Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2007

NICO ROSBERG TERMINE FORT

medium_NICO_ROSBERG.jpg
Un sens de l’attaque hallucinant, un courage à toute épreuve, un enthousiasme qui fait vibrer ses supporters, Nico Rosberg réalisa une course superbe au Brésil.

Ces derniers jours, j’ai rendu plusieurs fois hommage à Kimi Räikkönen, le Champion du monde 2007, un très grand pilote qui a enfin vaincu le signe indien et terrassé la malchance qui l’a trop souvent pénalisé depuis ses débuts dans un top team en 2002.

Le titre de Kimi m’a réjoui. Parmi le plateau contemporain de la F1, je ne cache pas mes préférences pour deux pilotes, Kimi bien sûr, et Nico Rosberg.

J’ai donc vécu une très belle soirée dimanche car non seulement Kimi a remporté le Grand-Prix du Brésil et le titre suprême, mais Nico a lui-aussi réalisé une course exceptionnelle. Amener la Williams à la quatrième place devant les BMW, ce fut un bel exploit. Qui a prétendu que les dépassements devenaient impossibles en F1 ? Des passionnés de la discipline, je n’en doute pas, mais des spectateurs qui ne suivent pas Nico Rosberg. Car lorsqu’il s’agit d’aller au boulot et de prendre le dessus sur un rival qu’il talonne, nous pouvons faire confiance à Nico. Ce jeune homme bien élevé au look de star hollywoodienne se transforme en bête fauve. Nick Heidfeld et Robert Kubica en firent l’amère expérience dimanche. Il fallait oser attaquer Nick au freinage et le piquer à l’intérieur. Car s’il se montre toujours correct en course, l’Allemand de BMW est un grand pilote qui sait défendre fermement sa position. Nico a osé, et c’est passé. Robert Kubica a profité de l’occasion pour dépasser les deux combattants que leur passe d’arme avait conduits sur le côté sale de la piste. Pas pour longtemps. Revenu dans ses roues, Nico lui régla son compte et s’empara définitivement de la quatrième place. Avec des garçons de ce niveau parmi les jeunes pilotes (sans oublier Lewis, Sebastian, Heikki et Vitantonio), la F1 n’est pas prête de perdre de son intérêt. D’autant que les stars en place, à commencer par Kimi et Felipe, disposent encore de belles années au plus haut niveau avant d’envisager la retraite et que des garçons comme Nick, Jenson et Jarno, s’ils ne sont plus des jeune loups et s’ils ne disposent pas du matériel qu’ils méritent, restent des valeurs sûres.

Parfois critiqué parce qu’il est un « fils de », Nico a mis les choses au point cette année.

« Il ne va pas apprécier ce que je vais dire maintenant, mais aujourd’hui, Nico a fait une course à la Keke, plaisanta Patrick Head. J’ai vraiment apprécié le spectacle. »

Bon sang ne saurait mentir après tout, même si la valeur de Nico Rosberg ne réside pas dans le fait que son papa Keke fit partie des grands animateurs du peloton au cours des années 80 et remporta un titre. Non, Nico a conquis sa place parmi les jeunes loups de la F1 parce qu’il est à la fois travailleur, doué et diablement adroit derrière un volant. Même certains journalistes qui le critiquaient au début de sa carrière à cause de sa filiation en conviennent aujourd’hui. En outre, Nico respecte ses adversaires, à commencer par son copain Lewis Hamilton sur lequel il tient toujours des propos très positifs, sans manifester une once de jalousie bien que l’Anglais ait joui d’un sort plus favorable en débutant directement dans un top team.

« C’est un super résultat pour l’équipe et pour moi, s’enthousiasmait Nico dimanche. C’est mon meilleur résultat en F1 jusqu’ici. Grâce aux efforts de nos ingénieurs qui ont amélioré la voiture tout au long du week-end, j’avais une très bonne monoplace en qualification et surtout en course. Ma stratégie était difficile, j’avais beaucoup d’essence pour mon deuxième relais, ça été très difficile pour les pneus et j’ai lutté. Mais j’ai pu accéléré la cadence en fin de course et tout s’est bien passé. La pression était forte aujourd’hui car tout était à la limite : Notre 4ème place des Constructeurs et la 9ème place au classement des pilotes. Je suis très heureux du résultat. La meilleure chose est que cette course me permet d’obtenir mon meilleur résultat, ça signifie que je peux aborder l’hiver avec plaisir, ça va être amusant.. »

Souhaitons que ce résultat, comme celui de Kimi, ne soit pas mis en cause par la réclamation de McLaren, une action que je préfère m’abstenir de commenter ici tant elle me révolte.

Quel avenir pour Nico en 2008 ? Il bénéficie d’un contrat Williams bien sûr. Il se plait dans son équipe et croit fermement en la progression de son team. Mais d’un autre côté, Max Mosley a attiré l’attention de Ron Dennis sur lui. Franck Williams se laissera-t-il tenter par une offre de rachat du contrat de Nico par le patron des gris ? Nico est une pièce importante dans le système Williams. Mais Franck a aussi besoin d’argent et il sait qu’il lui faudra tôt ou tard libérer le jeune prodige s’il ne lui offre pas une voiture capable de remporter des Grands-Prix. Nico chez McLaren en 2008, le scénario est vraisemblable. A condition bien sûr qu’Alonso et McLaren se séparent. Le divorce ou la résidence séparée semblent inévitables selon la plupart des observateurs. Certes, les relations se sont un peu détendues au Brésil entre l’Espagnol et son team. En apparence tout du moins. De là à croire à une vraie réconciliation… Parions plutôt pour un divorce par consentement mutuel plutôt que pour faute.

Quoi qu’il en soit, qu’il pilote une Williams-Toyota ou une McLaren-Mercedes l’an prochain, nul doute que Nico réalisera de grandes performances et fera la conquête de nouveaux fans.
_____

La F1 nous offre parfois des scénarios pleins de suspense. Les enjeux financiers comme les stratégies d’investissement les plus sauvages y jouent un rôle considérable.

Vous aimez les émotions que procure la course automobile et vous souhaitez les retrouver dans des fictions ?

C’est possible, découvrez les nouvelles et romans rédigés par Thierry Le Bras qui mettent en scène l’avocat –pilote David Sarel :
- des nouvelles (fictions courtes) sont en ligne dans les archives de ce blog ;
- les romans, pour l’instant « Circuit mortel à Lohéac », " Faits d’enfer à Carnac » et « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans » ont été édités par les Éditions Astoure (diffusées par Breizh).

12:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.