Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2013

LA PENDUE DE LONDRES

avait assassiné un pilote automobile

romans,didier decoin,course automobile,ruth ellis,david blakely,alanfinflater,albert pierrepoint,fictions,vintage,harlan coben,sports,crimes,le pacte du tricheur,david sarel

Au printemps 1955, la liaison orageuse entre la sulfureuse Ruth Ellis et le turbulent David Blakely dérapait. Ellis et Blakely, ça sonnait un peu comme Bonnie and Clyde. Une course infernale jusqu’à l’explosion mortelle.

 

Cette histoire, Didier Decoin nous la rapporte dans un des best-sellers de l’été, un roman paru chez Grasset, une fiction inspirée d’un fait divers. Les noms des personnages n’ont pas été changés. Les lieux et dates ne sont pas modifiés. Toute ressemblance entre le scénario développé par l’auteur et des événements ou personnes ayant existé n’est pas le fait du hasard mais le résultat du travail de recherche de l’écrivain.

 

Un des protagonistes de l’histoire est un pilote automobile anglais. C’est pour ça que j’ai souhaité vous présenter ce livre et vous inviter à le lire.

 

Avec les seigneurs de la course du temps Vintage

 

En ce temps-là, les pilotes se permettaient plus de fantaisies qu’aujourd’hui. Dans l’ouvrage de Didier Decoin, vous croiserez Stirling Moss, Graham Hill, Innes Ireland, Mike Hawthorn et vous côtoierez David Blakely. Le dernier nommé n’a pas acquis la célébrité de ses confrères malgré des projets ambitieux. L’histoire du sport automobile aurait-elle retenu son nom s’il n’était pas devenu le héros d’un des faits divers les plus retentissants de son époque ? Pas sûr. Dans le roman, il révèle des traits de caractère peu reluisants. Le lecteur découvrira un garçon alcoolique, capricieux, coureur de jupons, profiteur, égoïste et violent.

romans,didier decoin,course automobile,ruth ellis,david blakely,alanfinflater,albert pierrepoint,fictions,vintage,harlan coben,sports,crimes,le pacte du tricheur,david sarel

 Face au bad boy, une amoureuse dont le tempérament n’a rien de policé. Ambitieuse, prête à tout, dotée d’un instinct de survie hyper-développé, manipulatrice, sûre d’elle et inconsciente des convenances comme de beaucoup d’autres choses, Ruth Ellis dirige un club dans lequel elle n’hésite pas à donner de sa personne. Après une vie agitée et pleine de malheurs, il faut bien l’avouer, elle tombe follement amoureuse  de David Blakely. Elle va le séduire, le piloter dans son lit, mais sans jamais le contrôler. Le drame couve dans une atmosphère de fièvre de plus en plus brûlante. La pression de la course, les problèmes d’argent qui en découlent attisent les tensions jusqu’à l’explosion. Un incident sur un circuit incurve la trajectoire du couple vers la succession de chocs qui rendront le drame inévitable. Le dimanche de Pâques 1955, excédée, folle de jalousie, Ellis abat Blakely avec un revolver obligeamment fourni par Desmond Cussen, un autre de ses amants.

romans,didier decoin,course automobile,ruth ellis,david blakely,alanfinflater,albert pierrepoint,fictions,vintage,harlan coben,sports,crimes,le pacte du tricheur,david sarel

 La jeune femme va adopter une conduite imprudente pendant son procès. Un suicide judiciaire. Le 21 juin 1955, la Cour prononce sa sentence. Ruth Ellis sera pendue par le cou jusqu’à ce que mort s’ensuive. C’était probablement ce qu’elle voulait après avoir perdu son cher David Blakely. Hasard du calendrier, le pilote anglais souhaitait disputer les 24 Heures du Mans avec la voiture construite par ses soins, une Emperor, et trouver des investisseurs pour la produire en petite série. Il n’y sera pas parvenu et il n’est pas du tout certain qu’il aurait réussi sa vie et concrétisé ses rêves si sans l’obstacle Ruth Ellis. A l’instar du moteur de l’Emperor, son projet était en panne au moment de sa disparition. Le printemps 1955 se révéla décidément cruel avec les amoureux du sport automobile. Ce fut en effet le 11 juin de cette année, dix jours avant la condamnation à mort d’Ellis, que se produisit sur la piste du Mans le terrible accident qui entraina les morts du pilote Pierre Levegh et de quatre-vingts spectateurs installés dans les tribunes face aux stands. Mercedes arrêterait la compétition pendant plusieurs annnées. L’Emperor de Bakely ne deviendrait pas la rivale des Jaguar, Aston Martin, Bristol, Maserati et autres Porsche. L’Emperor finira au Westridge Museum dans l’île de Wight.

