Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2014

ROMANS POLICIERS ET COURSE AUTOMOBILE

Il faut les faire connaître !

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 J’ai besoin de votre aide pour promouvoir mes polars au cœur de la course auto, et en premier lieu LE PACTE DU TRICHEUR.

 

Si vous lisez cette note, c’est que, comme moi, vous aimez la course automobile.

 

La compétition, j’en ai rêvé quand j’étais gamin. Je l’ai photographiée dès que j’ai pu aller sur des circuits. Je l’ai pratiquée dès que c’est devenu possible. Puis, après avoir rangé mon casque et ma combinaison, je l’ai à nouveau suivie, à nouveau  photographiée, racontée.

 

"La course, c'est la vie! Avant et après, il n'y a que l'attente", déclare Steve McQueen dans le film Le Mans. J’adhère à 1000% aux propos de l’acteur pilote. Devenu écrivain, je considère que la course automobile est un univers si fantastique qu’elle est le théâtre idéal pour des nouvelles et des romans policiers. J’éprouve peut-être le besoin d’écrire les livres que j’ai envie de lire. En tout cas, après CIRCUIT MORTEL A LOHÉAC et CHICANES ET DÉRAPAGES DE LORIENT AU MANS, j’ai publié LE PACTE DU TRICHEUR. Il s’agit cette fois d’un polar cross-age teinté de fantastique dont l’action se déroule pendant un rallye en Auvergne. Le livre (un Ebook) s’adresse principalement aux jeunes lecteurs, mais pas seulement. Il intéressera aussi les grands enfants, c’est-à-dire les adultes qui savent conserver leur enthousiasme et leur dynamisme.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Le livre est disponible. Des sites et blogs l’ont présenté et je les en remercie très sincèrement. Un pilote aussi attachant que rapide, Yoann Bonato, l’a préfacé et je ne l’en remercierai jamais assez car sa préface a enrichi le roman. Mais j’ai aussi besoin de vous pour que la vie de ce livre soit un succès complet. Alors, j’ose vous exposer quellques bonnes raisons de m’aider à promouvoir et à vendre LE PACTE DU TRICHEUR, disponible ici pour 0,98 € http://amzn.to/1jAhsoF

 

Un roman sur fond de course automobile contribue à faire aimer notre sport préféré

 

La course automobile ne fait pas l’unanimité, malheureusement. Polluante, sport de riches, truc de fils à papa, d’enfants gâtés, sport de dingues, activité poussant à conduire dangereusement, autant de reproches injustes mais courants. Hollande a même présenté comme argument de campagne en  2012  qu’il n’aimait pas la F1.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Les fictions écrites par des auteurs qui aiment la compétition automobile et la connaissent  contribuent à donner une image positive de la course et donc à la faire aimer. Ceux qui la découvrent dans des fictions auront envie de mieux la connaître et d’aller voir de vraies épreuves ! Contribuer à faire vendre des romans, BD, polars dont les scénarii intègrent l’univers de la compétition représente un acte militant en faveur de sa cause. C’est particulièrement vrai pour le rallye qui n’a pas encore donné d’idées à Hollywood (messieurs les producteurs de là-bas, si LE PACTE DU TRICHEUR  vous plait, nous pouvons discuter !!! Vous verrez, je suis un gars sympa, raisonnable et plein d’humour). Pourtant, le rallye est une discipline extraordinaire  qui demande des qualités exceptionnelles aux pilotes.

 

Le sport n’est pas encore apprécié à sa juste valeur par le monde de l’édition. Nous devons tous y remédier

 

Curieusement, le sport n’est pas un univers présent dans beaucoup de romans malgré les émotions et les tensions qu’il met en scène. « Le sport est un lieu parfait pour voir se commettre des crimes », déclare pourtant Harlan Coben dans une interview diffusée dans L’Équipe du 11 janvier 2013. C’est pourquoi Myron Bolitar, un de ses personnages récurrents, est agent de sportifs.“Le processus d’écriture d’un roman est très semblable à un entraînement sportif, témoigne pour sa part John Irving. Il faut aimer répéter le même geste ».

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Beaucoup d’auteurs aiment le sport… mais peu ont l’audace d’y installer leurs scenarii, tout au moins en France. Pourquoi ? Je crois que la réponse vient en grande partie de la mentalité de nos éditeurs et du fonctionnement de leurs entreprises. Le monde de l’édition française se montre volontiers intello-bobo, et chez ces gens-là mes amis, évoquer un bolide qui vrombit ou un boxeur qui encaisse un crochet, serre les dents et riposte par un uppercut n’entre pas dans les réflexes du métier. En outre, les projets et tapuscrits sont  le plus souvent triés par des petites mains qui appliquent  sans réfléchir des consignes de base et jettent a priori toute idée non conforme à 100% au formatage dictatorial  de la collection. Dommage, car ce formatage assassine quantité de projets. J’entendais récemment un écrivain renommé d’amuser dans une émission littéraire des chances qu’aurait Victor Hugo d’être publié aujourd’hui : « aucune car il se permettait beaucoup de digressions et ne faisait pas entrer ses personnages dans l’action à la vitesse d’une série télé ». Splendeur et misère de l’écriture ? Dans le même ordre d’idées, Columbo serait jeté à la poubelle par les décideurs contemporains. Pourquoi ? L’assassin est connu dès les premières minutes et pas à la fin du film.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

  Autre élément qui dessert les scenarii sur fond de sport, y compris de sport automobile, la réticence de certains journalistes spécialisés face aux fictions policières. Pourquoi ? Parfois en raison des aspects les moins glorieux du sport. Eh oui, il existe des gougnafiers partout, même dans les activités que nous adorons. Il serait aussi vain que naïf de le nier. A mon sens, ce n’est pas desservir une discipline d’imaginer dans un roman qu’un concurrent peut ne pas se comporter comme un gentleman face à des rivaux honorables, ni qu’un journaliste cède à des intérêts personnels ou aux souhaits de la régie publicitaire de son média et masque dans ses reportages les comportements anormaux d’un pilote. D’autres chroniqueurs pensent que la réalité du sport est si sacrée qu’il est sacrilège de la détourner dans une fiction. C’est leur droit, bien sûr. Et c’est aussi le droit des auteurs de privilégier les médias qui les relaient et de beaucoup moins s’intéresser aux autres…

 

En tout cas, si vous pensez que le sport automobile a droit de cité dans les fictions, soutenez mes efforts pour promouvoir LE PACTE DU TRICHEUR  et les romans, BD, films sur fond de course automobile. Les habitués de ce blog savent que je ne me contente pas de prêcher pour ma paroisse. Je présente également très régulièrement d’autres fictions.

 

Comment faire exister un roman sur la course automobile aujourd’hui ?

 

Avez-vous observé les campagnes de communication dont bénéficient les ouvrages qui pointent parmi les meilleures ventes dans les rayons des grandes surfaces et des hebdos ? Piles de livres entassés comme des boites de petits pois dans les lieux stratégiques, pavés publicitaires dans des magazines comme L’Express et Le Point, pub aussi sur les radios à des heures de grande écoute (notamment sur Europe), campagnes d’affichage, sans parler des interviews des auteurs dans les JT des plus grandes chaines TV. Un matraquage publicitaire aussi coûteux que celui qu’entreprend un constructeur automobile pour lancer un nouveau modèle.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Loin de moi l’idée de critiquez ces pratiques. C’est la loi du marché et je serai ravi si je parviens à convaincre un des plus grands groupes d’édition de me suivre sur un projet. Malheureusement, une place chez Fleuve Noir ou chez Albin Michel, c’est à peu près aussi difficile à décrocher qu’un bon baquet en F1. Comme en course automobile, il n’y a pas assez de places pour ceux qui mériteraient de s’exprimer dans les meilleures conditions. Et comme en F1 encore, des éléments un peu subjectifs entrent en considération au-delà du potentiel pur. Les pilotes français ne sont pas une priorité pour les décideurs de la  F1. Les auteurs français ne sont pas davantage une priorité pour les éditeurs de polars. Ou plus exactement, le monde de l’édition attend d’eux un certain type d’ouvrages, des histoires très noires, sordides, dans des univers glauques, avec des héros marginaux, hostiles à la société. . Si un héros français se montre ambitieux, gagneur dans l’âme et essaie de forger son destin, c’est un abominable crime de lèse-bobo.  Le personnage à peu près normalement intégré qui se trouve face à une situation extraordinaire ressemble pourtant plus au lecteur traditionnel. Oui, mais ces scénarii-là, nos plus grands éditeurs préfèrent les récupérer chez des auteurs anglo-saxons ou nordiques. Nos principaux  éditeurs n’aiment pas le sportif né de la plume d’un auteur français.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

