Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2008

KIMI RÄIKKÖNEN VAINQUEUR PAR KO A SEPANG !

medium_KIMI_PORTTAIT_TAG_HEUER.3.jpg

C’est tout simplement Kimi the Best

Départ très chaud dans le chaudron malais. Kimi prend le meilleur envol. Mais Massa, auteur de la pole, défend sa position. Le petit Brésilien n’hésite pas à tasser son équipier. Une manœuvre qui aurait pu coûter cher à la Scuderia avec un pilote moins honnête et moins préoccupé des intérêts de l’équipe que le Champion du monde en titre.

Mauvaises nouvelles par contre derrière. Sébastien Bourdais se fait éjecter de la mêlée dès le premier tour et Nico Rosberg verra bientôt sa course ruinée par Glock. La remontée de Nico bute sur la seconde Toyota. Il doit rentrer au stand pour faire remplacer le museau de sa monoplace et repart en queue de peloton. Ce n’était décidément pas le week-end du leader du Team Williams.

Le fait d’armes du début de course est à mettre à l’actif de Nick Heidfeld. Après un départ manqué, il efface d’un coup Coulthard et la première Renault qui poursuivait le vétéran écossais.

Massa ravitaille avant Kimi. Ce dernier attaque très fort avant de rentrer au stand et repartira devant son équipier. Le Finlandais de la Scuderia enfonce le clou. Massa décroche. L’écart atteindra bientôt les cinq secondes entre les deux voitures rouges. Et une fois de plus, le petit Felipe ira à la faute. Un tête à queue le propulse dans un bac à graviers dont il ne resortira pas. Il eût été plus avisé de sa part d’assurer les points de la seconde place. Mais un pilote admet difficilement la supériorité de son équipier.

La victime de la première valse de ravitaillements, c’est Lewis Hamilton. Un problème sur la roue avant droite lui coûte au moins 10 secondes et le fait rétrograder à la onzième place. Voilà qui fait l’affaire de la BMW de Kubica, beau deuxième, et de la flèche d’argent de Heikki Kovalainen, troisième.

Nelson Piquet Jr, quant à lui, aura effectué un premier relais très long. Le pilote Renault est parti avec une énorme charge d’essence.

Les seconds ravitaillements ne modifieront pas la physionomie de la course.

medium_KIMI_PORTRAIT_BIRTHDAY_1.2.jpg
Kimi s’affirme en grand patron du peloton. Il ne commettra pas une seule erreur malgré un rythme très rapide. Derrière, Kubica et sa BMW s’assurent la seconde marche du podium au terme d’un week-end parfait. Heikki Kovalainen signe son premier podium chez McLaren. Jarno Trulli décroche une très belle quatrième place devant un Lewis Hamilton lourdement pénalisé par sa rétrogradation de 5 places sur al grille de départ et l’incident du premier ravitaillement.

Comme en outre, sa monoplace semblait user ses pneus davantage que la concurrence, l’Anglais ne pouvait faire autre chose que limiter les dégâts aujourd’hui. Il y arrive d’ailleurs fort bien.

Nick Heidfeld décrochera finalement les points de la sixième place.

La première Renault finira seulement 8ème , derrière une Red Bull, celle de Mark Webber, équipée de la même motorisation.

Les images des pilotes descendant de leurs voitures démontrent que cette course fut très éprouvante à cause de la chaleur. Mais ni la sueur ruisselant dans sa chevelure et sur son visage, ni les 3 ou kilos perdus pendant l’épreuve n’empêcheront Kimi Räikkönen d’afficher un magnifique sourire, signe chez lui d’une intense satisfaction. Une nouvelle fois, le Champion du monde en titre a prouvé que lorsque sa Ferrari fonctionne bien et que la mécanique ne le trahit pas, il se montre carrément irrésistible.
_____
La F1 nous offre parfois des scénarios pleins de suspense. Les enjeux financiers comme les stratégies d’investissement les plus sauvages y jouent un rôle considérable.

Vous aimez les émotions que procure la course automobile et vous souhaitez les retrouver dans des fictions ?

medium_207_1_.3.gif
C’est possible, découvrez les romans rédigés par Thierry Le Bras qui mettent en scène l’avocat –pilote David Sarel.

Pour l’instant, les titres suivants sont disponibles : « Circuit mortel à Lohéac », « Faits d’enfer à Carnac » et « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans » ont été édités par les Éditions Astoure (diffusées par Breizh).

11:00 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Commentaires

Felipe Moins honnète que Kimi?Je vous trouve très dur avec le brésilien,il ne mérite vraiment pas ça.

Écrit par : Taddéi | 23/03/2008

Relisez ma formule et vous constaterez que les termes moins honnêtes ne s’appliquaient pas tout à fait à Massa. Ils avaient trait au pari qu’il effectue sur le fait que Kimi se montrera plus responsable et plus raisonnable que lui.

Franchement, je ne crois pas que Felipe atteigne le niveau de Kimi. Felipe est le roi de la pole. Sur un tour, il est capable de l’exploit. Mais en course, il commet tout de même pas mal de fautes. Parfois inconstant, souvent à la dérive sous la pluie, je ne le vois pas capable de remporter un championnat. Il y croit sans doute. Mais le pauvre Barrichello y croyait aussi à chaque début de saison face à Schumi…

Plus vite la Scuderia désignera clairement Kimi comme leader et imposera une stratégie clairement en sa faveur, plus elle aura de chances de conserver ses titres. Car si le duo Lewis – Heikki n’a pas concurrencé directement les voitures rouges hier, les deux garçons se montreront plus dangereux sur d’autres pistes. D’autant qu’ils ne commettront plus l’erreur qui leur a valu une rétrogradation sur la grille de départ.

Felipe est sous pression, c’est évident. Des rumeurs courent déjà quant à son remplacement en fin de saison. D’autres – cf. Le site du magazine Gentlemen Drivers p. ex. – n’hésitent pas à affirmer que Jean Todt serait désavoué pour avoir renouvelé son contrat plutôt que recruté un autre pilote en disgrâce chez un team concurrent. J’y reviendrai dans une note demain ou après-demain. En tout état de cause, je pense pour ma part que Jean Todt a fait le bon choix fin 2007 et qu’il est capital de composer une équipe cohérente, ce qui implique d’écarter des éléments qui ne se sont pas capables de bien se comporter au sein d’une équipe.

Maintenant, il importe que Felipe ne mette pas non plus l’équipe en péril par ses erreurs et sa volonté de se mesurer avec un pilote qui lui est supérieur sur l’ensemble d’un week-end de course et d’une saison. C’est déjà une chance d’être dans un top team et de pouvoir remporter des Grands-Prix. Il ne faudrait pas que Massa se mette à jouer les Coulthard qui faillit bien faire perdre le titre à son équipier Räikkönen en le sortant au premier virage d’un certain GP de Spa. Preuve a été apportée plus tard qu’il valait mieux pour Coulthard jouer les seconds couteaux dans un top team qu’émigrer dans une écurie moins prestigieuse.

Felipe se sent probablement mal à l’aise cette année. Kimi a pris ses marques au sein de la Scuderia. A l’inverse, Jean Todt s’écartant du quotidien de la Scuderia, le Brésilien perd le soutien d’un homme qui lui faisait confiance et n’aurait sans doute pas détesté le voir en position de remporter le championnat, même si l’intelligence et le sens des responsabilités dudit Jean Todt l’ont amené à tirer les conséquences des positions respectives de ses pilotes l’an dernier.

Que Felipe prenne conscience de sa chance, qu’il réfléchisse aux sorts d’Irvine et Barrichello avant lui, qu’il profite des occasions – il y en a toujours dans une carrière – où Kimi connaîtra des contre-temps pour étoffer son palmarès personnel, mais qu’il n’oublie plus jamais sa tête à la maison les jours de course et qu’il effectue son devoir au sein de la Scuderia, aider le meilleur coup de volant du plateau à apporter de nouveaux titres à Ferrari !

Écrit par : Thierry | 24/03/2008

Massa a fait son boulot : défendre sa place, il n'y a pas eu de casse, donc c'est un travail réussi.

Écrit par : Jacques | 24/03/2008

Les commentaires sont fermés.