romans,didier decoin,course automobile,ruth ellis,david blakely,alanfinflater,albert pierrepoint,fictions,vintage,harlan coben,sports,crimes,le pacte du tricheur,david sarel

  Le dernier mot de l’histoire reviendra au bourreau chargé de pendre Ruth Ellis. Albert Pierrepoint. Il est  un des principaux personnages de l’histoire. Un homme rigoureux, soucieux d’exécuter proprement les condamnés à mort, vite et sans les faire souffrir. Il parle à la première personne et s’exprime avec un flegme tout britannique. Il ne lui plait guère d’ôter la vie à une femme et il démissionnera peu de temps après avoir dû pendre la jeune femme dont le sort l’avait touché.

 

Le sport automobile au cœur des fictions

 

2013 marque la montée en puissance des fictions sur fond de course automobile. Au cinéma bien sûr avec Week-end of a champion, le documentaire produit par Roman Polanski qui a enthousiasmé la Croisette en mai dernier et sortira en DVD et Blu Ray avant la fin de l’année. Sans oublier le film de la rentrée, Rush, l’œuvre de Ron Howard qui retrace le duel de Titans que se livrèrent James Hunt et Niki Lauda pour la conquête du titre de Champion du monde de F1 1976.

romans,didier decoin,course automobile,ruth ellis,david blakely,alanfinflater,albert pierrepoint,fictions,vintage,harlan coben,sports,crimes,le pacte du tricheur,david sarel

  Plusieurs romans policiers auront embarqué leurs lecteurs dans les baquets des bolides cette année. Je fais partie des auteurs passionnés par les vrombissements des moteurs qui montent dans les tours et surtout par les exploits de leurs pilotes. Je vous promets dans quelques jours une aventure inédite de David Sarel, Le Pacte du tricheur, un polar dont l’action se déroule pendant un rallye en Auvergne ! En sortant ce roman maintenant, je ne cède pas à la mode des fictions dans le monde des sports mécaniques bien qu’elle me réjouisse et que je souhaite que nous soyons de plus en plus nombreux à en produire. Mon premier polar dans le monde de la course auto, c’était en 2005, lors d’une épreuve à Lohéac, avec déjà David et le Clan Vivia confrontés à des événements fort inquiétants…

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Des romans récents et à venir dans l’univers du sport automobile

http://0z.fr/OfnKv

 

La course automobile sur grand écran en 2013

http://0z.fr/1Bk2l

 

Portrait de Mike Hawthorn, contemporain de Ruth Ellis et David Blakely

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/01/11/hommage-a-mike-hawthorn.html

 

Pour Harlan Coben, sport et crimes font bon ménage

http://0z.fr/eWkxM

 

Le site de Bruno Jeanneau, où on parle automobile, mais aussi bagnoles... du mug à la dernière expo du coin.

http://www.copilote-actu.com/

 

En attendant la sortie du Pacte du tricheur, une nouvelle (courte fiction) avec David Sarel à la même époque http://0z.fr/U10ZB

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

03/08/2013

PREMIER SCRATCH AU RALLYE DES VINS DE TOURAINE

un temps fort vécu par David Sarel l’année de ses 17 ans

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

Le Coupé Vivia 2.0 Turbo groupe A avança jusqu’à la ligne de départ. Dans une minute, son pilote la propulserait dans la première épreuve spéciale du rallye.

 A son volant, Éric Trélor, un gentleman driver breton expérimenté et éclectique qui courait régulièrement en rallye, en course de côte et même aux 24 Heures du Mans. S’il ne faisait de la course son métier, Éric pilotait pour devancer ses adversaires. La douceur de vivre qui règne sur la Touraine ne calmait pas sa soif de victoires.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Dans le baquet de droite, David, seize ans et demi. Le jeune homme était le filleul et le neveu du pilote. Il courait déjà en kart et entendait  s’installer le plus vite possible au volant d’une auto de course. A son âge, c’était impossible. Par contre, depuis son dernier anniversaire, il avait le droit de jouer le rôle de navigateur en rallye. Mickael, le coéquipier habituel d’Éric depuis ses débuts, lui cédait gentiment sa place jusqu’à ce qu’il réalise son rêve de piloter lui-même. David profitait pleinement de cette faveur. Le Rallye des vins de Touraine était sa deuxième course après La Ronde de Guérande.

 

Dans la cour des grands

 

Cette année-là, le calendrier de la saison faisait bien les choses. La course tombait en plein milieu des vacances de Pâques. David  avait pu effectuer les reconnaissances avec Éric sans jongler avec les cours, devoirs et travaux personnels liés à sa vie  de lycéen. Une existence plutôt douce par rapport  à ce qui l’attendait mais ça, il n’en avait pas encore conscience. C’était tant mieux d’ailleurs, car à chaque âge suffit sa peine. Si David paraissait favorisé, il subissait son lot de problèmes parmi lesquels une marâtre à la haine active, un père hypocrite et lâche dans sa vie personnelle qui le rejetait, une grand-mère hostile depuis sa naissance  et une mère qui ne l’avait jamais compris ni tout à fait accepté. Aucune complicité n’avait existé avec ses parents. Au point qu’il lui arrivait de se demander si c’était sa faute, si quelque chose en lui faisait qu’il ne méritait pas qu’on l’aime et qu’on souhaite le voir content.  Heureusement qu’Éric le traitait comme un fils et qu’il avait des amis auxquels il était attaché, à commencer par Nick, lycéen parisien qui grandissait également dans un cadre familial peu épanouissant. Éric accueillait David et Nick chez lui pendant la plus grande partie des vacances. David était fier de disputer  cette course devant son meilleur ami.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 L’enjeu était de taille. L’épreuve comptait pour le Championnat de France des rallyes 2ème division.  Face à la Vivia d’Éric et de David, des BMW M3, Lancia Delta et Sierra Cosworth, affûtées parmi lesquelles celle de Marion et Margo Martinet, deux sœurs qui ambitionnaient de suivre les traces de Michèle Mouton et Françoise Conconi. Blondes, minces, aussi gracieuses que Claudia Schiffer, les deux jeunes femmes ne laissaient pas  David et Nick indifférents. Pas au point d’oublier la course cependant. David portait une lourde responsabilité et les jalousies que suscitait son intégration au sein du Team Vivia s’exprimeraient sans retenue en cas d’erreur de sa part. Il le comprenait. Mais il se sentait fort psychologiquement. Sa situation familiale l’avait mûri et habitué aux environnements hostiles. Il était déterminé à se montrer à la hauteur de la situation.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Plus que 30 secondes avant le départ de cette première ES, la seule de la journée du samedi. Elle était courte, 4,9 km, et ne servirait qu’à déterminer l’ordre des départs le lendemain. Claquer un chrono n’assurerait pas un  avantage significatif sur  les adversaires. Psychologiquement toutefois, les plus rapides annonceraient la couleur et enverraient un message aux autres : nous sommes là pour jouer la gagne !

 

Action

 

Pilote et copilote étaient sanglés dans leurs baquets, équipés des combinaisons et des casques qui font ressembler les rallymen à des extra-terrestres, des êtres dotés de pouvoirs surnaturels que le commun des mortels n’ose pas imaginer.

