Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Sébastien Sacaze raconte ses 10.000 tours du Castellet !

une expérience de pilotage qu’il compte bien renouveler

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Chacun vit sa passion de la course automobile à sa manière. Et sur ce blog, je suis heureux de partager non seulement la mienne, mais aussi celle de mes amis.

 

Sébastien Sacaze à vingt-huit ans. Il habite Aubagne. Signe particulier, une passion de l’automobile, de la compétition, du pilotage et de sa Mazda MX 5 ! Dès qu’il entend un moteur vrombir ou des pneus crisser, qu’il voit un bolide à l’attaque, les battements de son cœur montent dans les tours.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Proche du Var, Sébastien connaît le circuit du Castellet depuis longtemps et il y a déjà suivi de nombreuses courses. Mais cette année, il a décidé de franchir le pas, de passer de l’autre côté des grillages, de faire partie de ceux qui roulent sur la piste. Alors, il s’est inscrit aux 10.000 tours du Castellet. Suivons le sur la trajectoire qui l’a conduit au départ.

 

Quand et comment est né ton intérêt pour l’automobile et la compétition ?

 

Je suis de la génération ou les jeunes garçons jouaient encore aux petites voitures. Et puis mes deux grands-pères y sont pour beaucoup.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

En effet l'un d'eux était un véritable génie de la mécanique, capable de créer toutes sortes de choses au gré de ses envies et besoins, tandis que le second est un passionné de rallyes automobiles. Il fut le propriétaire de la célèbre Apine A110 ! Il a même couru avec sa Berlinette. Il posséda également une BMW 2002, un autre modèle très performant à son époque. Mon père, lui, est un condensé de ces deux passionnés et m'a transmis le goût de l'automobile et de la compétition.

 

Quand et comment est né ton intérêt pour Mazda et les voitures japonaises ?

 

Au départ j’avais une Mini Austin 1300 carbu. Nous avions retapé deux exemplaires avec mon père, un pour chacun. Une auto géniale avec laquelle j'ai partagé de nombreux souvenirs.  Un vrai kart !

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Après, j'ai voulu partir sur une auto légère d’au moins 110 ch. J’étais  très attiré par les Lotus Élise, mais elles ne rentraient malheureusement pas dans mon budget.. Je me suis tourné vers des modèles plus exotiques. Les japonais étant les seuls selon moi à proposer des voitures à la fois sportives, légères et abordables, j’ai cherché dans leurs gammes. Je suis tombé sur la MX 5 que je ne connaissais absolument pas.  Apres en avoir essayé une, j'ai été conquis.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

J'en suis à ma deuxième MX 5, c'est dire ! J’ai d’abord possédé une NA, version avec les phares escamotables de 90 ch. Puis j'ai fait l'acquisition de ma NB en 2013.  J'ai toujours aimé l'architecture et le look de cette auto 4 cylindres en ligne position avant et propulsion arrière. La petite Viper comme on l'appelle !  Même si cette auto mériterait plus de puissance, c'est une très bonne base pour s'amuser. Sur route sinueuse,  la Mazda MX 5 dévoile tous son potentiel.

 

Est-ce que tu es plus attiré par une discipline en sport auto ?

 

Je dirai fan de GT, de rallye, de Drif. J'adore les courses du Mans Classic et les rallyes historiques.

 

Les 10.000 tours étaient-ils la première manifestation à laquelle tu participais comme acteur ?

 

J'avais déjà piloté quelques sportives sur circuit, mais c'est la première fois que je conduisais ma propre auto sur une piste.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Plus jeune, nous nous étions initiés au pilotage sur terre avec mon meilleur ami. Nous avions préparé une vieille 205 pour tourner sur une piste privée. C’était un circuit en terre. L’adhérence était très différente du goudron et offrait de belles sensations. Ça glissait, les nuages de poussière amplifiaient le côté spectaculaire du pilotage. C'était génial !

 

Comment as-tu appris à piloter ?

