallye de la saison. C’était au Vaakuna Rallye, une épreuve du Championnat de Finlande.

     

    Kimi pilotait la même Fiat Abarth Grande Punto IRC qu’à l’Artic Rallye au mois de janvier. Son navigateur était toujours Kaj Lindstrom.

     

    Kimi a réalisé un superbe début de course au Vaakuna Rallye avant qu’une sortie de route lui fasse perdre plusieurs minutes. Sorti du fossé avec l’aide de spectateurs, il terminait finalement 17ème.

    KIMI VAAKUNA 2009 3.jpg

    Le Kimi 2009 est affamé. Il s’est mis au régime sans alcool et réussit de superbes chronos dans les séances d’essais, spécialité habituelle de son équipier brésilien. Et si le second titre était pour cette année ? N’oublions pas Kimi aime les années impaires, celles qu’il ne passe ni ne manque pas.

     

    Thierry Le Bras

     

  • L’AUDI QUATTRO de Claude-François JEANNERET

    14.JPG

    Dans la précédente note, j’évoquais l’arrivée sur les courses de côtes des voitures du groupe GT Spécial. Dans l’attente de ces monstres survitaminés, je vous invite aujourd’hui à un petit flash-back sans quitter l’univers de la côte.

    Durant les années 70, 80 et au début des années 90, le Suisse Claude-François Jeanneret fit partie des grands animateurs du Championnat d’Europe de la montagne. Il disposait toujours de voitures exception, BMW groupe 5, BMW M1, Audi Quattro S2, Ford Sierra Cosworth groupe A.

    De 1984 à 1987, Caude-François Jeanneret engagea une superbe Audi Quattro S2 groupe B.

    13.JPG

    La voiture était impressionnante d’efficacité et produisait un bruit qui inspirait la puissance avec son moteur turbo.

    Je me souviens d’une anecdote à la course de côte du Mont-Dore 1985. Le tracé commence par une ligne droite de 400 mètres en légère montée avant un double gauche. Les organisateurs avaient placé une cellule de chronométrage avant ce virage, ce qui leur permettait de mesurer et de faire annoncer par les speakers les temps d’accélération des voitures. Après la seconde montée le dimanche, Francis Dosières, qui venait de remporter le groupe A au volant de sa BMW 635 groupe A, descendit à pied au virage dit « la carrière » pour répondre à une interview du speaker installé à cet endroit. Les grosses voitures du groupe B commençaient à monter. Soudain, le speaker annonça le temps de la Quattro de Jeanneret à l’accélération sur les 400 premiers mètres. Il correspondait à ceux des F2 qui se battaient pour le scratch ! Après bien sûr, le poids et l’encombrement de la grosse Audi la pénalisaient dans les parties serrées. Mais à l’accélération en ligne droite, avec ses quatre roues motrices et sa puissance, la Quattro groupe 2 poussait aussi fort qu’une Formule 2.

    06.JPG

    « Francis Dosières est stupéfait », commenta le speaker devant l’expression de surprise qu’exprimait le visage du pilote français en découvrant le potentiel d’accélération de la Quattro. On le serait à moins.

    Thierry Le Bras