 

15 secondes avant de rejoindre un autre univers, celui de la vitesse, de l’adrénaline, du bonheur absolu. Éric avait enclenché la première. David  était prêt à annoncer les notes, c’est-à-dire le profil de la route qui sauterait à la figure des occupants de la Vivia dès que ses 325 chevaux hurleraient rageusement  leur puissance.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 100 mètres à fond pour bosse à fond, lança le navigateur au moment où Éric lâchait l’embrayage et écrasait l’accélérateur. Le moteur monta dans les tours. La voiture se cabra malgré sa suspension d’athlète. L’accélération colla David au dossier de son baquet quand le turbo se mit en route. Le rugissement du moteur et le sifflement du turbo n’avaient rien à envier au tonnerre d’un réacteur de Mirage. Le paysage défilait de plus en plus vite. David  adorait ces sensations physiques qu’offrait la course. La Vivia décolla sur la bosse puis retomba sur le train avant en secouant son équipage. Les deux garçons encaissèrent sans sourciller, comme des boxeurs. Éric domina l’auto, la maintint en ligne. 150 mètres à fond pour gauche 90 (NDLR : c.à.d. 90°), enchaîna David d’une voix décidée qui soutenait le rythme infernal imposé à la voiture par son pilote. 80 mètres à fond pour droite 120 dévers sur sortie. Cela signifiait un piège. La voiture risquait d’être entraînée vers l’extérieur et le fossé si le pilote se montrait trop optimiste…

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Dans la descente qui suivait, le Coupé Vivia 2.0 T dépassa les 200 kilomètres/heure. David tenait le rythme dans l’annonce des notes. D’autres équipiers doutaient qu’il y parviendrait en raison de son jeune  âge et de son manque d’expérience. Notamment Benoît, le navigateur de Luc Crillon, engagé en groupe N sur une autre Vivia. Les jaloux n’avaient pas saisi que la passion de la course, la confiance absolue dans le pilotage d’Éric et l’insouciance de la jeunesse compensaient le défaut d’expérience. David avait été préparé et formé à ce rôle par Éric. Il se savait prêt et, contrairement à Benoît, ne pensait pas une fraction de seconde à la sortie de route lorsqu’ il se sanglait dans la voiture. Quand il était sur le bord de la piste lors d’une course de côte ou d’une épreuve en circuit, il lui arrivait de s’inquiéter pour Éric et d’autres pilotes. Jamais quand il montait dans le baquet de droite.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 La spéciale passa comme un éclair. Nick, artiste dans l’âme, photographe et dessinateur doué, s’était positionné peu avant l’arrivée, dans une enfilade où la Vivia passerait d’un appui sur l’autre en légère dérive des quatre roues. Il suivrait ta course de spéciale en spéciale avec Ronnie, un ami et supporter d’Éric qui courait en course de côte mais pas en rallye. En constatant la vitesse à laquelle Ronnie menait sa 605 de tourisme sur les petites routes menant à l’ES, Nick lui conseilla d’envisager de faire du rallye aussi. Il devrait bien s’y débrouiller. Sur le tracé de la spéciale, Éric et David roulaient en mode attaque absolue. La  Vivia déboula devant ses supporters sur la  trajectoire la plus tendue.  Elle coupa allégrement les bordures, faisant voler un nuage de poussière dans son sillage. Éric et David avaient vérifié la veille que les bas-côtés étaient propres, qu’aucune pierre ni aucun trou dissimulé par l’herbe ne leur joueraient de mauvais tour. Quand on veut gagner, chaque détail compte.

 

Retour sur terre

 

Une fois la ligne d’arrivée franchie, l’équipage regagna le parc fermé par le parcours routier ouvert à la circulation. Le rôle du navigateur changeait. Le magicien qui aide le pilote à catapulter  son bolide de virage en virage  se transforme en métronome qui le guide jusqu’au point d’assistance en respectant les obligations de pointage et en prenant garde de respecter les délais impartis.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Objectif rempli. La Vivia d’Éric et de David signait le meilleur temps de la première épreuve chronométrée. Elle partirait la première le lendemain. Une fois la Vivia garée dans le parc fermé et toutes les formalités remplies, Éric et David répondirent aux questions des journalistes spécialisés ou locaux qui suivaient le rallye. David expliqua longuement les spécificités de l’épreuve à Isabelle Demange-Challet, une correspondante du Pays de Neuvy Le Roy, commune sur le territoire de laquelle avait débuté la course.

