Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2013

MAUVAIS FILM AUX 24 HEURES DU MANS

aux dépens de vrais pilotes…

24 heures du mans,1980,cinéma,anny-charlotte verney,xavier lapeyre,porsche,maurice trintignant,jean-louis trintignant

Plusieurs vedettes du cinéma et du show business ont tenu leur place dans des compétitions de haut niveau. Ce ne fut pas le cas de Jean-Louis Trintignant aux 24 Heures du Mans 1980.

 

Neveu d’un grand pilote, Maurice Trintignant qui fait partie des vainqueurs du prestigieux Grand-Prix de Monaco (1955) et des 24 Heures du Mans (1954), Jean-Louis Trintignant a joué au pilote dans Un homme et une femme. A dire vrai, les vraies vedettes du film, ce sont plutôt Anouk Aimée, la Ford Mustang et la plage de Deauville. Mais ne soyons pas méchants, le comédien y était, même s’il paraissait passif et passablement éteint.

24 heures du mans,1980,cinéma,anny-charlotte verney,xavier lapeyre,porsche,maurice trintignant,jean-louis trintignant

 Grâce à sa notoriété de comédien, JL Trintignant a réussi à piloter une Triumph Dolomite en Championnat de France de production et même à décrocher un volant au Mans. C’était en 1980.

 

Le seuil d’incompétence était dépassé

 

Cette année-là, Anny-Charlotte Verney et Xavier Lapeyre sont associés sur la Porsche 935 K3 Kremer N° 43 sponsorisée par Malardeau. Ils visent une place en haut du classement. Malheureusement pour eux, ils se voient infliger la présence à leurs côtés de Jean-Louis Trintignant. Sur une vraie piste, le comédien est vraiment très loin du niveau de pilotage qu’affiche Jean-Louis Duroc, pilote qu’il a interprété à l’écran. Rien à voir non plus avec son oncle Maurice. Il est même permis d’affirmer  que sur la 935 K3, l’acteur a largement dépassé son niveau d’incompétence. Il détruira d’ailleurs bêtement la voiture le dimanche matin après avoir excédé ses équipiers toute la semaine.

24 heures du mans,1980,cinéma,anny-charlotte verney,xavier lapeyre,porsche,maurice trintignant,jean-louis trintignant

 Dans les interviews accordées à Ouest-France à l’époque, Anny-Charlotte ne se montrera pas tendre avec ce mauvais  équipier imposé. Pas question pour ces deux-là de partir en vacances ensemble. Et dommage pour les vrais pilotes qui, seuls ou avec un autre équipier au niveau, pouvaient viser une place dans les 5 premiers, voire la 3ème marche du podium.

 

Habitués du Mans

 

Anny-Charlotte et Xavier étaient des habitués du Mans. En 1980, la Sarthoise disputait sa 7ème édition consécutive de la classique mancelle sans avoir jamais abandonné. Xavier et elle avaient hissé la Porsche Kremer en 5ème position avant que l’acteur la balance stupidement  dans les rails… Vous pourrez prendre connaissance des détails des 24 Heures du Mans 1980 et de quelques interviews sans concession en cliquant sur les liens ci-dessous.

24 heures du mans,1980,cinéma,anny-charlotte verney,xavier lapeyre,porsche,maurice trintignant,jean-louis trintignant

 Anny-Charlotte en attendait beaucoup, tout comme Xavier. Ils avaient déjà fait équipe ensemble et se savaient des pilotes rapides et sûrs. La jeune femme avait aussi couru en équipage avec d’autres pointures comme Hubert Striebig (en 1976, photo ci-dessus) et René Metge. Trois ans plus tard, elle serait associée à un grand champion, Vic Elford. 1980 aurait pu être une belle éditions pour elle et pour Xavier. Dommage. Bien qu’il ait habilement géré sa communication dans les médias après avoir détruit la voiture, JL Trintignant n’essaya plus de revenir au Mans. Il avait au moins compris qu’il n’y avait pas sa place.