 

Je savais conduire avant d'avoir le permis grâce à ma grand-mère et à mon père. Cela peut paraitre bizarre, mais ma grand-mère me faisait souvent conduire sur des parkings, même très jeune ! Ainsi que mon père. Mais lui était plus exigeant au niveau de la conduite. J'en avais presque marre des fois.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Ma mère a passé  son permis de conduire tard. Elle venait me chercher à l'école quand j'avais neuf ou dix ans. Nous partions au code ensemble.  N'ayant rien d'autre à faire pendant qu’elle prenait sa leçon et passait les tests,  je prenais une grille de questions et je répondais aux séries avec le groupe. Vers la fin, j'étais en dessous des cinq fautes moi aussi ! Plus tard, à dix-huit ans, permis en poche, j'empruntais l'AX essence de ma mère. J'embarquais mon meilleur pote vers minuit et on partait en vadrouille faire "les cons" sur la gineste, route des crêtes etc... Ce n'était pas très intelligent avec le recul. Mais j'ai appris pas mal des techniques de pilotage du manga Initial D ("rire"), notamment la technique de la gouttière ainsi que le talon pointe. LOOL.

 

Comment et quand est née l’idée de participer aux 10.000 tours ?

 

J'y ai assisté souvent en tant que spectateur.  C'est grâce à un très bon  ami, Cédric, heureux possesseur d'une Opel Speedster Turbo que l'on peut voir à la fin de la vidéo (cf liens en fin de note) que j'ai pu m’y inscrire cette année. Il m'a donné l'opportunité de le faire.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Le Castellet est un circuit fermé. L’organisateur des 10.000 tours n’accepte pas tout le monde. Il est difficile de participer en tant qu'amateur sans être affilié à un club.

 

As-tu d’autres projets ?

 

Nous allons certainement retaper une auto de collection avec mon père afin de participer à des rallyes historiques et de faire les 10.000 tours. Nous ne nous sommes pas encore décidés sur la marque.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Une Ford Capri…

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

ou une BMW 2002 probablement. Ou encore une Datsun 240 Z…

 

Raconte les 10.000 tours 

 

Alors déjà, j'ai failli arriver trop tard. Heureusement, j’ai été guidé par mon ami Cédric qui est habitué de l'évènement.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Ce qui m'a surpris, c'est que contrairement à certains pour ne pas dire tous les autres circuits, il n'y pas de briefing ou autre réunion. On récupère le dossier à l'accueil,  on colle ses autocollants sur l'auto, on enfile son casque et on est déjà aux portes de la piste. L'espace d'un instant, je me suis cru au Nurb (NDLR : Nürburgring). Je trouve cela pas si mal au final. Les indications et autres consignes de sécurité sont données sur le mail ainsi que dans le dossier récupéré à l'accueil.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Aux portes du circuit, je me retrouve au milieu de voitures légendaires…

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

des GT40, AC Cobra…

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Porsche 911…

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Chevrolet Corvette,

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Ford Mustang, De Tamaso Pantera, et j'en passe…

 

Je ne suis clairement pas à ma place dans cette session. J'aurais été mieux le vendredi,  accompagné de voitures de ma catégorie. Il est trop tard pour reculer. Je me lance. Et là, du pur bonheur !

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Impressionnant, génial ! Je n'avais jamais ressenti cela sur d'autres circuits. La piste est très large. Elle offre la possibilité de doubler sans danger. Les Run-off - ces bandes bleues et rouges que l'on voit en bordure du tracé - permettent des sorties de piste en toute sécurité. La surface abrasive du revêtement freine très rapidement l'auto. Nettement mieux que les bacs à graviers qui peuvent abimer les passages de roues et rendre le retour sur la piste difficile. Mon sentiment sur ce circuit, c'est qu'il est plutôt adapté à des machines puissantes, même s'il permet de s'amuser avec une auto plus modeste. De grandes lignes droites permettent de "décongestionner" le trafic à certains moments. Le tracé est très facilement mémorisable. Beaucoup de passages se prennent de la même manière. C’est quand même assez déroutant et pendant les premiers tours, on ne sait plus trop à quel niveau on se situe sur le circuit.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Mes tours sont trop vite bouclés. Il est déjà l'heure de regagner les paddocks. Un peu triste… Ces 20 minutes ont été les plus rapides de toute ma vie. J'ai vraiment pris du plaisir au volant de mon petit roadster de 110 chevaux !

