Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2013

COMPOSITIONS AMÈRES

dans la cuisine de la rue des Betteraves.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

Comme chaque année, je vous invite à célébrer la Fête de la gastronomie en dégustant des saveurs douces- amères. Votre guide, David Sarel au temps de sa jeunesse, à l’époque où se déroule mon nouveau roman, Le Pacte du tricheur, dont la sortie en e-book est imminente. Une fiction dans laquelle David tient le premier rôle…

 

Si David avait accepté ce déjeuner dominical, c’était juste pour éviter les salades.

 

Grégoire, son père, vivait désormais rue des Betteraves à Betton. Avec Soizick Pierret, l’employée subalterne devenue sa nouvelle épouse. David se rendait de mauvaise grâce dans la demeure où régnait sa pire ennemie. Un fruit pourri à qui il attribuait le prix citron de la convivialité. Par chance, il était rarement invité depuis que son père s’était fait retourner comme une crêpe par la croqueuse de diamants.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 David  engagea sans enthousiasme sa moto dans l’allée du parc. Comme à chaque fois, son père se montrerait plus glacial qu’un maître d’hôtel anglais. La marâtre dégusterait les saveurs acides de l’accueil réservé par son homme. Bientôt, David serait majeur et fuirait ces corvées. Tant pis si papa en faisait un fromage.

 

Ce fut justement une odeur de fromage fondu qui le saisit à la gorge lorsque Valentine Sorbet, grande amie de Soizick, lui ouvrit la porte. Elle exécrait David. Il la vomissait. La petite Lucrèce, fille de la marâtre, se collait à Valentine comme un chewing-gum ananas à une semelle.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 David digérait mal que la mioche usurpât son patronyme. Il lui avait apporté une boite de pâtes de fruits suffisamment sucrées pour attaquer des dents de lait. La moutarde monterait au nez de la marâtre qui détestait qu’on gâtât le fruit de ses étreintes. David sourit en songeant que la senteur et la saveur de l’amalgame du dentiste succéderaient bientôt aux arômes de friandises dans la bouche du petit chou à son papounet officiel.

 

Surprise. Soizick sourit aussi, tout sucre tout miel. Elle lui proposa un Gin Fizz. Elle savait qu’il repartait à moto et espérait le saouler. David ne se faisait guère d’illusions. Qu’il finisse en bière avec l’aspect et la texture d’une marmelade de fruits rouges ne liquéfierait pas ses hôtes. Il demanda un Schweppes dont le goût amer accompagnerait subtilement l’atmosphère.

 

Justine apparut avec un plateau d’amuse-bouche. C’était la sœur cadette de Valentine. Une familière de la maison comme son aînée.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 - Oh flûte, j’ai oublié que tu n’aimais pas le fromage, David, bava Soizick. J’ai prévu un repas de galettes et de crêpes avec des rouleaux de galettes au fromage à l’apéritif.

 

D’où l’odeur à gerber, rumina David.

 

- Moi, je me souviens que David n’aime pas le fromage, rattrapa Justine. J’ai préparé quelques roulés avec de la crème à la place.

 

Les convives prirent place autour d’une table ronde, David s’assit entre les deux sœurs. Seule Justine lui adressa la parole. Une touche de cannelle dans une purée de poivrons. Elle papota avec lui pendant que Soizick et Valentine accommodaient les galettes. Bien que ne participant pas aux préparations, Grégoire et la gamine suivirent les cuisinières.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

  Des fumets alléchants flottaient jusqu’à la salle à manger. Puis les galettes arrivèrent triomphalement sur la table. D’abord accompagnées d’asperges chaudes et d’une vinaigrette au paprika, puis avec des coquilles Saint-Jacques et une sauce citronnelle. Le contraste entre la douceur des mets et les sauces piquantes qui les relevaient taquinait les papilles. David se régala mais masqua son plaisir. Pas question d’accorder une miette de contentement à la marâtre. Le dessert fut servi en milieu d’après-midi. Un gâteau glacé composé de crêpes et de cassis. Mutin, rafraichissant, croquant. L’invité résista à la tentation du champagne rosé et se retint d’accepter une seconde part de gâteau.

 

Après un café corsé, le soulagement de prendre congé arriva enfin. Grégoire et Lucrèce se gavaient de pâtes de fruits en riant dans la canapé. Ils dirent au-revoir du bout des lèvres. David s’en réjouit. Embrasser la petite Lucrèce lui provoquait les mêmes hauts le cœur que la perspective d’avaler un chèvre-chaud. Les trois femmes accompagnèrent David sur le perron.

 

- Les choses ont tourné au vinaigre entre nous, mais je me mets en quatre pour adapter mes menus au rituel de notre famille recomposée, ironisa Soizick.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 La réponse gicla comme une tarte aux framboises dans la poire.