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

Parmi les vedettes qui ont tenu leur rôle dans de vraies courses :

David Hallyday

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/04/28/david-hallyday-et-le-mental-des-pilotes.html

et Steve McQueen

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/03/24/908-contre-r15.html

ainsi que The Man & Le Mans, film sur l’histoire et le tournage du film http://bit.ly/1Sl7iIy                                                                                                

 

Les célébrités n’ont pas réussi à Annie-Charlotte Verney en compétition : son association avec Mark Thatcher au Dakar se termina aussi par un abandon (bien que le fils de la dame de fer ait été bien moins mauvais que l’acteur français)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/10/21/course-automobile-le-contraste-permanent.html

 

Suivez-moi sur Twitter  

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

09/04/2013

UNE PORSCHE TOUT FEU TOUT FLAMMES

aux 24 Heures du Mans 1987

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

 En 1986, une voiture à quatre roues motrices participe pour la première fois aux 24 Heures du Mans. Il s’agit d’une Porsche 961, modèle dérivé de la fabuleuse 959.

 

A son volant, René Metge et Claude Ballot-Léna remportent la catégorie IMSA et se classent 7èmes au classement général.

 

Porsche entend renouveler l’expérience en 1987. La Porsche 961 portera les couleurs Rothmans de l’écurie officielle. Pilote rapide et très expérimenté, vainqueur du Paris-Dakar 1986 sur une 959 et satisfait de sa première performance au Mans sur la 961, René Metge participe à nouveau à l’aventure. Il doit cette fois faire équipe avec le Suisse Claude Haldi et Steckonig.

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

A cette époque, Porsche a déjà gagné 11 fois les 24 Heures dont 6 consécutives depuis 1981. Les 962 C viseront une nouvelle victoire face aux Jaguar, aux Kouros-Mercedes et à la Cougar à moteur Porsche engagée par Yves Courage. Normalement, la 961 ne peut pas espérer la première place au classement général. Ses pilotes aimeraient cependant faire au moins aussi bien que l’année précédente.

 

Des essais mouvementés


« Elle a une tenue de route exceptionnelle et son freinage a été considérablement amélioré », commente René Metge après ses premiers tours de roue aux essais du mercredi soir sur la Porsche 961 version 1987. Le pilote semble alors ravi de sa monture malgré une légère touchette contre un rail et une première séance écourtée par la casse d’un turbo au bout de huit tours.

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

 Les chronos de la 961 le lendemain finiront cependant par tempérer son optimisme. La Porsche 961 N° 203 a réalisé un chrono de 3’50’’86. Elle ne partira qu’en 16ème ligne. Les deux Mazda 757 engagées dans la même catégorie occupent la 14ème ligne. La meilleure d’entre elles, celle de Terrada – Katayama – Yorino a tourné en 3’45’’56, soit cinq secondes plus vite. Ces temps ne sont pas comparables avec ceux des GT1 d’aujourd’hui. Rappelons que cette année-là, aucune chicane n’est encore installée dans les Hunaudières. Un nouveau dessin de la courbe Dunlop ralentit les voitures par rapport aux années précédentes. Les pilotes, Alan Jones et Bob Wollek en tête, n’apprécient pas cette modification du tracé et réclament un aménagement des Hunaudières.

 

Un équipage modifié


Quelle que soit son appréciation des qualités de la piste, chacun donnera le meilleur de lui-même en course. « Il y a 1220 kilos à amener, commente René Metge pour expliquer la performance modeste de la Porsche 961. Le poids de la voiture du Dakar ». Le pilote s’attend à une épreuve difficile. « Dans l’habitacle, la température doit monter à 60 degrés ». Mais il espère tirer son épingle du jeu en course.  « En pneus lisses, sur une piste humide, l’accélération est phénoménale. Si la piste est grasse pendant les 24 Heures, nous pouvons bien figurer. Mais l’objectif sera d’arriver au bout pour que Porsche poursuive ses recherches dans le domaine du 4x4 ».