 

- J’assure la communication pour le team, plaisanta-t-il quand Éric se moqua malicieusement de son empressement à satisfaire la curiosité de la jolie journaliste.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Puis ils regagnèrent le motor-home dans lequel l’équipe logeait. Ronnie et Nick les y attendaient. David avait soif. Il demanda une bouteille d’eau. Nick le déchargea de son casque pendant qu’il se désaltérait. Puis les deux garçons se dirigèrent vers la cabine qu’ils partageaient dans le motor-home. Nick posa le casque de David sur sa couchette.

 

- Ça va  pas, non ? s’indigna Michel, l’ingénieur traditionnellement chargé de la voiture d’Éric au sein du Team Vivia.

 

- Ben, qu’est-ce que je t’ai fait ?  s’étonna Nick.

 

- Jamais un casque sur le lit un week-end de course ! reprocha Michel. Ça porte malheur.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Nick enleva prestement le casque de son ami de la couchette tandis que David haussait les épaules, irrité par l’intervention de Michel. Il ignorait encore que cinq mois plus tard exactement, lors d’un autre rallye, en Auvergne, il allait se trouver confronté à des événements stupéfiants, inquiétants, incompréhensibles, qui mettraient son esprit rationnel à rude épreuve avant de le sensibiliser aux superstitions qui hantent les paddocks depuis la naissance de la course automobile…

 

NOTE MODIFIEE LE 18 AVRIL 2014

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

Les sports mécaniques  intègrent tous les ingrédients d’un bon roman : des personnages attachants auxquels s’identifier, du suspense, de l’angoisse, des temps forts… Ce Rallye des Volcans en Auvergne qui va faire douter David, je vous le raconte dans un roman policier au prix de 1,00 €. Pour lire gratuitement les premières pages puis le commander si vous le souhaitez,  c’est ici  http://amzn.to/1jAhsoF

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Angoisse au bord de la piste, une autre nouvelle avec David, quelques jours avant le Rallye des Volcans : http://0z.fr/U10ZB

 

Copilote-actu, le site de Bruno J où on parle automobile, mais aussi bagnoles... du mug à la dernière expo du coin : http://www.copilote-actu.com/

 

Le jour de gloire de Ronnie, pilote au gros cœur : http://0z.fr/DwoeM

 

Ronnie contre la mère Poupoune : flash-back sur l’adolescence d’un pilote turbulent ! http://0z.fr/SBfWH

 

Le site officiel de Yoann Bonato, un des meilleurs rallymen français  : http://www.yoann-bonato.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

01/05/2013

ÇA PASSE OU ÇA CASSE…

le premier roman noir de Seb Sarraude

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Grand amateur de course automobile, l’auteur qui a déjà écrit et publié de nombreuses nouvelles nous conduit sur les traces de Laurent Barrère, un jeune pilote de F3 qui ambitionne d’accéder au sommet, la Formule 1.

 

La piste est sinueuse, glissante, et la course est longue avant de réaliser ce projet. D’autant que la concurrence se révèle féroce. « Un parc de requins » pour paraphraser Nico Rosberg décrivant sa découverte du milieu. En outre, les pilotes sont les cibles de conseilleurs qui ne se révèlent pas toujours de vrais amis…

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

« La course, c’est un truc d’égoïste », m’a avoué Olivier Panis lors d’un entretien au cours duquel nous travaillions à sa biographie officielle. Les équipes d’assistance de tous les pilotes du monde, y compris auprès des gentlemen drivers, pensent que le pilote qu’ils suivent est égoïste. Je parle en connaissance de cause pour avoir subi cette critique quand je courais. Autour d’un pilote, il y a du monde. Ceux qui font marcher la voiture, ceux qui amènent de l’argent, des VIP parfois envahissants, ceux qui tremblent parce qu’ils aiment celui qui est en piste et redoutent l’accident. Des bénévoles aussi qui panneautent les concurrents ou assument la dangereuse mission de commissaire de piste. Ces autres acteurs du monde de la course ont leur place dans le roman de Seb Sarraude. Comme sur les vrais circuits. Comme dans la vraie vie.