  Les éditeurs de taille moyenne qui avaient réussi en région ont paru une solution intéressante à une période. Mais ça, c’était avant… L’évolution de la distribution du livre les place aujourd’hui dans la situation d’épiciers de quartier face à un géant de la distribution alimentaire. Observez la place que leur laisse votre grande surface préférée dans ses rayons culture. Plus rien, ou presque. Je connais même un réseau qui les sort des rayons au moment des fêtes de fin d’année, période particulièrement propice aux ventes. Certains de ces éditeurs ont cherché ce qui leur arrive en n’exploitant pas intelligemment le potentiel que leur offrait leurs équipes d’auteurs et en négligeant la communication. Dans ce genre de maisons, il arrive que les auteurs les plus performants, les plus agressifs commercialement, les plus efficaces en termes de retombées médiatiques se trouvent, toutes proportions gardées, dans la situation de Kimi Räikkönen chez Lotus en 2013 : mal servis, mal (ou pas) payés, et plus vraiment aimés quand ils montrent les dents.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Faut-il pour autant renoncer à ses projets de livres ? Certainement pas. Il convient simplement de chercher d’autres solutions d’édition et de diffusion, par exemple en Ebook, avec peut-être des tirages papier sur commande quelques mois après la version électronique. Aux USA, le chiffre d’affaires de la vente de livres électroniques dépasse celui de la distribution des livres de poche. La révolution de l’Ebook est en marche. Je devrais plutôt dire en piste dans une note où je défends les romans de course automobile. D’ailleurs, le livre électronique présente beaucoup d’avantages : téléchargeable immédiatement et sans se déplacer, moins cher, meilleur confort de lecture (adaptable à votre vue, à la luminosité ambiante), moins encombrant, offre d’une image branchée, voire geek au lecteur, et dans un avenir proche des versions enrichies vraiment intéressantes. Si vous souhaitez conserver une variété dans l’offre de livres et trouver des titres incluant vos passions, soutenez cette démarche !

 

Téléchargements, partages et mentions Like sur Facebook, RT (sur Twitter) sont les bienvenus et ne vous coûteront pas grand-chose…

 

Les réseaux sociaux aident à la promotion d’un livre. Oui, bien sûr, un peu… Il ne faut pas rêver non plus. D’abord, ils sont avant tout l’expression du besoin des gens de se mettre en scène et de parler d’eux. Analysez les mentions Like, les partages et les RT sur les interventions qui vous tiennent à cœur vous donnera une idée précise du potentiel réel de Twitter et surtout de Facebook. La plupart de vos relations  ne vous donneront un coup de pouce (clin d’œil au signe de la mention Like) que lorsque vous posterez un lien qui correspond à leur violon d’Ingres. Pas pour vous faire plaisir et encore moins pour vous aider. Et peu importe que vous vous soyez montré généreux en « Like » et partages de leurs posts ou en RT…

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

  « Les gens sur qui je peux compter, si j’en ai cinq, je suis un roi », chante Michel Sardou dans Le prix d’un homme. Je dois sans doute me sentir un vrai roi dans le mesure ou plus de cinq supports ont relayé mes communiqués et que plus de cinq amis et followers ont appuyé la communication du PACTE DU TRICHEUR. Un grand merci à ceux qui l’ont fait, d’ailleurs. Je sais maintenant qui sont ceux sur qui je peux compter et je m’en souviendrai dans le choix de mes lectures favorites comme dans celui des mentions Like et des RT à privilégier. La notion de retour d’ascenseur  existe fort justement sur les réseaux comme dans la vraie vie et c’est tant mieux.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Faire connaître un livre est un vrai parcours du combattant dans la jungle des titres qui paraissent sur papier comme en Ebooks. Les plus grands producteurs de films et d’ouvrages dépensent des fortunes en marketing et en communication. Savez-vous que le budget marketing moyen d’un film de Disney sur le marché français est de 6 Millions d’euros ? Imaginiez-vous que plusieurs mois avant le lancement  d’Hunger Games,  21 personnes travaillaient sans relâche sur les réseaux sociaux afin de préparer le buzz ? Alors, j’ai encore besoin de vous, de vos partages et mentions Like sur FB, de vos RT sur Twitter, et de vos téléchargements sur Amazon. Car, pour ceux qui aiment la course automobile, payer 0,98 € pour télécharger une histoire de sport auto, ce n’est quand même pas un frein. J’ai consenti un effort en lançant LE PACTE DU TRICHEUR  à ce prix pour que tout le monde puisse se l’offrir. Aidez-moi à faire exister des fictions sur le sport automobile dans le paysage éditorial ! Et n’oubliez pas non plus de défendre les autres romans, BD et films qui vous plaisent. Les auteurs ont besoin de votre soutien pour continuer à travailler.

