Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2011

BERLINETTE ALPINE ET BMW 320 POUR MAÎTRE HERVÉ POULAIN

hervé poulain,berlinette alpine,bmw 320,lichtenstein,groupe 5,rallye d'armor,24 heures du mans

Salué par la presse pour son association d'artistes contemporains à la décoration de machines de course engagées aux 24 Heures du Mans, Maître Hervé Poulain, le commissaire priseur le plus rapide du monde, ne dédaigna pas de s'engager en course de côte et en rallye, notamment dans l'Ouest de la France.

Ce fut le plus souvent au volant de Renault que les pilotes et spectateurs de l'Ouest eurent l'occasion de suivre les performances du gentleman driver Hervé Poulain. En 1977, il pilotait une Berlinette groupe 5 très affutée.

La photo ci-dessus réalisée à l'Armor dans des conditions météo détestables illustre le sens de l'attaque du pilote. Un gros appui malgré l'adhérence précaire. Ce week-end là, Hervé Poulain ne vit pas l'arrivée de la dernière spéciale. Mais il obtint sa revanche sur d'autres sites. En coures de côte, l'engagement d'Hervé Poulain au volant de sa Berlinette groupe 5 annonçait la présence d'un candidat redoutable pour la victoire de groupe et de précieux points ramenés à l'Écurie Bretagne dans le cadre du fameux Challenge Paul Jamin.

Victoire au Mans

Outre la joie de piloter une Berlinette 1800, Hervé Poulain connut une autre satisfaction intense durant la saison 1977. Il remporta en effet la classe 2 litres en catégorie IMSA aux 24 Heures du Mans.

hervé poulain,berlinette alpine,bmw 320,lichtenstein,groupe 5,rallye d'armor,24 heures du mans

 Il n'y pilotait pas sa Berlinette Alpine mais une BMW 320 groupe 5 peinte par Roy Lichtenstein. Maître Hervé Poulain explique les thèmes de la décoration de cette voiture dans son excellent ouvrage « Le marteau et son maître » paru chez Plon en 2010 : « sur les portières, un lever et un coucher de soleil correspondaient à l'aura de la course ainsi qu'au cycle de 24 heures, et, en bas de caisse, une ligne jaune discontinue défilait vertigineusement devant un paysage déformé par la vitesse. Les points points d'un bleu acide accentuaient les contrastes des couleurs ... »

De bien belles voitures entre les mains d'un pilote qui a démontré que gentleman driver signifie certes pilote qui exerce une autre activité que le sport automobile, mais en aucun cas concurrent moins rapide ou moins sérieux que les autres !

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

La BMW Stella initiée par Hervé Poulain

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/10/22/la-bmw-stella-aux-24-heures-du-mans.html

Un souvenir personnel d'une course de côte où Hervé Poulain remporta le groupe 5

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/11/17/course-de-cote-de-neuvy-le-roy-un-bon-souvenir.html

Thierry Le Bras 

20/05/2011

LES DESSOUS CHIC D'UNE BMW 318 COMPACT F2000 EN BRETAGNE

bmw 318 compact f2000,bmw 2002,bernard leuvrey,rallye de lohéac,rallye du pays vannetais

 Pour celui qui a entendu la symphonie en vrooaaarrrr majeur interprétée par un moteur BMW qui monte dans les tours, le doute n'est pas permis, les automobiles ont bien une âme. Tout au moins celles que des constructeurs et des préparateurs destinent à la compétition, à commencer par les BMW.

BMW fait bien sûr partie des constructeurs qui fourbissent les armes avec lesquelles des gentlemen drivers conquièrent des victoires de classes, de groupes et des scratchs.

Une publicité récente évoque le plaisir qu'éprouvait un un conducteur de BMW à dessiner les lignes parfaites de des modèles de la marque lorsqu'il était enfant. Ceux de ma génération se souviendront des 2002 en course de côte, en rallye et en circuit. Des autos compactes et musclées au volant desquelles s'illustrèrent des pilotes tels que Georges Benoît, René Jouan, Jean-Marc Jouannic, Yvan Tapy, Michel Pouteau, Guy Fréquelin, Jacky Ickx, Jacky Ravenel, Yves Evrard, Daniel Pasqueir, Elodic, Haudiquer, Grund, Philippe Leclerc, Lembeye, Jean-Louis Hervieu, Yvan Muller, Claude-François Jeanneret, Pierre Maublanc, Hugues Hazard, Rauno Aaltonen, Tony Fall, Christian Dorche et d'autres encore...

Dans la lignée de la 2002

La première fois que j'ai vu une BMW 318 Compact, elle m'a rappelé la déclinaison Touring des 2002 des sixties et des seventies. Un coupé break 3 portes aux lignes agressives, à la calandre annonçant que, quand elle apparaissait dans le rétro, il valait mieux se résigner à la laisser passer. Mais si les 2002 Touring, plus lourdes que les 2 portes de base, n'ont pas usé leurs pneumatiques sur le bitume des épreuves chronométrées, leur descendante Compact a trouvé un terrain d'expression à sa mesure dans le groupe F2000.

 La 318 Compact F2000 est une bête de course

Celle que j'ai photographiée ici en 2003 à Lohéac et à Malansac était pilotée par Bernard Leuvrey, un des animateurs des rallyes de l'Ouest à l'époque.

bmw 318 compact f2000,bmw 2002,bernard leuvrey,rallye de lohéac,rallye du pays vannetais

Un pilote rapide qui pensait arrêter la compétition fin 2002 lorsque Delage lui proposa cette F2000 qui n'attendait dans les ateliers du préparateur qu'un pilote digne de lui offrir des sensations et des podiums. Une tâche qu'exécuta parfaitement Bernard Leuvrey qui retarda sa retraite sportive d'une année pour s'amuser encore un peu avec ce superbe jouet avant de ranger son casque.

Il la céda ensuite à Morilleau. Avec Nantet, Roullard, Leuvrey, Morilleau, Mora, Thierry Costeraste, Entz, Milhau, Moynet, Baessens, Lacouture, Thues, Denis Troussier, stéphane Pustelnick, la BMW 318 Compact F2000 ne manque pas d'avocats pilotes ne manque pas d'avocats pilotes pour défendre sa cause dans les rallyes de l'Hexagone.

SES CARACTÉRISTIQUES:telles qu'elles étaient rapportées dans le Rallye Mag d'avril 2000 avec l'essai de celle de Rouillard :
-bloc 1998cm3 16S(moteur BM 2 L issu du supertourisme)
-injection Magnetti Marelli
-270cv et 26mkg pour 970kg
-trains de son ancienne M3
-pont 5.44 avec autobloc 90% (de M3)
-boite 6

Vous pouvez également me retrouver sur http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/ , http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/

Thierry Le Bras

11/05/2011

LA BERLINETTE ALPINE NEW RALLYMEN DE DIDIER CALMELS

 berlinette alpine,didier calmels,1974,courses de côtes,new rallymen

1974, la Berlinette fait encore partie des reines du rallye et de la course de côte bien qu'elle ait atteint l'âge mûr et que d'autres machines plus récentes et plus puissantes se révèlent des rivales impitoyables.

La Berlinette est tenante du titre en championnat du monde des rallyes. Les machines conçues à Dieppe se sont révélées les meilleures en 1973. Début 1974, le contexte automobile a bien changé. Aggravation des limitations de vitesse, premier choc pétrolier, menaces de rationnement du carburant, suppression temporaire des courses automobiles en France avec pour conséquence l'annulation du Rallye de Monte-Carlo, campagnes gouvernementales contre la conduite sportive, l'ambiance n'est pas au beau fixe pour ceux dont le coeur bat au rythme de la course automobile.

Heureusement, les compétitions finissent par retrouver droit de cité et de campagne avant le printemps. Les machines préparées pour les teams officiels et les gentlemen drivers recommencent à rugir. Parmi elles, la superbe Berlinette 1800 noire aux couleurs New Rallymen de Didier Calmels. Avec sa robe noire, elle ressemble à un squale et se distingue de ses soeurs dont la plupart s'inspirent des couleurs officielles de l'Écurie Alpine.

berlinette alpine,didier calmels,1974,courses de côtes,new rallymen

Didier Calmels attaque fort à son volant. Le pilote parisien et sa voiture se font remarquer durant cette saison 1974. La présentation de l'auto évoluera d'ailleurs au fil des courses avec quelques touches qui la rendront plus agressive. Les photos d'illustration de cette note ont été prises respectivement aux courses de côtes de Saint-Germain sur Ille et de Saint-Gouëno.

berlinette alpine,didier calmels,1974,courses de côtes,new rallymen

En 1975, Didier Calmels et christian Galopin adopteront des couleurs radicalement différentes mais tout aussi superbes pour leurs autos respectives, Alpine pour l'un et R12 Gordini pour l'autre. Un design à base de blanc, bleu marine et filets arc-en-ciel. Puis en 1976, Didier Calmels s'attaquera à un autre défi, celui de la Triumph Dolomite (la fameuse McKeen) avec laquelle il s'engagera en course de côte, mais aussi en circuit dans le nouveau championnat des voitures de tourisme.

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

Le site de la R8 G, celle sans qui rien n'aurait été possible :

http://www.r8gordini.com

Quelques pages d’histoire du Rallye de Monte-Carlo

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/01/16/histoires-de-monte-carlo.html

Thierry Le Bras