 

Un pilote n'est pas une personne comme les autres

 

Pourquoi ? Parce qu’il vit des moments magiques. Un champion de rallye français confiait que la seule chose comparable en intensité au pilotage à la limite, c’était l’orgasme. Mais avant de s’installer régulièrement dans un baquet, il faut surmonter des tas d’épreuves. Il faut se montrer le plus fort. Une saison décevante, sans résultat, et c’est le retour à la vie banale et terne qu’un surdoué chargé à l’adrénaline ne peut plus supporter.

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

 Pour les futurs pros, tout commence dès le karting. C’est là que Laurent, le personnage principal du roman de Seb Sarraude, va devenir un gagneur. Le gamin est attachant. Délaissé par ses parents pour qui il existe des choses plus importantes que le soutenir, il va faire de la course sa raison de vivre. Pour réussir, la course doit passer avant tout le reste. Même les filles pour les jeunes fauves aux hormones en ébullition.

 

Une bombe prête à exploser à tout moment

 

C’est ainsi que Seb Sarraude définit Laurent Barrère au tiers de l’histoire. Pas question de vous dévoiler les événements, angoisses et décisions qui mettent Laurent sous pression. Au fil des pages, vous découvrirez que la vie du garçon ne ressemble pas du tout à l’existence d’enfant gâté qu’imaginent les spectateurs jaloux et volontiers disposés à dénigrer ceux qui se trouvent un peu plus en vue que les autres.

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

 Inutile d’attendre un comportement de père tranquille  d’un pilote automobile qui doit s’imposer à une bande de furieux aussi bien armés que lui. « La F1, c’est un combat de rue, reconnaît Olivier Panis (ici avec Charles Pic). Tu y arrives en prenant la place de quelqu’un. Une fois que tu y es, tu te bats pour que personne ne prenne ta place ». Cette bagarre permanente existe dès les formules de promotion. C’est dans cette jungle que combat Laurent Barrère. Il doit dominer le peloton de la Formule 3, une des marches vers son objectif suprême.  Peu de places se libèrent chaque année au niveau supérieur. Il faut vaincre à tout prix, trouver de l’argent, satisfaire les sponsors, se faire bien voir par la presse.

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

 Une vie qui ne laisse pas de place aux autres. « On est obligé d’être égoïste, et quand on a une famille, on ne peut pas l’être », avouait récemment Jenson Button. L’Anglais est pourtant un des plus grands gentlemen du peloton et tous ceux qui le connaissent vantent ses qualités humaines. Foncièrement un type bien, un seigneur sur la piste comme au dehors. Pourtant, Jenson avoue qu’il serait incapable de s’occuper correctement d’une famille tout en courant en monoplace. Alors, comment un jeune un peu paumé comme Laurent satisferait-il tout le monde ?

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Autre gentleman universellement apprécié, Jacky Ickx va encore plus loin. « Pour faire un bon pilote, il faut deux personnalités – l’une à l’extérieur, l’autre dans la voiture – et des qualités qui n’en sont pas dans la vie courante : individualiste, égoïste, presque à la limite de la moralité. On ne peut pas être enclin à faire des cadeaux, je vous en prie, passez… » Laurent est confronté à l’éternel dilemme, l’équilibre entre la combativité  et les limites à ne pas franchir. Des champions reconnus tels que Vettel et Webber ont du mal à trouver le point d’équilibre. L’histoire du sport automobile est pleine de combats hors norme qui ont fait couler beaucoup d’encre. Laurent devrait-il faire mieux que les rois de la F1 ?