 

- Une famille recomposée ou décomposée ? Des effluves plus amères que douces, non ?

 

Le visage de Soizick vira couleur groseille tandis que la Sorbet fondait en larmes saumâtres et que Justine buvait du petit lait.

***

David avait besoin de décompresser. Le déjeuner à Betton lui restait sur l’estomac. Il fit vrombir le moteurs de sa moto sur les petites routes de campagne jusqu’à Saint-Germain sur Ille. Puis il revint à Betton le cœur plus léger. Charles Calloc’h, un de ses meilleurs copains de lycée, l’avait invité à dîner. Un gars solide physiquement et mentalement dont la solidarité lui était acquise. Ceinture noire de judo, Charles avait toujours affirmé à David que la morue tomberait dans ses propres excès de méchanceté. Elle finirait en sushis ou en accras. C’était une question de temps. Les Calloc’h habitaient la même commune que la nouvelle famille de Grégoire Sarel, mais dans un quartier où les prix de l’immobilier ne gonflaient pas encore comme un soufflé au moment de servir.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

  Le jeune homme accepta de bon cœur le kir pétillant offert par le père de Charles. Le goût amer de la liqueur d’orange qui le relevait contribua à l’atmosphère joyeuse. Ici, personne ne voulait le passer au hachoir  ni le voir aplati comme une crêpe après un accident. De toute façon, il ne conduirait plus sa moto avant le lendemain. Le menu de la fin du week-end prévoyait qu’il reste dormir chez son ami. Les pâtes au saumon de madame Calloc’h lui parurent un festin de roi et il les digéra comme une salade estivale. Le far breton aux pruneaux fut avalé avec appétit. La bonne humeur enchantait la cuisine familiale !

 

- Les pruneaux, un ingrédient dont je trufferais volontiers la morue qui bouffe mon père, ricana David en fin de soirée.

rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 - De la morue aux pruneaux, voilà une recette originale mais ne l’imprime pas, trancha Charles. Elle t’amènerait des pépins et tu te ferais assaisonner par les poulets !

 

- Je sais, soupira David. J’éviterai les fausses notes au piano. Un jour, ce sera la morue qui finira au placard.

 

- Il restera Lucrèce, de la graine de poison.

 

- Oh, un déchet comme la mère. Une fois qu’elle ne sera plus très fraiche, la petite peste finira recyclée auprès d’une poire dont elle pourrira l’existence…

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Soupe à la grimace pour  David et Charles en Auvergne http://0z.fr/U10ZB

 

Au Rallye des Vins de Touraine, David goûte l’ivresse de la course http://bit.ly/17ZTQTh

 

Cerise sur le gâteau pour Ronnie http://0z.fr/DwoeM

(après des salades et avoir failli finir en bouillie…)

 

Chronique d’une haine agissante, une autre bataille de la guerre impitoyable entre David et la morue http://0z.fr/PgIf4

 

Le site officiel de Yoann Bonato, rallyman de talent qui brille cette année en Opel Adam Cup et préface Le Pacte du tricheur

http://www.yoann-bonato.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

03/08/2013

PREMIER SCRATCH AU RALLYE DES VINS DE TOURAINE

un temps fort vécu par David Sarel l’année de ses 17 ans

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

Le Coupé Vivia 2.0 Turbo groupe A avança jusqu’à la ligne de départ. Dans une minute, son pilote la propulserait dans la première épreuve spéciale du rallye.

 A son volant, Éric Trélor, un gentleman driver breton expérimenté et éclectique qui courait régulièrement en rallye, en course de côte et même aux 24 Heures du Mans. S’il ne faisait de la course son métier, Éric pilotait pour devancer ses adversaires. La douceur de vivre qui règne sur la Touraine ne calmait pas sa soif de victoires.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Dans le baquet de droite, David, seize ans et demi. Le jeune homme était le filleul et le neveu du pilote. Il courait déjà en kart et entendait  s’installer le plus vite possible au volant d’une auto de course. A son âge, c’était impossible. Par contre, depuis son dernier anniversaire, il avait le droit de jouer le rôle de navigateur en rallye. Mickael, le coéquipier habituel d’Éric depuis ses débuts, lui cédait gentiment sa place jusqu’à ce qu’il réalise son rêve de piloter lui-même. David profitait pleinement de cette faveur. Le Rallye des vins de Touraine était sa deuxième course après La Ronde de Guérande.

