Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2010

R 5 Alpine et grosse attaque

mini-Roll1_B009785-R1-12-12.JPG

Jean-Luc Moreau au Mont-Dore 1981

 

Qui a dit qu’une traction ne glissait pas et que quand on pilote une telle auto, il faut oublier le mot contre-braquage ?

 

Pas Jean-Luc Moreau en tout cas. En 1981, il achète une R5 Alpine groupe 2 qui sait ce que sensations fortes et performances veulent dire. C’est l’ancienne voiture de Christian Rio qui deviendra bientôt pilote officiel Citroën.

 

Contrairement au précédent pilote de cette voiture, Jean-Luc ne cherche pas à devenir professionnel. C’est un gentleman driver qui veut avant tout se faire plaisir en s’exprimant dans un style particulièrement généreux. Car Jean-Luc Moreau au volant de la R5 Alpine groupe 2, ça rappelle les pilotes finlandais sur la terre. Une attaque de tous les instants ! Un style qui  consiste à freiner l’auto en la balançant en travers en entrée de virage, puis à mettre la godasse (un terme en adéquation avec son sponsor) dès qu’elle se  trouve face à la trajectoire passant par le point de  corde. Je ne serais pas surpris que ce pilote ait été un fan du spectaculaire, surdoué et regretté Henri Toivonen.

 

Une voiture très populaire

 

La R5 Alpine jouissait d’une image sympathique auprès du public. Les spectateurs les plus connaisseurs se rappelaient du Monte-Carlo 1978 où, sur les routes enneigées, Jean Ragnotti et Guy Fréquelin avaient amené leurs « planches à roulettes » sur les deuxième et troisième marches du podium derrière la Porsche 911 groupe 4 Alméras de Jean-Pierre Nicolas. Les autres y voyaient une petite voiture musclée dérivée du modèle le plus populaire en France à l’époque. La R5 Alpine groupe 2, c’était un peu David contre Goliath dans le monde de la course.

63 copie.jpg

Jean-Luc Moreau à la CC de Saint-Gouëno 1981

 

Alors bien sûr, quand un pilote jouait les Finlandais volants avec une 5 Alpine, il se faisait des supporters !

mini-Roll1_B011234-R1-25-25.JPG

Jean-Pierre Jaussaud au Rallycross de Lohéac 1978

 

Bien que ce fût une traction et que sa préparation se révélât somme toute assez coûteuse, la R5 Alpine groupe 2 était une descendante légitime de la R8 Gordini, légende de la course automobile en France, une voiture à laquelle est consacré un excellent site :http://www.r8gordini.com

Pas si facile à piloter

Une anecdote pour compléter la présentation technique de la R5 Alpine groupe 2. Au Rallycross de Lohéac 1978, Gérard Larrousse qui était à la tête du service compétition de Rennault vint voir tourner les modèles qui défendaient les couleurs de la marque au losange. Parmi elles figurait la R5 Alpine groupe 2 du team hollandais Vielle confiée à Jean-Pierre Jaussaud, récent vainqueur des 24 Heures du Mans en compagnie de Didier Pironi.

r5 alpine,jean-luc moreau,courses de côtes

Christian Rio - 1978 - CC du Mont-Dore

Christian Rio, sociétaire de l’Écurie Bretagne, assistait à l’épreuve. Il se lançait dans le Challenge Renault en rallye avec la R5 Alpine que rachèterait plus tard Jean-Luc Moreau. Si la R5 Alpine groupe 2 se montrait efficace, l’autobloquant la rendait difficile à piloter. Monté sur une traction, l’autobloquant tend à optimiser l’efficacité en passant la puissance sur la roue qui ne cire pas. En règle générale, il amène la voiture vers l’intérieur du virage lorsque le pilote accélère et vers l’extérieur lorsqu’il décélère. Il favorise un pilotage propre, mais s’il est brutal comme c’était le cas sur la R5 Alpine groupe 2, il rend la tâche du pilote assez pénible et le soumet à une vraie séance de musculation des avant-bras à chaque spéciale. Christian profita de la présence de Gérard Larrousse pour l’interroger sur ce problème. Le surcroît d’efficacité justifiait-il les désagréments causés aux pilotes ? Oui, répondit Gérard Larrousse. Nous avons fait des essais avec et sans autobloquant et les pilotes vont plus vite avec.

FICHE TECHNIQUE DE LA R5 ALPINE GROUPE 2 :

Moteur

Élaboration : Renault Gordini

Type : à 4 temps 4 cylindres verticaux en ligne, vilebrequin 5paliers, bloc cylindres en fonte, chemises humides et amovibles, position AV

Cylindrée : 1.397 cm3

2 carburateurs horizontaux double corps  Weber 45 DCOE

Arbre à cames « Rallye » (latéral, entraîné par chaîne)

Soupapes en tête, inclinées en V, commandées par poussoirs, ripes et culbuteurs

Culasse alliage léger avec chambres de combustion de forme hémisphérique

Carter d’huile cloisonné

Échappement 4 dans 1

Puissance maxi : 130 ch à 7.000 t/mn (contre 93 ch pour la version Coupe »

Couple maxi : 14,5 mkg à 6.000 t/mn

Radiateur eau et huile (spécial)

Direction : directe

Freins : disques AV ventilés, disques AR

Répartiteur réglable manuellement

Suspensions : barres anti-roulis AV-AR spéciales

Barres de torsion AV-AR renforcées, amortisseurs type Rallye, éléments de suspension type Rallye.

Dimensions :

Jantes :7x13’’ AV et 6x13’’ AR

Pneus : selon les épreuves et conditions (Michelin TB 15, SB 10, SB 11, SB 20, PB 10, voire RC 1 …)

Voie AV : 1.320 mm

Voie AR : 1290 mm

Empattement : inchangé par rapport à la R5 Alpine de série

Poids : 820 kg

Carrosserie : extensions d’ailes AV-AR ; renforts transversaux à l’AV

 

 

Texte et photos :

Thierry Le Bras

15:34 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : r5 alpine, jean-luc moreau, courses de côtes |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Écrire un commentaire