 

Au plan technique, avais-tu préparé la voiture ?

 

L'auto est une MX 5 de 1999, modèle 1.6, de 110 chevaux. Je n'ai pas fait grand-chose pour le moment niveau moteur. J’aimerais bien l’équiper d’un turbo, mais j’hésite à cause des problèmes d’homologation et de consommation. J’ai surtout travaillé sur le poids. A l'origine, elle pesait 1.075 kilos. Elle n'en fait plus que 920. J’ai viré les moquettes, la direction assistée, quelques équipements non indispensables… J’ai remplacé la batterie par une batterie sèche et j'ai monté  les pneus sur des jantes légères Rota. J’ai aussi installé des amortisseurs sport plus durs. Sinon, pour le reste, tout est d'origine. La prochaine cure d’amaigrissement se traduira par l’installation de sièges en fibre de 4 kilos chacun. Gain, 10 kilos par siège.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Je ne pourrai sans doute plus faire grand-chose de plus au niveau poids. Sinon, je vais trop alléger l’arrière. Elle est déjà un peu joueuse et survireuse. Je m’en suis rendu compte au Castellet où j’ai fait quelques tête à queue… Bon, il faut dire aussi que le grip n’était pas parfait. Certaines autos crachaient de l’huile, par exemple des AC Cobra et des vieilles Porsche. Après, la piste glisse un peu. C’est normal dans une réunion où beaucoup de VHC roulent.

 

D’une manière générale, es-tu particulièrement impressionné par certains pilotes ?

 

Tommi Mäkinen, Sébastien Loeb et Keiichi Tsuchiya. Les deux premiers pilotes parleront de suite à la plupart des gens passionnés de sport automobile. Mäkinen pour avoir fait vibrer le monde du championnat WRC et remporté le titre quatre fois consécutivement. Les autos qu'il a pilotées son devenues des monuments dans le monde du rallye. La réputation de la Subaru et celle  de la Mitsubishi Lancer ne sont plus à faire.

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Loeb, pilote Français, cocorico ! Un pilote polyvalent qui s'adapte très vite à tous types de véhicules. Que dire ? Pour moi, il excelle dans de nombreuses disciplines. Sans contestation, mon préféré des trois ! Pour ce qui est du troisième, Tsuchiya, c’est  un pilote très connu au Japon, et pas seulement pour avoir fait du drift, une discipline à part entière. Il a obtenu la huitième place aux 24 Heures du  Mans en 1995 en catégorie GT2 à bord d'une Honda NSX. Le manga Initial D a été fortement inspiré par ce pilote !

 

Te rends-tu sur des épreuves et évènements automobiles ?

 

J'assiste régulièrement à des événements automobiles. Dès que mon emploi du temps me le permet, je me rends au Castellet (j’habite à coté). Mais pas seulement. Je vais notamment au Motor Festival d'Avignon qui est selon moi le meilleur rassemblement automobile de France. Je m’y rends en général tous les ans en famille. Il dure tous le week-end. Petite aparté, en 2012, j'ai pu y voir pour la première fois les deux prototypes de Peugeot : les RC série pique et carreau. Très rares ! Ils ont préparé l'élaboration plus tard de la Peugeot RCZ que nous connaissons  tous.

 

Si tu étais à la tête de ta marque préférée, quelle serait la voiture que tu souhaiterais mettre au catalogue ?

 

Un véhicule léger radical avec une hauteur maximale  de 40 pouces qui serait la reine des GT. Oups, ce véhicule existe déjà…

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

J'attends comme beaucoup le retour de l'Alpine A110. Je concevrais un véhicule léger, deux ou même trois places ! Je le ferais fabriquer avec des pièces de série pour limiter les coûts de fabrication. Je verrais bien  un petit moteur 1.6 l turbocompressé pour rester dans la norme actuelle et surtout le rendre abordable. Une petite auto sympathique pas trop chère.  Je pense que c'est largement faisable. Matra nous l'a bien prouvé à l'époque.

 

Comment imagines-tu l’avenir de l’automobile et des modèles sportifs en particulier ?

 

Je pense que l'on devrait revenir à l'essentiel de l'automobile. Quand on parle de sportivité, il n'y plus aucune logique actuellement. Nous voyons des breaks de chasse ou SUV qui poussent plus fort que de grosses GT. J'ai horreur de ce genre d'inepties (break familial de 580 chevaux et autres...).

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

L'avenir de l'auto se dirige de plus en plus vers des technologies hybrides, dites vertes. Je pense notamment à l'édition 2012 des 24 Heures du Mans où Audi a remporté la pole et la course avec la R18 e-tron Quattro. Le monde de la compétition est une vitrine formidable qui permet d'entrevoir l'orientation future des marques.

 

Ton rêve automobile ?

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Participer au Mans Classic avec une GT qui me plait vraiment beaucoup, la Datsun 260 Z !

 

Nous souhaitons à Sébastien d’exaucer ce rêve. En attendant, nous suivons régulièrement son projet de préparation d’une ancienne sportive et, avant même que la voiture soit prête à rouler, nous continuerons à nous intéresser à ses participations à des événements automobiles.

Les nouvelles publications de CIRCUIT MORTEL sont désormais mises en ligne sur http://circuitmortel.com

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

La vidéo (caméra embarquée) de la  participation de Sébastien Sacaze aux 10.000 tours du Castellet  http://bit.ly/1qgJxRA

 

Le compte Facebook de Sébastien https://www.facebook.com/sebastien.sacaze1

 

La Mazda MX 5 sur le site de l’Automobile sportive

http://www.automobile-sportive.com/guide/mazda/mx5miata.php

sébastien sacaze,catellet,10.000 tours,mazda,mx5,vhc,le mans classic,sébastien loeb,tommi mäkinen,keiichi tsuchiya,mini,austin,bmw 2002,ford capri,datsun 240 z,datsun 260 z,manga initial d,motor festival d’avignon

Un roman dont l’action se dénoue au bord de la piste des 24 Heures du Mans  (avec des voitures de 1966) http://bit.ly/11v4T9d

 

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

29/11/2010

UNE TRACTION CITROËN AU TOUR DE FRANCE AUTOMOBILE

mini-23.jpg

Citroën est dans la course ! Ce n’est pas encore une des Xsara, ni C4 WRC de notre Sébastien Loeb national, ni la DS 3 qu’il pilotera en 2011, mais une bonne vieille traction conduite par des gentlemen drivers.

Quand je commençais à faire de la course de côte, un copain de fac avait restauré une superbe Traction noire. Il m’avait fait l’amitié de me la faire essayer. A côté de l'Opel Ascona 19 SR et de la Golf GTI groupe 1, la Traction, c’était un camion ! Un vrai, plus que la Ferrari F1 à laquelle Prost attribua ce sobriquet juste avant d’être limogé par la Scuderia. Direction lourde, boite dure, comportement rétif, moteur poussif, voilà ce qu’inspirait la Traction par rapport aux voitures sportives de 1977. Sans oublier… le respect. Car à son époque, la Traction Citroën était une sacrée voiture. Je me suis souvenu de l’essai de celle de mon copain quand j’ai vu cet exemplaire dans la spéciale de Sens du Tour Auto VHC 2003, et je me suis dit que même si les performances n’avaient rien à voir avec les machines contemporaines, la piloter sur des ES de rallye, c’était du sport ! Je soulignerai en outre que cette Traction était superbement préparée et que sa robe gris métallisé la mettait magnifiquement en valeur, un peu comme une création de grand couturier sur une belle femme dont la classe repousse avec arrogance les assauts mesquins de l’outrage des ans.

Les nouvelles publications de CIRCUIT MORTEL sont désormais mises en ligne sur http://circuitmortel.com

QUELQUES LIENS A SUIVRE au sujet de Citroën en compétition :

 

Une fiction humoristique pleine d’anecdotes réelles et largement illustrée dont la DS 21 est l’héroïne http://bit.ly/1nR7R3i

 

Thierry Le Bras

16/01/2010

HISTOIRES DE MONTE-CARLO

THERIER CALLEWAERT AU RMC 1969.jpg

L’équipage Thérier – Callewaert au Monte-Carlo 1969

 

Qu’évoque le Monte-Carlo aux yeux du grand public ? Certains pensent d’abord aux casinos et à l’univers du jeu. Les cinéphiles se remémorent le mariage de Grace Kelly avec le prince Albert. Les avocats internationaux considèrent avant tout la Principauté comme un Paradis fiscal accessible à tout titulaire d’une grande fortune à condition qu’il ne soit pas français. D’autres encore rêvent aux voitures prestigieuses, aux yachts magnifiques, aux toilettes achetées chez les grands couturiers et aux bijoux conçus par les meilleurs joailliers, autant d’objets luxueux qui fleurissent dans ce cadre paradisiaque.

 

Mais pour les amateurs de sport, Monte-Carlo symbolise en priorité trois événements majeurs internationaux : le tournoi de tennis, le Grand-Prix de Formule 1 le plus célèbre du monde, et le rallye que tous les pilotes ainsi que toutes les écuries veulent absolument inscrire à leur palmarès. Normal, parmi les Rois de Monaco figurent des champions aussi remarquables et charismatiques que Rafael Nadal, Ayrton Senna et Sébastien Loeb !

AFFICHE PREMIER RALLYE MC.jpg

Une naissance difficile

 

Il faut remonter à1911 pour découvrir l’origine du Rallye de Monte-Carlo. Il ne s’agissait pas alors d’une véritable compétition, mais plutôt d’un concours d’élégance original. Jalouse de la prépondérance que s’efforçait de conquérir Nice, la rivale voisine sur la Côte d’Azur, et consciente de l’effet attractif de la course Paris-Nice puis de la semaine automobile organisée dans la même cité, les professionnels du tourisme décidèrent de riposter. Afin de conférer à leur manifestation une audience internationale, ils mirent au point un règlement complexe qui imposait aux concurrents de partir de la capitale de leur pays. Le classement prenait en compte le kilométrage parcouru, la moyenne réalisée, le nombre de personnes transportées, le confort offert aux passagers et l’état du véhicule à l’arrivée. Les conducteurs ne devaient pas dépasser une moyenne de 25 kilomètres à l’heure. N’oublions pas qu’étymologiquement, rallye signifie rassemblement et non course de vitesse.

retro2-photo1.gif

Cette réglementation se révéla aussi incompréhensible pour le public et les journalistes qu’injuste pour les concurrents. A titre d’exemple, en 1912, Nagel part de Russie au volant d’une voiture fabriquée par la société Russo-Baltique. Après deux jours de course, il adresse un message significatif : « j’arriverai si les loups ne nous mangent pas en route et si nous ne gelons pas tout vif ». Il fait si froid que lorsque le pilote s’arrête dormir, il doit se lever et faire tourner le moteur toutes les deux heures pour éviter que l’huile ne se fige. Nagel arrivera le premier à Monaco après avoir parcouru à peu près deux fois plus de kilomètres que les concurrents partis de Berlin parmi lesquels figure le futur vainqueur, le capitaine Von Esmach. Quant à Nagel, il ne sera classé que neuvième. Comprenne qui pourra !

 

Le rallye n’aura vécu que deux années sous cette forme initiale. La complexité des méthodes de classement et la première guerre mondiale faillirent le tuer.

 

Un nouveau départ

 

Il faudra attendre 1924 pour que la troisième édition s’organise. Peu à peu, des épreuves de régularité, d’adresse et de vitesse pure furent ajoutées au programme. Ces épreuves devinrent déterminantes dans les années 50. Le Rallye de Monte-Carlo se métamorphosa enfin en vraie compétition, même si le parcours de concentration était maintenu comme une sorte d’hommage à la tradition ancestrale.

DAUPHINE ANNES 50.jpg

Outre ce prologue à la course véritable, la spécialité du Monte-Carlo réside dans l’époque et le lieu qui lui servent de cadre. Le mois de janvier s’avère fréquemment le plus rude de l’hiver, surtout dans les régions montagneuses. La neige et le verglas furent souvent fidèles au rendez-vous. Les conditions rencontrées varient parfois énormément au long d’une même épreuve spéciale en fonction de l’altitude et des caprices soudains des dieux du ciel. De tout temps, ces aléas, s’ils élevèrent le Monte-Carlo au rang de légende, en firent aussi une course redoutable.

 

Ils contribuèrent également à l’apport technologique incontestable de ce rallye à l’automobile de série. Les pneumatiques cloutés y furent utilisés pour la première fois, de même que les lampes à iode, les phares antibrouillard, l’alternateur et le lave-glace.

 

Des vainqueurs parfois inattendus

 

Ces conditions météorologiques particulières expliquent la variété des voitures qui se sont imposées en Principauté. C’est ainsi que sur la liste des vainqueurs successifs, de modestes Renault Dauphine, Panhard, Saab 850 cm3 ou Mini Cooper côtoient sans complexes de puissantes DS, Mercedes, Jaguar ou Porsche.

DS AU MONTE CARLO 1964.jpg

A propos du duel entre les Cooper et les DS, je vous invite d’ailleurs à consulter la note dont le lien suit. Il s’agit d’un docu-fiction un peu humoristique sur le retour de la DS, mais j’y ai intégré très fidèlement quelques éléments des duels Citroën contre Cooper sans omettre les conséquences qui faillirent en résulter pour le rallye en 1966 :

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/11/06/le-retour-de-la-ds-citroen.html

ASSISTANCE AU RMC 1965.jpg

Même si comme dans tous les ports mécaniques, le rôle de la machine se révéla souvent prépondérant, il ne faudrait pas nier l’importance des pilotes et de leurs navigateurs, car le Monte-Carlo n’a couronné que les plus grands. A côté des pilotes engagés par les usines, nous n’omettrons pas les amateurs, fréquemment doués, qui durant des décennies, ont constitué le plus gros du plateau au prix de sacrifices financiers considérables. Sans eux, le rallye n’aurait pas obtenu ses lettres de noblesse.

 

Il n’aurait pas davantage conquis sa notoriété extraordinaire sans l’enthousiasme des spectateurs. Bravant la neige et le froid, ils n’hésitent pas rester postés durant de longues heures au bord des routes, se réchauffant auprès des feux de camp, dans l’attente d’apercevoir quelques brefs instants le spectacle magique de voitures volant ou glissant de virage en virage entre les mains de virtuoses du pilotage.

PLAQUE RALLYE.jpg

Le Monte-Carlo a évolué pour s’adapter au format des rallyes du Championnat du monde WRC. Puis il est sorti de la liste des épreuves comptant pour ce championnat et figure maintenant au calendrier IRC. Sa couverture médiatique s’en ressentira forcément malgré la présence de pilotes très rapides.

AFFICHE MONTE CARLO HISTORIQUE 2010.gif

Et si la nostalgie des meilleures années de l’automobile vous habite, ou si vous avez simplement envie de voir quelques VHC sur les routes de montagne, n’oubliez pas le Monte-Carlo historique qui se déroulera du 28 janvier au 3 février 2010 !

 

Thierry Le Bras