Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2012

HOMMAGE A MIKE HAWTHORN

un pilote anglais jusqu’au nœud papillon !

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

 Né le 10 avril 1929, Mike Hawthorn disparut avant son trentième anniversaire, le 22 janvier 1959. Sa vie fut trop courte, mais bien remplie. Champion du monde de F1 1958, vainqueur les 24 Heures du Mans 1955, Mike aura accroché à son palmarès deux fleurons qui font rêver tous les pilotes. La période anniversaire de sa disparition offre l’occasion de lui rendre hommage.

 

J’ai découvert Mike Hawthorn après son décès. Un jour, quand j’avais sept ou huit ans, mon père m’a offert une Vanwall au 1/43ème fabriquée par Solido. Il m’a expliqué que c’était la voiture de Mike Hawthorn, un très grand pilote. Mon père adorait la course automobile et les pilotes aux caractères bien trempés. Il renoncerait à cette saine passion, hélas. Ce serait plus tard, lorsqu’une créature peu recommandable lui ôterait sa personnalité puis l’intégralité de son patrimoine. Un schéma de piratage courant en vérité. Mais avant de se faire retourner comme une crêpe par la méprisable commise en cuisine manipulatrice et toxique, il vibrait aux sons d’un échappement libre comme à la voix passionnée de Tommy Franklin commentant les 24 Heures du Mans et les Grands-Prix.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

Dès l’âge de six ou sept ans, je connaissais les noms de Fangio, Moss, Collins, Hawthorn, Rodriguez, Wimille, Moss, Brabham, McLaren, Trintignant, Clark, Gendebien, Gurney, Hill… Je leur prêtais plus d’attention qu’à ceux de mes condisciples qui n’étaient pas mes meilleurs copains. Ce fut donc tout naturellement que quelques années plus tard, je m’intéressai à leur histoire en lisant tout ce qui me tombait sous la main. Depuis, j’ai complété ma documentation sur mes pilotes préférés. Mike Hawthorn en fait partie et je me réjouis de partager avec vous quelques-unes de mes informations et réflexions à son sujet.

 

Mike Hawthorn devance Juan Manuel Fangio

 

Déjà remarqué en Angleterre puis à l’étranger par les spécialistes du sport automobile, Mike Hawthorn étala son talent à la face de tous le dimanche 5 juillet 1953. C’était au Grand-Prix de France, disputé sur le circuit de Reims. La course donna lieu à un final ahurissant.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

 A cinq tours de l’arrivée, Hawthorn sur Ferrari et Fangio sur Maserati étaient roues dans roues. Ils se livrèrent un duel acharné, se doublant et se redoublant sans cesse. A l’amorce du dernier tour, ils passèrent devant les tribunes côte à côte. Qui allait l’emporter ? Fangio sembla prendre un instant l’avantage, mais l’épingle du circuit lui fut fatale. Gêné par une première qui ne passait plus, il perdit du temps à la sortie du virage le plus serré  et franchit la ligne d’arrivée 36 mètres derrière Hawthorn. En Anglais soucieux de son apparence, Mike Hawthorn s’était présenté au départ vêtu d’un blouson en daim vert et d’un nœud papillon !

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari 

Mike avait abordé les sports mécaniques à 17 ans par la moto. Puis après une première saison automobile où il s’était montré à son avantage, Ferrari l’embaucha en 1953 et lui renouvela sa confiance en 1954. Ces débuts flamboyants semblaient le conduire au paradis.

 

Du paradis à l’enfer

 

L’enfer n’était pourtant pas loin. En 1954, la mort de son père et un accident dont il se releva avec de  douloureuses brûlures lui rappelèrent qu’il n’était pas un enfant chéri du destin. D’ailleurs, Mike le savait déjà. Il souffrait depuis longtemps de problèmes d’insuffisance rénale. Ses ennuis de santé lui  avaient valu d’être dispensé des obligations militaires. Soudain, en 1954, la presse anglaise se déchaîna contre lui. Elle lui reprocha de ne pas avoir fait son service militaire et de faire gagner des voitures étrangères, en l’occurrence des Ferrari. Un Chef d’État français déclara un jour que certains mots pouvaient tuer aussi sûrement que des balles. En tout cas, ils font très mal quand ils claquent avec la volonté délibérée de tuer au moins une carrière, sinon l’homme. D’autant que les pilotes les plus loyaux n’ont pas été préparés aux artifices machiavéliques des jeux politiques.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

Ulcéré à la fois par les reproches qui s’abattaient sur lui et le récent décès de son père, Mike Hawthorn céda aux avances de Jaguar pour la saison d’endurance 1955 et se réfugia chez Vanwall en F1. La possibilité de passer plus de temps en Angleterre et de veiller sur le garage familial joua certainement un rôle dans ce choix. Au Mans 1955, il fit équipe avec Ivor Bueb. La première heure de course donna lieu à une bagarre incroyable entre la Jaguar de Hawthorn et la Mercedes de Fangio. Les deux pilotes roulaient comme en Grand-Prix. Le boulot de Mike était d’entraîner les Mercedes à suivre son train d’enfer. Tant pis s’il cassait pourvu qu’il épuise l’adversaire. Il est probable que ce duel sonna comme une revanche du Grand-Prix de Reims 1953. Même s’ils se respectaient, chacun des deux pilotes entendait montrer à l’autre qu’il n’avait pas peur de lui et qu’il allait le battre. En outre, Mike Hawthorn était anglais. Il avait déclaré qu’il « ne voyait pas pourquoi une voiture allemande battrait une voiture anglaise ». Son père s’était battu conte les nazis. Lui-même avait connu le traumatisme des bombardements sur l’Angleterre, la crainte des méfaits de la cinquième colonne, la peur de la folie meurtrière d’Hitler. La guerre n’était pas loin en 1955… Un concours de circonstances aussi improbable que dramatique fit de Mike un des acteurs du terrible accident du Mans 1955. Macklin (Austin Healey) et Levegh (Mercedes), à qui il avait pris un tour et qui le suivaient, n’anticipèrent sans doute pas sa manœuvre tardive d’arrêt au stand pour ravitailler. Ils s’accrochèrent, déclenchant un terrible accident.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

Une décision judiciaire du 10 novembre 1956 considéra qu’il n’y avait pas lieu d’engager une action pénale contre qui que ce soit car il n’y avait pas de preuve de ce que quiconque ait pu commettre un homicide ou des blessures involontaires par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou non observation des règles. C’était sans doute la meilleure décision possible car il vaut mieux s’attacher à éviter d’autres drames dans l’avenir que chercher des coupables à tout prix pour des accidents que rien ne permettait raisonnablement de prévoir. Tout se passe  très vite en course. Les infrastructures peuvent être mises en cause, mais comment reprocher à un pilote qui est là pour rouler à la limite de sa voiture un concours de circonstances qui se produit en une fraction de seconde ? Mike Hawthorn et son équipier Ivor Bueb remportèrent les 24 Heures du Mans 1955, mais leur victoire ne fut pas célébrée comme les autres.


Champion du monde


Mike retourna chez Ferrari après un bref passage en F1 chez BRM en 1956. Il remporta le titre mondial 1958 mais arrêta la compétition en fin de saison. Il avait remporté trois Grands-Prix et dix-huit podiums. L’accident de 1955 l’avait beaucoup marqué. Les décès sur la piste de ses amis Peter Collins, Luigi Musso et Stuart Lewis-Evens l’année de son titre le peinèrent énormément. Ses problèmes de reins s’aggravaient.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari

II n’eut hélas pas le temps de profiter de sa retraite sportive et trouva la mort le 22 janvier 1959  dans un accident de voiture survenu sur une route de la campagne anglaise. Il conduisait une Jaguar MK I et  n’avait pas encore fêté son  trentième anniversaire.

mike hawthorn,jaguar,vanwall,le mans,ferrari 

Mike, le solide Anglais courageux au fighting-spirit de guerrier mérite que les passionnés de course automobile se souviennent de lui et s’intéressent à son histoire.

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Pour en savoir plus sur Mike Hawthorn, n’hésitez pas à visiter le site qui lui est consacré :

http://www.mike-hawthorn.org.uk/home.php

 

Hommage à un autre pilote d’Outre-Manche  trop tôt disparu, Jim Clark http://confidentielpaddocks.over-blog.com/article-jim-clark-un-des-plus-grands-seigneurs-de-la-course-48083954.html

 

Jenson Button, un Anglais au fighting spirit indéniable et à la classe naturelle qui en font un digne héritier spirituel de Mike Hawthorn

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/08/20/jenson-button-champion-des-chiffres-et-des-lettres.html

 

Nigel Mansell, un autre lion britannique à qui David Bénard a consacré un blog très intéressant

http://nigelmansell.free.fr/wordpress

 

Le blog Polars, sports et légendes ; un blog où les sports mécaniques  sont très présents. Le texte mis en ligne le 5 janvier  présente un ouvrage qui se réfère à l’histoire du Grand-Prix de Pau des origines à nos jours. Le lecteur y croisera justement des pilotes qui ont écrit l’histoire du sport automobile comme Mike Hawthorn. Et une note prévue courant février sera une courte fiction qui rendra hommage à Mike :

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

 

Thierry Le Bras

08:05 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mike hawthorn, jaguar, vanwall, le mans, ferrari |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

23/11/2011

KIMI RÄIKKÖNEN, LE RETOUR ?

Il y a une vie après la F1 chez Ferrari

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Pourquoi pas le retour en F1 d’un pilote à l’ancienne ?  Certains esprits chagrins ont voulu discréditer Kimi en lui associant ce qualificatif. Les authentiques amoureux de la course automobile qui la suivent depuis longtemps considèrent au contraire que ces propos honorent le Champion du monde 2007.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari 

S’il revient en F1, Kimi Räikkönen sera un fabuleux vecteur de communication pour son écurie et pour ses sponsors. D’abord par ses résultats, car le Finlandais possède un talent exceptionnel, un fighting spirit incroyable et une adresse diabolique. Et aussi grâce à cette image de pilote à l’ancienne. Kimi sera en parfaite adéquation avec la tendance Vintage qui fait rage. Il n’est pas formaté ; il incarne des valeurs authentiques, sûres, loyales et rassurantes, les valeurs qui reviennent au goût du jour d’une société lassée des artifices du strass et des paillettes.

 

Tout à coup, je ressens le besoin irrésistible de m’inspirer de Charles Aznavour, valeur sûre au-delà des modes passagères. Alors, je me souviens d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. C’est vrai que Montlhéry en ce temps-là accueillait les pilotes jusque dans de vraies courses et que les humbles écuries qui leur servaient de nids ne payaient pas toujours de mine, qu’elles criaient même famine … mais le public reconnaissait les authentiques champions. En ce temps-là, celui des sixties, des seventies et du début des années 80, Jim Clark n’hésitait pas à s’engager en rallye. Jackie Stewart, Jacky Ickx et François Cevert couraient régulièrement en groupe 2, c'est-à-dire dans des épreuves réservées aux voitures de tourisme spécial. Vainqueur de nombreuses grandes épreuves et postulant à la F1, Gérard Larrousse prenait le départ du Monte-Carlo au volant d’une Alfa Roméo 2000 GTV et y remportait le groupe 1 cinq mois avant de gagner Le Mans sur Matra en compagnie d’Henri Pescarolo. Et Didier Pironi, grand animateur du Championnat du monde de F1 1982 n’hésitait pas à sortir du cockpit de sa monoplace et à courir l’Agaci 300 sur une Ferrari P4, juste pour le plaisir. Les pilotes à l'ancienne, c'était les gars de cette trempe. Pas si mal de leur ressembler, non ?

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari 

Après l’indélicatesse – une de plus – de l’équipe italienne qui dans le passé a aussi maltraité – entre autres - des champions comme John Surtees, Nigel Mansell et René Arnoux , après deux saisons en rallye où il a osé s’attaquer aux épreuves les plus difficiles, où il a démontré qu’il était un pilote éclectique, Kimi Räikkönen, le pilote à l’ancienne pourrait revenir à la Formule 1 et c’est tant mieux. Où ? Peut-être chez Williams ? L’équipe de Sir Franck serait ravie de l’accueillir. Le Team Williams disposera en 2012 de l’excellent moteur Renault.  Un retour qui promet !

 

Les valeurs d’un homme simple

 

Kimi n’a peut-être pas séduit les journalistes amateurs de paillettes et de people, ni ceux qui utilisent leur pouvoir pour se transformer en attachés de presse d’un pilote ou d’un système dans des conditions qu’il vaut mieux ne pas chercher à connaître. Mais il est plus communicatif que le prétendent certains.  « Avec moi, il parle », témoignait Dani Sordo, lorsque Kimi arriva dans l’univers du rallye.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Et une anecdote démontre toute la valeur humaine de Kimi Räikkönen. La scène se déroule samedi du Grand-Prix de Monza 2006.  AUTOhebdo teste le caractère « cool » ou non des stars du paddock en envoyant un gamin de 11 ans qui parle plusieurs langues leur demander des autographes. Voici le texte de l’encadré concernant Kimi :

« La conversation s’engage assez simplement. Kimi et Daniel (l’enfant « espion ») s’aperçoivent qu’ils habitent, en Suisse, des villages voisins. Ils parlent de moto, de karting et d’eux. Si bien que Daniel oublie de lui demander son autographe. Sans plus de précautions, l’enfant se pointera à l’entrée du box, juste avant les essais. Et Kimi, très cool, de le lui signer avant de partir en piste. Rappelons qu’il signait à 14 heures la pole position. »

A l’écart des caméras, sans calcul pour son image car il croit avoir affaire à un jeune fan anonyme, Kimi se montre très simple, très naturel, et lui fait spontanément plaisir. C’est ça, un immense champion, un homme qui honore les marques qui s'affichent sur sa voiture et sur sa combinaison !

 

Kimi, fan de James Hunt

 

Kimi a choisi le pilote à qui il veut ressembler. En s’engageant dans une course de jet ski sous le pseudonyme James Hunt, le Finlandais a affiché sa filiation intellectuelle avec le Champion du monde 1976.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Comme James, Kimi est un pilote très rapide, capable de devenir champion du monde dans un contexte de concurrence très forte. Comme James encore, il aime la fête, ce qui  ne nuit pas à sa carrière. Ni James ni Kimi n’ont jamais montré la moindre défaillance physique en course. Comme quoi, un pilote peut trouver des méthodes de préparation physique efficaces et moins rigoureuses que celles de Michael Schumacher. Comme James toujours, il a confirmé son appartenance à la race des seigneurs de la Formule 1 chez McLaren. Et comme James enfin, il est un homme profondément honnête qui se tient à l’écart des embrouilles et entretient des relations tout à fait correctes avec ses concurrents.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 En pleine lutte pour le titre avec Niki Lauda – un autre seigneur de la course - en 1976, James et Niki voyageaient en avion ensemble. Même Felipe Massa souligne les qualités morales de celui qui était son équipier et son rival. «  Kimi est un mec réglo, confirmait le Brésilien . Je ne l’ai jamais vu jouer le moindre tour politique. Il est clair. Clair dans le boulot, clair dans ses rapports avec les autres ».

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Comme James encore, Kimi ne se prend pas la tête avec les basses manœuvres politiques. Comme James toujours, il respecte ses adversaires. Comme James encore, il est passé par l’école McLaren.

 

Du Mansell en Kimi ?

 

Parfois  des commentaires assimilent Kimi à Nigel Mansell. J’avancerai que quelles que soient les intentions de leurs auteurs, une telle comparaison n’a rien de désobligeant pour le champion finlandais. Nigel ne possédait-il pas un formidable coup de volant ? Ses passes d’armes avec le Dieu Ayrton Senna restent dans les mémoires de tous les passionnés de F1 assez mûrs pour avoir suivi la discipline reine au temps de la splendeur de ces deux immenses pilotes. Nigel symbolisait le talent, le fighting spirit et l’honnêteté.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Que lui reprochèrent ses détracteurs ? Son intelligence fut mise en doute et son couple tourné en ridicule. Pourquoi ?  Une partie de la réponse fut apportée en 2007 au Grand-Prix du Brésil par Nelson Piquet (père). Le triple champion du monde reconnut qu’il avait lancé la rumeur selon laquelle Nigel Mansell était idiot et sa femme laide pour déstabiliser celui qui était alors son équipier chez Williams mais surtout un formidable adversaire pour le titre. Autrement dit, une rumeur entacha à jamais l’image d’un pilote rapide et ridiculisa son épouse, une femme tout à fait honorable qui soutenait son mari et se contentait d’organiser une vie de famille sereine. Profondément honnête, Nigel n’aurait pas eu l’idée quant à lui de se comporter en langue de vipère. Lion sur la piste, il était désarmé face aux coups bas.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Un autre élément joua en défaveur de l’image du Champion du monde 1992. A chaque interview en fin de course, il insistait sur la qualité du travail de son équipe. Les mots « fantastic job » revenaient sans cesse dans sa bouche. Certains se moquaient de lui à l’époque. Signe de stupidité ? Pas du tout. Preuve de l’intégrité et de la sincérité d’un champion doté d’un superbe esprit d’équipe et reconnaissant à chaque membre du team pour la pierre qui lui permettait à lui, le pilote, de concrétiser les efforts de chacun en remportant des victoires. D’ailleurs, Nigel Mansell n’avait rien d’un benêt. Il était titulaire d’un diplôme d’ingénieur. Au début de sa carrière de pilote, il assumait aussi un poste  de chargé de cours en électronique chez Lucas, dans l'aérospatiale. Il pratiquait assidûment le karaté. Tout le contraire de l’image qui lui fut injustement collée.

 

Kimi sur la piste de Nigel ?

 

Rien d’humiliant donc pour Kimi Räikkönen à se voir comparé à Nigel Mansell. Outre un talent extraordinaire, une honnêteté sans faille et un fighting spirit de légende, les deux hommes possèdent un point commun dont ils se seraient par contre bien passés. Ils ont été injustement critiqués et dévalorisés, victimes de rumeurs sournoises et ignobles.

