Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2012

MICHEL VAILLANT A VIEILLI

dans Au nom du fils

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

Le premier tome de la saison 2 est enfin dans les bacs après 5 ans d’attente

 

Autant dire que l’impatience des supporters de Michel et de l’écurie Vaillante était grande. D’autant que tout le monde était prévenu que la 71ème aventure du pilote français s’accompagnerait de profonds changements.  La signature des Graton avec le Team Dupuis s’est accompagnée de l’arrivée dans les stands d’une nouvelle équipe autour de Philippe Graton, fils de Jean, qui donna naissance à Michel en 1957.

 

Désormais, les albums sont signés Graton, Lapière, Bourgne et Bénéteau. La réunion de talents incontestables qui surprendront les vieux supporters des Vaillant.

 

Une présentation impeccable

 

Le nouveau look des albums est réussi. Une couverture à l’aspect mat qui respire la qualité. Un dessin plus sombre, inquiétant, qui suggère une atmosphère plus lourde. 56 pages au lieu de 46. Tant mieux, le plaisir de lecture dure un peu plus longtemps.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Au tout début de l’album, une gravure avec quatre dessins en noir et blanc de Michel Vaillant sous des angles différents. Sur la première, Michel ressemble au sympathique Jo-Wilfried Tsonga, mais en plus vieux et moins épanoui. Sur la seconde, avec des lunettes noires, il a un air de star américaine. La troisième le représente en homme éprouvé par la vie. La quatrième rappelle son physique d’antan, mais moins heureux. L’homme a vieilli et perdu sa joie de vivre. Tout au moins est-ce que j’ai ressenti d’emblée.

 

Difficile de réussir la mutation d’un personnage

 

J’ai découvert Michel Vaillant en 1964, dans les pages de Tintin. J’allais sur mes 10 ans et j’adorais déjà la course automobile. En outre, à cette époque, la couverture médiatique n’était pas la même qu’aujourd’hui. Pas d’internet, une seule chaine de télévision ne diffusant que peu d’épreuves. Les reportages pleins d’enthousiasme mais trop brefs de Tommy Franklin à la radio, quelques articles dans la presse quotidienne régionale à l’occasion des plus grandes courses, et le cahier central du mensuel L’Automobile consacré à la compétition que m’offrait mon père, lui-même grand fan d’automobile à cette époque.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Les médias ne satisfaisaient pas la curiosité des passionnés. Nous manquions de détails sur l’atmosphère des stands, le travail des équipes, les coulisses de nos épreuves préférées. Les dessins de Jean Graton nous offraient du visuel et des anecdotes trop rares dans les médias traditionnels. La BD jouait un rôle particulier dont la prive désormais la profusion d’images, de détails et de commentaires. Outre les télévisions et sites généralistes, chaque pilote, chaque team, dispose aujourd’hui de son site, sans compter les blogs de supporters, forums, partages sur les réseaux sociaux. Nous en sommes tous ravis, mais cela nous rend certainement plus exigeants lorsque nous lisons une fiction.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Par ailleurs, chaque lecteur de Michel Vaillant avait son idée du nouvel  univers dans lequel il voulait retrouver les personnages. Pour ma part, je souhaitais que Michel prenne du recul avec le pilotage. J’aurais aimé le trouver manageant son fils Patrick et Dylan Montusset, son équipier et celui de Steve dans le dernier opus de la saison 1. Né un dimanche de 24 Heures du Mans, Patrick fut longtemps consigné à la Jonquière avec sa grand-mère pour ne pas faire vieillir son père trop vite. J’aurais été content de le retrouver dans une formule de promotion, soucieux de faire aussi bien que son père. Dans la deuxième saison conforme à mes attentes, Michel aurait joué auprès de Dylan et Patrick le rôle qu’assume Olivier Panis aux côtés de son fils Aurélien et de l’excellent Charles Pic.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Il aurait également participé à quelques épreuves historiques avec les vieux lions de l’écurie Vaillante, Steve Warson, Yves Douléac, Gabriele Von Spangenberg… Mais les scénaristes ont choisi une autre piste fort éloignée de mes aspirations.

 

Les codes d’un feuilleton télévisé

 

Les producteurs annoncent  la couleur dans la promotion. Nous entrons dans la saison 2, comme dans une série destinée à la télévision.

 

Dans Au nom du fils, Patrick Vaillant vit dans une école privée suisse et ne se préoccupe guère de compétition automobile. Le clan se réunit toujours à la Jonquière. Mais contrairement à Leader, la firme n’’est plus en F1, ce qui met Henri Vaillant de méchante humeur. Surtout quand sa femme se pique d’écologie au point de vouloir faire circuler les gens à vélo et pas en voiture dans la commune.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Point positif cependant, Vaillante s’est mise à l’heure Vintage, la mode qui fait fureur. Jean-Michel Vaillant, le fils de Jean-Pierre, roule dans un cabriolet dont le dessin est celui de L’Ipharra, vue la première fois dans Le 8ème pilote (1962). Quant à la dernière berline de la marque, elle  s’appelle Vaillante Gil. Comme un modèle apparu dans des albums de 1969, Le Cirque infernal et KM 357,dont le sigle rendait hommage à Gil Delamare, cascadeur et acteur disparu en 1966.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

