Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2007

DEDICACE A LA BIBLIOTHEQUE DU LUDE

medium_MODENA_NUIT.10.jpg
Débat et discussion sur les 24 Heures du Mans avec le journaliste - écrivain Thierry Le Bras, vendredi 8 juin 2007 à 20 heures 30 à la bibliothèque du Lude.

« La course automobile, je suis tombé dedans quand j’étais petit, affirme Thierry Le Bras. Il paraît que quand j’étais enfant, les seuls jouets qui m’intéressaient étaient déjà les voitures. Tout au moins si j’en crois ma mère. Je me souviens encore des commentaires de Tomy Franklin les week-ends de course sur France Inter. Mon père les écoutait tout le temps et je m’y suis intéressé aussi. »

La course passionne tant Thierry qu’à l’âge de 10 ans, il se lance dans une aventure.

« J’ai commencé à écrire un livre sur un cahier de brouillon. C’était l’histoire d’une bande de jeunes qui, n’ayant pas assez d’argent pour acheter une Ford AC Cobra ou une Ferrari GTO, construisaient eux-mêmes une GT dans le garage de leur grand père. Je n’ai pas réussi à le finir, bien que j’y aie travaillé plusieurs fois par semaine pendant quelques semaines. J’étais quand même un peu jeune pour un tel exercice ».

Bientôt pourtant, Thierry Le Bras réussira à faire publier une histoire de sport mécanique.

« J’avais 17 ans, j’étais encore lycéen. J’ai participé à un concours organisé par les Éditions Gaultier Languereau. J’ai fait partie des 15 lauréats. Mon histoire de moto-cross est parue dans le livre 15 Histoires de moto. J’ai signé mon texte d’un pseudo. Je ne voulais pas susciter la jalousie de certains copains ni déplaire à des profs qui galéraient peut-être pour trouver un éditeur. »

Puis une fois adulte, Thierry va prendre le volant en compétition. Il raconte cette formidable expérience sur une note récente de ce blog.

« La compétition m’a beaucoup apporté, se souvient-il encore aujourd’hui. Notamment au niveau de le gestion du stress, de la concentration et de la façon de gérer l’effort à un moment donné. J’étais encore étudiant quand j’ai commencé à courir. Tout se passait bien. Mais j’ai senti que la course me permettait de franchir un cap supplémentaire les jours d’examen. Je pense d’ailleurs que c’est pareil pour tous les sports de compétition. »

Devenu journaliste et écrivain, Thierry place bien sûr ses scénarii dans l’univers de la course automobile. Son premier personnage récurrent, David Sarel, est à la fois avocat et pilote. Dans « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans », David participe aux 24 Heures du Mans 2006 au volant d’une Vivia LMGT1. Mais de nombreux faits étrangers à sa volonté viennent perturber sa course.

Vendredi soir, Thierry vous fera partager la fabuleuse atmosphère de la nuit du Mans. Il expliquera comment il construit ses personnages, comment il les fait vivre, comment il les mélange à des pilotes réels qu’il apprécie dans ses romans. Il répondra aussi à toutes les questions, même les plus indiscrètes, par exemple les rapports qui existent entre un écrivain et ses héros. Le héros d’un auteur est-il un personnage autobiographique ? Sa vie correspond-elle à la réalisation des fantasmes de son créateur ? Un héros de roman doit-il vieillir ou se figer à un âge déterminé ? L’angoisse de la page blanche existe-t-elle ?

En attendant, vous pouvez faire connaissance avec David Sarel, héros récurrent des romans de Thierry Le Bras, en lisant les nouvelles (au sens littéraire du terme), le mettant en scène dans le monde de la course automobile. Elles sont en ligne dans les archives de ce blog.

Venez le plus nombreux possible vendredi 8 juin 2007 à 20 heures 30 à la Bibliothèque du Lude !

A la fin de la soirée, Thierry Le Bras y dédicacera "Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans" ainsi que ses autres romans.

16:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.