Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2012

LE SPORT AUTOMOBILE

n’est pas toujours une fête

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

Les joies terribles (paraphrase d’un titre d’Enzo Ferrari) se transforment parfois en déception, en peur, voire en drame.

 

Bastien Brière, pilote manceau qui participait cette année aux 24 Heures du Mans pour la quatrième fois, a préfacé mon roman Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans. « J’aime comparer le monde de la course automobile à une mini-société, un résumé de la vie, en accéléré », écrivit-il dans cette préface.

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 Comme la vie en général, notre sport favori s’accompagne de bonheurs, de déceptions, d’angoisse et de malheurs. Le week-end des 16 et 17 juin 2012 a illustré les contrastes de la course. Un triomphe Audi accueilli avec un immense respect, mais aussi des épisodes que nous n’aimons pas vivre. 

 

Déception pour Loïc Duval

 

Circuit Mortel rapporte souvent les exploits du pilote chartrain dont la saison 2012 est bien remplie entre son programme au Japon et les épreuves d’endurance avec Audi. C’est toujours un plaisir de mettre en ligne des textes et des photos illustrant les victoires de Loïc. Mais les supporters ne doivent pas s’éloigner de leurs pilotes préférés quand les choses se passent moins bien qu’escompté.

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 La semaine mancelle s’annonçait sous les meilleurs auspices. Vainqueur à Spa le mois dernier avec ses équipiers Romain Dumas et Marc Gene, Loïc faisait partie des favoris pour la victoire. Certes, sa R18 Ultra devait être un peu moins véloce que les E-tron quattro. Mais cela ne traumatisait pas Loïc dont l’Audi N° 3 se qualifiait en seconde position, juste derrière la N° 1 de Lotterer – Tréluyer – Fässler. « La logique est respectée, expliquait-il après les qualifications. L’hybride, plus performante est en pole. Mais nous avons rempli notre objectif, être devant notre adversaire Toyota. Ça ne me gêne pas de savoir qu’ils (les hybrides) vont partir devant moi. On sait très bien qu’après le premier relais, on sera derrière. Il faut juste rester au contact, calme. »

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 Loïc prit le départ sur la numéro 3. Il fit mieux que prévu en restant second, tout près de la N° 1 de son copain Lotterer et devant l’autre hybride. Il s’empara même brièvement de la tête de la course à la faveur des ravitaillements. Hélas, une crevaison juste après son premier ravitaillement le fit rétrograder. Ce n’était pas encore très grave. Le pire restait à venir. En soirée, ce fut d’abord Romain Dumas qui sortit de la piste en doublant une GT plus lente. Un incident de course dont même un pilote de la trempe de Romain n’est pas à l’abri. Demi train avant détruit, capot arraché, l’Audi N° 3 regagnait péniblement son stand où la réparation durait plus d’une demi-heure. C’en était fini des espoirs de victoire. La N° 3 remontait cependant au classement jusqu’à la 4ème place, derrière les trois autres machines de la marque aux anneaux. Nouveau coup dur à deux heures de l’arrivée. Marc Géné sort violemment à la première chicane des Hunaudières. Nouveau retour calamiteux au stand. Nouvelle réparation, nouvelle perte de temps. La N° 3 repartira, mais elle a perdu la quatrième place. Elle terminera cinquième. Loïc mérite de gagner Le Mans. Il devra patienter un peu. Ce sont les aléas de la course.

 

Frayeur pour Anthony Davidson

 

Pire qu’une déception pour le sympathique et véloce pilote anglais. Beaucoup se souviennent qu’Anthony a fait partie des espoirs de la Formule 1. Il fut troisième pilote chez Honda Racing à l’époque où son compatriote Jenson Button portait les couleurs du constructeur nippon en GP. Il a aussi été essayeur chez Brawn GP en 2009, amenant sa pierre aux victoires de Jenson, Rubens et du team cette année-là.  

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 En 2011, il fut pilote d’essais pour Mercedes. Anthony est un pilote expérimenté, rapide, sûr, qui a déjà participé à plusieurs éditions des 24 Heures du Mans. Il a l’expérience d’une grande équipe en endurance. Il a fait partie de l’équipe Peugeot.

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 A 20 heures le samedi, sa course tourna au cauchemar. Les Toyota se montraient plus compétitives que prévu et donnaient une belle réplique aux Audi. La course de celle d’Anthony prit fin à Mulsanne après un accrochage  provoqué par la Ferrari d’un pilote amateur peut-être un peu « juste » pour rouler avec les géants. La voiture s’est envolée et les téléspectateurs n’oublieront pas de sitôt la violence du choc qui a suivi contre les rails. Tout le monde a eu très peur pour Anthony Davidson. « J’ai pensé être dans un avion de chasse hors de contrôle, commente l’Anglais… Cette partie de l’accident a été terrifiante… Concrètement, j’ai deux vertèbres cassées… » Il faudra trois mois pour qu’Anthony nous revienne complètement rétabli. Nous avons hâte de le revoir au volant après cet accident spectaculaire qui a fait craindre le pire et rappelé à quel point l’accident sanctionne la moindre erreur sur les circuits.

 

Drame pour Gareth Roberts

 

Le sport automobile est devenu plus sûr qu’au cours des années 60, 70 et 80. Mais le risque zéro n’existe pas. Les rallyes se disputent sur des routes conçues pour la circulation normale, sans aires de dégagement, sans qu’il soit possible de supprimer tous les obstacles. Robert Kubica en fit l’amère expérience lors d’une épreuve dont il ne pensait pas qu’elle lui coûterait au moins deux saisons de sa carrière en Formule 1.

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 Le week-end dernier, le sort s’est révélé encore plus impitoyable envers le jeune Gareth Roberts. « Gareth est un magicien, il est incroyable lorsqu’il annonce toutes les notes aussi rapidement. Je ne pourrais rien faire sans lui », affirmait son ami Craig Breen dont il était le copilote. Cette saison Craig et Gareth couraient en IRC sur une Peugeot 207 Super 2000. Craig (22 ans, à droite sur la photo ci-dessus)) et Gareth (24 ans, à gauche)  s’annonçaient comme de grands espoirs du rallye. Ensemble, ils avaient remporté le Ford Fiesta Sporting Trophy puis la FIA Academy en 2012. Un rail a brisé leurs rêves communs le 17 juin. L’accident s’est produit dans une spéciale de la Targa Florio, un rallye qui reprend le nom d’une épreuve magique. Leur 207 S 2000 est sortie de la route dans l’ES 8. Craig s’en est sorti indemne, mais les secours n’ont pas pu ranimer Gareth.

gareth roberts,craig been,rallye,anthony davidson,loïc duval,24 heures du mans,bastien brière,fictions

 Le sport automobile est parfois très cruel, comme la vie en général. La grande famille du sport automobile ne peut hélas faire plus que présenter ses condoléances aux proches de Gareth et souhaiter à Craig de surmonter l’épreuve. Du paradis des pilotes et copilotes, Garetlh qui connaissait les risques de la course souhaite forcément très fort que Craig retrouve la joie de vivre et le goût de la victoire.

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Le livre d’or en hommage à Gareth en ligne sur le site de Craig

http://www.craigbreen.com/

 

Le site officiel d’Anthony Davidson

http://www.anthonydavidson.com/

 

Loïc Duval a déjà gagné avec Audi

http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2012/05/08/bravo-a-loic-duval.html

 

Hommages à des pilotes disparus

http://confidentielpaddocks.over-blog.com/categorie-11165675.html

et

http://confidentielpaddocks.over-blog.com/5-categorie-11165675.html

 

Un lien vers mon dernier livre où la passion automobile est bien présente

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-nouveaute-recueil-de-nouvelles-106512895.html

 

Un de mes romans trouve son dénouement aux 24 Heures du Mans

http://sebsarraude.tumblr.com/post/23431276990/chicanes-et-derapages

 

Thierry Le Bras

10/10/2008

BASTIEN BRIÈRE IRRÉSISTIBLE A NOGARO

IMG_6621.jpg

 Peut-on concilier sport automobile et préoccupations écologiques ? Oui, répondent les BIORACING SERIES, une catégorie de prototypes fonctionnant au bioéthanol. Les épreuves de cette discipline se déroulent cette année dans le cadre des Super séries FFSA.

Les lecteurs des Aventures de David Sarel, l’avocat – pilote héros récurrent des romans de Thierry Le Bras (1) connaissent bien Bastien Brière. Le jeune pilote manceau est en effet l’auteur de la préface et un des héros de « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans », un roman policier dont l’action se déroule dans le cadre du Championnat LMS et des 24 Heures du Mans. Dans cette fiction, Bastien est le premier pilote du proto Vivia LMP2 qui se bat pour le podium avec les prototypes Audi et Pescarolo, notamment celui du fabuleux Sébastien Loeb.

 

COUV CHICANES ET DERAPAGES.JPG

  Dans le monde réel, Bastien Brière se montre tout aussi brillant que dans l’univers de fiction de David Sarel. Après une saison 2007 remarquable dans le très relevé Championnat de France GT3 où Bastien amena son Aston Martin plusieurs fois à la victoire, le jeune Manceau dispute cette année les BIORACING SERIES. Et au volant du proto V6 4000 cm3 de 350 cv, Bastien vient de signer deux nouvelles victoires. « Brière a été impeccable tout au long du week-end », souligne d’ailleurs le magazine spécialisé AUTOhebdo.

Après un week-end frustrant lors de la course de la rentrée début septembre, Bastien attendait avec impatience la course de Nogaro. En effet, Albi ne lui a pas permis de s’imposer en raison à nouveau de problèmes de coupures moteur. Il termine deux fois second, et une fois sixième, confortant néanmoins sa seconde place au classement général.

Geoffrey Dellus, leader du championnat n’était pas encore hors de danger mathématiquement en arrivant à Nogaro.

Les deux séances d’essais chronométrées étaient très serrées entre trois pilotes: Bastien, Geoffrey Dellus, et un nouveau venu expérimenté Christophe Lefranc. Bastien réalisait la pole position de la première séance en 1’29s 035 devant Geoffrey en 1’29s 143 et Lefranc en 1’29s 211. L’ordre de la seconde séance était inversé puisque Lefranc arrachait le meilleur temps devant Dellus et Bastien qui n’avait pas réussi à trouver un tour clair.

IMG_6646.jpg

 Course 1:

  Bastien partant de la pole position maîtrisait parfaitement son départ et prenait la tête devant Dellus et Lefranc. Rapidement Lefranc réussit à prendre le dessus sur Dellus et se rapprocher de Bastien qui résistait bien à ses premières attaques. Bastien alignait de bons tours qui lui permettaient de reprendre ses distances et de finir avec quelques longueurs d’avance.  Il remportera ainsi  sa première course de la saison. Il comptabilise également le point supplémentaire du meilleur temps en course.

Course 2:

Partant de la seconde ligne, Bastien entame le premier tour en 3ème position. Au bout de la longue ligne droite de l’aérodrome, lorsqu’il lève le pied de l’accélérateur sa voiture continue à accélérer. Un “énorme “ freinage lui permet de rester sur la piste et de conserver sa place. Un incident technique nouveau venait de se produire puisqu’un capteur était défaillant. Par précaution, il rallongeait ses distances de freinage et préservait sa troisième place jusqu’à l’arrivée. Dellus, qui avait pris la tête, la perdait en vue du drapeau à damier suite à une erreur de pilotage qui entraînait un tête-à-queue. C’est donc Lefranc qui profite de cette situation pour remporter la victoire.

DSCN4968.JPG

Course 3:

  Meilleur temps absolu des deux courses précédentes, Bastien prend le départ de la troisième course en pole position. Il parvient à rééditer sa performance de la veille en prenant un très bon départ et en conservant sa première place, n’étant jamais réellement menacé par Lefranc qui se fait progressivement distancer.  DELLUS occupe la troisième position. L’ordre ne changera pas jusqu’à l’arrivée que Bastien franchit en vainqueur pour la seconde fois en deux jours.  Avec à nouveau le meilleur temps en course !

Dellus se trouve maintenant à l’abri et remporte dores et déjà le championnat, Bastien occupe définitivement la seconde place puisqu’il ne peut plus être rattrapé par le troisième.

Le dernier meeting ne comprendra que deux courses, mais Bastien est bien décidé à les remporter toutes les deux.
Prochaines courses les 11 et 12 octobre 2008 sur le circuit de MAGNY-COURS.