Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2008

COURSE EN FÊTE (3)

medium_LOEB_CHAMPION_DES_CHAMPIONS.jpgSébastien Loeb et Daniel Elena Champions des champions français 2007 pour le quotidien L’Équipe !

Champions du monde des rallyes pour la quatrième année consécutive, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont réussi l’an dernier une performance extraordinaire après une course poursuite infernale contre Marcus Grönholm.

LOEB, CHAMPION CHEVRONNÉ, titre le quotidien sportif du lundi 31 décembre 2007. Une communication magnifique pour Citroën, la marque aux chevrons symbolisant un engrenage. Force est de constater que rien n’aura déréglé la mécanique du team dirigé par Guy Fréquelin. Après chaque coup de vent, Seb et Daniel sont repartis à l’assaut jusqu’à faire céder le grand Marcus.

« Ce qu’a fait Sébastien Loeb est énorme, commente Brian Joubert dont on connaît la passion pour la course automobile. Il paraît vraiment sur une autre planète, un cran au-dessus des autres »

N’oublions pas non plus que la victoire de Seb est Daniel est celle de deux copains. S’ils dominent aujourd’hui le monde du rallye et gagnent confortablement leur vie, les deux garçons ont connu des moments difficiles lorsqu’ils débutaient avec une Saxo privée. Ils ont vécu les nuits passées à dormir dans la voiture en reconnaissances pour économiser une note d’hôtel, les budgets serrés, les galères. Des épreuves qui ont forgé leurs caractères, les ont rendus très solidaires, très sereins, très forts. L’équipe est si soudée que Daniel n’envisage pas de continuer le rallye lorsque Sébastien arrêtera. « Je ne me vois pas poursuivre en rallye sans lui. C’est tous les deux ou rien. »

Au sommet de la gloire, Sébastien Loeb n’oublie pas non plus qu’un pilote brille grâce à toute une équipe. « On ne gagne jamais seul, commente-t-il. En rallye, ,il y a du monde derrière et, sans une équipe solide, il est évident qu’on n’arrive à rien. Sans le staff technique de Citroën, sans mes ingénieurs, sans mon coéquipier de toujours, Daniel Elena, il est évident que je n’aurais sûrement pas le même palmarès. »

Dans deux ou trois ans, Seb pensera sans doute à poursuivre sa carrière en circuit. En endurance ? Probablement. Mais pourquoi pas en F1 ? Bien sûr, le pari paraît osé. Mais Sébastien Loeb est un pilote tellement hors normes que rien ne lui est impossible, fût-ce alors à 36 ans. Au plan physique, l’ancien champion de gymnastique ne manque pas de ressources. Au plan mental, c’est un roc. Au plan vitesse, il a démontré un potentiel stupéfiant lors de son récent test de la F1 Renault sur le circuit Paul Ricard. Au plan médiatique, Seb bénéficie d’une aura considérable. Son attitude, ses propos, sa manière de gérer les relations humaines laissent augurer des échanges sains, sereins et constructifs dans un team. Pourquoi ne pas commencer à vous intéresser à lui messieurs Briatore, Dennis et les autres ? Le team qui décidera Seb à tenter sa chance en F1 bénéficiera non seulement d’un pilote magique qui a montré au Mans qu’il savait s’adapter à une nouvelle discipline à une vitesse record, mais aussi d’un bénéfice d’image considérable.
____

18:55 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Imprimer |

Commentaires

Thierry,
Merci pour vos suggestions. Intéressantes! :-)

Écrit par : Muzik | 04/01/2008

Les commentaires sont fermés.