Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2007

KIMI RÄIKKÖNEN, EMPEREUR DE CHINE

medium_PORTRAIT_KIMI.3.jpgAvec cinq victoires, Kimi s’impose comme le meilleur performeur de la saison

« J’ai vécu une belle journée, pleine de promesses, commentait Kimi vendredi soir. Cela me rend optimiste pour la course. »

De fait, Kimi réalisa le meilleur temps des trois séances d’essais libres. Il se fit souffler la politesse en qualifications par Lewis Hamilton mais s’assura d’une place en première ligne.

Quatrième sur la grille, Alonso restait fidèle à lui-même. Lamentations et allusions malveillantes sur son écurie sortaient de sa bouche comme un venin destiné à salir son écurie et ternir les performances de ses concurrents.

Une nouvelle fois, la course partait sous la pluie. Lewis Hamilton prenait la tête devant Kimi, Felipe et Alonso. L’Espagnol parvenait à doubler le Brésilien qui ne s’est toujours pas débarrassé de ses complexes sur sol mouillé.

Nous dirigions-nous vers le sacre de Lewis ? Le jeune Anglais mérite le sacre, dès cette saison. C’était sans compter sur la dégradation de ses pneus arrière lorsque la piste commença à sécher. Kimi revint dans ses roues, le doubla et l’oublia sur place.

Les pneus de Lewis étaient rendus à la toile. A l’agonie, Lewis perdit sept secondes en un tour sur son rival interne qu’il avait pourtant relégué bien loin en début de course grâce à son pilotage impeccable. Lorsque le stand se décida enfin à le rappeler, la McLaren était devenue si inconduisible que Lewis ne parvint pas à négocier la chicane d’entrée sur la piste des stands et s’échoua dans le bac à graviers dont elle ne put pas sortir.

Devant, Kimi assurait sa cinquième victoire de la saison. C’est lui qui a remporté le plus de courses cette année devant Lewis et Alonso (quatre chacun) et Felipe (trois). Quel dommage que la fiabilité n’ait pas été au rendez-vous chez Ferrari.

Trois pilotes peuvent encore conquérir le titre désormais alors qu’il ne reste plus qu’un seul Grand-Prix à disputer. Lewis mène la danse avec quatre points d’avance sur Alonso et sept sur Kimi.

Kimi n’est donc pas maître de son destin. Il ne lui suffit pas de devancer ses concurrents pour obtenir le titre. Alonso se trouve dans une situation un peu meilleure, mais il faut que d’autres pilotes s’intercalent entre lui et Lewis.

Sur une course, tout peut arriver. Une défaillance mécanique, une météo transformant la course en loterie, une erreur d’un attardé, un sale coup d’un protagoniste peu régulier... Sans compter la pression terrible que subiront les pilotes, surtout les équipiers de McLaren où Alonso a rendu l’atmosphère infernale. Certains penseront que je manque d’objectivité face à ce pilote ? Qu’ils n’oublient pas que l’an dernier, ses relations avec Renault étaient loin d’être idylliques et qu’il se plaignait aussi que le team ne le soutenait pas. C’est donc une constante chez lui. Qu’ils reconnaissent aussi qu’Alonso bénéficie toujours d’un excellent matériel malgré ses déclarations fracassantes et son attitude hostile à son équipe. Qu’ils reconnaissent enfin que leur pilote préféré a toujours eu la garantie d’être traité à égalité avec l’autre pilote du team, comme ce fut toujours le cas chez McLaren, ce qu’il ne pouvait pas ignorer. Ce qu’il ne supporte pas, c’est d’avoir un équipier compétitif plutôt qu’un deuxième couteau incapable de se battre pour la victoire.

Que se passera-t-il au Brésil ? Ce matin sur TF1, Jacques Laffite n’hésitait pas à envisager le risque d’un accrochage entre les équipiers ennemis de McLaren. Franchement, ce serait dommage pour le jeune Anglais qui a réalisé une saison époustouflante.

Kimi ou Lewis, le Champion 2007 sera un très beau champion !

Je ne commenterai pas la troisième possibilité. Je suis sur un blog, mon blog après tout. J’ai donc le droit d’exprimer mes préférences sans souci d’un lectorat ciblé par un patron de presse désireux de satisfaire un lectorat composé de supporters de tous les pilotes.

__

Vous aimez les émotions que procure la course automobile et vous souhaitez les retrouver dans des fictions ?

C’est possible. Découvrez les nouvelles et romans rédigés par Thierry Le Bras qui mettent en scène l’avocat –pilote David Sarel, un personnage au caractère très fort :
- des nouvelles (fictions courtes) sont en ligne dans les archives de ce blog ;
- les romans, pour l’instant « Circuit mortel à Lohéac », « Faits d’enfer à Carnac » et « Chicanes et Dérapages de Lorient au Mans » ont été édités par les Éditions Astoure (diffusées par Breizh).

11:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.