Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2007

LE PLUS BEAU DES CADEAUX D’ANNIVERSAIRE POUR KIMI ?

medium_KIMI_WORLD_CHAMPION.jpg
Ce serait le titre de Champion du monde des pilotes 2007 bien sûr !

Bien que d’un caractère naturellement discret, Kimi Räikkönen est une vraie star.

Le Finlandais a célébré son 28ème anniversaire avant de rejoindre le Brésil. Interrogé sur les festivités organisées, il répondit sans émotion particulière à son arrivée à Sao Polo.

« Où j’ai fêté mon anniversaire ? Dans un bon restaurant, commenta-t-il à son arrivée à Sao Polo. Rien de spécial, un jour normal… A partir d’un certain âge, l’anniversaire est juste là pour vous rappeler que vous vieillissez… Cela n’a plus rien à voir avec l’excitation d’un garçon de dix ans. »

Dès le 17 octobre, ses supporters lui ont offert un cadeau sous forme de témoignages de leur sympathie et de leur soutien. Un forum consacré au rapide et sympathique Kimi a en effet créé une page web internationale à cette occasion :
http://birthday.kimi.fr/

A l’heure où nous mettons ce texte en ligne, 3245 supporters y ont laissé un message à Kimi. Le mien, posté mercredi matin en début de matinée se trouva être le 2017ème déposé.

Mais le plus beau cadeau que pourrait recevoir le Finlandais cette année, ce serait bien sûr le titre suprême. Kimi sera champion si :
- il gagne le Grand-Prix du Brésil, Lewis ne termine pas mieux que sixième et l’autre pilote McLaren se classe au mieux troisième ;
- il finit second, Lewis termine au mieux à la huitième place et l’autre pilote McLaren se classe au mieux quatrième.

Certes, son sort ne repose pas entièrement entre ses mains. Mais, comme je l’exposais hier, tout peut arriver lors d’une course. D’autant que les pilotes McLaren se détestent.

« Vous ne voyez pas qu’ils sont potes ? », s’esclaffait hier Felipe Massa en voyant les Mclaren – boys jouer la comédie de la sympathie lors de la conférence de presse. Nul doute que des questions d’intérêt expliquent le changement d’attitude de l’Espagnol envers son team qu’il dénigrait avec acharnement depuis des semaines. Un deal serait-il déjà intervenu quant aux conditions de libération d’Alonso ? Ce contrat inclurait-il l’obligation pour lui de bien se comporter envers son équipe et de ne plus chercher à salir son image ? Cela semble assez vraisemblable. Mais le turbulent Espagnol tiendra-t-il tout le week-end ? Lui dont ni l’éducation ni le caractère naturel n’ont inclus la tenue de propos policés quand les événements le contrarient ?

Si Kimi termine second, Lewis huitième et Alonso quatrième, les trois pilotes compteront 108 points, et le Finlandais l’emportera au nombre de victoires, cinq contre quatre à ses rivaux.

Imaginons un petit scénario.

Après le second ravitaillement, Kimi mène la course avec 5 secondes d’avance sur Felipe, 20 sur Lewis et 21 sur Alonso.

Loyal vis à vis de son leader et de la Scuderia, Felipe assure. Il ne cherche pas à revenir sur lui. Derrière par contre, Alonso s’énerve de plus en plus. Non seulement il n’arrive pas à doubler son pire ennemi, mais en plus, il comprend que même s’il réussit cette manœuvre, cela ne suffira pas à l’empêcher d’empocher le titre. L’Espagnol oublie les promesses faites à Ron. Il tente le tout pour le tout, comme Schumi sur Villeneuve en 1997. Les deux McLaren se touchent, partent en tête à queue, mais reprennent la piste après leur incursion dans l’herbe.

Nick Heidfeld a profité de l’accrochage pour passer devant l’Espagnol et l’Anglais. Lewis perd du terrain. Son train avant a souffert du choc. A son tour, Kubica le passe. Le voilà sixième. Mais Kovalainen revient sur lui. Lewis ne peut pas résister. Sa voiture blessée ne le lui permet pas. Le voilà septième, avec Nico Rosberg dans ses roues.

Il reste deux tours. Déchaîné, Nico double son copain Lewis. Le pilote Williams se montre toujours redoutable dans les dépassements. Le patron des Rouges en informe Kimi via « Radio Todt ». Le Finlandais assure depuis quelques tours. Felipe est revenu dans ses roues. La situation n’inquiète pas Kimi. Il sait que son équipier ne tentera rien qui le prive du titre. Mais maintenant, Kimi peut concéder une place sans perdre le championnat. Felipe le sait aussi. Il le montre en faisant mine d’attaquer Kimi, prudemment, sans risquer l’accrochage. Felipe envoie un message mais il reste honnête et loyal. Il fait juste comprendre qu’il attend un petit cadeau. Rien de plus.

Nous sommes dans l’ultime tour de ce Grand Prix. Les Ferrari vont aborder le dernier virage. Felipe se porte à la hauteur de Kimi qui ne résiste pas. Après tout, si le Brésilien tient à gagner devant son public, pourquoi pas ? Bien sûr, Kimi aurait préféré ajouter une victoire supplémentaire à son palmarès mais l’essentiel, c’est le titre. Comme le fit Senna en 1991 au Japon avec Berger, Kimi remporte le titre et offre la victoire à son équipier. Sur le podium, les deux pilotes Ferrari se congratulent sous l’œil réjoui de Jean Todt. Bientôt, des larmes de joie viendront couler sur les joues du Français de Ferrari.

Par contre, nul ne connaîtra jamais les quelques mots qu’auront échangés les pilotes McLaren sur un ton glacial avant que l’Espagnol quitte le circuit et que Ron tente de réconforter le jeune pilote anglais, un authentique champion lui-aussi.
____

Vous aimez les émotions que procure la course automobile ? Vous souhaitez les retrouver dans des fictions ?

C’est possible, découvrez les nouvelles et romans rédigés par Thierry Le Bras qui mettent en scène l’avocat –pilote David Sarel :
- des nouvelles (fictions courtes) sont en ligne dans les archives de ce blog ;
- les romans, pour l’instant « Circuit mortel à Lohéac », « Faits d’enfer à Carnac » et « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans » ont été édités par les Éditions Astoure (diffusées par Breizh).

13:20 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Commentaires

Kimi titré!j'ai sauté de joie devant ma télé.c'est tellement mérité!comment perdre 18 points en deux courses?Demander à Hamilton(c'est vrai,il est jeune).son attaque sur Fernando était inutile.Le manque d'experience s'est fait sentir.Mais bon,c'est evident que Lewis sera champion du monde un jour.

Écrit par : Raikki | 22/10/2007

Bonjour Thierry cela un moment que je viens lire ton Blog et il faut le dire il est absolument intéressant !!!je tiens à te féliciter pour ton excellent travail je sais que c'est difficile mais la passion ne se tue jamais .Pour elle le temps ne compte pas et tu es comme moi un vrai de vrai passionné!!!Félicitations mon cher et continue sur ta belle lancée!!!

Bisous du Québec,Guylaine XXX

Écrit par : Guylaine Côté | 26/10/2007

Les commentaires sont fermés.