Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2012

UNE ALFA ROMÉO 2000 GTV DE ROLAND IMBERT

Le virus Alfa est incurable et c'est tant mieux !

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

 Carrosserie élégante et agressive dessinée par Bertone, vrombissements magiques d’un moteur aux cheveux de feu, le coupé Alfa Roméo 2000 GTV Bertone reste une des voitures les plus envoûtantes des seventies.

 Ils furent nombreux les pilotes de premier plan à piloter des 2000 GTV en compétition. Parmi eux Gérard Larrousse, Guy Fréquelin, Bernard Béguin, Guy Chasseuil, et quelques gentlemen drivers de très haut niveau tels Marcel Grué, JP Theuil, Giovanni Rossi, Christian Rio, Christian Galopin et d’autres encore… dont bien sûr Roland Imbert, pilote et préparateur des superbes 2000 GTV Lov’Auto.

 

Une année 1976 fructueuse

 

Les goûts et les couleurs sont subjectifs. Mais pour ma part, le plus beau coupé 2000 GTV dont je me souvienne reste celui que Roland Imbert pilotait en 1976 et 1977. Sa robe bleu métal avec de fins liserés blancs soulignait la beauté naturelle de la voiture. Une classe digne de Coco Chanel, de Pierre Cardin ou encore de Loris Azzaro. Une voiture que le public remarquait. D’autant que le pilote, Roland Imbert, offrit un joli palmarès à sa machine.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

Les photos (couleur) qui illustrent cette note ont été réalisées par mes soins à l’Armor 1976. Roland Imbert y remporta le groupe 2. Quelques semaines plus tard, la voiture était présente à la Course de côte de Saint-Germain sur Ille. Je n’ai pas de photo car cette édition de St-Germain était ma première course de côte au volant d’une Opel Ascona SR. Donc, j’avais autre chose à faire que photographier les autres pilotes. Ne trouvant pas Roland Imbert dans le classement, je me demande s’il a eu un pépin qui ne lui a pas permis de terminer une seule montée de course ou si l’auto était louée à un autre pilote ? Les commentaires à ce sujet sont les bienvenus.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

En tout état de cause, l’année 1976 se révéla d’ fructueuse pour le pilote préparateur Lov’Auto. Aux 24 Heures de Spa Francorchamps, il partagea le volant d’un coupé 2000 GTV avec Bernard Béguin. Roland et Bernard terminèrent troisièmes du classement général et second de leur classe de cylindrée derrière le coupé Alfetta GTV Autodelta officlel d’Andruet et Dini.

 

Splendeur et misères des voitures de course

 

La vie d’une voiture de compétition ne ressemble pas à un long fleuve tranquille. Comme les humains, les bêtes de course vieillissent. Un jour, elles ne sont plus compétitives. De jeunes rivales plus musclées les poussent dans les cordes et les contraignent à la retraite sportive. Les Alfa 2000 GTV et les Commodore GSE furent confrontées à ce drame lorsque les Ford Escort 2000 RS et les Opel Kadett GTE affichèrent leur souffle, leurs muscles, leur équilibre et leurs dents de louves qui rayaient le parquet, euh… le bitume. Dans le meilleur des cas, une voiture de course finit au musée ou dans une collection privée. Il faudra du temps entre la fin de sa carrière sportive et un éventuel retour en VHC.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

Parfois, la fin est plus brutale. La recherche des derniers millièmes se termine mal. Un pilote qui ne sort jamais n’est pas parfait parce qu’il ne va pas chercher l’extrême limite. Donc un vrai bon sort de temps en temps. Et en rallye, où les tracés sont bordés d’obstacles naturels, cela se termine très souvent par une caisse détruite. Vainqueur de groupe à l’Armor 1976, Roland Imbert quitta l’édition suivante dès le premier jour de course après avoir pulvérisé sa caisse.

roland imbert,bernard béguin,alfa roméo,2000 gtv,lov’auto,rallye d’armor,cc de saint-germain sur ille,seventies,vintage,24 heures de spa

 Cette sortie ne marqua pas pour autant la fin de carrière du pilote des Alfa Lov’Auto. Aux 24 Heures de Spa cette année-là, il pilotait un coupé Alfetta GTV (comme celle-ci-dessus sur laquelle il fit équipe avec Béguin et Martinez en 1978)  et engageait un coupé 2000 GTV pour Boubet, Malgalhaes et Mandron. Peut-être des pièces récupérées sur la voiture endommagée à l’Armor retrouvèrent-elles les émotions de la compétition après avoir été remontées sur d’autres Alfa Lov’Auto ?

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Le blog d’Alfa Vendée animé par Frédérique Barteau

http://www.alfavendee.com/s.a._barteau/

 

Ambiance Grand-National Tour Auto 1973, une belle époque pour les coupés Alfa

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/05/25/ambiance-grand-national-tour-auto-1973.html

 

Les spectateurs sont sympas

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/01/04/les-spectateurs-sont-sympas.html

 

Des souvenirs de la CC de St-Germain-sur- Ille 1976

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/09/27/course-de-cote-de-st-germain-sur-ille-76-quelques-souvenirs.html

 

Non, le Rallye d’Armor n’est pas un long fleuve tranquille

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/11/06/rallye-d-armor-1979-six-speciales-et-puis-s-en-vont.html

 

De bonnes adresses de lecture qui vous ramèneront dans l’atmosphère des courses automobiles Vintage

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-quelques-bonnes-adresses-102069909.html

 

Thierry Le Bras

27/09/2007

3 décennies plus tôt : une #BMW #M1 contre une #Lancia 037

Même la nostalgie n’est plus ce qu’elle était, nous assure une célèbre comédienne au … « casque d’or ».

bmw m1,lancia 037,bernard béguin,jean-claude andruet,rallye,rallye de la baule,1984,vintage

Loin de nous l’idée de nous complaire dans un passéisme empreint de neurasthénie au point de refuser les joies que nous offrira peut-être le XXIème siècle au prétexte que « c’était mieux avant ».
 
Si nous évoquons volontiers le passé, c’est tout simplement parce qu’il fait partie de nos racines. Et l’histoire du sport automobile, celle d’une passion formidable qui anime encore quantité d’hommes et de femmes dans notre pays, ne sera jamais dépassée – contrairement à la vitesse sur route ouverte, radars obligent - quoique inventent les autophobes grincheux toujours prêts à mettre des bâtons dans les roues de nos chères automobiles sportives.
 
Dans les années 80, le sport automobile se débattait déjà dans un contexte difficile. L’équipe organisatrice du Rallye de la Baule s’efforçait alors de maintenir une épreuve de première division sur les routes de Loire Atlantique et du Morbihan.

Un plateau royal

Les organisateurs s’étaient montrés convaincants avec les pilotes. Cent soixante équipages répondaient présents à leur appel. Parmi eux figuraient les principaux animateurs du Championnat de France, dont Bernard Béguin sur BMW M 1, Jean-Claude Andruet sur Lancia 037, Jacques Pantiaticci (Alfa GTV 6), Alain Serpaggi (R 5 Turbo), sans oublier Christian Rio, Jean-Louis Ravenel, Segolen et Patricia Bertapelle(tous sur Visa), ni Marcel Grué (R 5 Turbo). Un jeune débutant se faisait remarquer par son sens de l’attaque au volant d’une 205 GTI. Personne ne le connaissait encore. Il s’appelait François Delecour.

Monstrueuse avec son moteur 6 cylindres 24 soupapes, la BMW M 1 de Bernard Béguin se montrerait-elle à son aise sur les routes de campagne ? Les M 1 s’étaient bien sûr illustrées en circuit et en course de côte. Certains pilotes de haut niveau n’avaient pas hésité à s’engager à leur volant, Didier Pironi, Hans Stuck, Dieter Quester et Philippe Alliot en tête. Mais aucune équipe avec n’avait osé le pari de faire rouler une telle voiture en rallye avant qu’Hugues de Chaunac (patron d’Oreca) et Bernard Béguin ne tentent l’aventure.

Une crainte s’empara de Bruno Le Bedel, membre du comité d’organisation, quelques jours avant le départ. La spéciale de Saint-Jacut comprenait un passage très étroit entre des murs de ferme. La M 1, plus large que les autres voitures, passerait-elle sans dommages ?

« J’ai téléphoné chez Oreca pour m’en assurer, se souvient Bruno. Ça ne passait pas. Il manquait deux centimètres. On a modifié le parcours de la spéciale en évitant ce passage. »

Engagé sur une Porsche 911 avec son ami Thierry Grimaud comme navigateur, le Rennais Didier Caradec inaugurait un nouveau système de reconnaissances. « J’avais enregistré les spéciales sur une cassette vidéo, raconte-t-il. Après, je n’avais plus qu’à les apprendre en les visionnant dans mon canapé ! » L’histoire n’apporte pas de réponse quant à l’efficacité de cette technique car la Porsche fut éliminée d’entrée par un problème électrique.

Duel sur les routes de l’Ouest

La 037, belle italienne conçue pour le rallye allait-elle dominer la M 1, magistrale Allemande échappée des circuits ?

Une météo menaçante se réservait un rôle d’arbitre dans ce match où la Lancia recueillait la faveur de nombreux pronostiqueurs.

Pourtant, ce fut l’Allemande qui prit l’avantage dès les premiers kilomètres. « J’ai des problèmes au niveau de la suspension, soupirait Andruet. C’est celle que nous avions en Corse. Elle est bien trop souple pour ici. J’étais en sous-virage sans arrêt. Des problèmes aussi du côté des compresseurs. Et pour tout arranger, la boite de vitesses s’est bloquée à un moment. »

bmw m1,lancia 037,bernard béguin,jean-claude andruet,rallye,rallye de la baule,1984,vintage

Le dimanche matin, des averses soudaines rendirent la route très glissante. Andruet retrouva une voiture adaptée au terrain et reprend 25 secondes à son rival. Le rallye allait-il basculer ? La réponse tomba dès le chrono suivant. Le moteur de la grosse BM rugissait. La voiture sortait des virages serrés en dérive des quatre roues et repart comme une fusée dès qu’elle retrouvait un peu d’adhérence. Béguin ne concéda plus rien à Andruet. Il termina la course avec une minute sept secondes d’avance sur son dauphin.

« Je me suis juste un peu endormi au milieu du rallye, commente le vainqueur. Quand j’ai senti le danger, je suis reparti. »

Malgré leurs efforts, les organisateurs du Rallye de la Baule n’ont pas réussi à obtenir l’inscription de leur épreuve au Championnat de France 1ère division. Aujourd’hui, ce championnat a oublié la région Ouest. Dommage. Heureusement qu’il nous reste quelques rallyes régionaux et nationaux comme celui de Lohéac.

Vous pouvez également me retrouver sur http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/ et http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

QUELQUES LIENS A SUIVRE (note modifiée le 26/01/2013) :

 

Rallye de la Baule toujours, une fiction vintage, gourmande et sensuelle

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/08/25/rallye-de-la-baule-des-emois-inoubliables.html

 

Bientôt un polar jeunesse teinté de fantastique dans le monde du rallye ; l’action se déroule en Auvergne. Le projet, initialement prévu en 2012, a pris un peu de retard. Mais il sera disponible au plus tard au tout début de l’été 2013

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/12/15/mont-dore-1977-des-souvenirs-au-projet.html

 

D’autres BMW M1 en course, au Mans cette fois

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2011/06/22/des-pilotes-de-l-ouest-au-volant-de-bmw-m1-au-mans.html

 

Des nouvelles, des romans, des récits dans le monde du sport automobile et de la course au large

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras