Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2006

F1, ESCALE A MONACO (3)

JEUNES POUSSES

         La F1 fait partie intégrante de l’univers de David Sarel, le héros dont Thierry Le Bras raconte les aventures dans ses romans parus aux Éditions Astoure (cf : http://astoure.site.voila.fr ) , notamment « Circuit mortel à Lohéac » et « Faits d’enfer à Carnac ».

         Freddy Vivien, un des héros de Circuit mortel à Lohéac, fut un des pilotes de Formule 1 les plus brillants de sa génération (il est né en 1952 et remporta plusieurs titres de Champion du monde). Le lecteur observera que héros de fiction issus du Clan Vivia et pilotes réels se mêlent dans l’univers des Aventures de David Sarel. Freddy répond ici une nouvelle fois aux questions du journaliste Sébastien Ménier, un personnage qui jouera un rôle important dans les prochains épisodes des Aventures de David Sarel.

(Suite du texte mis en ligne le 30/05/2006)

SM : Le programme de Monaco comprenait bien sûr le Grand Prix de Formule 1, mais aussi d’autres courses, notamment celles de GP2 et .de Formule Renault 3,5 litres cette année. Ont-elles intéressé le public ?

FV : Il faut l’espérer. Je pense que oui, car ces épreuves sont traditionnellement acharnées. Seul regret, l’accident de l’excellent Nicolas Lapierre. J’espère qu’il se remettra très vite. Tout le monde veut gagner à Monaco, encore plus qu’ailleurs. Cela implique d’ailleurs de temps en temps des frictions, des accrochages et des carambolages.

SM : Cette volonté de gagner à tout prix est-elle justifiée dans les formules de promotion qui opposent de jeunes pilotes ? Une victoire à Monaco apporte-t-elle plus qu’une première place à Magny-Cours, Silverstone ou Hockenheim ?

FV : A Monaco, les jeunes pilotes courent devant les représentants les plus importants du monde du sport automobile. Les plus gros sponsors sont là aussi. C’est l’occasion idéale de se mettre en valeur. D’où une pression énorme pour les jeunes pilotes et les incidents de course qui en découlent.

            Quand j’ai gagné en Formule 3 ici, j’ai eu l’occasion le soir même de discuter avec plusieurs patrons d’écurie, dont ceux qui m’ont engagé en F1 deux ans plus tard. Je pense qu’avant cette course, ils ne connaissaient même pas mon nom. En une heure, je suis passé du stade de parfait inconnu à celui de valeur à suivre.

SM : Ton fils Aurélien court cette année en F3 Euroseries au sein du Team breton Brocéliande. Quand le vois-tu arriver en F1 ?

FV : Aurélien a 20 ans. Il en veut. Il a un super coup de volant. Maintenant, la F1 est un sport cruel. Peu de places pour beaucoup d’appelés. Il faut trouver la bonne voiture au bon moment. Aurélien va terminer la saison de F3 Euroseries – pour l’instant, il a gagné 2 courses, ce qui est parfait - , faire une ou deux saisons de GP2, et s’il tient ses promesses, je m’efforcerai de l’aider à trouver un bon baquet en F1. Sinon, il faudra qu’il trouve une autre raison de vivre. Sans doute en continuant à courir dans d’autres disciplines. D’excellents pilotes se sont trouvés bloqués aux portes de la F1 alors qu’ils méritaient d’y accéder. Philippe Tranech et Yvonnick Le Squernach qui pilotent maintenant chez Vivia, l’un en proto et l’autre en GT, en sont des exemples. Tout comme Sébastien Bourdais qui prouve aux USA qu’il est un pilote remarquable. Je pense pour ma part qu’il n’a rien à envier à un Alonso et qu’il ne ferait qu’une bouchée d’un Fisichella ou d’un Montoya. Mais le monde de la F1 n’est pas toujours d’une logique rigoureuse. Ceci dit, en père persuadé du talent exceptionnel de son fils, j’y crois.

SM : Tu joues en partenariat avec le d’avocats Éric Trélor - David Sarel et associés le rôle d’agent auprès du pilote de F1 Damien Brémant. Comptes-tu poursuivre cette mission une fois qu’Aurélien arrivera en F1 ?

FV : A priori, oui. Damien a cinq ans de plus qu’Aurélien. Il est déjà en F1 et est entré cette année dans le Club des vainqueurs de Grands Prix. Ils ne seront pas concurrents d’entrée. Après, s’ils font tous les deux partie des candidats au titre, tant mieux !

SM : Comptes-tu former un club des anciens Champions du monde de F1 pères de pilotes avec Keke Rosberg ?

Rires

FV : Je préférerais constituer avec Keke le Club des Champions du monde de F1 pères de pilotes Champions du monde. Si Nico devient Champion du monde, ce que je crois probable à moyen terme car c’est un garçon extraordinairement doué, et qu’Aurélien se montre aussi brillant que lui, c’est un club auquel je cotiserai avec grand plaisir.

SM : En incluant Nicolas Prost, le fils d’Alain, qui court en actuellement en F3 espagnole.

Moue dubitative

FV : Alain fut un excellent pilote, je ne peux pas le nier. Mais je n’ai jamais accroché avec lui au plan humain. Alors, le retrouver au sein d’un club…

SM : Tu as évoqué Philippe Tranech, qui a été accidenté à Spa durant la course des 1000 kilomètres. Comment va-t-il ?

FV : Philippe se remet doucement. Il sortira de l’hôpital en début de semaine prochaine et entamera sa rééducation à Kerpape. Comme cela, il sera tout près des bases du Clan Vivia et se sentira entouré. Il devrait reprendre le volant en course dans trois mois. Ses blessures le priveront malheureusement des 24 Heures du Mans cette année.

SM : Connaît-on la cause de l’accident ?

FV : La faute de pilotage est écartée. La défaillance technique semble hautement improbable. Tout laisse penser à un attentat contre l’Écurie Vivia. Des ennemis nous menacent depuis le mois de décembre, c’est à dire depuis l’annonce de notre présence en force aux 24 Heures du Mans avec des Vivia prototypes et GT. Ils ont tort de s’acharner sur nous. Nous ne renoncerons pas. Les auteurs des attentats à notre encontre sont des lâches, des vermines méprisables, des minables qui se dissimulent en rampant derrière le paravent de l’anonymat de leurs menaces. Ils ne nous font pas peur. Nous les dévoilerons. Et en tout état de cause, nous allons renforcer les mesures de protection afin de les empêcher de nuire. Ils iront - ou pour certains retourneront – très vite derrière les barreaux. J’en suis convaincu.

Pour tout savoir sur les attentats et menaces qu’évoquent Sébastien et Freddy, il faudra attendre le mois d’octobre 2006, date de sortie du troisième volet des Aventures de David Sarel. En attendant, Sébastien Ménier, Freddy Vivien et Daniéla Merle participent déjà aux premières aventures de David Sarel. Retrouvez les dans ses romans !

16:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.