 

Dans la cour des grands

 

Cette année-là, le calendrier de la saison faisait bien les choses. La course tombait en plein milieu des vacances de Pâques. David  avait pu effectuer les reconnaissances avec Éric sans jongler avec les cours, devoirs et travaux personnels liés à sa vie  de lycéen. Une existence plutôt douce par rapport  à ce qui l’attendait mais ça, il n’en avait pas encore conscience. C’était tant mieux d’ailleurs, car à chaque âge suffit sa peine. Si David paraissait favorisé, il subissait son lot de problèmes parmi lesquels une marâtre à la haine active, un père hypocrite et lâche dans sa vie personnelle qui le rejetait, une grand-mère hostile depuis sa naissance  et une mère qui ne l’avait jamais compris ni tout à fait accepté. Aucune complicité n’avait existé avec ses parents. Au point qu’il lui arrivait de se demander si c’était sa faute, si quelque chose en lui faisait qu’il ne méritait pas qu’on l’aime et qu’on souhaite le voir content.  Heureusement qu’Éric le traitait comme un fils et qu’il avait des amis auxquels il était attaché, à commencer par Nick, lycéen parisien qui grandissait également dans un cadre familial peu épanouissant. Éric accueillait David et Nick chez lui pendant la plus grande partie des vacances. David était fier de disputer  cette course devant son meilleur ami.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 L’enjeu était de taille. L’épreuve comptait pour le Championnat de France des rallyes 2ème division.  Face à la Vivia d’Éric et de David, des BMW M3, Lancia Delta et Sierra Cosworth, affûtées parmi lesquelles celle de Marion et Margo Martinet, deux sœurs qui ambitionnaient de suivre les traces de Michèle Mouton et Françoise Conconi. Blondes, minces, aussi gracieuses que Claudia Schiffer, les deux jeunes femmes ne laissaient pas  David et Nick indifférents. Pas au point d’oublier la course cependant. David portait une lourde responsabilité et les jalousies que suscitait son intégration au sein du Team Vivia s’exprimeraient sans retenue en cas d’erreur de sa part. Il le comprenait. Mais il se sentait fort psychologiquement. Sa situation familiale l’avait mûri et habitué aux environnements hostiles. Il était déterminé à se montrer à la hauteur de la situation.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Plus que 30 secondes avant le départ de cette première ES, la seule de la journée du samedi. Elle était courte, 4,9 km, et ne servirait qu’à déterminer l’ordre des départs le lendemain. Claquer un chrono n’assurerait pas un  avantage significatif sur  les adversaires. Psychologiquement toutefois, les plus rapides annonceraient la couleur et enverraient un message aux autres : nous sommes là pour jouer la gagne !

 

Action

 

Pilote et copilote étaient sanglés dans leurs baquets, équipés des combinaisons et des casques qui font ressembler les rallymen à des extra-terrestres, des êtres dotés de pouvoirs surnaturels que le commun des mortels n’ose pas imaginer.

 

15 secondes avant de rejoindre un autre univers, celui de la vitesse, de l’adrénaline, du bonheur absolu. Éric avait enclenché la première. David  était prêt à annoncer les notes, c’est-à-dire le profil de la route qui sauterait à la figure des occupants de la Vivia dès que ses 325 chevaux hurleraient rageusement  leur puissance.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 100 mètres à fond pour bosse à fond, lança le navigateur au moment où Éric lâchait l’embrayage et écrasait l’accélérateur. Le moteur monta dans les tours. La voiture se cabra malgré sa suspension d’athlète. L’accélération colla David au dossier de son baquet quand le turbo se mit en route. Le rugissement du moteur et le sifflement du turbo n’avaient rien à envier au tonnerre d’un réacteur de Mirage. Le paysage défilait de plus en plus vite. David  adorait ces sensations physiques qu’offrait la course. La Vivia décolla sur la bosse puis retomba sur le train avant en secouant son équipage. Les deux garçons encaissèrent sans sourciller, comme des boxeurs. Éric domina l’auto, la maintint en ligne. 150 mètres à fond pour gauche 90 (NDLR : c.à.d. 90°), enchaîna David d’une voix décidée qui soutenait le rythme infernal imposé à la voiture par son pilote. 80 mètres à fond pour droite 120 dévers sur sortie. Cela signifiait un piège. La voiture risquait d’être entraînée vers l’extérieur et le fossé si le pilote se montrait trop optimiste…

