Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2012

UNE ALFA ROMÉO 2000 GTV DE ROLAND IMBERT

Le virus Alfa est incurable et c'est tant mieux !

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

 Carrosserie élégante et agressive dessinée par Bertone, vrombissements magiques d’un moteur aux cheveux de feu, le coupé Alfa Roméo 2000 GTV Bertone reste une des voitures les plus envoûtantes des seventies.

 Ils furent nombreux les pilotes de premier plan à piloter des 2000 GTV en compétition. Parmi eux Gérard Larrousse, Guy Fréquelin, Bernard Béguin, Guy Chasseuil, et quelques gentlemen drivers de très haut niveau tels Marcel Grué, JP Theuil, Giovanni Rossi, Christian Rio, Christian Galopin et d’autres encore… dont bien sûr Roland Imbert, pilote et préparateur des superbes 2000 GTV Lov’Auto.

 

Une année 1976 fructueuse

 

Les goûts et les couleurs sont subjectifs. Mais pour ma part, le plus beau coupé 2000 GTV dont je me souvienne reste celui que Roland Imbert pilotait en 1976 et 1977. Sa robe bleu métal avec de fins liserés blancs soulignait la beauté naturelle de la voiture. Une classe digne de Coco Chanel, de Pierre Cardin ou encore de Loris Azzaro. Une voiture que le public remarquait. D’autant que le pilote, Roland Imbert, offrit un joli palmarès à sa machine.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

Les photos (couleur) qui illustrent cette note ont été réalisées par mes soins à l’Armor 1976. Roland Imbert y remporta le groupe 2. Quelques semaines plus tard, la voiture était présente à la Course de côte de Saint-Germain sur Ille. Je n’ai pas de photo car cette édition de St-Germain était ma première course de côte au volant d’une Opel Ascona SR. Donc, j’avais autre chose à faire que photographier les autres pilotes. Ne trouvant pas Roland Imbert dans le classement, je me demande s’il a eu un pépin qui ne lui a pas permis de terminer une seule montée de course ou si l’auto était louée à un autre pilote ? Les commentaires à ce sujet sont les bienvenus.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

En tout état de cause, l’année 1976 se révéla d’ fructueuse pour le pilote préparateur Lov’Auto. Aux 24 Heures de Spa Francorchamps, il partagea le volant d’un coupé 2000 GTV avec Bernard Béguin. Roland et Bernard terminèrent troisièmes du classement général et second de leur classe de cylindrée derrière le coupé Alfetta GTV Autodelta officlel d’Andruet et Dini.

 

Splendeur et misères des voitures de course

 

La vie d’une voiture de compétition ne ressemble pas à un long fleuve tranquille. Comme les humains, les bêtes de course vieillissent. Un jour, elles ne sont plus compétitives. De jeunes rivales plus musclées les poussent dans les cordes et les contraignent à la retraite sportive. Les Alfa 2000 GTV et les Commodore GSE furent confrontées à ce drame lorsque les Ford Escort 2000 RS et les Opel Kadett GTE affichèrent leur souffle, leurs muscles, leur équilibre et leurs dents de louves qui rayaient le parquet, euh… le bitume. Dans le meilleur des cas, une voiture de course finit au musée ou dans une collection privée. Il faudra du temps entre la fin de sa carrière sportive et un éventuel retour en VHC.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

Parfois, la fin est plus brutale. La recherche des derniers millièmes se termine mal. Un pilote qui ne sort jamais n’est pas parfait parce qu’il ne va pas chercher l’extrême limite. Donc un vrai bon sort de temps en temps. Et en rallye, où les tracés sont bordés d’obstacles naturels, cela se termine très souvent par une caisse détruite. Vainqueur de groupe à l’Armor 1976, Roland Imbert quitta l’édition suivante dès le premier jour de course après avoir pulvérisé sa caisse.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

 Cette sortie ne marqua pas pour autant la fin de carrière du pilote des Alfa Lov’Auto. Aux 24 Heures de Spa cette année-là, il pilotait un coupé Alfetta GTV (comme celle-ci-dessus sur laquelle il fit équipe avec Béguin et Martinez en 1978)  et engageait un coupé 2000 GTV pour Boubet, Malgalhaes et Mandron. Peut-être des pièces récupérées sur la voiture endommagée à l’Armor retrouvèrent-elles les émotions de la compétition après avoir été remontées sur d’autres Alfa Lov’Auto ?

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Le blog d’Alfa Vendée animé par Frédérique Barteau

http://www.alfavendee.com/s.a._barteau/

 

Ambiance Grand-National Tour Auto 1973, une belle époque pour les coupés Alfa

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/05/25/ambiance-grand-national-tour-auto-1973.html

 

Les spectateurs sont sympas

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/01/04/les-spectateurs-sont-sympas.html

 

Des souvenirs de la CC de St-Germain-sur- Ille 1976

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/09/27/course-de-cote-de-st-germain-sur-ille-76-quelques-souvenirs.html

 

Non, le Rallye d’Armor n’est pas un long fleuve tranquille

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/11/06/rallye-d-armor-1979-six-speciales-et-puis-s-en-vont.html

 

De bonnes adresses de lecture qui vous ramèneront dans l’atmosphère des courses automobiles Vintage

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-quelques-bonnes-adresses-102069909.html

 

Thierry Le Bras

25/03/2010

ALFA ROMEO MONTREAL, un joyau né trop tard

ALFA MONTREAL 1.jpg

La Montréal restera sans doute une des plus belles voitures fabriquées par Alfa Roméo. Elle fut conçue et  produite à une des périodes les plus flamboyantes de la marque au trèfle. C’étaient les années du virus Alfa, des chevaux de feu, des coupés Bertone, celles où des grands pilotes de la trempe de Gérard Larrousse apportaient de belles  victoires aux modèles de série Alfa, par exemple la première place en groupe 1 au Monte-Carlo 1973.

ALFA MONTREAL 2.jpg

Je me souviens très bien de la première Montréal que j’ai vue. C’était en 1973 à la concession Alfa Roméo de ma ville dont mon père était client car il venait d’acheter un coupé 2000 GTV Bertone.

ALFA MONTREAL 3.jpg

La Montréal s’attaquait à un défi ambitieux. Beaucoup plus chère que les 2000 GTV, elle allait de par son prix et sa puissance jouer sur le terrain des Porsche 911.

 

Malgré ses qualités, un moteur noble et un design magnifique, elle dut composer avec quelques handicaps de poids :

- un moteur très délicat à régler ;

- une quasi absence de palmarès en compétition ; car si la Montréal fit la première page d’un album de Michel Vaillant aux mains de Roy Johnson, un ami des Vaillant apparu dans le 8ème pilote, les amateurs de rallye, de courses de côtes et d’endurance ne la virent pas se battre contre les Porsche, Alpine, Ferrari Daytona... En outre, Porsche commercialisa en 1973 une version Carrera RS qui plaçait la barre très haut dans les catégories GT ; la Montréal aurait sans doute pu se révéler très performante aussi, notamment grâce à sa base moteur ; mais hélas, Alfa Roméo ne consentit pas les efforts nécessaires pour la développer, lui offrir une fiche d’homologation intéressante, commercialiser à des prix acceptables les pièces homologuées, et encourager des préparateurs et des teams à la lancer dans le grand bain ; pour les passionnés d’Alfa Roméo, signalons que les apparitions de la Montréal en compétition font l’objet d’un sujet sur l’excellent forum Autodiva :

http://www.autodiva.fr/forum/viewtopic.php?f=2&t=607&p=44446

- un contexte automobile catastrophique à la fin de sa carrière ; limitations de vitesse, premier choc pétrolier (avec rumeurs de tickets de rationnement d’essence début 1974), campagnes contre la conduite sportive, voilà l’atmosphère qui allait transformer notre pays en société autophobe demanderesse d’une automobile banalisée et insipide. Tout le contraire de ce qu’offrait avec générosité l’Alfa Montréal.

ALFA MONTREAL 4.jpg

Ce serait un autre modèle Alfa qui allait connaître le succès commercial à cette période. Un modèle intéressant d’ailleurs, qui défendrait ses chances en compétition. Il s’agissait  de la première traction de la marque, une voiture moins chère, produite sur un autre site, l’Alfa Sud.

SM CITROEN.jpg

La Montréal ne fut pas la seule victime du premier choc pétrolier et des tristes mutations de l’automobile. Cette crise porta également le coup de grâce  à la Citroën SM qui, bien qu’originale et dotée de nombreuses qualités, ne trouverait jamais son public.

MATRA BAGHEERA U8.jpg

J’ai lu aussi qu’en 1973, Matra songeait à une Bagheera équipée d’un 8 cylindres 2.600 cm3 issu de l’accouplement de deux 1.300 cm3. Le prototype existait et avait été chronométré à 240 km/heure. Sans la crise qui mit fin aux productions de la Montréal et de la  SM, aurions-nous vu des Bagheera U8 au Rallye de Monte-Carlo, à la Course de côte du Mont-Dore, au Tour de France auto et dans les compétitions qui accueillaient alors chaque week-end des centaines de pilotes dans tout l’Hexagone ? Personne ne connaîtra jamais la réponse.

ANFRUET A L ARMOR 1976.JPG

Rappelons enfin deux sites sur lesquels les amateurs d’Alfa Roméo surferont dans l’esprit de célébration du virus Alfa :

http://www.alfavendee.com

où Frédérique Barteau  évoque d’ailleurs le nouveau concept Alfa-Roméo Montréal :

http://www.alfavendee.com/archive/2010/03/11/retour-futuriste-de-la-montreal.html

et

http://milanorosso.free.fr

 

Thierry Le Bras

09:16 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alfa romeo, alfa romeo montreal, citroen sm, matra bagheera u8 |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

04/11/2009

ALFA VENDÉE, une concession Alfa Roméo pas tout à fait comme les autres

mini-Roll1_B009785-R1-19-19.JPG

 Le virus Alfa, c’est une bonne maladie qui touche les personnes sensibles, celles qui savent vivre et aiment le meilleur, l’art, la culture, le sport.

Ce merveilleux virus a touché Frédérique Barteau dès son plus jeune âge. Au point de l’amener à prendre en 2005 la succession de son père à la tête de la concession Alfa Roméo de Vendée. Autant dire que dans la famille Barteau, le virus Alfa se transmet de père en fille car monsieur Barteau père a consacré 40 ans de sa vie à défendre les marques italiennes Alfa Roméo, Ferrari et Maserati. « Mes études en économie et finances, mon discours très hermétique sur le monde de l'automobile, ma réticence à l'approche d'une activité commerciale, n'ont pas empêché, finalement, le virus de m'atteindre ! témoigne Frédérique Barteau Alors merci papa ! Je le répète tous les jours, l'aventure est passionnante ! »

mini-Roll1_B011234-R1-18-18.JPG 

Le conducteur Alfa Roméo cherche une voiture qui vit et qui lui offre du plaisir. Le vrombissement magique des moteurs Alfa, le design parfait des carrosseries, la chaleur des intérieurs transforment son temps de conduite en pur bonheur au moment où tant d’autres automobilistes s’ennuient à mourir dans des objets roulants d’une banalité et d’une tristesse affligeantes. Conduire une Alfa Roméo, c’est un art de vivre.

mini-ALFA MITO 1.jpg

Quelques modèles historiques font partie du mythe Alfa Roméo. Pour ma part, j’éprouve une tendresse particulière pour le coupé Bertone 2000 GTV des seventies qui alliait si bien élégance et performances.  Les temps ont changé. Au XXIème siècle, l’automobile doit se soumettre à de nouvelles contraintes, celles d’un monde en crise, d’une société moins énergivore, plus soucieuse de la nécessité de préserver l’environnement afin de ne pas hypothéquer l’existence des générations futures. Mais Alfa Roméo sait toujours offrir des modèles adaptés aux envies des conducteurs. La marque italienne reste fidèle aux valeurs Vintage de bon goût, de plaisir et de douceur de vivre tout en proposant des voitures répondant aux nouvelles préoccupations des acheteurs. La gamme Alfa Roméo réunit les qualités historiques de la marque au trèfle et les exigences de l’automobile de demain. La Mito illustre ce mariage de l’histoire et de la responsabilité. Belle, performante, mais aussi économe et respectueuse des autres.

ALFA MITO 2.jpg

Que vous soyez ou non en phase de choix de votre future voiture, n’hésitez pas à surfer sur le  site d’Alfa Vendée :

http://www.alfavendee.com

 

Vous y découvrirez une autre façon de communiquer sur Alfa Roméo, sur Alfa Vendée SA Barteau… et sur tout ce qui les relie, l’Italie, le sport, la mode, le design … et les petites sorties.

 

Thierry Le Bras