Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2006

LA NAISSANCE DU CLAN VIVIA (1)

LE CLAN VIVIA (1)

David Sarel est un pilote amateur de haut niveau. Il exerce aussi la profession d’avocat. Diverses circonstances l’ont amené au centre d’intérêts considérables, donc de conflits propices à tous les dangers.

Ses aventures sont rapportées dans les romans policiers publiés par les Éditions Astoure. La première s’intitule « Circuit mortel à Lohéac ». Ce livre est disponible en librairie, ou à défaut sur commande à l’éditeur (9 € franco de port) : Éditions Astoure, 22240 SABLES-D’OR-LES-PINS.(cf : http://astoure.site.voila.fr)

Ce blog apporte des détails et anecdotes complémentaires sur David et ses proches, qui ont formé le Clan Vivia.

La naissance du clan (1)

            David est né en 1972. Le frère de sa mère, Éric Trélor, fut choisi comme parrain. Un événement qui allait s’avérer décisif dans la vie du futur pilote. Éric avait 18 ans et commençait des études de droit lorsque David est né. Une relation extraordinaire allait tout de suite s’instaurer entre le parrain et le filleul.

            Éric se passionnait pour la course automobile depuis toujours. A douze ans, il passait déjà des heures avec son meilleur copain, Freddy Vivien, à dessiner une petite voiture de sport bi-place. Il s’agissait d’un coupé lift-back à moteur avant que les deux gamins imaginaient sur les routes du Monte Carlo et de la Coupe des Alpes. Au fur et à mesure qu’ils grandissaient, ils continuèrent à faire évoluer le concept de cette voiture.

            Bientôt, Freddy qui était deux ans plus âgé qu’Éric, passa son permis et prit une licence de sport automobile. Il fit des courses de côtes, des rallyes (avec Éric comme navigateur, car dans cette discipline, l’équipier ne conduit pas et peut dès lors participer avant l’obtention du permis de conduire), et des courses en circuit. Quelques années passèrent. Un jour, Freddy entra dans une écurie de F 2, puis fut engagé en Formule 1. Son sponsor principal le suivait toujours et attribua un budget à Éric afin de continuer à faire courir l’Alfa Roméo 2000 GTV de Freddy.

Nous étions en 1976. Éric avait vingt deux ans, et David quatre ans. Son grand-père l’amenait régulièrement sur les circuits. Lors des présentations des voitures et des pilotes au public avant les épreuves, David s’installait dans le siège passager de l’Alfa engagée par son parrain. Autant dire qu’il considéra tout de suite les rugissements d’une voiture de course en échappement libre comme la plus belle musique du monde !

            Mais l’insouciance de l’enfance serait hélas de courte durée…

                                                                                                            (Suite le 25/02/06)

17:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.