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Dans la descente qui suivait, le Coupé Vivia 2.0 T dépassa les 200 kilomètres/heure. David tenait le rythme dans l’annonce des notes. D’autres équipiers doutaient qu’il y parviendrait en raison de son jeune  âge et de son manque d’expérience. Notamment Benoît, le navigateur de Luc Crillon, engagé en groupe N sur une autre Vivia. Les jaloux n’avaient pas saisi que la passion de la course, la confiance absolue dans le pilotage d’Éric et l’insouciance de la jeunesse compensaient le défaut d’expérience. David avait été préparé et formé à ce rôle par Éric. Il se savait prêt et, contrairement à Benoît, ne pensait pas une fraction de seconde à la sortie de route lorsqu’ il se sanglait dans la voiture. Quand il était sur le bord de la piste lors d’une course de côte ou d’une épreuve en circuit, il lui arrivait de s’inquiéter pour Éric et d’autres pilotes. Jamais quand il montait dans le baquet de droite.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 La spéciale passa comme un éclair. Nick, artiste dans l’âme, photographe et dessinateur doué, s’était positionné peu avant l’arrivée, dans une enfilade où la Vivia passerait d’un appui sur l’autre en légère dérive des quatre roues. Il suivrait ta course de spéciale en spéciale avec Ronnie, un ami et supporter d’Éric qui courait en course de côte mais pas en rallye. En constatant la vitesse à laquelle Ronnie menait sa 605 de tourisme sur les petites routes menant à l’ES, Nick lui conseilla d’envisager de faire du rallye aussi. Il devrait bien s’y débrouiller. Sur le tracé de la spéciale, Éric et David roulaient en mode attaque absolue. La  Vivia déboula devant ses supporters sur la  trajectoire la plus tendue.  Elle coupa allégrement les bordures, faisant voler un nuage de poussière dans son sillage. Éric et David avaient vérifié la veille que les bas-côtés étaient propres, qu’aucune pierre ni aucun trou dissimulé par l’herbe ne leur joueraient de mauvais tour. Quand on veut gagner, chaque détail compte.

 

Retour sur terre

 

Une fois la ligne d’arrivée franchie, l’équipage regagna le parc fermé par le parcours routier ouvert à la circulation. Le rôle du navigateur changeait. Le magicien qui aide le pilote à catapulter  son bolide de virage en virage  se transforme en métronome qui le guide jusqu’au point d’assistance en respectant les obligations de pointage et en prenant garde de respecter les délais impartis.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Objectif rempli. La Vivia d’Éric et de David signait le meilleur temps de la première épreuve chronométrée. Elle partirait la première le lendemain. Une fois la Vivia garée dans le parc fermé et toutes les formalités remplies, Éric et David répondirent aux questions des journalistes spécialisés ou locaux qui suivaient le rallye. David expliqua longuement les spécificités de l’épreuve à Isabelle Demange-Challet, une correspondante du Pays de Neuvy Le Roy, commune sur le territoire de laquelle avait débuté la course.

 

- J’assure la communication pour le team, plaisanta-t-il quand Éric se moqua malicieusement de son empressement à satisfaire la curiosité de la jolie journaliste.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Puis ils regagnèrent le motor-home dans lequel l’équipe logeait. Ronnie et Nick les y attendaient. David avait soif. Il demanda une bouteille d’eau. Nick le déchargea de son casque pendant qu’il se désaltérait. Puis les deux garçons se dirigèrent vers la cabine qu’ils partageaient dans le motor-home. Nick posa le casque de David sur sa couchette.

 

- Ça va  pas, non ? s’indigna Michel, l’ingénieur traditionnellement chargé de la voiture d’Éric au sein du Team Vivia.

 

- Ben, qu’est-ce que je t’ai fait ?  s’étonna Nick.

 

- Jamais un casque sur le lit un week-end de course ! reprocha Michel. Ça porte malheur.

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

 Nick enleva prestement le casque de son ami de la couchette tandis que David haussait les épaules, irrité par l’intervention de Michel. Il ignorait encore que cinq mois plus tard exactement, lors d’un autre rallye, en Auvergne, il allait se trouver confronté à des événements stupéfiants, inquiétants, incompréhensibles, qui mettraient son esprit rationnel à rude épreuve avant de le sensibiliser aux superstitions qui hantent les paddocks depuis la naissance de la course automobile…

 

NOTE MODIFIEE LE 18 AVRIL 2014

tags : rallye,david sarel,team vivia,romans,fictions,superstitions,vintage,adolescence,pilotes,yoann bonato,rallymen,navigateurs

Les sports mécaniques  intègrent tous les ingrédients d’un bon roman : des personnages attachants auxquels s’identifier, du suspense, de l’angoisse, des temps forts… Ce Rallye des Volcans en Auvergne qui va faire douter David, je vous le raconte dans un roman policier au prix de 1,00 €. Pour lire gratuitement les premières pages puis le commander si vous le souhaitez,  c’est ici  http://amzn.to/1jAhsoF

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Angoisse au bord de la piste, une autre nouvelle avec David, quelques jours avant le Rallye des Volcans : http://0z.fr/U10ZB

 

Copilote-actu, le site de Bruno J où on parle automobile, mais aussi bagnoles... du mug à la dernière expo du coin : http://www.copilote-actu.com/

 

Le jour de gloire de Ronnie, pilote au gros cœur : http://0z.fr/DwoeM

 

Ronnie contre la mère Poupoune : flash-back sur l’adolescence d’un pilote turbulent ! http://0z.fr/SBfWH

 

Le site officiel de Yoann Bonato, un des meilleurs rallymen français  : http://www.yoann-bonato.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras