Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2006

DAVID SAREL : SA VIE QUOTIDIENNE (3)

                     David Sarel est le héros récurrent des romans écrits par Thierry Le Bras et parus aux Éditions Astoure (cf : http://astoure.site.voila.fr ) . Avocat  durant la semaine, David défend la cause de ses clients devant les tribunaux. Puis le week-end, il enfile sa combinaison et son casque pour défendre celle des Automobiles Vivia sur les pistes. A quoi ressemble la vie professionnelle de David ? Le récit d’une affaire somme toute assez banale pour lui en donne une idée. Pour découvrir ses aventures les plus palpitantes, n’hésitez pas à lire Circuit mortel à Lohéac et Faits d’enfer à Carnac, les premiers romans qui le mettent en scène.

                     (Les deux premières parties de cette histoire sont parues sur ce blog les 4 et  avril 2006)

L’aile avant droite de la Clio et la portière gauche de la Vivia étaient enfoncées, mais les deux voitures pouvaient encore rouler. Grâce au réflexe de Rick, l’accident n’avait causé que des dégâts matériels..

Toutefois, la Clio ayant été volée par un conducteur étranger en situation irrégulière qui tenta de prendre la fuite à pied mais fut arrêté par les motards chargés de l’interception des contrevenants, l’établissement des PV relatifs à l’accident prit un certain temps. Caroline et Rick manquèrent donc leur rendez-vous au cabinet de David.

                        Afin de gagner du temps lors de leur prochain rendez-vous, Rick et Caroline adressèrent à l’avocat une cassette audio dans laquelle ils lui exposaient les faits et leur désir d’intenter une action pénale. Comme l’emploi du temps de David était très chargé les jours suivants et que les vacances approchaient, le rendez-vous fut reporté au début du mois de septembre.

                        Peu avant le rendez-vous, jesaitou adressa un message ironique à Rick :

                        - Tu peux aller te faire foutre. Ta pouf de frangine avait trois mois pour porter plainte. J’ai écrit mon article le 30 avril. Compte toi même, mec. T’es dans la mélasse. Tous les tribunaux te le diront. C’est le bandit qui gagne toujours !!! La prochaine fois, je me demande si je n’écrirai pas que ta sœur, c’est un travelo.

David avait-il bien reçu la cassette avant de partir en vacances ? L’avait-il écoutée ? Allait-il devoir annoncer à ses clients que l’action pénale était prescrite ? Caroline lui en tiendrait-elle rigueur et confierait-elle ses intérêts à un autre cabinet dans l’avenir ?

Rick se sentait consterné. Il s ‘en voulait d’avoir négligé de surveiller les articles parlant de sa sœur pendant la période de préparation de son bac, puis de ne pas avoir pu éviter l’accident sur les quais le jour du premier rendez-vous avec David.

                        A suivre le 7 avril 2006

13:13 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.