La firme va tout de même reprendre le chemin des circuits, mais en WTCC. Pas en F1 ni en endurance. Un engagement qui montrera que Michel reste un pilote d’exception, mais prêt à tout plaquer quand survient un événement inattendu.

michel vaillant,vaillante,bd,fictions,livres,polars,graton,lapière,bourgne,bénéteau,wtcc,f1

 Malgré mes préjugés plus que favorables envers Michel Vaillant qui fut, avec Christian d’Ancourt, le héros de fiction préféré de mon enfance, je dois avouer que ce premier épisode m’a déçu. Je n’y ai pas retrouvé la volonté d’un clan vivant dans un but commun de victoire. Tout simplement parce que les codes de la série ont changé. La famille Vaillant traverse une crise, comme la société. Elle ne peut plus se raccrocher à ses certitudes, à ses valeurs traditionnelles, mais elle ne sait pas où elle va dans ce monde déboussolé où le buzz compte plus que la victoire. Je ne serais pas surpris que le couple de Michel et Françoise fonce vers une grosse tempête. C’est peut-être un coup de génie au plan marketing. Les adolescents d’aujourd’hui s’identifieront-ils à Patrick Vaillant ? Dans ce cas, le pari des producteurs sera gagné, même si le public traditionnel décroche. Le début de la série s’arrête sur un suspense très fort. Comme un feuilleton télévisé qui contraint le téléspectateur à attendre la suite, haletant. Vivement le prochain épisode. En espérant un scénario compatible avec quelques fondamentaux de la série… Qui sait si Patrick Vaillant ne prépare pas un coup qui rassurerait les vieux supporters, un peu comme Michel quand, au même âge, il travaillait sur un nouveau carbu en faisant semblant de jouer de la trompette ?

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Le site officiel de Michel Vaillant

http://michelvaillant.com/

 

Mehdi (Belle et Sébastien), de retour en 2013 avec un livre et dans le film

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-le-bon-temps-c-est-quand-112754015.html

 

Où il est question d’Alfa Romeo 2600 et de  Christian d’Ancourt, l’autre héros préféré de mon enfance

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/10/01/les-alfa-romeo-2600.html

 

Un de mes polars dans l’univers de l’endurance et des 24 Heures du Mans

http://www.ffsa.org/article.php?comite=comite12&titre_url=chicanes-et-derapages-de-lorient-au-mans&id=13352

 

Souvenirs de 1964, au temps de la découverte (en ce qui me concerne) de Michel Vaillant

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/07/26/la...

 

Retrouvez-moi sur twitter

@ThierryLeBras2

 

et sur facebook

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

01/09/2010

FICTIONS ET COURSE AUTOMOBILE

SIMCA 1200 S 2.jpg

La compétition automobile est un univers propice au suspense. Tout pilote court pour finir devant les autres. Et au départ, personne ne sait qui remportera le défi.

CATCH11.jpg

La puissance des moteurs, les rugissements qu’ils émettent, la brutalité des voitures confèrent à la course automobile la douceur d’un ring de catch ou de boxe.

GTZ ROUGE 6.jpg

Les tensions, les rivalités, les conflits d’intérêts s’y enflamment comme dans toutes les microsociétés. Les personnalités affirmées (la plupart positives, quelques unes franchement négatives) qui s’y affrontent exacerbent les passions. Il est donc logique que la course automobile serve de cadre à des fictions dramatiques ou policières. Outre la famille Graton dont tout le monde connaît les albums vendus à plus de 20 millions d’exemplaires, d’autres auteurs ont placé leurs personnages dans le parc de requins de la course automobile. Parmi eux, Érich Maria Remarque, Jean Perilhon, Patrick Mahé, Renaud Wagenaar, Garth Stein…  Guillaume de Saint-Pierre et Hervé Poulain prirent la plume ainsi que le volant en compétition avec autant de talent qu’ils en exprimèrent dans leurs autres activités liées à l’art. Quant à Françoise Sagan, elle songea à courir pour Enzo Ferrari. « Ma mère conduisait vite et bien, rapporte son fils. Un peu à la manière d’un ambulancier, sans à-coups. Elle a failli courir une épreuve de mille miles en Italie. Son ami Enzo Ferrari l’y poussait. Mais la course a été annulée cette année-là. » Certains enfin ont raconté de manière romancée des chapitres de la grande histoire du sport automobile dont ils avaient été les témoins privilégiés. Je pense notamment à Bernard Clavel et François Cavanna. Le monde de la compétition automobile est si fascinant qu’il se révèle propice aux intrigues.

CAMARO 78 RONNIE.jpg

« Les personnages de fiction vivent, non seulement dans l’esprit de leur créateur, mais aussi dans un monde parallèle où ils entraînent les lecteurs », écrivit Serge Dalens.

mini-15.JPG

Je vous propose de découvrir Ronan, surnommé Ronnie, un pilote amateur des années 70, 80 et 90. Un pilote au gros cœur qui préparait lui-même ses voitures. Un gars comme nous en avons tous connus sur les courses de côtes, les rallyes et les circuits. Un pilote qui aimait s’engager au volant de voitures un peu originales. Un pilote généreux dont les héros s’appelaient Mike Hawthorn et Ronnie Peterson. Un homme dont la vie comporta des satisfactions intenses, mais aussi des déceptions terribles, des coups durs qui font mal, des épreuves difficiles à surmonter. Ronnie devrait devenir le héros d’un roman « sur papier » en 2011. En attendant, je vous invite à passer quelques minutes à ses côtés dans cinq aventures illustrées (et gratuites) publiées sur le Net. Nombreuses photos de voitures d’époque, humour cinglant, anecdotes avec des filles toujours surprenantes, voilà ce qui vous attend en cliquant sur http://confidentielpaddocks.over-blog.com/categorie-11119066.html

RENAULT R 8 S.jpg

Les photos de cette note n’ont pas été sélectionnées par hasard. Elles ont toutes un rapport étroit avec l’univers dans lequel Ronnie va vous entraîner.

Thierry Le Bras

12:44 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fictions, romans, témoignages, bd, ronnie |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

13/09/2007

LE PRINCE BLANC

medium_PRINCE_BLANC_COUV.jpgDans cet album, Jean Graton imagine l’impensable (enfin, à l'époque...). Quelqu’un triche en F1 !

Ce fut le trentième des soixante-dix albums  mettant en scène Michel Vaillant dans sa première saison. Le plus titré des pilotes français se trouve en concurrence avec un pilote inconnu dont la voiture se montre nettement supérieure aux autres.

Michel observe que la monoplace de son adversaire s’avère incroyablement efficace en ligne droite, au point de sortir la Vaillante de son aspiration. Il se refuse à imaginer l’impensable. Nous sommes en F1, un univers d’hommes d’honneur et de pilotes bien élevés.

Bien sûr, Michel et Steve se sont déjà heurtés à des teams et pilotes peu scrupuleux. Le Leader et ses nervis ne leur ont pas fait de cadeaux. Ils ignorent le sens du mot loyauté. Mais jusqu’à cette date (ça arrivera plus tard), Leader n’a pas encore sévi en Formule 1. Pour Michel, on ne triche pas dans la discipline reine. Ses adversaires sont des gentlemen, comme lui.

Plus pragmatique, son père, l’homme d’affaires Henri Vaillant, perçoit la situation sous un autre angle. Et il demande le démontage de la monoplace concurrente. Là, coup de théâtre ! La cylindrée du moteur de l’adversaire n’est pas conforme. 3,5 litres au lieu de 3 litres, cylindrée alors en vigueur.

Michel et les siens ne sont pas au bout de leurs surprises. Les méfaits du Prince blanc dépassent, et de loin, tout ce qu’ils auraient pu imaginer.

Qui veut jouer le rôle du Leader dans la F1 contemporaine ? Et celui de l’arrogant et méprisant Prince blanc ?

L’album Le Prince blanc est paru  en 1977. Les temps ont changé. Il existe désormais  des manières plus élaborées de manipuler une course.  Les génies de l’informatique  chercheront des solutions dans l’espionnage de leurs rivaux. Une écurie qui, pour des raisons obscures, veut faire gagner un de ses pilotes et pénaliser l’autre se servira de l’informatique et de l’électronique. Un volant qui ne fonctionne pas, un  accélérateur qui ne répond plus, un moteur qui casse au moment opportun… Ou une  erreur dans la pression des pneus qui dégradera le comportement de la voiture. Ou l’envoi du pilote en piste à un mauvais moment lors de la phase clé des qualifications. Ou encore un incident (ou l’apparence d’un problème) orchestré dans le but sournois de déconcentrer le pilote au moment du tour de chauffe afin de lui faire rater son départ.

Serait-ce de la fiction ? Toute ressemblance avec les agissements de marques existant ou ayant existé est-elle le fait du hasard et de l’imagination ? Hummmm….  Si la réponse  est positive, une riposte s’imposera. BOYCOTTER LA MARQUE ne servant pas loyalement ses deux pilotes ! Car il faudrait être bien naïf pour imaginer qu’une firme qui se comporte mal avec un des pilotes de son écurie de F1 traitera correctement des clients anonymes s’ils connaissent le moindre souci avec leur voiture de tourisme.

NOTE MODIFIÉE LE 20 OCTOBRE 2015

Les nouvelles publications de CIRCUIT MORTEL sont désormais mises en ligne sur http://circuitmortel.com

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Ce qui aurait pu arriver après le StepneyGate  http://bit.ly/1DXHDOA

Vous voyez encore la F1 comme un combat sportif ? Pas moi et voici pourquoi  http://bit.ly/19gVB57

Confidences d’auteur après LE PACTE DU TRICHEUR, un roman sur fond de malversations en sport automobile  http://0z.fr/9TDz8

Suivez-moi sur Twitter  https://twitter.com/ThierryLeBras2  

Et pourquoi pas sur Facebook ? http://www.facebook.com/thierry.lebras.18  

Thierry Le Bras