Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2007

DAVID SAREL : DU KART A LA MORUE, AU PALAIS ET AU MANS

L’avocat – pilote David Sarel est le personnage récurrent des romans publiés par Thierry Le Bras aux Éditions Astoure (*). Cette série comprend pour l’instant trois titres :

- Circuit mortel à Lohéac ;

- Faits d’enfer à Carnac ;

- Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans.

D’autres suivront dès 2007.

_

Ces derniers jours, nous avons surtout évoqué les rapports de David à la F1. Pour les lecteurs qui ne le connaissent pas parfaitement, il est temps de mettre en scène tous les aspects de sa personnalité.

Le prochain texte mis en ligne avant la fin de la semaine racontera le troisième volet de Rallye princier à Monte – Carlo.

_

            Depuis l’adolescence, David mène sa vie au rythme d’une course.

            C’est un véritable battant qui brilla en karting bien avant d’obtenir son permis de conduire (1).

            Au volant d’une GT à Magny Cours ou sur la piste des fabuleuses 24 Heures du Mans, David ne manque pas d’audace (2 et 3).

            Son caractère fort s’affirme aussi face à un juge d’instruction comme lorsqu’il plaide devant une cour d’assises (2 et 3).

            David ne laisse pas indifférent. On l’aime ou on le déteste. Il le sait, il l’accepte. Ses proches savent qu’il donnerait sa vie pour eux. Ses ennemis le redoutent. Ils le dénigrent et le prétendent sans scrupules.

            Mais a-t-il le choix ? Depuis son adolescence, Soizick Pierret, une infâme marâtre qui ne pense qu’à capter la fortune de son père souhaite sa mort et complote contre lui avec l’aide d’un individu peu recommandable. Son propre père, sous l’addiction totale de cette horrible femme, s’acharna à lui nuire et s’affirma comme un de ses pires ennemis.

            Heureusement, David bénéficia dès son enfance de l’aide inconditionnelle de son parrain, Éric Trélor, lui aussi avocat et pilote. Éric ne craint pas les affrontements ni les conflits.

            - La plupart du temps, une bonne guerre vaut mieux qu’un mauvais arrangement, affirme-t-il. Que se passe-t-il après de lâches concessions à un ennemi monstrueux ? Il se prépare à mieux vous assassiner. Regardez comme Hitler a floué l’Europe avant de la mettre à feu et à sang.

            David a retenu les leçons de son parrain, tout comme celles de son arrière grand-père Victor qui inculqua à Éric un principe à transmettre à tous les descendants mâles de la famille.

            - Si quelqu’un te met une claque, fous lui tout de suite un coup de poing dans la tronche, histoire qu’il n’ose jamais recommencer.

- Tu n’es pas un régiment de chars blindés déclara un jour à David un collaborateur du Team Vivia. Tu es une bombe à neutrons. D’après ce que j’ai pu apprendre sur ton père et sur toi, tu es encore pire que lui.

            - Faux, répondit David à cet homme dont il se méfiait à cause de la mauvaise influence de sa femme, une enfant gâtée au QI à l’état de projet qui empêchait son compagnon de s’investir dans son travail. A la différence de mon père, je suis loyal avec mes proches. Mais tu as raison sur un point. Je ne recule devant rien pour abattre ceux qui se mettent en travers de ma route.

            Le collaborateur insuffisamment impliqué choisit prudemment de quitter le team.

            Face aux attaques sournoises de sa belle-mère, David se défendit. D’abord, il la surnomma la morue, un doux nom qui lui va comme un gant et constitue encore aujourd’hui le vocable sous lequel elle est le plus souvent désignée.

            A quinze ans, il diffusa dans l’environnement de la mégère un petit pamphlet inspiré de Voltaire :

L’autre jour le long d’un muret,

Un serpent piqua Soizick Pierret.

Savez-vous ce qui arriva ?

Ce fut le serpent qui creva.

_

            Le pamphlet fit beaucoup rire dans le quartier de la morue comme dans les entreprises de Grégoire, le père de David.

_

- J’appelle ce texte MORUE SAUCE PIQUANTE, plaisantait volontiers David.

_

            Maintenant, la violence de la lutte à mort que se livrent David et la morue dépasse bien sûr ces premières banderilles. Si la morue projette toujours d’assassiner David, lui s’est juré de la mettre sur la paille et de la voir rouler dans le caniveau.

            Pour tout savoir sur ces règlements de comptes, lisez les aventures de David Sarel.

            Vous vous y promènerez aussi dans l’atmosphère angoissante d’enquêtes criminelles, de procès d’assises et de sombres opérations financières et industrielles, car la morue n’est pas la seule erreur de la nature qu’affronte David.

Sans oublier bien sûr la fièvre des circuits automobiles et les enjeux colossaux de la compétition !

_

(*) diffusées par Breizh Diffusion

(1) cf. Circuit mortel à Lohéac

(3) cf. Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans

(2) cf. Faits d’enfer à Carnac

16:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.