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Jacques Laffite, qui jouit pourtant d’une réputation de type sympa, franchit encore un seuil supplémentaire. « Les pilotes sont des caractériels. Pour faire ce métier, il faut être courageux, un peu enfoiré. » Prost, Pironi, Senna, Schumacher, Montoya, Hamilton, Vettel, Perez, tous ceux qui veulent gagner se sont fait reprocher un jour où l’autre leur gestion d’un duel, des dépassements, des prises de risques… Impossible de vaincre sans se faire respecter, sans montrer qu’on est le patron, qu’on conquiert sa place sur la piste, que les rivaux ont intérêt à se méfier et que les médiocres qui font de la figuration doivent s’écarter et ne pas gêner les gros bras du peloton. Laurent saura-t-il devenir le boss sans attirer les foudres de ses pairs et des autorités sportives ? N’oublions pas que le plus titré des pilotes de F1, Michael Schumacher, se trouva au cœur de nombreuses polémiques à cause de son comportement en course.

 

Jusqu’où dérapera Laurent ?

 

Si l’extase du pilotage est inégalable, de nombreux ennuis et frustrations fondent sur les pilotes. Problèmes mécaniques, incidents de course causés par le sort ou des concurrents moins doués, composition avec une machine qui n’est pas toujours la meilleure, incompréhension de l’entourage… Comme disait un ancien Président de la République, « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille ».

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

 Laurent va l’apprendre à ses dépens. Le lecteur s’angoisse pour lui, aimerait lui venir en aide, lui apporter les soutiens et conseils qu’il n’a pas, le sortir de la solitude dans laquelle il s’enferme. Laurent s’autorise des libertés dans certaines circonstances. Il ne se conduit pas toujours en parfait gentleman. Bien sûr… Ses trajectoires tendues créeront-elles des dommages collatéraux ? Tous ceux qui ont couru ou/et ont entretenu des relations amicales avec des pilotes savent que c’est dur d’atteindre son but dans l’univers sauvage et ultra-concurrentiel de la course automobile. Et il ne faut pas oublier non plus que malgré les énormes progrès en matière de sécurité, la course automobile ne saurait écarter totalement le danger. Il arrive encore que des drames viennent briser un destin, faire souffrir un acteur dans sa chair, apporter de la souffrance à des amis et à une famille. De moins en moins souvent, heureusement, mais tous ceux qui sont vraiment impliqués dans ce milieu conservent des souvenirs douloureux.

 

Les fictions dans le monde des sports mécaniques sont assez rares

 

Et je le regrette vivement. D’autant que les concepts qui ont été suivis par des promoteurs marchent fort. L’exemple le plus fameux est sans doute Michel Vaillant dont les scenarii mêlant compétition et histoires de malversations se sont vendues dans le monde entier. « Le sport est le lieu parfait pour voir se commettre des crimes », déclare Harlan Coben, le roi du thriller. Les records de vente atteints par ses ouvrages mettant en scène Myron Bolitar prouvent qu’il ne se trompe pas.

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Mëme s’il existe des contre-exemples  (dont F1 de Jean Périlhon et plus récemment 3 de mes livres), les éditeurs français restent frileux face aux polars, thrillers et romans noirs ou traditionnels dans le monde du sport. Pourquoi ? D’une part, le monde de l’édition, carrément bobo dans sa majorité, se montre condescendant face à celui du sport. D’autre part, la tradition française en matière de littérature sombre est de mettre en valeur des héros paumés, complètement asociaux, marginaux et victimes de la grande méchante société capitaliste, bourgeoise, mondialisée etc, etc… Alors le sportif, travailleur acharné, peut-être sain, qui ne rêve que d’insertion dans la société et, pire crime possible dans la France actuelle, futur riche s’il réussit, il n’a pas sa place chez nombre d’éditeurs soumis aux dogmes de leur milieu. Les ouvrages de Coben échappent à ce diktat parce qu’ils ont d’abord cartonné aux US et en GB. Pourtant, je connais par expérience (vécue) des chiffres de ventes de polars au cœur des sports mécaniques qui ont réalisé des performances supérieures à celles des autres compétiteurs de leurs collections (avec des prises de possession de la piste plus rapides et explosives).

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Face à ce constat, Seb Sarraude a courageusement décidé de forcer le destin. Il a financé lui-même l’édition de son livre. Il paraît que certains éditeurs, jaloux de leurs prérogatives et imbus de leur métier n’aimeraient pas ça et boycotteraient par la suite les auteurs audacieux. Peut-être ces professionnels installés espèrent-ils décourager de nouveaux concurrents de venir jouer sur leur créneau. Une stratégie protectionniste peu convaincante.  Aujourd’hui, c’est sur Amazon que les grands éditeurs américains vont chasser le futur best-seller et pas parmi les tapuscrits qu’ils reçoivent de manière traditionnelle, En outre, qu’apporte un éditeur ? Un géant garantit la diffusion (les piles de livres dans les points de vente qui comptent) et la promotion (passages dans les médias et prise en charge des déplacements de l’auteur). Mais les autres valent-ils ce qu’ils ponctionnent à l’écrivain ? Pas si sûr… De toute façon avec Amazon et les autres éditeurs d’E-books, combien seront encore là pour payer les droits d’auteur dans un an, dans deux ans, dans trois ans ??? Combien de petites et moyennes maisons peuvent-elles encore justifier d’une visibilité dans les grandes surfaces spécialisées ou généralistes ? Une analyse objective tend rapidement à démontrer que Seb Sarraude a eu raison d’oser l’autoédition.

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Il existe une large clientèle pour des romans tels que le sien. Celle des fans de sports mécaniques. Celle des habitants de Pau et de sa région qui ne peuvent rester insensibles à une histoire ancrée dans des lieux qu’ils aiment. Celle des femmes, mères, sœurs de pilotes, de mécaniciens, de commissaires qui savent que leur pire ennemie, c’est la course. Celle des jeunes qui rêvent de courir et découvriront les coulisses du milieu. Car les aspirations des lecteurs sont plus variées que les principes étriqués de quelques éditeurs formatés qui admettent mal qu’il arrive à l’acheteur d’un livre d’avoir envie de rencontrer au fil des pages des gens différents de son voisin de palier. Eh oui, il reste des lecteurs, nombreux, qui apprécient de se confronter à d’autres dangers que ceux auxquels les exposerait la traversée d’un quartier sordide et trash au milieu des dealeurs et gangs de cités. Et ces lecteurs-là, pourquoi devraient-ils ne trouver la réponse à leur envie de lecture que chez les écrivains étrangers ?

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

Pour ma part, j’attendais de découvrir le livre de Seb Sarraude depuis plusieurs mois puisque nous avions échangé à de nombreuses reprises sur son projet. J’ai d’ailleurs été touché qu’il me mentionne dans les remerciements. Après l’attente, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ÇA PASSE OU ÇA CASSE. Je vous le recommande. Le livre bénéficie déjà de nombreuses retombées dans les médias, par exemple dans ÉCHAPPEMENT Classic. Une reconnaissance méritée !

 

Où trouver le livre ?

 

En version papier, chez TheBookEdition :

http://www.thebookedition.com/ca-passe-ou-ca-casse-seb-sarraude-p-93205.html

seb sarraude,fictions,romans,ça passe ou ça casse,pilotes,f3,formule 3,pau,gp de pau,polats,romans noirs,thrillers,éditeurs

En E-Book, chez Adventure Book

http://www.adventure-book.fr/ca-passe-ou-ca-casse-sebastien-sarraude/

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

 

Le tumbir de Sébastien Sarraude

http://sebsarraude.tumblr.com/

 

Deux recueils de nouvelles dans l’univers du GP de Pau avec des textes de Sébastien Sarraude

Les NOIRES… plein Pauhttp://0z.fr/6idAo

et LES NOIRES… remettent la gomme

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/06/27/les-noires.html

 

La course automobile, un paradis, un enfer : la preuve par un week-end de juin 2012

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/06/index.html

 

Rencontre avec un autre pilote de fiction confronté à une affaire criminelle (avec de l’humour noir et cynique)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/09/12/recette-de-crime-parfait.html

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras