Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

UN CONTE DE NOËL VINTAGE

pour passionnés de course automobile !

noël,philippe georjan polars,livres,jim clark,24 heures du mans,rallye de monte-carlo,tour de france auto,famille,triumph,cooper s,ds 21,france gall,gastronomie,humour,prémonition

Noël est un événement particulier chaque année.

 

Une fête magique, celle des enfants, une tradition qu’il serait ridicule d’attaquer, de vouloir abolir, avec ses symboles, ses sapins, ses décorations, ses crèches, ses mets traditionnels, à commencer par le foie gras, la volaille, la bûche, le chocolat… Et bien sûr, ses présents !!!

 

Permettez-moi justement de vous offrir un cadeau à cette occasion. Il s’agit d’un geste bien modeste, un conte de Noël, gratuit, dont le héros est le personnage principal de mon dernier polar, VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES. L’histoire se déroule une nuit de Noël, quelques semaines avant le début du roman. Elle donne envie de croire au Père Noël, au moins quelques minutes, même si la situation de la France et les événements des derniers jours nous rendent inquiets et franchement pessimistes. Un conte de Noël à lire en cliquant ici : http://bit.ly/1cAXkvM

 

Je vous souhaite un JOYEUX NOËL A TOUS, et comme beauocup,  je prie pour qu’aucune nouvelle catastrophe, aucun attentat, aucun fait divers, ne vienne gâcher ces fêtes de fin d’année.

 

Thierry Le Bras

01/06/2009

LA DAUPHINE DE « PILOTE DE COURSE »

mini-Roll1_A006687_image001.JPG

« Michelop Colombelli, le pneu qui a les pieds sur terre », ça vous dit quelque chose ?

 

Et les paroles de la chanson « Pilote de course » interprétée par Yves Heuzé ?

«Pilote,

Quand le drapeau tombe,

Tu t’élances,

Pilote,

Il te faudra du nerf et de la chance,

Si tu veux faire un jour le Tour de France »

 

Il s’agit respectivement d’une pub fictive et de la chanson du générique du très bon feuilleton « Pilote de course » réalisé d’après le scénario et les dialogues de Guillaume de Saint-Pierre. Cette série fut diffusée au début de l’été 1975 sur Antenne 2.

 

Malgré le nombre de ses adeptes, la course automobile n’est pas très bien représentée au cinéma ni à la télévision. Principale raison de ce manque, le coût des tournages. Mais la rareté justement contribue à rendre de telles initiatives d’autant plus remarquables et précieuses.

PILOTES DE COURSE.jpg

L’histoire tourne autour de la passion du jeune Alain Fory, mécanicien et surtout passionné inconditionnel de course automobile. Mais Alain ne dispose que de faibles moyens financiers. La semaine, il roule avec une vieille 2 cv Citroën. Pas question pour lui d’acheter une Porsche, une Alpine ou une CG, ni même une Alfa 2000 GTV groupe 1, une Opel Ascona groupe 2 ou encore une 12 Gorde avec toutes les homologations. Alors, Alain trouve un autre plan. Avec ses copains, il prépare une Dauphine proto (groupe 5). Une fois la voiture prête à tourner, la petite bande se départagera sur un parcours de course de côte improvisé dans la forêt voisine. Le meilleur disposera de la machine pour toutes les courses de la saison et les autres lui feront l’assistance.

 

Naturellement, Alain remporte ce premier challenge. Normal, il est le plus passionné, le plus motivé, le plus doué, le mieux préparé de la petite bande.

 

L’objectif d’Alain Fory est à la fois clair et compliqué. Il veut devenir pilote professionnel, transformer sa passion en métier, gagner des courses et en vivre.

 

Seulement, la course automobile ne se limite pas à des duels titanesques  entre des seigneurs à l’âme de chevaliers des temps modernes. Les volants officiels sont rares. Certains (et certaines) tentent de les capter et chassent les sponsors en utilisant des arguments et des moyens qui échappent au jeune mécanicien passionné et loyal qui croit qu’il suffit d’être le meilleur pilote pour réussir.

mini-Roll1_A006687_image002.JPG

Dans sa quête de la victoire, Alain connaîtra des temps forts, différents de ceux qu’il attendait. Les rêves et la réalité ne se rejoignent jamais. Il affrontera aussi quantité d’épreuves et verra les regards des autres sur lui changer – pas non plus comme il l’espérait. Sa passion, son travail et son talent seront finalement remarqués et récompensés au terme d’un parcours très différent de ce qu’il imaginait au départ de sa première course. Après la Dauphine, Alain pilotera notamment une Berlinette Alpine et une Ligier JS2. Le monde de la course auto comprend qu’il va vite et la confiance de Saint Mare, un des meilleurs pilotes français dans ce scénario, va lui permettre d’atteindre son objectif.

LIGIER JS2.jpg

La réalisation ne ressemble pas au Mans de Luc Besson. Elle est beaucoup plus modeste, mais plus authentique et tellement plus fidèle à la réalité de la course automobile. Ceux qui ont couru en rallye, en course de côte ou en circuit et qui ont vécu les 24 Heures au sein d’une équipe comprendront mon propos, celui d’un authentique passionné qui sait ce que s’asseoir dans un baquet veut dire, l’avis d’un éternel fan de sport auto que « Pilote de course » a enchanté et que  la superproduction de Luc Besson  a franchement dérouté et déçu. En outre, Guillaume de Saint-Pierre prête à son héros, Alain Fory, des réflexions pleines de bon sens sur la compétition automobile.  Une partie du tournage fut réalisée lors du Tour de France Auto 1974. D’autres images furent prises à la Ronde d’Armor 1974 ainsi que sur d’autres rallyes. Ceux qui suivaient la course automobile dans l’Ouest à l’époque se réjouiront de revoir entre autres l’Alpine de Noël Guittet, la Scora de Maurice Ouvière, une jolie petite R5 TS et d’autres autos qui faisaient alors la joie des spectateurs. C’est d’ailleurs lors de cette Ronde d’Armor 1974 que j’ai pris les deux photos de la Dauphine d’Alain Fory mises en ligne pour illustrer cette note.

 

Le rôle d’Alain Fory est interprété par François Duval, comédien éponyme du sympathique et rapide champion de rallye belge.

 

Je reviendrai sur ce feuilleton dans quelques semaines après avoir effectué quelques recherches complémentaires sur son tournage.

Vous pouvez également me retrouver sur http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/ , http://circuitmortel.com , https://gotmdm.com/driver/

Thierry Le Bras

14/01/2008

UNE FERRARI … cassée

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji, snobisme, tour de france auto 

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

« La sortie de route, c’était le lot des voitures de sport, souligne Philippe Georjan (1). Cette Ferrari 250 GT Berlinetta 1960 a de la chance. C’est la voiture d’un collectionneur. Elle retrouvera vite le chemin des courses de véhicules historiques. J’étais adolescent à la période des sixties. Un mes copains, Christian, était fils de garagiste. Son père se spécialisait dans les VO récents et haut de gamme. Il disait toujours qu’une voiture de sport était faite pour avoir trois accidents, trois passages au marbre. Après, il fallait la vendre. Le châssis manquait de rigidité. L’assureur de mes parents émettait une opinion comparable. Il prétendait que rouler en voiture de sport, cela signifiait un accident par an. Pas forcément corporel, heureusement, mais une sortie de route.

« A cette époque, la vitesse était libre. Les contrôles d’alcoolémie supposaient un accident ou une infraction grave. La société automobile séduisait la France et le monde. Au prix de nombreux morts sur les routes, il est vrai. Mais l’insouciance minimisait la portée des drames dans la conscience collective. L’accident, ça n’arrivait qu’aux autres, au pont d’inspirer les chanteurs de variétés.

« En 1954, Boris Vian composa J’suis snob. La chanson serait reprise au cours des sixties et des seventies, notamment par Mouloudji et les Charlots. L’accident en voiture « classe » y apparaît comme un symbole d’appartenance à une classe supérieure, même si les paroles expriment une ironie féroce.

J'suis snob... J'suis snob
J'suis ravagé par ce microbe
J'ai des accidents en Jaguar
Je passe le mois d'août au plumard
C'est dans les p'tits détails comme ça
Que l'on est snob ou pas
J'suis snob... Encor plus snob que tout à l'heure
Et quand je serai mort
J'veux un suaire de chez Dior !


« L’accident n’inquiète pas davantage Brigitte Bardot lorsqu’elle interprète les paroles de Serge Gainsbourg.

Je tiens bien moins à la vie
Qu’à mon terrible engin,


affirme-t-elle avant de préciser sa pensée :

Et je me sens à feu et à sang,
Que m'importe de mourir
Les cheveux dans le vent !


« Un peu plus tard, en 1975, Michel Sardou traitera l’accident sur un ton très différent

Qu'un flic arrête les sirènes
Et que s'en aillent les hommes en blanc.
Pour moi, c'est mort : tout mon corps saigne,
Mais reste-t-il un survivant ?

J'espère que je n'ai tué personne.
Ma vie ne vaut pas une vie.
Mon étoile n'était pas la bonne.
Tant mieux si ce soir, c'est fini.


« Les esprits changeaient. L’insouciance laissait place à plus de responsabilité, mais aussi corrélativement à une société obsédée par la sécurité routière, policée, aseptisée, terne... Les prémices d'une France détestant ceux qui réussissent un peu mieux que d'autres, s'offrent un plaisir en récompense de leurs efforts et suscitent les jalousies haineuses des plus médiocres avides de basse normalité. »

NOTE MODIFIÉE LE 16 AOÛT 2014

 

(1) Philippe Georjan est le héros de  VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES, LE polar vintage, gourmand automobile et humoristique. Plus de précisions et possibilité de lire gratuitement les premières pages en cliquant ICI http://bit.ly/1zmPqE6

philippe georjan,ferrari,sorties de route,brigitte bardot,michel sardou,boris vian,les charlots,mouloudji,snobisme,tour de france auto

LE POLAR tendance sixties à lire cet été !

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

 

(1) Philippe Georjan est aussi le personnages  de plusieurs nouvelles (gratuites)  en ligne sur ce blog. Retrouvez  dans :

 

La Baule les Pins, des émois inoubliables (une Porsche nerveuse, des souvenirs de BB, l’ambiance Birkin – Gainsbourg dans 69, année érotique...)

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/08/25/rallye-de-la-baule-des-emois-inoubliables.html

 

Clin d’œil à la R8 Gordini (en 4 chapitres)

CH1 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/09/30/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-1.html

CH 2 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/02/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-2.html

CH 3 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/05/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde-3.html

CH 4 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/10/08/le-clin-d-oeil-de-philippe-georjan-a-la-r8-gorde.html

 

Pour mieux me connaître : http://0z.fr/T46eh

 

Suivez-moi sur twitter@ThierryLeBras2

 

Et si vous vous vous intéressiez à mon dernier ouvrage : 7 Nouvelles pimentées, découvrez le sur http://bit.ly/TWfRtG

 

Thierry Le Bras