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Nous connaissons maintenant les motifs assez minables qui nuisirent à la réputation de Nigel, des actes qui ne grandissent pas Piquet père malgré son talent et toutes les qualités dont il fit preuve par ailleurs durant sa carrière. Les raisons des rumeurs destinées à casser l’image de Kimi et à le discréditer auprès du public et du monde de la F1 relevèrent des mêmes calculs sordides. Son baquet Ferrari suscitait des convoitises. Les envies et les rancoeurs de certains médias et d’une poignée de snipers aussi désoeuvrés dans la vraie vie qu'hyperactifs sur le net se focalisent toujours contre deux pilotes dès qu’il est question de F1, Kimi et Lewis. Aujourd’hui encore, quelques esprits chagrins parmi lesquels un lobbyiste acharné qui sévit sur une grande chaine de télévision tentent de décrédibiliser et d'empêcher l’hypothèse d’un retour de Kimi. Pourquoi ? Parce que la rapidité  du pilote fait peur et que la promesse de lui faire revivre une campagne de haine et de guerre médiatique pourrait le dissuader de revenir, tout simplement. Honte à ces tristes sires qui, dans des buts inavouables, tentent de priver les amoureux de la F1 d’un formidable pilote.  

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 « Ce qu'il va se passer dans le futur reste une question ouverte », reconnaît Kimi Räikkönen. L’’hypothèse Williams-Renault est avancée. Williams-Renault, une association qui fait peur à ceux qui ne veulent pas revoir Kimi, gagner, surtout devant les voitures rouges de son ancien team. Williams est une bonne écurie. Nico Rosberg ne tarissait pas d’éloges sur ce team auquel il a appartenu pendant plusieurs saisons.  « De l’extérieur, je ne sais pas si les gens se rendent compte à quel point tous les gars de l’écurie bossent sans cesse, témoignait-il. C’est une équipe froide, mais tellement impliquée sur son objectif…. Williams veut vraiment revenir devant et ils font tout pour."

kimi râikkönen,james hunt,nigel mansell,f1,williams-renault,rallye,ferrari

 Williams-Renault, l’association rappelle des titres de champions du monde. Notamment celui de Nigel Mansell en 1992 ! Comme Nigel, Kimi pourrait bien démontrer qu’il existe une vie en F1 au plus haut niveau après Ferrari. Les podiums, les victoires et le champagne qui pétille, c’est pour bientôt si l’association Kimi - Williams - Renault se concrétise ! Ou encore si Kimi rejoint LRGP. Car Kimi, le pilote à l'anienne,  dans le baquet d'une auto qui rappelle le glorieux passé de Lotus avec de formidables pilotes tels que Jim Clark, Graham Hill, sans oublier plus tard Ayrton Senna et Mika Häkkinen, ce serait génial aussi. Un duo Räikkönen - Petrov chez LRGP en 2012, ça aurait de l'allure. Les deux hommes du nord, froids, discrets,  mais terriblement efficaces, voilà une perspective réjouissante pour les nostalgiques du mythe Lotus et les supporters de ces deux pilotes !

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Kimi Räikkönen Champion du monde  

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2007/10/22/kimi-räikkönen-champion-du-monde-2007.html

 

Une victoire de Kimi

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2008/03/23/kimi-räikkönen-vainqueur-par-ko-a-sepang.html

 

Kimi Räikkönen rejoint le monde du rallye

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/12/04/kimi-raikkonen-rejoint-le-monde-du-rallye.html

 

Voyage avec un journaliste intègre, Tintin, et… Talbot

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-quand-talbot-roulait-pour-tintin-88675734.html

 

Thierry Le Bras

17/03/2009

FERRARI POUR LE PLAISIR DES YEUX

250 GT BLEUE.JPG
SPIDER JAUNE.JPG
TESTA ROSSA.JPG
FERRARI DP.JPG
MODENA NOIRE.JPG

 Des sixties aux années 2000,

il est des images qui se passent de commentaires.

 

Certaines voitures symbolisent tout simplement la beauté, un peu comme le corps d’une femme parfaite.

 

Pour le plaisir des yeux, je vous invite donc à partager quelques photos issues de mes archives personnelles. Elles ont été prises au Mans Classic, au Tour Auto, au pesage des 24 Heures du Mans, et aux essais du  Grand-Prix d’Hockenheim 1981. Les plus connaisseurs auront reconnu dans la monoplace de la Scuderia le casque de Didier Pironi dont c’était la première saison au sein de la prestigieuse Écurie Ferrari.

 

Thierry Le Bras

 

15:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari, didier pironi |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |