Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2010

LE TOURBILLON ESTIVAL ET MÉCANIQUE DES SIXTIES

RIVA 5.jpg

Le Vintage explose les records de popularité. Les sixties sont à la mode. L’anniversaire de SLC Salut les Copains a fait recette. Arte consacre des soirées spéciales aux années 60. Les radios les font revivre. Des éditeurs se lancent dans le polar rétro. Les stars de l’époque réenregistrent leurs tubes…

RIVA 2.jpg

Normal, les sixties riment avec insouciance, joyeux tourbillon, espoir, annonce de lendemains qui chantent, croissance… Les enfants et les adolescents croyaient fermement que leur vie serait meilleure que celle de leurs parents. Il ne pouvait pas en être autrement. C’eût été inconcevable. Les 30 glorieuses s’associaient à l’optimisme, à la vitesse, à l’esprit de conquête.

RIVA 3.gif

Au plan des voitures et autres machines généreuses en sensations, les années  60 nous ont gâtés. Commençons par le magnifique canot à moteur créé par l’Italien Carlo Riva au début des années 50. Dix ans plus tard, il devient un symbole des années Saint-Trop. Acajou verni, chromes rutilants, cuir de haute qualité, moteur vrombissant faisaient du plus beau des canots mécaniques un bouffeur d’écume. Lors d’une interview avant son secondVendée Globe en 2000, Catherine Chabaud m’a déclaré qu’elle adorait son bateau, qu’il était beau, que c’était le plus beau bateau de la flotte et qu’un beau bateau c’est forcément un bon bateau. Le Riva correspondait à la pensée de Catherine Chabaud sur le lien entre la beauté de la machine et son efficacité. C’était un beau bateau, donc un bon bateau. Le plus beau, donc le meilleur.

RIVA 4.jpg

Le Riva était un bateau de stars, un synonyme de splendeur, de vitesse, de goût exquis, de luxe. Parmi les propriétaires de Riva figuraient Brigitte  Bardot, Sophia Loren, Aristote Onassis, Richard Burton, le prince Rainier, tous habitués des couvertures des magazines que le public n’appelait pas encore people. Ces journaux n’en envahissaient pas moins les salles d’attente des médecins, dentistes et autres membres de professions libérales. Sans oublier la boutique de Ginette Coiffure (1). Comme ça, ceux qui ne les achetaient pas pouvaient quand même selon leur sexe, leur âge et leur mentalité, mater les belles filles légèrement vêtues, se tenir au courant des derniers potins du show-bizz, raconter des salades sur les vedettes dont ils jalousaient la réussite, le talent ou le physique. Mais faisons fi des bassesses et des mesquineries. De nos jours, les langues de vipères qualifieraient sans doute le Riva de bling-bling. Mais les gens des sixties étaient un peu moins jaloux et petits que nos contemporains. Ils ne tournaient pas systématiquement tout en dérision. De toute façon, le Riva était bien au-dessus des racontars. C’était un seigneur de la côte.

FLORIDE ET BB.jpg

En descendant d’un Riva, quantité de jolies filles montaient dans une Floride Renault, comme Brigitte Bardot. Encore BB, penseront certains ! Certes, mais à l’époque, Brigitte était la plus belle femme du monde, une star que nous enviaient les Américains. D’ailleurs, certains affirmaient que BB était si belle, qu’à côté d’elle Marylin, c.à.d. mademoiselle Monroe, avait l’air d’un homme. Il faut bien avouer qu’une éducation de qualité dans une bonne famille transcendait la grâce de notre BB, tandis que la blondasse d’Hollywood conservait de sa jeunesse un fond de vulgarité. La Floride n’était pas une voiture ultra performante capable de rivaliser avec les bombes dont les Allemands, les Italiens et les Anglais entretenaient le secret, mais ses lignes élégantes mettaient parfaitement en valeur la beauté des femmes qui la conduisaient. Un peu comme si en la dessinant, Piero Frua s’était pris pour Coco Chanel ou Yves Saint-Laurent. Et la Floride tenait tout de même son rang dans la circulation. Logique pour une machine dont le premier nom de code fut Dauphine GT et qui naquit avec le moteur « Ventoux » monté sur la Dauphine Gordini !

SIMCA 1000 COUPE.jpg

Un tout petit peu plus tard, mais toujours durant les sixties, le Coupé Simca 1000 s’inspirerait de la même philosophie. Une carrosserie magnifique, dessinée par     Bertone, des armes de séduction redoutables et des performances honnêtes. Une seconde voiture idéale pour famille à l’aise soucieuse de son image, ou une voiture de femme encore libre et bien dans sa peau, au cœur de la Nouvelle Vague. Des voitures et des femmes sur lesquelles se retournaient les adolescents dont les hormones se réveillaient… et les hommes de tous âges.

MERCEDES 280 SL.jpg

Plus puissante, plus vive, belle et racée, la Mercedes 230 SL a tout de suite conquis le public. Son prix limita par contre la plupart de ses amoureux au statut d’admirateurs frustrés dans l’incapacité de consommer l’objet de leur désir. Ce cabriolet, souvent surnommé Mercedes Pagode, poussait fort. Dès 1963, la version 230 SL flirte avec les 200 km/h et offre à son  conducteur des montées en régime fabuleuses, au point de parcourir le 0 à 100 en 11 secondes. La belle se montrera de plus en plus séduisante avec l’âge. Bien sûr, il faudra des opérations chirurgicales pour lui greffer quelques chevaux supplémentaires et la transformer en 280 SL. Mais nul besoin de chirurgie esthétique. La Mercedes Pagode supporta bien le poids des ans sans passer plus de temps au garage. Les dernières versions produites offraient des performances comparables à celles des BMW 635 CSI.

FACEL VEGA.jpg

Le look de la Facel Vega rappelle un peu celui de la Mercedes Pagode. Les premières Facelia reçurent un moteur 1600 cm3 un peu trop fragile. Plus tard, la voiture fut équipée d’un moteur Volvo beaucoup plus fiable. Hélas, Facel Vega n’a pas réussi à assurer sa pérennité. Dommage, car ses modèles étaient d’authentiques bijoux. Beaucoup furent sauvés  de la casse pas des collectionneurs et des musées, ce qui est une chance pour le patrimoine automobile.

FIAT 1500 CABRIO.jpg
FIAT 1500 CABRIO 2.jpg

Pour moi, le coeur des sixties se décline aussi avec le cabriolet Fiat 1500. J’ai éprouvé un véritable coup de cœur pour cette voiture dont des versions  compétitions apparaissaient dans le cahier compétition du magazine L’Automobile, une de mes bibles à cette époque. Le cabrio  Fiat 1500 était plus puissant que les Floride et coupés Simca 1000, plus abordable que les Mercedes ou Facel Vega. Plusieurs exemplaires de ce modèle circulaient dans la région lorientaise où je vivais lorsque j’étais à l’école primaire.

LMC8.JPG
LMC12.JPG
LMC2.JPG

Je vais surprendre certains lecteurs, mais je n’ai jamais été fasciné par le mythe Ferrari. Même quand j’étais gamin au milieu des sixties, les Ferrari ne me causaient aucune émotion particulière. Je leur préférais les Cobra, les GT 40, les Porsche, les Jaguar Type E, les Aston Martin. Ai-je été conditionné par la passion de mon père avec qui j’ai écoute dès mon plus jeune âge les reportages radiophoniques de Tomy Franklin ? Mon père était un grand supporter du Colonel Simone et de ses Maserati. Ai-je été influencé par Jim Clark, le héros de mon enfance, associé à Lotus et à quelques épreuves sur Aston Martin et sur Jaguar ? Peut-être.

RICARDO ET PEDRO 2.jpg

Pedro et Ricardo Rodriguez portèrent haut les couleurs de Ferrari … et  d’autres marques

 

Bien sûr, je me suis senti supporter des voitures rouges quand Didier Pironi courait pour la Scuderia et quand Kimi Räikkönen rejoignit l’équipe italienne. Je suis heureux que Mike Hawthorn, Ricardo Rodriguez, John Surtees, Niki Lauda et d’autres pilotes aussi talentueux qu’honorables aient enrichi leurs palmarès avec Ferrari. J’estime beaucoup Jean Todt et j’admire ce qu’il a fait de la Scuderia. Je respecte naturellement Michael Schumacher dont le talent, le travail et l’implication sont incontestables. Mais la façon dont la Scuderia a souvent traité ses pilotes – hors la période Jean Todt – m’insupporte. Je pense p. ex. à la manière indigne et injuste dont elle poussa John Surtees dehors au Mans 1966. Une pantalonnade scandaleuse, déjà. Autant dire que l’éviction du talentueux et loyal Kimi Räikkönen fin 2009  au profit d'un pilote bénéficiaire de plusieurs scandales  ne me réconcilia guère avec la Scuderia. Surtout quand le multirécidiviste des "affaires" classées avec tant de bienveillance obtint par un coup de Jarnac détestable  l’apparence d’une victoire aux dépens d’un pilote méritant qui avait beaucoup œuvré pour la Scuderia (je parle de Massa et du GP d’Hockenheim 2010).

mini-BEART LA VERITE.jpg

Loin de moi l’idée de prétendre que tout était tellement mieux dans les années 60 qu’il n’y avait pas de malhonnêtes gens. Je me souviens par exemple d’un scandale autour des courses hippiques. Un parieur devint le roi du tiercé en le touchant dans l’ordre 5 ou 6 fois de suite. Cela attira l’attention. Le pot au rose fut vite découvert. Le roi du tiercé n’était qu’un minable magouilleur profitant d’une combine grâce à l’aide d’un complice qui tenait un bar PMU. Le patron de l’établissement imprimait les numéros gagnants sur les tickets de son pote… après la course. Ce serait impossible aujourd’hui bien sûr, mais à l’époque, il existait une faille dans le système. Les deux brigands furent incarcérés et la faille corrigée.  L’étude d’événements historiques oblige cependant à reconnaître que même au cœur des sixties, les malfaiteurs et les criminels n’étaient pas toujours placés en détention. Les tueurs du Président John Kennedy restent toujours impunis.  Alors que les témoins gênants et les enquêteurs trop curieux qui furent intimidés ou supprimés. Car, comme le chanta fort justement Guy Béart, autre acteur influent des sixties, « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ».

CALENDRE MUSTANG.JPG
mini-21.JPG
LMC13.JPG

Quand j’étais gamin durant les sixties, je rêvais de devenir pilote de course professionnel. En grandissant, la voix de la raison m’a orienté vers un parcours plus traditionnel, qui comporta toutefois des courses autos en tant qu’amateur. Sans doute fais-je partie des éternels adulescents qui restent un peu rêveurs. Je m’en réjouis car cela m’aide grandement dans la construction des univers de fiction des romans que j’écris. Au temps des projets fous qu’autorise l’insouciance de l’enfance, je ne songeais pas à piloter une Ferrari. Je me suis par contre imaginé dans des tas de voitures, de la Mustang à la Ford MKII, en passant par la R8 Gordini, les Lotus et Cooper Maserati F1… La Mustang fait partie des mythes des sixties. En plus, nous en voyions quelques unes sur les routes et dans les rues car elles étaient tout de même moins chères que les Aston Martin, Jaguar et Mercedes 230 SL.

REQUIN 2.jpg
REQUIN 1.jpg

Les sixties, c’était le temps de la vitesse, et pas seulement sur 4 roues ni avec un moteur. La voile ne laissait pas les amateurs de sensations fortes indifférents. La victoire d’Éric Tabarly à la Transat anglaise de 1964 contribua à nous sensibiliser à la course au large et aux voiliers sportifs. Parmi les bêtes de régates, certains se souviendront du Requin. Certes, le Requin  a été dessiné et fabriqué bien avant les sixties et de nombreux voiliers de ce type naviguent encore. Mais pour ceux de ma génération, il reste associé aux sixties, l’époque où, les yeux pleins d’admiration, nous avons vu pour la première fois des Requins quitter le port et prendre des angles de gite impressionnants dès que le vent forcissait un peu.

COQUILLES ST JACQUES A LA BRETONNE.jpg
HOMARD ARMORICAINE.jpg
COTE DE BOEUF 2.jpg
FRAISES MELBA 1.jpg

Les Riva, les cabriolets, les voiliers s’associaient à merveille à la folie tourbillonnante des sixties. La gastronomie traditionnelle et conviviale aussi. Des coquilles Saint-Jacques à la Bretonne, des homards à l’armoricaine, des succulentes côtes de bœuf saignantes, des fraises melba, voilà des bons plats bien de chez nous que ne renieraient ni Jean-Pierre Coffe ni Jean-Luc Petitrenaud ! Car la bonne cuisine ressemble quelque part à la course automobile. Elle enchante nos sens. Ce n’est pas pour rien que les gentlemen drivers sont généralement des fins gourmets.

DO YOU ST TROPEZ.jpg

Chacun conserve des souvenirs des vacances de son enfance. Pour moi, qui n’étais rien, qu’un p’tit gamin de français moyens – clin d’œil à Sheila bien sûr, sympathique icône des sixties que je n’avais pas encore citée - ils sont associés à Larmor Plage, à Etel, à Carnac. Les stars, quant à elles, passaient l’été à Saint-Tropez, et c’est la jolie petite station varoise qu’évoquent le plus souvent les médias lorsqu’ils traitent des vacances durant les années 60. Alors, c’est parti avec Geneviève Grad pour Do You Do You Do You Saint-Tropez !

 

NOTE MODIFIÉE LE 7 AOÛT 2014

 

VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES, LE polar vintage, gourmand automobile et humoristique. Plus de précisions et possibilité de lire gratuitement les premières pages en cliquant ICI http://bit.ly/1zmPqE6

vintage,sixties,riva,gastronomie,saint-tropez,courses truquées,paris truqués

LE POLAR tendance sixties à lire cet été !

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Une autre présentation de VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIEShttp://0z.fr/u88wT

 

Bientôt un film avec Tom Cruise à l’époque de VENGEANCE GLACÉE AU COULIS DE SIXTIES http://bit.ly/LHGHst

 

Pedro et Ricardo Rodriguez, les frères amis du sport automobile,  devraient aussi arriver sur grand écran ! http://bit.ly/1kdnVsY

 

LE PACTE DU TRICHEUR, un autre polar automobile que j’ai écrit pour vous : http://amzn.to/1jAhsoF

 

Suivez-moi sur Twitter   https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ? http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

 

(1) Ginette Coiffure est aussi le titre d’une pièce de théâtre dans le milieu des coiffeurs et de la franchise