 

Une occasion de partager une passion commune avec les vôtres

 

LE PACTE DU TRICHEUR est un polar cross-age, ce qui signifie qu’il s’adresse en priorité à de jeunes lecteurs mais qu’il est conçu pour plaire aussi à un lectorat d’adultes. Autrement dit, vous pouvez faire plusieurs heureux en le téléchargeant. Vous, mais aussi vos enfants, neveux, nièces, filleul(e)s… C’est possible avec un seul téléchargement puisque je l’ai édité sans DRM, ce qui vous permet de le transférer gratuitement  sur d’autres ordinateurs ou tablettes avec un câble USB.

romans,polars,livres,marketing,fictions,pilotes,copilotes,rallye,yoann bonato,e-books

 Autrement dit, grâce au PACTE DU TRICHEUR, vous pouvez offrir à vos enfants un roman de course automobile pour le prix d’un pain au chocolat !

 

Si vous souhaitez qu’ils s’éveillent à l’automobile et que cela contribue au partage de moments privilégiés avec eux, faites leur lire LE PACTE DU TRICHEUR ? Beaucoup  se plaignent à juste titre de la téléréalité, des feuilletons nullissimes qui abêtissent les jeunes générations. Alors, incitez ceux  que vous aimez à s’intéresser à autre chose. Je ne voudrais pas me montrer prétentieux. Sûrement, les dialogues de mon roman n’atteignent-ils pas les fulgurances littéraires de la Comédie humaine. Mais les jeunes y utilisent au moins un vocabulaire dépassant  « Allô, non mails allô quoi ». Et puis, Clarisse, un des personnages de l’histoire, ne parle pas de shampoing. Elle se soucie moins de sa petite personne que du sort de ses amis. Valeur dépassée ? Sans doute dans la téléréalité qui vante le mensonge, la trahison, l’apparence… Pas si sûr dans la vraie vie. Les ados se sentent naturellement très solidaires entre eux et se montrent moins égoïstes que leurs aînés.

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Où commander LE PACTE DU TRICHEUR ? C’est simple, en cliquant sur

http://amzn.to/1jAhsoF

 

Pour mieux connaître Yoann Bonato, l’auteur de la préface du livre

http://bit.ly/1cG0XAA

 

David, lycéen et copilote en rallye http://0z.fr/PB0ED

 

Polar et rallye, les mêmes pistes sinueuses et glissantes

http://0z.fr/qEq-F

 

Lutte et écriture http://0z.fr/ffluo

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

12/02/2014

Kevin Magnussen réveille des souvenirs de son père Jan

La course de père en fils...

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

  Kevin Magnussen (ci-dessus en photo avec son père) sera à n’en pas douter une des centres d’intérêt de la saison de F1 2014.

 

Le jeune prodige Danois arrive chez McLaren à l’âge de 21 ans avec un énorme potentiel. Les premiers essais de Jerez confirment les ambitions de Mercedes et de McLaren. Kevin démarre sa carrière en Formule 1 aux côtés d’un seigneur de la course, le rapide et expérimenté Jenson Button auprès de qui il apprendra beaucoup.

 

Compte tenu de son parcours dans les formules de promotion, de son sens de l’analyse, de son intelligence, de son calme, il fait partie des jeunes pilotes qui peuvent rêver de trajectoire vers la couronne mondiale. Le chemin ne sera pas aisé car les rois lions nommés Râikkönen, Button, Rosberg, Hamilton, Vettel, pour ne citer qu’eux, ont toujours faim de victoires et que des jeunes loups crédibles sont prêts à leur disputer le festin des rois, à commencer par Hülkenberg, Perez, voire Maldonado.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 « Je me sens prêt pour la F1, annonçait Kevin après son titre en FR 3.5. Les quelques essais que j’ai effectués prouvent que j’ai le niveau ». Une appréciation que confirme Jean-Paul Driot, son patron en 2013 : « il est impressionnant d’engagement et de solidité mentale ».  

