Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2008

LES CHOIX DE JEAN TODT

medium_FERRARI_F1_GDE.2.jpg

Des rumeurs dès le début de saison

A 62 ans, Jean Todt prend du recul mais il reste membre du conseil d’administration de la marque. Il la supervisera en Europe et en Asie et la représentera auprès de la FIA. Pas mal pour un dirigeant prétendument mis au placard.

« Désormais, j’aborde un nouveau virage, explique d’ailleurs Jean Todt. Depuis mercredi, je suis devenu conseiller spécial du président de Ferrari, Luca di Montezemolo, un poste que je vais conserver entre 1 et 3 ans. Je l’avais prévenu en 2004 déjà de ma volonté d’arrêter en mars 2008, mais je n’en avais parlé à personne. Aujourd’hui, ce jour est arrivé. Même si mon nouveau rôle de conseiller m’occupera à 50% - j’aurai l’autre moitié de ma vie pour me consacrer à d’autre projets. »

Certains espéraient un désaveu de ses choix et un appel du pied à un pilote dont il n’a jamais voulu au sein de l’écurie qu’il gérait. Une interprétation bien peu crédible. D’autant que sa présence chez les Rouges à Sepang démontre qu’il ne conçoit aucune amertume vis à vis de son employeur.

Certes, un pilote que ses adorateurs rêvent de voir au sein de l’écurie la plus prestigieuse du monde joue déjà un jeu ambigu avec son team, alternant déclarations encourageantes et aveu d’impatience, sans oublier les allusions à la précarité du mariage avec son équipe actuelle qui pourrait prendre fin plus vite que prévu si elle ne lui fournissait pas l’arme absolue - et probablement la garantie d’absence de concurrence interne. Il est vrai que les demi-secondes se gagnent beaucoup moins vite quand une association de malfaiteurs ne se forme pas derrière le dos des patrons de teams pour pirater 780 pages d’informations à la concurrence et solliciter par mail des éléments de know-how complémentaires…

Mais peut-on sérieusement mettre en doute l’intelligence et la justesse des choix de Jean Todt ? Ce serait oublier bien vite ce qu’il a fait de Ferrari, une équipe en crise et qui ne gagnait plus lorsqu’il en prit la direction. Depuis sa reconstruction de la Scuderia, combien de titres pilotes ? Combien de titres constructeurs ?

medium_KIMI_WORLD_CHAMPION.3.jpg


La réponse est simple :
- 6 titres pilotes : 5 avec Michael Schumacher (2000, 2001, 2002, 2003, 2004), 1 avec Kimi Räikkönen (2007) ;
- 7 titres constructeurs : 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2007.
Et je n’évoque même pas le nombre de Grands-Prix remportés par ces leaders et leurs équipiers, Irvine, Barrichello, Massa.

Le système Jean Todt fonctionne à merveille. Il serait ridicule de le nier. Et comme la Scuderia est la vitrine de Ferrari, celle du groupe Fiat, pour ne pas dire celle de toute l’industrie italienne, il est permis de plaider que toute la péninsule doit beaucoup au génial Français.

Qui osera prétendre que cet homme-là n’a pas toujours effectué les meilleurs choix pour faire gagner Ferrari ? Organisation impeccable, cohérence de l’équipe, engagement de pilotes respectueux de l’intérêt de leur team, des recettes concoctées par Jean Todt qui ont hissé la Scuderia au sommet. Comment penser que Luca di Montezemolo puisse l’oublier pour un pilote dont rien ne prouve qu’il ait vraiment envie de prendre le risque de l’intégrer à son écurie ?

Ferrari symbolise l’esprit d’équipe, la classe, le bon goût. Tout le monde s’y montre respectueux de cette image, de l’équilibre qui préserve la préciosité du joyau. Cela implique des contraintes, notamment celle de la préserver de tout élément incontrôlable.

Les héros de la F1, de la course automobile en général, sont le plus souvent des pilotes. Tout simplement parce que le public les connaît mieux que les autres membres des teams. Mais par son action remarquable dans le monde de la course auto, depuis sa carrière de navigateur de Guy Fréquelin, en passant par les triomphes de Peugeot, jusqu’à l’apothéose avec Ferrari, Jean Todt mérite une place de choix parmi les stars incontournables de cet univers. Le Français représente bien plus qu’une star d’ailleurs, ce statut se révélant parfois éphémère. Il est un immense monument.

Quel avenir pour Jean Todt qui se considère encore trop jeune pour la retraite ? Stéphane Samson évoque une possible candidature au poste de président de la Fédération Internationale Automobile. Qui serait plus compétent que lui à ce poste ?

Le journaliste du Parisien –Aujourd’hui en France rappelle aussi l’implication de l’ex patron de la Scuderia dans le projet ICM (Institut du cerveau et de la moelle épinière). Car non seulement Jean Todt symbolise le succès dans le monde professionnel, mais il a du cœur !
_____
La F1 nous offre parfois des scénarios pleins de suspense. Les enjeux financiers comme les stratégies d’investissement les plus sauvages y jouent un rôle considérable.

Vous aimez les émotions que procure la course automobile et vous souhaitez les retrouver dans des fictions ?

medium_COUV_CHICANES_ET_DERAPAGES.16.JPG
C’est possible, découvrez les romans rédigés par Thierry Le Bras qui mettent en scène l’avocat –pilote David Sarel.


Pour l’instant, les titres suivants sont disponibles : « Circuit mortel à Lohéac », « Faits d’enfer à Carnac » et « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans » ont été édités par les Éditions Astoure (diffusées par Breizh).

13:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.