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

L’équipage initial de la 961 est finalement modifié. Steckonig, le troisième pilote de la 961 déclare forfait. Il sera remplacé par le Canadien Kees Nierop, qui devait s’aligner sur la 962 C Rothmans que Price Cobb a détruite aux essais du mercredi soir.

 

Une course écourtée

Malheureusement pour René Metge et ses équipiers, la pluie épargne la région du Mans. La 961 ne pourra pas profiter de conditions précaires pour utiliser le potentiel de ses quatre roues motrices. Elle échappe à l’épidémie de casses de moteurs des premières heures et poursuit une course régulière jusqu’au dimanche matin.

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

Hélas, à la 17ème heure, Nierop effectue une sortie de piste et touche un rail. La voiture roule encore. Son pilote tente de la ramener au stand. Mais elle prend feu ! Nierop s’arrête sur le bord de la piste et voit la magnifique 961 partir en fumée. Aucune écurie privée ne commande de 961 à Porsche. La trajectoire de cette fantastique machine s’arrête donc aux 24 Heures du Mans 1987. La Mazda N° 202 de Kennedy – Galvin – Dieudonné s’impose en IMSA. Mais Porsche se consolera en remportant une nouvelle victoire au classement général avec la 962 C de Stuck – Bell – Holbert.

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

 Fiche technique de la Porsche 961 version 1987.

* châssis : monocoque acier avec renforts tubulaire en acier

* carrosserie : nid d’abeille revêtue de fibre de verre

* moteur : Flat 6 Porsche type 935/82

* 24 soupapes

* 2 turbos KKK

* 2847 cc (93x70,4)

* 680 cv à 7800 t/mn

* taux de compression : 8,1

* gestion électronique Bosch Motronic

* transmission : boîte Porsche 959 à 6 rapports

* poids : 1.169 kg

Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Cette année-là, des pilotes amateurs bretons remportaient Le Mans avec leur Porsche qui roulait aussi en rallye et en course de côte http://bit.ly/1RxITRF

Porsche, un triomphe sportif, économique et marketing

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/11/14/porsche-un-triomphe-sportif-marketing-et-economique.html

porsche,porsche 961,porsche 959,rené metge,claude ballot-léna,claude haldi,24 heures du mans,1986,1987

Un thriller qui trouve son dénouement au Mans, ça existe et c’est moi qui l’ai fait !

http://sebsarraude.tumblr.com/post/23431276990/chicanes-et-derapages

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

26/02/2013

C’ÉTAIT AU MANS 1971

au temps du duel Porsche - Ferrari

DEPART LE MANS 71 JPEG.jpg

Porsche 917 contre Ferrari 512, de la piste au cinéma…

 

Suspense, danger, angoisse, héros charismatiques, tels sont les ingrédients d’une bonne fiction. Je ne me lasse pas de le répéter car ce sont justement les composants de mes romans et nouvelles à base de sports mécaniques. Parfois avec un zest de gastronomie.

917 PINK PIG JPEG.jpg

Les bons petits plats et ce qui les accompagne étaient d’ailleurs bien présents à l’édition 1971 des 24 Heures du Mans avec la Porsche 917 Pink pig décorée en cochon marqué pour le découpage et les 917 Martini. La meilleure d’entre elles ne se contenta pas d’ouvrir l’appétit des spectateurs. Avec ses pilotes, Helmut Marko et Gisj Van Lennep, elle remporta la victoire, offrant à la firme de vins cuits dont elle défendait le goût sucré l’occasion de sabrer le… Champagne !

 

Le Mans, on s’en fait un film

 

Pour tous les amoureux de course automobile, Le Mans représente quelque chose de particulier. C’est, avec le Rallye de Monte-Carlo, le Grand-Prix de Monaco et les 500 miles d’Indianapolis une des épreuves à la saveur incomparable. Les homards, foies gras, caviars et T-Bones de la course auto. Le Mans est une course star. Elle a fait son cinéma. C’était en 1970, avec Steve McQueen qui partageait l’affiche avec les Porsche 917 et les Ferrari 512. Le film sortit en salle l’année suivante. Des images superbes et spectaculaires. Des vrombissements envoûtants. Des scènes en caméra embarquée au cœur de la course. Un mélange plus que réussi avec des images d’archives et des scènes d’ambiance. Un film que nous revoyons toujours avec grand plaisir et qui reste encore le meilleur tourné dans le monde du sport automobile.

PORSCHE GAGNANTE.jpg

En 1971, les deux modèles ennemis se retrouvaient une dernière fois dans la Sarthe pour une revanche. Un dernier match entre poids lourds sur le ring du Mans avant la retraite sportive. Car dès 1972, les monstrueuses voitures de Sport de 5 litres de cylindrées laisseraient la place aux prototypes de 3 litres.

 

Souvenirs d’époque

 

Les photos en Noir et Blanc qui illustrent cette note ont été trouvées par un copain qui s’appelle Jean-Claude. Par hasard, ce fameux hasard dieu des traqueurs d’informations dans tous les domaines. Cette année-là, j’aurais adoré être au bord de la piste. Mais j’étais lycéen, en seconde, et mes périples de photographe de course automobile se limitèrent à la Course de côte de Saint-Germain – sur – Ille où les plus grosses Porsche engagées étaient des 911 groupe 4.

PORSCHE GULF (2).jpg

Mais je me souviens  comme si c’était hier des 917 longues conçues pour atteindre les 400 km/h dans les Hunaudières. Je me rappelle la pole réussie par Vic Elford avec l’auto du Team Martini et le train d’enfer mené en début de course par Pedro Rodriguez sur la voiture aux couleurs Gulf engagée par John Wyer. Finalement, la course ne réussit pas aux 917 version longue. Elles abandonneront toutes, laissant leurs sœurs plus traditionnelles aux commandes de la course. La Martini pilotée par Helmut Marko et Gisj Van Lennep l’emportera devant la Gulf de Richard Attwood et Herbert Müller.

FERRARI 512.jpg

Les Ferrari 512 sont battues. Le cheval cabré est passé à la moulinette. Haché menu, cuit comme dans un plat de lasagnes. Le meilleur poids lourd du monde, c’est toujours Porsche.

 

Les GT aussi

 

Un des intérêts de l’endurance réside dans le mélange de voitures très différentes. Les GT aussi mènent leur course et elle se révèle aussi acharnée que la lutte pour la victoire au général.

CORVETTE ROUGET.jpg

En 1971, une meute de Porsche 911 affrontait deux Chevrolet Corvette Stingray affutées. Celle de Jean-Claude Aubriet – Jean-Pierre Rouget (ci-dessus) et celle de Marie-Claude Beaumont Charmasson  - Henri Greder.

911 TOUROUL JPEG.jpg

Les Corvette ne  virent pas la ligne d’arrivée. La victoire en GT revint à Raymond Touroul – André Anselme sur Porsche (sixièmes au général, un bel exploit). J’en étais ravi. Raymond Touroul courait aussi dans d’autres disciplines, notamment la course de côte. Je l’avais vu et photographié à la CC de Saint-Germain sur Ille dont il était un des pilotes les plus en vue.

Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Belles de course : les Porsche 917 (nombreuses photos des versions longues)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/06/06/belles-de-course-les-porsche-917.html

 

Un polar dans l’univers des 24 Heures du Mans, ça existe et c’est moi qui l’ai fait ; pour en savoir plus, cliquez sur

http://sebsarraude.tumblr.com/post/23431276990/chicanes-et-derapages

 

Polars sports et légendes, un blog qui parle de polars, de légendes… et de course automobile

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

13:14 Publié dans Film, Sport | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : porsche, ferrari, le mans, 1971 |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |