Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2006

F1, CHICANES ET GRINCEMENTS DE DENTS

GANTS DE BOXE

AU PROGRAMME ?

            La F1 fait partie intégrante de l’univers de David Sarel, le héros dont Thierry Le Bras raconte les aventures dans ses romans parus aux Éditions Astoure (cf : http://astoure.site.voila.fr ) , notamment « Circuit mortel à Lohéac » et « Faits d’enfer à Carnac ».

            Freddy Vivien, un des héros de Circuit mortel à Lohéac, fut un des pilotes de Formule 1 les plus brillants de sa génération (il est né en 1952 et remporta plusieurs titres de Champion du monde). Le lecteur observera que héros  de fiction issus du Clan Vivia et pilotes réels se mêlent dans l’univers des aventures de David Sarel. Freddy répond ici une nouvelle fois aux questions du journaliste Sébastien Ménier, un personnage qui jouera un rôle important dans les prochains épisodes des aventures de David Sarel.

SM : Freddy, la semaine dernière tu as comparé la F1 à un combat de boxe (cf. note publiée sur ce blog le 12/03/06). Certains téléspectateurs nous ont fait part de leur étonnement, voire de leur désapprobation.

FV : Je maintiens pourtant la comparaison. Regarde le départ à Bahrein. Damien Brémant se trouve au coude à coude avec la Walcity de Carlos Sueca. Carlos donne un coup de volant et touche les roues de la Priceley. Juste à l’entrée du premier droite, Damien riposte et lui rend son coup de roues. Au prochain Grand Prix, Carlos saura qu’il ne faut pas jouer à ça avec Damien. Les pilotes s’impressionnent et se font respecter comme des boxeurs.

SM : d’autres exemples ?

FV : Nombreux. L’an dernier, à l’arrivée du Grand Prix d’Imola, Coulthard perdit tout flegme et ignora les bases du savoir-vivre pour s’en prendre brutalement à Felipe Massa qui l’avait doublé de manière un peu musclée. Une attitude lamentable qui rapproche davantage Coulthard des errances d’un Mike Tyson quand il mord les oreilles d’un adversaire que de la classe d’un Jim Clark. Coulthard est-il un gentleman sur la piste ? Son attitude lorsqu’il sortit son équipier Mika Häkkinen qui se battait pour le titre au premier virage d’un certain GP de Spa m’avait déjà scandalisé. A Imola, je me suis aussi rappelé son indignation au GP de Monaco 2000 où il s’était montré incapable de doubler la modeste Arrows du jeune Bernoldi. Devenu lui-même une chicane mobile à Saint-Marin, il n’aurait pas dû s’étonner de l’énervement d’un pilote brillant pénalisé par sa résistance déraisonnable. Il a réagi comme un boxeur sonné qui a perdu le contrôle de ses nerfs.

            Au fil de la saison, je te raconterai d’autres anecdotes de ce type.

SM ; Des exemples personnels en attendant ces récits que je pressens croustillants ?

FV : L’épisode le plus dur de ma carrière à ce niveau fut certainement la saison 1988. Nous étions plusieurs pilotes de haut niveau candidats aux victoires et aux titres. Une équipe, Madina, se comportait de manière lamentable. Le premier pilote se battait parfois au premier plan, tandis que la seconde voiture se laissait prendre des tours pour ralentir ou sortir les concurrents de la Madina compétitive. Je me suis fait envoyer dans le décor deux fois. La troisième, j’ai pilé et je me suis écarté brusquement de la trajectoire avant que le conducteur de la Madina me heurte. Il est allé se planter tout seul dans un bac à graviers…

DS : Pour revenir à l’actualité, quelles réflexions t’inspire le Grand Prix de Bahrein ?

FV : Ferrari est revenu à un excellent niveau. Kimi Raïkkönen fut encore le meilleur sur la piste malgré le chat noir. Mention très bien à Nico Rosberg qui a confirmé tout le bien que je pensais de lui. Je le crois même capable de remporter une course dès cette année, ce qui serait exceptionnel. Felipe Massa a fait une petite faute, mais ce n’est pas très grave. Nick Heidfeld a perdu du temps dans l’accrochage du premier tour. Il fera bientôt beaucoup mieux, c’est évident. Jenson Button joue dans le clan des meilleurs. Damien Brémant s’en approche aussi de très près. Je suis plutôt satisfait de cette première course qui nous a offert un beau spectacle.

(Cette interview a été réalisée avant les qualifications de GP de Malaisie)

10:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.