 

Kevin est prêt à marcher sur les traces de son père. Avant d’être engagé par Jackie Stewart, Jan avait lui-aussi piloté une McLaren-Mercedes. Il avait fait belle impression en remplaçant au pied levé Mika Häkkinen empêché de participer au Grand Prix du Pacifique 1995 à cause d’une crise d’appendicite. Et un an plus tard, après une saison en DTM chez Mercedes, il signait chez Jackie Stewart. Je me rappelle très bien cet épisode à cause d’une anecdote sympathique.

 

Jan de passage à Paris

Le Mondial de l’Automobile sert de vecteur de communication. Les techniques de com intègrent quantité d’actions au-delà de la simple présentation de modèles rutilants mis en valeur par des hôtesses attirantes. Parmi ces animations figurent en 1996 des rencontres avec des pilotes animées par Gérard Crombac. La chance veut que le programme du jour où je me rends au Mondial intègre justement un débat avec Schneider et Jan Magnussen. Je décide bien sûr d’y assister.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 Durant le débat, Jan évoque sans ambiguïté son souhait de courir en F1 dès 1997. Avant de quitter le Mondial, il se prête gentiment à une séance de dédicaces. J’en profite pour l’approcher et échanger quelques mots avec lui en anglais. « Bonne chance pour la saison prochaine, chez Stewart peut-être, lancerai-je innocemment à la fin de la séance ? » Jan rit franchement.

Le lendemain, l’équipe britannique annonce son recrutement. Ce n’est pas une surprise. J’en suis ravi car il a toujours fait partie des pilotes que j’apprécie le plus.

Dans le paddock du Mans

 

J’aurai l’occasion de le recroiser huit ans plus tard, en 2004, dans le paddock des 24 Heures du Mans lors des essais du jeudi.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 Le temps a passé. L’Écurie Stewart n’avait pas les moyens de ses ambitions. Le patron focalisa tous ses efforts sur l’expérimenté Barrichello et laissa Jan, débutant dans la discipline, se débrouiller tout seul. Après 25 Grands Prix, le jeune Danois a quitté la Formule 1, déçu de ne pas avoir bénéficié d’une véritable chance. Il a tout de même marqué un point et démontré qu’il était aussi rapide que son équipier lorsqu’on daignait lui confier un matériel correct. La F 1 s’est privée d’un des pilotes les plus talentueux de sa génération. Fin 1998, Jan est parti exercer son métier sous d’autres cieux où il joue à nouveau les premiers rôles.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 Au Mans, il pilote une Corvette en LMGT1. Je m’occupe d’invités VIP d’un pilote et je m’efforce de les immerger dans l’atmosphère de la course. Au point de me décaler au milieu d’une allée sans faire attention au petit véhicule conçu pour transporter des pneus dont le conducteur pile pour ne pas me renverser. Je me retourne, désolé. Je fais un geste d’excuse. Et je découvre que le pilote de l’engin n’est pas un mécano mais un pilote du Team Corvette, Jan Magnussen qui, patient et détendu, sourit, démentant ainsi sa réputation de pilote trop sérieux et renfermé. Jan gagnera en LMGT1 cette année-là, tout comme en 2005 et en 2006. C’est un super bon, et je vous assure que contrairement à la rumeur, il sait sourire !

 

Une vie à construire chez McLaren

 

« C’est le pilote le plus impressionnant que j’aie vu en Formule 3 depuis Ayrton Senna », déclarait Jackie Stewart à propos de Jan Magnussen  à l’automne 1996. S’il ne bénéficia pas de la voiture qui lui permettait de monter sur les podiums en F1, Jan a brillé dans toutes les autres disciplines. C’est avec un a priori favorable que je vais suivre les débuts de son fils Kevin en F1. L’Équipe l’a qualifié de nouvelle pépite de McLaren. Je serai content de le voir dans les points avec mes autres pilotes préférés, Kimi, les 2 Nico (Rosberg et Hulk), Jenson, Checo (Perez) et ceux qu’il n’est pas possible de ne pas estimer car ils sont excellents et incontestables, Sebastian et Lewis.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 A dire vrai, ma seule crainte pour l’avenir des carrières de Jenson et Kevin chez McLaren s’appelle Boullier, fraichement débarqué dans l’écurie mythique qui porte encore le nom de Bruce. Le transfuge de Lotus se montrera-t-il loyal et honnête vis à vis de son nouvel employeur et des pilotes McLaren ? Ou tentera-t-il d’en mettre un (ou les deux) en difficulté pour attirer son chouchou – Grosjean - dans le giron McLaren ? Chez Lotus, Boullier avait  choisi d’exercer ses fonctions et le pouvoir qu’elles lui conféraient dans l’intérêt exclusif de Grosjean et aux dépens de l’écurie. Cela apparaissait dans chaque interview où il ne voulait parler que du mari de Marion Jollès, et ce même quand Kimi avait signé un podium et Grosjean une course terne. Il est apparu clairement à l’été 2013 que Boullier se moquait éperdument de la place de Kimi – et en conséquence de celle de Lotus – au championnat et qu’il voulait avant tout mettre SON Romain en valeur. Le tweet émis par l’écurie Lotus à l’annonce de la signature de Kimi chez Ferrari montra qu’il considérait son premier pilote – qu’il ne payait même pas - comme un ennemi malgré les points qu’il rapportait.

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

 Voir Boullier dans une écurie dont j’estime les pilotes ne me réjouit donc guère. D’un autre côté, l’équipe McLaren a toujours fonctionné avec le souci de respecter l’équité sportive et la morale du sport. Je pense donc que Ron Dennis garantira un traitement loyal de Jenson et de Kevin et qu’ils formeront une belle équipe pendant plusieurs saisons !

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

 

Les Button et les valeurs du Rallycross, un souvenir  du titre de Jenson en 2009 et un hommage à John

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/28/john-et-jenson-button-ou-les-valeurs-du-rallycross.html

 

Pourquoi LE PACTE DU TRICHEUR se déroule-t-il en Auvergne ? http://0z.fr/T-25G

jan magnussen,kevin magnussen,jenson button,mclaren,mercedes,f1,24 heures du mans,jackie stewart,mondial de l’automobile,1996

  Achetez LE PACTE DU TRICHEUR, polar au cœur d’un rallye, pour 0,98 € http://amzn.to/1jAhsoF

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

03/02/2014

LE DUEL FORD - FERRARI BIENTÔT AU CINEMA

après avoir passionné une génération d’amoureux du sport automobile

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

  L’info n’est pas un scoop, mais les précisions qui filtrent sur le projet le rendent de plus en plus alléchant.

 

Dans sa version originale, le film s’intitulera GO LIKE HELL. Il sera réalisé par Joseph Kosinski. Parmi les protagonistes de l’histoire, Henry Ford II, Lee Iacocca (l'initiateur de la Ford Mustang avant d’entrer chez Chrysler), et bien sûr Carroll Shelby, celui qui a fait gagner Ford.

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

 Le rôle de Carroll Shelby sera interprété par Tom Cruise dont la passion pour le sport automobile est bien connue. Non seulement Tom assiste à de nombreuses courses et est déjà apparu en pilote automobile dans JOURS DE TONNERRE, mais il a aussi essayé une Red Bull F1 et s’est montré à son avantage dans l’exercice. Brad Pitt pourrait lui donner la réplique. Dans le rôle d’Enzo Ferrari ? Peut-être… En tout état de cause, il faudra attendre 2015 pour découvrir ce film sur les écrans. Patience, un an, c’est vite passé !

 

Un temps fort de l’histoire du sport automobile

 

Le début des sixties s’annonce comme une période Ferrari au Mans. Au début de la décennie, la firme italienne n’a pas de rivales à sa hauteur. Jaguar et Mercedes ont quitté la discipline. Porsche ne produit pas encore des voitures de grosse cylindrée. Maserati et Aston Martin sont représentées par des écuries privées ou des importateurs. Ferrari consent plus d’efforts que ses adversaires au développement de machines conçues pour la gagne et perçoit les dividendes de ses investissements financiers et humains. D’ailleurs, si les voitures officielles ne remplissent pas leur contrat, des équipes privées à peu près aussi performantes que celles de l’usine prennent le relais.

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

 Mais bientôt, un bouleversement  va secouer le monde de l’endurance. Un géant décide de remporter Le Mans coûte que coûte. Ford veut battre Ferrari. Le contexte dépasse le strict affrontement sportif et même industriel. Ford a voulu acheter Ferrari et en faire son département sportif. Le Commandatore a semblé intéressé. Il a négocié avant d’imposer des conditions inacceptables pour son interlocuteur. Pourquoi ? Sans doute pour faire évaluer le prix de son entreprise afin de traiter plus tard avec Fiat. Henry Ford a vécu le procédé du patron italien comme une trahison, voire comme une humiliation. Alors, il a décidé de faire mordre la poussière au cheval cabré.

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

 En 1964, première bataille gagnée pour l’Américain. Les fantastiques Cobra de Carroll Shelby terrassent les Ferrari en GT. Puis en 1966, Ford triomphe au classement général. Veni, vidi, vici. Comme Jules César, Ford est venu, Ford a vu, Ford a vaincu. Des Titans que tout opposait se sont affrontés dans des duels homériques sur la piste mancelle. D’’un côté le géant de l’industrie et ses gros moteurs V8 dérivés de la série. De l’autre l’artisan italien et ses mécaniques d’orfèvrerie construites à quelques exemplaires. D’un côté, des bolides au son grave qui font trembler le bitume, de l’autre des bijoux qui hurlent en montant dans les tours, du rock’n roll contre l’opéra. D’un côté le challenger qui monte directement sur le ring dans la catégorie poids lourds, de l’autre le tenant du titre, expérimenté, rusé, mais qui finira par mettre un genou à terre face au nouveau puncher. Chaque combattant a cherché à s’adjuger les services des meilleurs pilotes du monde. La foule des supporters est divisée. Le duel Ford contre Ferrari aura passionné (et passionne encore) le grand public et tous ceux qui s’intéressent à la course automobile.

 

La confirmation d’une tendance

 

Après Rush, après la série Fast and furious, après Week-end of champion, au moment où Patrick Dempsey se bat pour le tournage et la sortie d’un film adapté d’un roman qui décrypte la vie d’un pilote automobile (cf liens en fin de note), la mise en chantier de GO LIKE HELL confirme que les producteurs comprennent désormais l’intérêt de la fiction et de l’adaptation romancée autour du sport automobile.

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

  Normal, la course automobile offre des émotions incomparables. Bruits envoûtants des moteurs montant dans les tours, danger omniprésent, rivalités exacerbées, égos hyper développés des champions,  superbes  filles aux yeux de braise et aux corps de déesse, enjeux colossaux, pression des partenaires, autant d’ingrédients de nature à offrir au public la cuisine épicée qu’il réclame !

 

Une grande satisfaction

 

Ce film représente une bonne nouvelle pour moi au moment où je m’apprête à lancer un livre dont l’action trouve son dénouement aux 24 Heures du Mans 1966. Il s’agit d’un polar automobile, vintage et gourmand qui ne manque ni d’épices ni d’humour ! Il s’intitulera VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES. Vous allez rire, un des personnages principaux dispute les 24 Heures du Mans au volant d’une Cobra.

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

  Je me suis permis une petite liberté avec l’histoire ; Aucune Cobra n’était présente dans la Sarthe cette année-là. J’ai toujours regretté qu’une version du Coupé Cobra Daytona n’ait pas été développée avec le V8 7 litres dans le but de contrer Ferrari en GT. Alors, je l’ai imaginée, tout simplement, en utilisant le pouvoir de l’auteur de créer un monde parallèle dans lequel il entraîne ses lecteurs. Vrombissements en vrrooaaaarrrrrr majeur, duels, suspense, petits meurtres et bons petits plats au programme !!!

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

 En attendant VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES, LE PACTE DU TRICHEUR, autre polar automobile est déjà en vente au prix de 0;98 € en cliquant ici http://amzn.to/1jAhsoF

 

Le compte Facebook de Yoann Bonato, pilote automobile et préfacier du Pacte du tricheur : http://www.facebook.com/pages/Yoann-Bonato/68465946477

Son compte twitter :https://twitter.com/yoannbonato

ford,cobra,gt 40,carroll shelby,24 heures du mans,ferrari,tom cruise,brad pitt,fictions,romans,polars,cinéma,films

 Tom Cruise teste une F1http://news.autoplus.fr/news/1445145/f1-video-tom-cruise-david-coulthard-red-bull

 

L’art de courir sous la pluie, le roman que Patrick Dempsey veut adapter au cinéma http://0z.fr/D1Mlc

 

Hommage à Carroll Shelby, le maillon fort du dispositif Ford http://bit.ly/1lZ7Im1

 

Un excellent livre sur la Ford Mustang http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2013/05/21/la-mustang-en-competition.html

(auquel j’ai fourni une photo d’illustration prise en côte de côte quand j’étais encore lycéen)

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras