Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2011

BELLES DE COURSE : de la Ford MK IV à la Lotus 38

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

« On ne perd jamais les préférences de l’enfance, dont on a depuis longtemps oublié la raison d’être », écrit le journaliste automobile Michel Lizin dans AUTOhebdo à l’occasion de l’évocation de ses modèles préférés depuis les Dinky Toys et Solido de sa jeunesse. Une chronique intéressante qui m’a ramené à mes propres préférences et à ma jeunesse.

 

J’allais sur mes dix ans en 1964 quand Ford a commencé sa conquête de l’endurance et des 24 Heures du Mans. Et je suis tout de suite tombé amoureux de la GT 40. Une machine impressionnante, compacte, respirant la force et la rage de vaincre. A dire vrai, je n’aimais déjà pas trop Ferrari. Pourquoi ? A cause du comportement  d’Enzo Ferrari envers ses pilotes, des disgrâces aussi soudaines qu’injustes. Chez Ferrari, un champion qui avait enrichi le palmarès de la marque pouvait du jour au lendemain se voir jeter en pâture aux chiens. Le film Grand-Prix de John Frankenheimer décrit très bien cette dérive insupportable du Commandatore.

 

Les victoires des plus Ford 

 

Mon allergie à la Scuderia devint totale en 1966 lorsque la Scuderia humilia John Surtees aux essais des 24 Heures du Mans en mettant sa condition physique en doute. Depuis, je n’ai été heureux de voir des Ferrari en tête que lorsqu’elles étaient pilotées par Didier Pironi et Kimi Räikkönen, ou à la limite durant la période où Jean Todt insufflait son esprit droit et rigoureux au team italien.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 La Ford MK IV victorieuse au Mans 1967 (première photo de cette note) fut à mon sens la plus belle auto de cette époque de domination Ford au Mans (4 victoires successives de 1966 à 1969). Un monstre, un fauve dont les rugissements faisaient trembler le bitume comme les écuries rivales. Il faudrait attendre les Porsche 917 versions longues avant de revoir une voiture aussi impressionnante en piste.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 Avant de l’emporter au scratch, Ford avait déjà mis les pendules à son heure dans la catégorie des GT. Les Cobra Daytona font partie des plus belles voitures de grand tourisme jamais produites. Dès 1964, celle de  Dan Gurney – Bob Bondurant remportait sa catégorie au Mans et se classait quatrième au classement général.

Lotus, mon mythe favori

 Lotus, ma marque favorite quand j’étais gamin. Lotus, les voitures associées à Jim Clark, mon héros absolu, devant même ceux de mes livres favoris à cette époque tels Christian d’Ancourt !

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 J’aurais pu mettre en ligne une des monoplaces qui permirent à Jim Clark de remporter ses titres de Champion du monde des conducteurs, la Lotus 25 ou la Lotus 33. Mais je me rappelle davantage encore la 38, celle avec laquelle il remporta les 500 miles d’Indianapolis 1965 Deux anecdotes me reviennent en mémoire à propos de cette victoire. D’abord, pour mettre toutes les chances de leur côté, Jim Clark et Colin Chapman avaient fait l’impasse sur le Grand-Prix de Monaco qui se disputait le même week-end. Inconcevable à notre époque et règlementairement impossible d’ailleurs ! Mais durant les sixties, si la F1 était importante, elle n’éclipsait pas l’endurance ni Indianapolis. Ensuite, la victoire de la Lotus 38 numéro 82 de Jim Clark mettait fin à une superstition. Longtemps, le monde de la course automobile avait cru qu’une voiture verte ne pouvait pas gagner les 500 miles d’Indianapolis. Un des plus grands pilotes de tous les temps débarrassait l’anneau d’Indy du signe indien. La carrosserie de sa monoplace était verte avec une large bande jaune.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

  Le nom Lotus associé à une auto de série me mettait littéralement en transe. Si je me disais qu’un jour, quand je serais grand, j’aurais forcément une Lotus Elan, je regardais les Ford Cortina Lotus avec des yeux pleins de gourmandise. La Cortina Lotus, une auto que pilotait le grand Jim Clark dans des courses de voitures de tourisme. Aussi, quand mon père décida  au début de l’année 1965 de changer sa R8 pour une Ford Taunus 12M, une Ford, essayai-je de l’influencer dans le sens d’une Cortina… Lotus. Peut-être y serais-je arrivé si les tarifs avaient été proches. Car mon père, qui adorait alors la vitesse, avait été un supporter acharné des Maserati du colonel Simon au Mans et aimait bien le look de la Cortina Lotus avec ses bandes vertes. Il ne rejeta pas la suggestion d’entrée. Ce fut quand il demanda le prospectus de la version Lotus et son prix que les espoirs d’arrivée devant la maison d’une voiture comme celle de Jim Clark s’enfuirent à la vitesse d’un Elan. Le supplément de performances apporté par la technologie Lotus avait un prix qui amenait la plus sportive des Cortina dans une toute autre catégorie que la modeste 12M.

 D’autres coups de cœur

 j’ai toujours eu un faible pour BMW. Les berlines TISA, grandes concurrentes des Cortina Lotus dans les épreuves de voitures de tourisme, me fascinaient aussi. Déjà, j’aimais le concept de courses de voitures ressemblant à celles que nous pouvions voir dans la rue au quotidien.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 L’accroche d’une réclame (pour utiliser le vocabulaire d’époque) dans un quotidien régional me donna une idée. Elle annonçait un premier prix BMW tout à fait abordable. A défaut de s’offrir une Cortina Lotus, ma famille pourrait peut-être acheter une BMW. Une 1600 ou une 1800, ce n’était pas mal non plus. Je me précipitai sur L’Automobile Magazine à la page des tarifs. Consternation, la BMW au prix d’une voiture, c’était la petite 700 ! Les 1600 et 1800 dépassaient très sensiblement le tarif Ford de la 12M. Une déception qui ne m’empêcherait pas de m’extasier devant les photos des duels de Titans que se livraient les BMW TISA et les Ford Cortina Lotus sur les circuits. En plus, à cette époque-là, les marques arboraient des looks vraiment différents, bien moins aseptisés et uniformisés qu’aujourd’hui.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 La Cooper S, c’était une légende, la petite auto capable de gagner le Monte-Carlo au scratch pou vu qu’il neige, et aussi une voiture de compétition performante dans sa catégorie pour les pilotes amateurs. J’ai souvent rêvé de commencer à courir sur une Cooper S. En fait, quand j’atteindrais l’âge de la compétition, elle ne serait plus compétitive de telle sorte que je ne l’envisagerais même pas parmi les choix possibles.

jim clark,john surtees,bruce mclaren,chris amon,aj foyt,dan gurney,mark donohue,cobra daytona,ford mkiv,ford mkii,lotus 38,bmw tisa,cortina lotus,vaillante gil,cooper s

 Ce qui est bien au temps de l’enfance, c’est que tout paraît possible un jour. Alors, en attendant de piloter en vrai les voitures de course qui écrivaient de belles pages de l’histoire de notre sport préféré et dont les photos illustraient les pages du cahier compétition de L’Automobile Magazine ainsi des livres édités par Marabout, je faisais comme les autres gamins, je les collectionnais au 1/43ème. En regrettant amèrement que Solido, Dinky Toys, Corgi Toys et Norev mettent beaucoup trop de temps à sortir mes modèles préférés. Il faudrait par exemple plus de deux ans à Solido pour produire les MKIV de Gurney – Foyt et McLaren – Donohue. Et je ne parle pas de la Cobra Daytona qu’aucun de ces fabricants ne prit la peine d’inscrire à son catalogue ! Un scandale, comme aurait braillé un homme politique qui ne devait pas trop chérir les sports mécaniques !  Et comme tous les fans de sports mécaniques qui aimaient aussi la lecture et les fictions, je me délectais des scenarii des albums de Michel Vaillant. Les Vaillante qui y apparaissaient étaient si belles qu’on aurait bien aimé les voir sur les routes et les pistes.

 QUELQUES LIENS A SUIVRE

 Les voitures et bateaux des sixties http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/07/26/vacances-sixties.html

et http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2010/08/06/le-tourbillon-estival-et-mecanique-des-sixties.html

 Légendes, sports mécaniques et référence à Christian d’Ancourt pour ceux qui l’auraient oublié http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-g-83517093.html

 Un surf sur la vague bleue R8 Gordini  http://www.r8gordini.com

 Un hommage à Jim Clark que j’ai réalisé pour Confidentiel Paddocks http://confidentielpaddocks.over-blog.com/article-jim-clark-un-des-plus-grands-seigneurs-de-la-course-48083954.html

Un petit docu-fiction humoristique sur la Lotus Elan http://circuitmortel.hautetfort.com/archive/2009/01/14/la-lotus-elan-dans-l-univers-mecanique-de-philippe-georjan.html 

 

Thierry Le Bras

Les commentaires sont fermés.